Maître des âmes 68 : Enlèvement

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


( ´ ∀ ` )ノ

Enjoy.


 

Le cri désespéré de Han provoqua une vague d’énergie naturelle qui envoya valser les gens à proximité et fit tressaillir toutes les personnes présentes dans le convoi.

« Par où se sont-ils enfuis ? » S’exclama Han en interrogeant les gardes à proximité.

« N-Nous sommes désolés chef Han. Ils sont probablement repartis vers les bois mais avec toute cette fumée, c’était impossible de déterminer la direction exacte », expliqua un garde, la voix tremblante.

« Et il n’y en a aucun d’encore en vie pour leur faire avouer où se trouve leur cachette ?! »

« M-Malheureusement, nous n’avons aucun survivant. »

« Ngghh… Il n’y a pas de temps à perdre. Que les hommes encore valides me suivent, nous partons à la poursuite de ces scélérats sur le champ ! » Ordonna soudainement Han.

« Un instant », interrompit alors une personne.

En se tournant vers le propriétaire de la voix, Han s’aperçut que c’était Shang qui venait d’intervenir.

« En tant que chef de Mura, vous êtes responsable de ce convoi. Vous ne pouvez pas vous en aller ainsi alors que nous venons juste de subir une attaque », déclara Shang.

« De plus, les bandits ont déjà pris une bonne longueur d’avance. Ils connaissent mieux ce terrain que nous et ont peut-être même préparer des pièges pour leurs poursuivants. Dans ces conditions, engager une poursuite est bien trop risqué », ajouta-t-il.

Ses paroles étaient remplies de bon sens mais Han savait qu’au fond de lui Shang était amusé par la tournure des événements. Toutefois, celui-ci avait raison. Il avait ses responsabilités en tant que chef de Mura et, au vue de la situation, retrouver les ravisseurs s’avérait quasiment impossible.

« Meimei… Pardonne-moi de ne pas avoir réussi à te protéger. »

Han était complètement abattu. Il serrait si fort ses poings que du sang coulait de ses paumes.

« Chef Han. »

En entendant prononcer son nom, Han sortit de sa torpeur pour se tourner vers son interlocuteur.

« Ah, c’est toi Guin. Qu’y a-t-il ? »

« Je suis désolé de vous déranger. C’est juste qu’il fallait que je vous informe de quelque chose au plus vite », dit lentement Guin.

« Vas-y, parle. »

Au point où il en était, Han se disait que les choses ne pouvaient pas être pires.

« Eh bien… c’est au sujet de Fang. Il est parti. »

« Fang… QUOI ?! Tu peux répéter ce que tu viens de dire ?! »

Sa réaction fut tellement brusque que Guin recula de quelques pas.

« C-Comme je viens de vous le dire, Fang a décidé de quitter le convoi. Il m’a envoyé pour transmettre un message à votre attention. »

« Un message ? Lequel ? » Demanda Han, confus.

« J’ai quelque chose à faire alors je vais quitter ce convoi un petit moment. Oh ! Et pas de souci, je vais faire de mon mieux pour aider Meimei au passage. Voilà mot pour mot ce qu’il a dit », rapporta Guin.

Han posa sa main contre son front. Il commençait à avoir une violente migraine.

« Qu’est-ce que ce garçon a encore en tête ? »

Si ça avait été n’importe qui d’autre, Han aurait pris ça comme un acte suicidaire. Mais il s’agissait de Fang ! Combien de fois ses actions incompréhensibles se révélaient finalement faire partie d’une de ces manigances.

De plus, celui-ci avait dit qu’il viendrait en aide à Meimei. Cela signifiait que Fang était sur les traces des bandits. Même avec son niveau, sortir Meimei des griffes de ses ravisseurs était difficile à imaginer.

Mais étrangement, Han se sentait rassuré. Fang n’était pas le genre de personne à agir impulsivement. Si celui-ci affirmait quelque chose, c’est qu’il avait la possibilité de le réaliser. Il n’avait pas d’autre choix de toute façon. Que Meimei puisse revenir à ses côtés ne dépendait plus désormais que de Fang.

« Fang, je t’en prie, sauve Meimei », pria Han en silence.

Non loin de là, Sung, qui avait entendu toute la conversation, ne put s’empêcher d’esquisser un sourire diabolique en apprenant cette nouvelle.

« Je ne m’attendais vraiment pas à ce que Fang joue les princes charmants. J’aurais aimé le tuer de mes propres mains. Ceci dit, s’il veut mourir en voulant être un héros, ce n’est pas une mauvaise fin pour autant », murmura-t-il de façon inaudible.

Pendant que tout le monde se remettait de l’assaut que le convoi avait subi, Fang, dont certains souhaitaient la mort et d’autres la survie, n’était désormais plus en vue. À présent, seul l’avenir pourra leur dire ce qu’il adviendra du jeune garçon.

____

Quelques minutes auparavant, alors que l’attaque des Vents Hurlants faisait encore rage, Fang observait avec attention le duel qui se déroulait entre Shang et le chef des brigands.

« Impressionnant, il arrive à lutter d’égal à égal avec Shang », constata Fang, ébahi.

« Je dirais plutôt qu’il arrive à tenir le coup », précisa Shen. « S’il y allait sérieusement, Shang pourrait l’emporter. Pour une certaine raison, on dirait bien qu’il se retient. »

« Se retenir ? Pourquoi ? »

« Il est probablement intéressé par l’arme de son adversaire. Il a peur de l’endommager s’il attaquait de toutes ses forces », répondit Shen.

« Cette hache a tellement de valeur ? » Demanda Fang.

« Hum, un artefact au niveau guerrier. Dans cette région, je suppose que ce doit être quelque chose de rare. D’ailleurs, ce serait l’ingrédient idéal pour te permettre de passer au stade supérieur. »

Ces dernières paroles résonnèrent aussitôt dans l’esprit de Fang.

« Avec cet objet, je peux passer au niveau supérieur. Tu en es bien certain ? » S’empressa-t-il alors de demander.

« Sûr et certain. Une fois arrivé à la frontière du stade humain, il faut injecter une grande quantité d’énergie dans ton âme pour qu’elle puisse surpasser ses limites et te permettre d’atteindre le stade suivant. J’avais d’ailleurs prévu que tu obtiennes les objets nécessaires à Lasfalle avec l’argent que tu as acquis. »

« Mais si j’arrive à avoir cet artefact, il n’y aura pas besoin de s’embêter à attendre jusqu’à Lasfalle… » Murmura Fang avec un début de sourire sur les lèvres.

« Je te vois venir, petit. Ne me dis pas que tu penses t’emparer de cet artefact juste pour éviter d’avoir à payer les objets qu’il te faut. »

« Ha ha ! Tu m’as démasqué ! Non, je plaisante. Plus sérieusement, je me disais simplement que plus tôt je passerai au stade guerrier et mieux ce sera. Attendre patiemment jusqu’à Lasfalle ne colle pas avec ma personnalité. »

Fang disait que ce n’était qu’une plaisanterie mais Shen avait toutefois des réserves. Que Fang décide de voler quelqu’un plutôt que d’avoir à payer ressemblait davantage à la personnalité du jeune garçon selon lui.

« Et tu as un plan ? Tu ne vas pas me faire croire que tu vas utiliser le chaos qui règne en ce moment pour voler cet artefact ? » Demanda Shen, perplexe.

« Bien sûr que non ! C’est trop risqué ! En plus, il y a Shang qui se trouve là-bas. Ça ne m’étonnerait pas qu’il essaye de me tuer et fasse passer ça pour l’oeuvre des bandits. Bon, comment je vais bien pouvoir m’y prendre ? »

Fang se mit à réfléchir intensément sur la manière d’agir quand tout à coup, la situation évolua un peu plus loin.

« Un écran de fumée ? Non ! Un groupe détaché est sur le point d’atteindre le convoi ! » S’exclama tout à coup Guin, paniqué.

« Étrange… » Murmura Fang.

La fumée avait recouvert toute la zone à l’avant du convoi donc c’était difficile de l’affirmer, malgré tout, il était presque sûr que la trajectoire prise par les bandits déviait légèrement de l’endroit où se trouvaient les tributs.

« Ça a l’air de mal tourner ? Est-ce qu’on ne devrait pas aller en renfort ? » Demanda Guin en se tournant vers Fang.

« Plonger au beau milieu de l’ennemi sans aucune visibilité est du suicide. En plus, le temps qu’on arrive, ce sera probablement déjà terminé », répondit-il calmement.

« Tu as raison, mais… »

L’expression de Guin était sombre. Ne pas pouvoir venir en aide aux autres et rester ainsi impuissant face à la bataille qui se déroulait sous ses yeux n’était certainement pas facile pour lui.

« Hm ? »

Pendant que Guin s’apitoyait sur son sort, Fang remarqua que les bandits étaient déjà sortis du nuage de fumée.

« Ils ont déjà fini ? C’est bien trop rapide. Je n’ai pas l’impression qu’ils ont réussi à voler quoique ce soit non plus », pensa Fang en plissant des yeux pour essayer de mieux voir ce qui se passait.

C’est alors que dans son champ de vision, il vit une silhouette familière posée sur l’épaule de l’un des bandits.

« Mais c’est… Meimei ?! »

Fang n’en croyait pas ses yeux. Pourtant, c’était bien elle ! En la voyant ainsi inerte et immobile, il commença à perdre son calme. Il redoutait le pire.

« Si elle était morte, il ne prendrait pas la peine de la porter. Je ne sais pas quel est leur but mais elle est sûrement juste inconsciente. »

Comme s’il avait senti l’inquiétude de Fang, Shen s’empressa de donner son avis. Ces paroles rassurèrent Fang qui respira un bon coup avant de prendre finalement sa décision.

« Bon, c’est parti. »

Il descendit ensuite du chariot dans lequel il était à la grande surprise de Guin.

« Eh ! Attends ! Où tu vas ? »

Fang se tourna vers lui et lui dit avec un grand sourire.

« Transmets ce message au chef Han : J’ai quelque chose à faire alors je vais quitter ce convoi un moment. Oh ! Et pas de soucis, je vais faire de mon mieux pour aider Meimei au passage. »

« Quoi ?! Quitter le convoi ? Aider Meimei ? Fang, une minute ! »

Mais celui-ci ne lui laissa pas le temps de poser davantage de questions. Utilisant les [huit pas de l’ombre], Fang disparut en un instant, laissant derrière lui un Guin aussi confus que déboussolé.

« Je ne te savais pas une âme aussi chevaleresque. Foncer tout droit sur l’ennemi pour sauver la tendre et fragile princesse », dit Shen d’un ton moqueur.

« Oh, ferme là », répliqua sèchement Fang. « C’est surtout pour voler l’artefact du chef des bandits que je fais ça. Le reste, c’est du bonus. »

« Si tu le dis petit, si tu le dis… »

Grâce à son arcane, Fang arriva rapidement dans les bois où s’était enfoncé le groupe qui avait enlevé Meimei. Il suivit alors les traces laissées par les ravisseurs et entama sa poursuite.

Cependant, les bandits utilisaient des montures. Même avec les [huit pas de l’ombre], il était impossible pour Fang de les rattraper rapidement.

« Je suppose que tu as réfléchi à un plan avant de te lancer comme ça », demanda Shen pendant que Fang continuait à courir.

« Évidemment ! Pour qui tu me prends ? »

« Je voulais juste m’assurer que le sang ne t’était pas monté à la tête après avoir vu la petite princesse se faire kidnapper. C’est tout. »

« Pff. Tais-toi et contente-toi d’apprécier le spectacle comme d’habitude », répliqua Fang d’un ton agacé.

« Je suis impatient de voir ça. »

Juste au moment où ils finirent de discuter, Fang était arrivé à l’autre bout des bois. En face de lui se trouvait maintenant une zone rocheuse parsemée de vallées et de collines.

« Un terrain complexe. Idéal pour semer ses poursuivants et s’y dissimuler », ne put s’empêcher de préciser Shen.

« Oh ? On dirait bien que la chance me sourit », murmura Fang.

Il se plaqua alors immédiatement au sol. Au pied du dénivelé qui lui faisait face, il pouvait apercevoir que les Vents Hurlants s’étaient réunis en contre-bas.

« On dirait bien que c’est leur point de rendez-vous. Heureusement que je suis arrivé ici suffisamment vite avant qu’ils ne s’engagent dans la zone suivante. Les retrouver aurait été compliqué autrement. »

Fang n’eut pas à attendre longtemps, seulement quelques instants plus tard, ils poursuivirent leur route. Tout en redoublant de prudence, il se remit ensuite en mouvement en prenant garde à ne surtout pas les alerter.

La filature dura plusieurs heures. Tout se passa sans accroc jusqu’au moment où les bandits traversèrent ce qui ressemblait à un point de contrôle improvisé. Là-bas se trouvaient plusieurs de leurs comparses qui surveillaient l’endroit pendant que le reste du groupe s’enfonçait plus loin. Ne pouvant pas continuer davantage sans attirer l’attention, Fang les perdit finalement de vue.

« Qu’est-ce que tu vas faire maintenant ? Si tu prends le temps de contourner ce poste de garde, tu risque de les perdre pour de bon », demanda Shen.

« Rien ne presse. Même si le groupe principal disparaît, il reste toujours ceux qui sont là-bas. Tant que je les garde à l’oeil, je pourrai retrouver les autres. Pour l’instant, je vais me reposer et attendre demain », répondit Fang.

Shen trouvait l’attitude du jeune garçon étrange mais il n’en rajouta pas davantage. Conformément à ce qu’il avait annoncé, Fang prit un peu de distance et passa la nuit paisiblement. À part pour jeter un oeil de temps à autre pour s’assurer que les bandits n’étaient pas partis, il n’entreprit aucune autre action.

C’est ainsi fraîchement reposé que Fang se présenta le lendemain au point de contrôle. Comme si de rien n’était, il marchait lentement avec une expression sereine sur le visage.

« Halte ! T’es qui toi ? Qu’est-ce qu’un gamin vient traîner par ici ? » Demanda l’un des bandits.

« Qu’est-ce qu’il a en tête ? Est-ce qu’il compte battre tous les bandits présents et leur faire avouer où se trouve leur cachette ? »

Shen était perplexe. Les bandits ici présents étaient loin d’être à la mesure de Fang, même avec leur nombre. C’était un jeu d’enfant pour lui de tous les maîtriser de force.

Mais alors que Shen était impatient à l’idée de voir un affrontement débuter, le geste soudain de Fang le laissa bouche bée. Levant soudainement ses bras en l’air, le jeune garçon s’adressa alors au garde avec un grand sourire.

« Bonjour, je suis venu rejoindre votre bande. »

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

5 commentaires sur “Maître des âmes 68 : Enlèvement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s