Maître des âmes 69 : Nouvelle recrue

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


Que dire cette semaine ? Rien de particulier.

Alors juste un grand merci à ceux qui lisent MdA. N’hésitez pas à laisser un petit commentaire à l’occasion. Ça en a pas l’air, mais il y a des fois où juste un simple remerciement pour un chapitre me permet de maintenir ma motivation.

Bref, trêve de bavardages, et comme d’habitude, enjoy. ^^


 

Cette proposition était la dernière chose à laquelle Shen s’attendait et ce fut apparemment aussi le cas pour le bandit qui était en face de Fang.

« Hein ?! Ça va pas la tête gamin ! Tu sais qui on est au moins ? »

« Bien sûr ! Vous êtes les membres des célèbres Vents Hurlants ! Le groupe de brigands le plus connu de la région », répondit Fang avec enthousiasme.

« Qu’est-ce qui se passe ici ? »

Un homme s’approcha d’eux tout en posant cette question. Fang tourna la tête vers le nouveau venu. Celui-ci semblait le plus jeune du groupe bien qu’il était certainement plus vieux que lui.

« Luan ! Y a un drôle de gamin qui a débarqué. Il dit qu’il veut nous rejoindre », expliqua le bandit.

Fang remarqua que le bandit, qui était si agressif au début, se comportait bien sagement en présence du dénommé Luan. Il en déduisit donc que le dénommé Luan devait avoir une certaine autorité malgré son jeune âge.

« Hm… Un nouveau ? »

Luan dévisagea longuement Fang, qui conservait une expression impassible.

« Euh, qu’est-ce qu’on fait alors, Luan ? » Demanda le bandit après un long silence.

« Rien du tout. C’est au chef de décider qui nous rejoint ou pas. De toute façon, on allait retourner au camp aujourd’hui. Autant le prendre avec nous », répondit Luan.

« Ok, si c’est toi qui le dis. »

Luan se tourna ensuite vers Fang.

« Comme tu l’as entendu, nous allons t’emmener voir notre chef. C’est lui qui aura le dernier mot. Je m’appelle Luan, c’est quoi ton nom ? » Demanda Luan en tendant sa main.

En constatant que l’attitude de Luan paraissait amicale, Fang lui empoigna la main avant de répondre :

« Je m’appelle… Ping. »

Les chances que les Vents Hurlants connaissent son existence étaient extrêmement faibles. En tout cas, il était sûr que son apparence ne leur évoquerait rien. Cependant, le nom de « Fang », le vainqueur du dernier tournoi de Mura, était peut-être parvenu à leurs oreilles. C’est pourquoi il considéra qu’il n’avait rien à perdre à utiliser un faux nom.

« Ping, que tu nous rejoignes ou non, si tu veux rencontrer le chef, il va d’abord falloir le mériter. Nous sommes sur le point d’abandonner ce campement, alors aide-nous à ranger tout ça », ordonna Luan.

« Ok. »

C’était un camp de fortune donc les préparations ne prirent que peu de temps. Fang mit également la main à la pâte, principalement sous les directives de Luan.

« Seul Luan prend la peine de me parler. Quant aux autres… »

Les autres bandits lui jetaient des regards de loin mais sans l’approcher pour autant. Fang n’espérait pas qu’ils deviennent les meilleurs amis du monde en un instant et décida donc de les ignorer.

« Bien, maintenant que tout est en ordre. Allons-y », annonça Luan une fois que tout était en ordre.

Ils prirent aussitôt la route. Voyant que seul Luan lui adressait la parole, Fang décida d’engager la conversation avec lui.

« Je dois dire que je suis étonné. Tu n’as pas l’air beaucoup plus vieux que moi et pourtant, les autres ont l’air de te respecter », dit Fang d’un ton mielleux.

Il va sans dire que Shen était en train de rire en ce moment même en écoutant la façon dont le jeune garçon s’adressait à Luan.

« Il n’y a rien de spécial à ça. Si tu es plus doué qu’eux, les autres te respecteront. C’est encore plus vrai dans un groupe comme le nôtre. »

« Donc, j’ai mes chances moi aussi ? »

« Bien sûr ! Peu importe ton âge ou d’où tu viens. Si tu en as la capacité, alors tu auras une bonne place parmi nous », répondit-il.

Fang était tout souriant mais dans son esprit, il était en train de réfléchir à la suite des événements. Pour augmenter ses chances de dérober l’artefact du chef des Vents Hurlants, il devait être en contact avec lui autant que possible. Le meilleur moyen d’y parvenir était donc de prouver sa valeur le plus vite possible.

Il devait participer au grand rassemblement des villages après tout. Il n’avait pas le loisir de s’éterniser parmi ces bandits très longtemps. Plus vite il arriverait à ses fins et mieux ce serait.

Le groupe poursuivait tranquillement son chemin et Fang remarqua très vite que ce terrain était bien plus compliqué qu’il n’y paraissait. Ils tournaient à des nombreux embranchements et tantôt le chemin était en pente, tantôt une longue descente les attendait juste après.

« Il est clair que si leur cachette est dans cette zone, les débusquer n’est pas une mince affaire », pensa Fang.

Ce n’est qu’à la fin de la journée qu’ils touchèrent enfin au but. Sous le regard attentif de Fang, un grand campement avait été construit à proximité d’un ruisseau. Le soleil était sur le point de se coucher et les préparatifs pour y passer la nuit allaient de bon train.

Accompagné de Luan et des autres, Fang était en train de progresser au coeur du campement où les attendait leur chef. Tout le long du chemin, il avait pu sentir les regards curieux qu’on lui jetait sans cesse.

Se faire scruter ainsi le rendait un peu mal à l’aise mais il n’en laissa rien paraître sur son visage. Il s’attendait à ce genre de réaction. C’est pourquoi il avait pris la précaution de dissimuler son anneau interspatial auparavant. Il ne l’avait même pas sur lui, préférant le cacher non loin de l’endroit où il avait dormi la veille.

Il était en train de plonger au beau milieu d’un groupe de bandits après tout ! Il n’allait pas prendre le risque d’attirer l’attention avec un objet aussi peu commun qu’un anneau interspatial. Surtout que s’ils le découvraient, il était certain qu’ils ne se priveraient pas pour le dépouiller de toute la fortune qu’il avait durement acquis.

Tout en avançant, Fang n’oublia pas d’observer le campement dans ses moindres détails. Rien de particulier n’attira son attention cependant. Pour l’instant, il n’y avait aucune indication de là où pourrait bien se trouver Meimei.

« J’espère que les prisonniers ne sont pas gardés dans un autre endroit. Ça risque d’être plus compliqué sinon. »

Le jeune garçon continua à réfléchir tout en marchant, mais au bout d’un moment, il décida de mettre tout ça de côté. Il avait encore trop peu d’informations pour commencer à établir un plan précis. Le plus important dans l’immédiat était de se faire accepter par le chef des Vents Hurlants. Tout commencerait après ça.

Le groupe de Fang arriva finalement devant une tente au moins trois fois plus grande que les autres. Non loin de là, des hommes étaient assis à une table.

Les bouteilles vides étaient empilées dessus et ils ne se gênaient pas pour parler bruyamment. Sans hésitation, Luan s’avança vers eux et annonça sa venue.

« Chef ! C’est Luan. Nous sommes de retour du point d’observation. »

L’homme au bout de la table se leva alors lentement. Fang ne l’avait vu que de loin lors de son combat contre Shang, mais maintenant qu’il était juste en face de lui, il remarqua à quel point celui-ci était massif.

Ses habits étaient essentiellement composés de fourrure et lui donnaient un air sauvage. Les cicatrices qui parcouraient tout son corps pouvaient témoigner du genre de vie qu’il avait mené. Malgré son apparence imposante, c’est avec un grand sourire qu’il répondit à Luan.

« Ah Luan ! Bon travail ! Aucun mouvement du côté de Mura ? »

« Même après une journée entière, ils ne nous ont pas poursuivis. Comme prévu, ils mettent la priorité sur le grand rassemblement des villages », répondit Luan.

« Bien, tout s’est passé comme prévu alors. »

« Chef, si je peux me permettre… »

« Oui ? »

« Nous avons perdu beaucoup d’hommes et de matériels dans cet assaut. Tout ça pour… cette fille. Est-ce que ça va aller ? »

Fang redoubla d’attention en entendant les paroles de Luan car c’était une question qui le tracassait aussi. Après avoir assisté à l’assaut du convoi, toutes les actions des brigands portaient à croire que Meimei était leur cible depuis le début.

Cependant, il avait dû mal à croire que cette attaque avait été planifiée dans le seul but d’enlever une fille. Il avait donc rejeté cette possibilité. Mais d’après Luan, cette supposition ne semblait pas si farfelue.

« C’est vrai que cet assaut nous a coûté assez cher. Mais il n’y a rien à craindre ! Notre client cette fois-ci a des goûts « très spéciaux ». Nous serons largement récompensés. À moins que tu doutes de mes paroles, Luan ? »

Le ton du chef retomba à la fin de sa phrase. L’atmosphère devint tout à coup beaucoup plus pesante. Même le brouhaha ambiant avait disparu pour laisser place à un silence de mort. La situation dura plusieurs secondes avant que Luan ne reprenne enfin la parole.

« Si c’est vous qui le dites chef, je n’ai aucune raison d’en douter. »

Bien que Luan semblait garder son sang-froid, Fang pouvait apercevoir des gouttes de sueur qui coulaient le long de son front.

« Ha ha ha ! Tu as tout compris, Luan ! C’est bien ! J’apprécie les gens qui connaissent leur place. Hm ? Il y a un visage que je ne reconnais pas parmi vous. Qui est-ce ? » Demanda le chef des brigands en se tournant vers Fang.

Comme s’il voulait changer de sujet au plus vite, Luan s’empressa de faire les présentations.

« Ah ! Voici Ping, il souhaite rejoindre notre bande. Ping, je suppose que tu l’as deviné mais tu as devant toi le chef des Vents Hurlants, Varuh. »

« C’est un plaisir de vous rencontrer. »

Fang salua aussitôt Varuh.

« Hm, il semblerait que tu sois plus éduqué que la plupart des hommes ici. »

La remarque de Varuh provoqua l’hilarité parmi les hommes aux alentours. Ce n’est qu’une fois calmé que celui-ci reprit la parole.

« Alors gamin, d’où est-ce que tu viens ? » Demanda Varuh.

« Je viens du village de Gedo », répondit simplement Fang.

Évoquer Mura aurait éveillé trop de soupçons et inventer un village fictif aurait été risqué aussi. Pour gagner la confiance de Varuh au plus vite, Fang devait montrer un certain niveau de compétence. Il était hautement improbable et suspect qu’un jeune garçon avec autant de potentiel ne provienne pas de Mura ou de Gedo. Après tout, c’était un fait connu que ces deux villages étaient les plus développés de la région.

Fang espérait que Varuh n’essaie pas d’en savoir trop à son sujet. Sa couverture devait juste tenir le temps d’accomplir ses objectifs.

« Je vois, Gedo. Hmpf ! »

Sans crier garde, Varuh projetta une vague d’énergie naturelle sur Fang. Celui-ci recula alors de plusieurs pas en arrière sous l’effet du choc.

« Huitième niveau du stade humain. Pas mal du tout ! Tu m’as l’air bien jeune. Quel âge as-tu exactement ? »

Tout en retrouvant fermement ses appuis, Fang répondit promptement :

« 18 ans ! »

Évidemment, tout ça n’était qu’une comédie de sa part. Comme le chef Han l’avait fait auparavant, Fang se doutait que Varuh essaierait d’évaluer son niveau en émettant une vague d’énergie naturelle. Il s’était donc naturellement préparé à l’impact.

Il avait également menti sur son âge car atteindre le 8ème niveau du stade humain à 16 ans était un résultat incroyable, même à Mura. Il devait se démarquer pour se rapprocher de Varuh mais il ne devait pas attirer trop d’attention non plus.

Selon lui, prétendre d’être un combattant au 8ème niveau du stade humain à 18 ans devrait être suffisant pour obtenir rapidement un rôle important parmi les Vents Hurlants.

« Intéressant », murmura Varuh. « Mais dis-moi, pourquoi quelqu’un d’aussi jeune et doué que toi a quitté Gedo pour nous rejoindre ? »

Fang s’attendait à cette question et il avait déjà longuement pensé à une réponse.

« La vérité, c’est que j’ai attiré la colère de quelqu’un contre lequel je ne pouvais pas lutter. Le seul moyen pour moi de rester en vie était de fuir. C’est à ce moment-là que j’ai entendu parler des Vents Hurlants », expliqua Fang.

« Qui as-tu provoqué à Gedo pour qu’ils décident de chasser un talent comme toi ? »

Le ton de Varuh devint subitement plus acéré sans que Fang ne sache pourquoi.

« C’est le fils du chef de Gedo, Borgr. Quant à la raison pour laquelle il m’en veut, je… ne préfère pas en parler. »

Fang prit un air indigné en disant cela. Il ne connaissait pas Gedo ni Borgr. Plutôt que d’inventer un mensonge compliqué, il décida de rester vague sur le sujet.

« Tch, Borgr… Je comprends gamin. Pas la peine d’en dire davantage. »

Fang ne savait pas ce que Varuh avait compris exactement. Cependant, son attitude montrait qu’il ne semblait pas porter Borgr ou Gedo dans son coeur.

« Étrange, il réagit comme s’il connaissait Borgr. Je me demande quel est le lien entre eux ? » Se demanda Fang.

Varuh resta pensif quelques instants puis son expression se détendit enfin.

« Haaah… Bref, quoiqu’il en soit, nous avons perdu pas mal d’hommes lors de notre dernier travail. Du sang neuf ne nous fera pas de mal. Les gars ! En plus de la réussite de la mission, on va fêter l’arrivée du nouveau venu ! Qu’on me remplisse mon verre, je commence à avoir la gorge sèche ! »

« Ooooooh ! » S’exclamèrent en choeur le reste de la bande.

Luan posa alors sa main sur l’épaule de Fang.

« Bienvenue chez les Vents Hurlants, Ping », dit-il avec un sourire.

Fang sourit en réponse et relâcha un long soupir intérieurement. Conformément à son plan, sa vie de brigand allait à présent débuter.

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

11 commentaires sur “Maître des âmes 69 : Nouvelle recrue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s