Maître des âmes 55.2 : L’inquiétude d’une mère

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


Je l’ai déjà dit précédemment mais le 01/07/2017 représente un an de publication hebdomadaire de Maître des âmes chez Soreyawari.

Du coup, un chapitre en plus cette semaine pour fêter ça.

Enjoy. ^^


Suiren faisait partie du village de Mura. C’était une femme tout ce qu’il y avait de plus ordinaire et son talent pour la méditation faisait partie de la moyenne. Malheureusement, depuis sa plus tendre enfance, son corps était plus sensible aux maladies que les autres enfants.

Plus tard, elle finit par tomber amoureuse d’un autre membre du village. L’heureux élu s’appelait Yorui, un garçon suffisamment prometteur pour rejoindre la garde de Mura.

Pour Suiren qui était plus fragile que les autres femmes du village, c’était une bénédiction. À cause de son état de santé, sa contribution au village par rapport au reste des habitants était bien évidemment inférieure. Ceci éveilla naturellement l’animosité des villageois qui la considéraient plus comme une gêne dans leur travail qu’autre chose.

Cependant le fait d’avoir épousé Yorui, un membre de la garde de Mura, obligea tous ceux qui avaient des complaintes à garder le silence. Après tout, personne ne voulait offenser un membre la garde de Mura et risquer d’éventuelles représailles.

Suiren aimait sincèrement Yorui et ne l’avait pas épousé juste pour pouvoir échapper aux mauvaises intentions des autres. Leur amour était réciproque et ils passèrent plusieurs années dans le bonheur et la tranquillité.

Leur joie n’en fut que plus grande lorsque, un jour, Suiren tomba finalement enceinte. Le fruit de leur union donna naissance à un petit garçon. Ils décidèrent de le nommer Fang.

Mais c’est au moment où leur bonheur était à son apogée… que tout vira rapidement au cauchemar.

La santé déjà fragile de Suiren s’aggrava après la naissance de Fang. Les dépenses pour entretenir sa santé étaient importantes. Si Yorui ne faisait pas partie de la garde de Mura, il aurait été impossible pour eux de maintenir un style de vie décent avec toutes ces contraintes.

Mais un malheur ne frappe jamais seul, et seulement quelques années plus tard, Yorui perdit la vie au cours d’une mission. Son décès laissa derrière lui une Suiren complètement dévastée qui n’avait plus la possibilité de gérer son état de santé et le bien être de son fils en même temps.

Loin de recevoir de l’aide après ce malheureux coup du sort, le ressentiment et la jalousie de certaines femmes qui enviaient le fait que Suiren ait réussi à épouser un membre de la garde de Mura firent violemment surface.

Ce fut alors une sombre période pour Suiren qui avait constamment subi d’innombrables humiliations et moqueries. Ce n’était pas au point où on s’en prenait physiquement à elle mais elle était constamment harcelée psychologiquement et moralement. Sans compter que sa santé fragile et s’occuper de son enfant en bas-âge était loin d’arranger la situation.

De nombreuses fois, elle était sur le point de craquer, de vouloir simplement tout laisser tomber. Malgré ça, la seule chose qui lui donnait encore la force de continuer était ce petit garçon qui possédait le même regard que son défunt mari.

Réalisant que les choses ne pouvaient plus continuer ainsi, Suiren prit alors une décision. Elle réunit toutes les économies qu’elle avait accumulées et décida de s’installer en dehors du village.

Avec sa santé et son enfant, voyager jusqu’à un autre village était trop dangereux et le risque de se faire voler était également trop grand. Elle décida alors d’utiliser une vieille demeure délabrée qui était dissimulée dans la forêt qui se situait à proximité de Mura.

Elle s’isola ensuite complètement du village, ne s’y rendant que lorsque c’était absolument nécessaire. Les villageois ne se fatiguèrent pas à aller jusqu’à la forêt pour l’importuner et très vite, ils tirèrent un trait sur son existence.

Libre de toute pression, Suiren se concentra ensuite exclusivement sur le bien-être de son fils. Elle utilisa tout l’argent qu’elle avait à disposition pour s’assurer que Fang puisse grandir correctement, même si pour cela elle devait négliger ses propres soins.

____

Le temps passa et même si les choses ne furent pas faciles au début, Fang grandit sans rencontrer de problèmes particuliers, au grand bonheur de Suiren.

« Cela fait plusieurs jours qu’il est parti, j’espère qu’il va bien. »

Alors qu’elle nettoyait la maison comme à son habitude, elle ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour son fils.

« Même si je n’ai aucune envie qu’il court un quelconque danger, ce monde n’est pas assez tendre pour réaliser mon souhait. »

Elle émit un long soupir, repensant à ces événements qui s’étaient déroulés peu auparavant.

Fang était revenu un jour complètement couvert de sang. Cette vue avait bien sûr choqué Suiren, mais ce qui l’avait surtout marqué, c’était l’expression sur le visage de son fils. Elle avait eu l’impression de se revoir tel qu’elle était des années auparavant, quand son mari était mort.

À ce moment là, elle était seule et n’avait reçu aucun soutien. Elle ne comptait pas laisser son fils traverser cette épreuve seul et écouta avec attention et tendresse ce que celui-ci avait à confier.

Sa récente montée en puissance, son combat mortel contre Hong ainsi que la perte de Ping…

Son fils avait traversé de dures épreuves à son insu et même si son histoire n’était pas très claire à certains endroits, elle n’insista pas sur les détails. Plus que n’importe qui, elle savait l’importance que Ping avait pour Fang et ne put s’empêcher de verser une larme.

Ping, le seul ami de Fang. Un jeune garçon aussi joyeux que bavard et qui venait de temps de temps manger en leur compagnie. Pour elle, Ping était comme un second fils et un support mental pour son propre fils.

Non seulement il était mort, mais Fang avait vu cela se produire sous ses yeux. Suiren ne pouvait même pas imaginer à quel point son fils pouvait être dévasté. Cependant, à son grand étonnement, Fang semblait avoir surmonté sa peine et, peu de temps après, il lui annonça qu’il allait s’absenter quelques jours pour s’entraîner en prévision du tournoi.

« Fang est devenu plus fort et plus mature ces derniers temps. S’il se fait remarquer durant le tournoi, avec un peu de chance, il pourrait trouver un poste décent et sortir de la condition dans laquelle il se trouve. »

Suiren ne se faisait pas d’illusions. Même si elle était arrivée à élever correctement Fang, l’environnement dans lequel il vivait était loin d’être idéal, surtout pour un jeune garçon en pleine croissance.

« Je ne suis qu’un poids pour lui », se lamenta-t-elle doucement.

Cette pensée la tourmentait sans cesse. Fang était un garçon intelligent et plein de ressources. S’il le voulait vraiment, il était parfaitement capable de vivre dans Mura. En tout cas, elle était certaine qu’à lui seul, il était capable de vivre dans de meilleures conditions qu’à l’heure actuelle.

« Ce garçon se donne trop de mal pour quelqu’un comme moi… Il est temps qu’il apprenne à vivre pour lui. »

Sa santé s’était inévitablement détériorée au fil des années. Suiren était parfaitement consciente des efforts que son fils faisait pour apporter suffisamment de nourriture pour eux deux ainsi que les herbes pour soulager ses douleurs chroniques jour après jour.

Elle était extrêmement reconnaissante de tout ce que son fils faisait pour elle mais en même temps, elle était triste de le voir porter ce fardeau sans pouvoir l’aider à cause de son corps affaibli.

« Tout ce que je peux faire, c’est rester forte et être là quand il reviendra. »

Réaffirmant sa volonté, Suiren poursuivit son ménage quand une voix l’interrompit soudainement.

« Excusez-moi, il y a quelqu’un ? »

Suiren fut surprise. À part Fang et Ping, c’était la première fois que quelqu’un d’autre venait jusqu’ici. Avec curiosité et prudence, elle se dirigea vers l’entrée pour voir de qui il s’agissait.

« Ah, vous devez être la mère de Fang, n’est-ce pas ? » Demanda l’homme après qu’elle ait ouvert la porte.

« En effet, et vous êtes ? »

« Mon nom n’a pas d’importance. Je ne suis qu’un servant au service de maître Han. J’ai un message de sa part à vous transmettre. Si ça ne vous dérange pas, ce serait peut être mieux d’en parler à l’intérieur. »

Suiren fut choqué en entendant le nom de Han. Même si elle ne s’était pas rendue au village depuis un bon moment, elle connaissait le chef de Mura, Han. Il lui fallut quelques instants pour digérer le choc puis elle s’empressa d’inviter l’homme à l’intérieur.

« O-Oui, bien sûr. Par ici, je vous en prie. »

Ils s’installèrent ensuite tous les deux l’un face à l’autre, puis le servant prit la parole et lui expliqua la raison de sa venue. Tout en écoutant attentivement ce que l’homme avait à dire, Suiren était stupéfiée.

« Une demeure a été spécialement préparée pour nous ? Dans le quartier nord ? » S’exclama-t-elle.

« Oui, tout est déjà prêt. Vous pouvez vous y installer dès aujourd’hui. »

Elle était sans voix en face de cette situation. Quand elle demanda à l’homme ce qui lui valait un tel traitement, sa seule réponse fut :

« Je n’en sais pas plus que vous. Si vous voulez obtenir des réponses, il faudra les demander à maître Han… ou bien à votre fils, Fang. »

Quand elle entendit cette réponse, elle repensa aux dernières paroles que son fils avait prononcées avant de partir s’entraîner :

« Tout va bien, maman. Dans peu de temps, les choses vont s’améliorer, je te le garantis. »

Cette affirmation et le petit sourire en coin de son fils l’avaient laissée perplexe mais ce n’est que maintenant qu’elle réalisa que ce n’était pas des promesses en l’air.

« Fang… » Murmura-t-elle doucement avec une larme à l’oeil.

« Alors, qu’en dites vous ? » Demanda le servant.

Suiren mit ses émotions de côté et réfléchit un court instant avant de répondre d’une voix ferme.

« Je suis désolée mais ce n’est pas possible. »

« Pourquoi donc ? » S’exclama le servant totalement surpris. Il ne s’attendait clairement pas à cette réponse.

Suiren avait tiré une leçon de ses expériences passées. Si elle venait à accepter l’offre du chef Han, il était certain que cela attiserait la jalousie des autres villageois, tout comme à l’époque où elle avait épousé Yorui.

Qui sait de quoi ces gens remplis de jalousie étaient capables ? Même avec la protection du chef Han, il existait d’innombrables moyens de l’atteindre. La dernière chose qu’elle désirait, c’était de devenir à nouveau un poids pour son fils après tous les efforts qu’il avait accomplis pour obtenir ces privilèges.

Après avoir expliqué son point de vue au servant, celui-ci hocha faiblement la tête.

« Je comprends. Je vais transmettre votre message à maître Han. »

« Merci de m’avoir écoutée », répondit poliment Suiren.

Le servant s’en alla ensuite sans rien ajouter de plus.

____

Le lendemain, après avoir refusé l’offre du chef Han, la dernière chose à laquelle Suiren s’attendait était de revoir l’homme de la veille aussi rapidement.

« Qu’est-ce que vous faites ici ? »

L’homme lui répondit alors avec un sourire.

« Après avoir fait mon rapport à maître Han, celui-ci a pris en compte votre avis et a décidé de faire les choses autrement. »

Il leva ensuite son bras et fit un geste de la main en direction de la forêt.

« Que… »

À la grande surprise de Suiren, des dizaines d’hommes sortirent alors des bois. La majorité d’entre eux portait des équipements et des matériaux de construction.

« S’il n’est pas possible de l’héberger au sein de Mura, alors construisez-lui une demeure digne de ce nom. Tel est l’ordre de mon maître », expliqua le servant.

« Je… euh… »

La tournure des événements était tellement soudaine qu’elle ne savait pas quoi dire.

« Si vous avez des suggestions, n’hésitez pas à nous le dire. Nous pouvons même vous construire une plus grande demeure », proposa le servant.

« Non, je… Inutile de construire une nouvelle demeure. Celle que j’ai me suffi. »

La maison qu’elle avait retapée tant bien que mal il y a de cela une éternité. Cet endroit contenait tous les souvenirs qu’elle avait avec son fils, elle ne voulait pas s’en séparait.

« Dans ce cas, ce sera vite réglé. Avec autant de main d’oeuvre, remettre cette maison à neuf ne prendra qu’une journée », lui assura le servant.

Après avoir reçu leurs directives, les hommes se mirent sans plus attendre à leur travail.

« En attendant qu’ils terminent la rénovation, mon maître a demandé à l’un de ses meilleurs médecins de jeter un oeil sur votre santé. Si vous voulez bien me suivre. »

Non loin de là, une table et des chaises avaient été installées. Un vieil homme possédant un air imposant les y attendait.

« Docteur, voici la personne en question. »

Suiren salua respectueusement le vieil homme qui lui répondit en hochant légèrement la tête. Puis ils s’installèrent tranquillement et le vieil homme commença son examen.

Suiren resta parfaitement calme tandis que le docteur poursuivait son analyse. Après de longues minutes sans rien dire, le vieil homme leva finalement la tête et annonça d’une voix grave.

« Madame, votre état est… incurable. Si on s’était occupé de vous plus tôt, une guérison aurait été envisageable mais à présent… À part réduire les symptômes, il n’y a plus rien que l’on puisse faire. »

Le servant était abasourdi par ce résultat mais Suiren était restée impassible. C’était son corps après tout et le diagnostic du docteur n’avait fait que confirmer ce qu’elle imaginait depuis longtemps.

« Combien de temps me reste-t-il ? » Demanda-t-elle alors.

« Difficile à dire. Votre santé peut s’effondrer soudainement et à tout instant. Peut-être d’ici une semaine, un mois, ou peut-être même dès demain. C’est malheureusement impossible de le prévoir », expliqua le vieil homme.

« Je vois… »

Suiren leva sa tête vers le ciel puis ferma ses yeux pour émettre une prière.

« S’il vous plaît, jusqu’à que mon fils puisse voler de ses propres ailes. Faîtes en sorte que mon corps tienne le coup. »

C’était là l’unique souhait de Suiren. Le souhait d’une mère dont la seule inquiétude était le bien-être de la seule personne qui lui restait de plus cher en ce monde.

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

8 commentaires sur “Maître des âmes 55.2 : L’inquiétude d’une mère

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s