Maître des âmes 71 : Raid

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


( ̄ρ ̄)..zzZZ

(Moi en rentrant du taf…)

Enjoy.


La cargaison qu’ils allaient attaquer n’était pas aussi bien protégée que celle de Mura. C’est pourquoi cette fois-ci, moins d’hommes étaient présents pour cet assaut. En fait, les membres des Vents Hurlants qui retournaient dans leurs villages respectifs avaient une autre fonction : servir d’espion pour le compte du groupe.

De cette manière, il était facile pour les Vents Hurlants de choisir leur cible et de préparer minutieusement leurs attaques.

« Ils sont beaucoup mieux organisés que je le pensais », réalisa Fang.

Pour éviter que les « espions » ne soient reconnus, ils portaient généralement des masques au moment de l’assaut. Bien entendu, la majorité d’entre eux n’était pas des combattants et se contentaient juste de transmettre des informations en échange de quelques sous.

« Ils ont un système bien rôdé. Pas étonnant que ce soit le groupe de brigands le plus connu de la région », ajouta Shen.

Fang acquiesça en silence. C’était une leçon très instructive pour lui. Il ne pensait pas qu’il fallait autant d’efforts et de réflexion pour être un bon brigand. Tandis qu’il faisait cette observation, il poursuivait sa route tout en discutant tranquillement avec le groupe de Luan.

« Hé ! Dégage de mon chemin ! »

Un homme s’immisça alors soudainement entre eux et poussa Fang. Après avoir trébuché de plusieurs pas sur le côté, celui-ci se tourna vers l’intrus avec une animosité non dissimulée dans son regard.

« Skank ! Tu n’es pas le bienvenu par ici ! » S’écria alors Douali.

« Pff. »

Nullement impressionné par les menaces de Douali, le dénommé Skank continua à regarder Fang d’un air menaçant.

« Skank, si tu as quelque chose à faire par ici, tu ferais mieux de te dépêcher, sinon je te demanderai de bien vouloir partir. »

La façon de parler de Luan pouvait paraître calme et polie. Cependant, le ton de sa voix reflétait tout le contraire.

« Tu ferais mieux de garder un oeil sur ton nouveau petit compagnon, Luan. C’est de sa faute s’il papote en plein milieu du chemin », répliqua Skank.

« Si tu n’as rien d’autre à ajouter, je te suggère de rejoindre ton groupe », répondit froidement Luan.

« Tch. »

Après s’être fixés du regard durant plusieurs secondes, Skank s’en alla ensuite sans dire un mot de plus. Malgré tout, il ne se priva pas pour jeter un dernier coup d’oeil à Fang avant de finalement disparaître hors de vue.

« Ça va Ping ? » Demanda Vyne en s’approchant de lui.

« Tout va bien », répondit Fang avec un léger sourire.

« Ce vaurien de Skank ! Un de ces jours, je lui mettrai mon poing dans la figure… Aïe ! »

« Calme tes ardeurs avant que ce soit toi qui finisse avec un poing dans la figure », répliqua Clog après avoir donné un coup de pied dans les fesses de Douali.

« Eh ! C’est bon, j’ai compris ! Pas besoin de me donner un coup en plus », répondit Douali en se frottant le derrière.

« J’en avais juste envie. C’est tout. »

« Toi… »

Le groupe se mit alors à éclater de rire et oublia rapidement l’interruption causée par Skank.

« Quand même ce Skank, je ne lui ai rien fait et pourtant, on dirait qu’il me déteste », pensa Fang.

Ce n’était pas la première fois que Skank le provoquait ainsi. Mais ce n’était pas seulement lui, il s’en prenait également à Clog, Vyne et Douali aussi. D’après eux, ce comportement venait du fait que Skank avait toujours ressenti une certaine rivalité envers Luan.

Luan et Skank étaient tous les deux au niveau 10 du stade humain. Ils étaient aussi officieusement les bras droits de Varuh. Il n’y avait pas vraiment de hiérarchie à proprement parler chez les Vents Hurlants, mais c’était devenu naturel pour eux d’écouter les suggestions de Luan ou Skank quand Varuh ne disait rien.

À cause de ça, deux clans s’étaient en quelque sorte formés au sein des Vents Hurlants. Le groupe de Luan auquel Fang appartenait et le second étant bien sûr le groupe de Skank.

Fang n’avait pas remarqué cette rivalité au tout début mais après avoir passé quelques temps aux côtés de Luan et des autres, il avait très vite remarqué le changement d’attitude de Skank envers lui. Cependant, pour une raison qu’il ignorait, Skank semblait s’en prendre davantage à lui qu’au reste du groupe.

« Il est juste jaloux de toi », dit Luan comme s’il avait lu dans les pensées de Fang.

« Jaloux ? Mais de quoi ? »

« De ton potentiel. Atteindre le huitième niveau à ton âge est impressionnant. Contrairement à moi ou à Skank qui sommes bloqués au niveau 10 du stade humain depuis un bon moment, tu as de la marge pour progresser. D’ici quelques années, il ne fait aucun doute que tu deviendras plus fort que nous », expliqua Luan.

« Et c’est pour ça qu’il me traite comme ça ? C’est puéril », rétorqua Fang.

« Ha ! ha ! Il est ce genre de personne. Si tu t’étais joint à lui, les choses auraient peut-être été différentes. Qu’est-ce que tu en dis ? Tu peux toujours changer d’avis et intégrer son groupe. Je ne t’en voudrai pas, tu sais ? »

Fang secoua vigoureusement la tête pour protester. Après avoir comparé l’attitude de Luan et Skank, il était clair qu’il préférait rester aux côtés du premier.

« Ha ! Ha ! Dans ce cas là, fais de ton mieux. »

Luan tapota alors amicalement le dos de Fang avant de reprendre la route. Avant de suivre derrière ses pas, celui-ci jeta un dernier regard dans la direction par laquelle Skank s’en était allé.

« Skank… Je vais devoir le supporter pour l’instant. J’espère seulement pour lui qu’il ne poussera pas le bouchon un peu trop loin. »

Dans son esprit, Fang avait déjà forgé son opinion sur Skank. Si celui-ci représentait une quelconque menace pour lui, il n’aurait aucun remord à l’éliminer.

____

Quelques heures de marche plus tard, les Vents Hurlants étaient enfin arrivés à destination. Ils se positionnèrent ensuite à un endroit stratégique et se mirent à patienter calmement en attendant que leur cible tombe dans leur filet.

Ils s’étaient séparés d’un côté et de l’autre de la route que le convoi allait prendre. Tout naturellement, les groupes de Luan et Skank n’étaient pas positionnés du même côté. Varuh, quant à lui, était à l’écart des deux groupes. Il se tenait à un endroit plus éloigné pour avoir une vue globale sur la situation.

Tandis que l’attente se poursuivait, Luan prit l’initiative de parler à Fang pour le rassurer.

« Pas besoin de stresser Ping. D’après nos informations, on va attaquer un petit convoi indépendant qui a refusé de naviguer avec les autres parce que celui-ci refusait de payer pour obtenir la protection de Mura. On ne va pas rencontrer beaucoup de résistance. Avec un peu de chance, ils se rendront de suite en nous voyant et on n’aura même pas besoin de se battre », lui assura-t-il.

Suite à ces paroles, Fang acquiesça d’un hochement de tête. Peu de temps après, il entendit soudainement la voix de Vyne les interpeller.

« Hé ! Ils arrivent. Tenez-vous prêts. »

Aussitôt après avoir reçu cet avertissement, Fang tourna son attention dans une certaine direction. Au loin, une petite ombre s’approchait lentement d’eux. Tout le monde se tut rapidement et resta immobile tout en retenant leur souffle.

Durant son entraînement, Fang avait dû à maintes reprises tendre des embuscades contre des bêtes démoniaques. Ce processus n’était donc pas nouveau pour lui. Les secondes s’écoulaient et le bruit du convoi se faisait de plus en plus retentissant. Toute la bande n’attendait plus désormais que le signal de Varuh pour se mettre en mouvement.

« À l’assaut ! »

Le cri puissant de Varuh résonna soudainement. Suite à ça, Fang bondit alors de sa cachette pour débuter l’attaque.

Au premier coup d’oeil, il remarqua que ce convoi était effectivement bien plus petit que celui de Mura. Celui-ci s’étendait seulement sur quelques dizaines de mètres et Fang estima qu’une vingtaine d’hommes environ avait été assignée à sa protection.

Conformément à leur plan, Fang prit son arc et décocha avec les autres membres de la bande une salve de flèches qui réduisit en un instant le nombre de gardes de moitié. Une fois cela fait, Fang, accompagné de Luan et des autres, se précipita au corps à corps pour en finir avec les gardes restants.

Dépassés en nombre et en force, la domination des Vents Hurlants était inévitable. Face à ce spectacle, les survivants déposèrent rapidement leurs armes en signe de capitulation.

« Qu’un groupe surveille ces hommes pendant que le reste prend tout ce qui peut avoir de la valeur ! » Ordonna Varuh quand l’assaut fut conclu.

Sans aucune mésentente, chaque groupe s’attela à sa tâche. Fang, quant à lui, était en train de passer au peigne fin le chariot le plus proche. L’intérieur était entièrement composé de tonneaux. Quand il en ouvrit un pour en vérifier le contenu, il découvrit alors que celui-ci était rempli d’alcool.

« Voilà qui devrait faire plaisir aux gars, et en particulier à Douali », murmura Fang avec un sourire.

Mais alors qu’il s’apprêtait à s’en aller pour faire un rapport sur sa découverte, ses sens affûtés détectèrent un faible mouvement dans l’un des nombreux tonneaux.

« Hum ? »

Prudemment, Fang souleva le couvercle du tonneau en question. En apercevant ce qui s’y cachait, il ne put s’empêcher de froncer ses sourcils.

« Pitié… pitié… »

Une femme était recroquevillée dedans, son corps tremblant et le visage pâle. Dans ses bras se trouvait une jeune fille avec des traits similaires et qui devait probablement être sa fille. Avant que la femme ne continue de le supplier, Fang plaqua sa main contre sa bouche en lui faisant signe de se taire.

« Si vous voulez éviter le pire, taisez-vous. »

Fang observa ensuite la mère et la fille d’un oeil plus attentif. Bien qu’elles étaient loin d’être des beautés, on ne pouvait pas dire qu’elles étaient particulièrement laides non plus. Si la bande venait à les découvrir, il pouvait facilement imaginer le futur qui les attendait.

Elles seraient sûrement vendues en tant qu’esclaves, mais avant ça, il ne faisait aucun doute que certains hommes abuseraient d’elles en premier. Il pensait tout particulièrement à Skank et sa bande, dont la réputation n’était plus à faire sur ce sujet.

En voyant la femme qui serrait sa fille de tout son corps malgré la peur qui l’habitait, Fang ne put s’empêcher de repenser un instant à sa propre mère.

« Je suis encore naïf. »

Quand il avait décidé de rejoindre les Vents Hurlants, Fang s’était préparé mentalement à accomplir des actions peu louables dans le but de s’intégrer. Ceci dit, même lui s’était imposé certaines limites.

« Je ne pourrais plus regarder ma mère en face si je révélais l’existence de ces deux-là. »

Pour Fang, qui avait déjà pris des vies et qui étaient prêts à tuer davantage si le besoin s’en ressentait, ce geste pouvait paraître insignifiant voire complètement hypocrite. Malgré tout, à ses yeux, s’il n’avait pas certaines valeurs à respecter, il ne valait pas la peine d’être qualifié « d’être humain ». En tout cas, ce serait comme s’il reniait complètement la façon dont sa mère l’avait éduqué jusqu’ici.

Après un long soupir, Fang reposa doucement le couvercle du tonneau. Bien qu’elle fut tout d’abord surprise par ce geste, la mère porta un regard empli de gratitude à son attention.

« Bon, comment les convaincre de ne pas toucher à ce tonneau ? »
Fang les avait laissées en paix mais il n’était pas seul. Rien ne disait que quelqu’un d’autre n’allait pas y jeter un coup d’oeil. Il devait trouver un prétexte convaincant.

« Qu’est-ce que t’as à fixer ce tonneau comme ça ? Tu as trouvé quelque chose d’intéressant j’espère ? »

Interrompu dans sa réflexion, Fang se tourna alors vers la personne qui venait de prendre la parole en se disant que c’était vraiment la dernière personne qu’il voulait voir en cet instant.

« Skank ! Pas grand-chose. Et de ton côté, comment ça se passe ? »

« Tch. Arrête de vouloir faire ami-ami avec moi et réponds à la question. »

« Est-ce qu’il se doute de quelque chose ? » Pensa Fang.

À en juger par son attitude, Skank semblait savoir que quelque chose clochait avec ce tonneau.

« La plupart de ces tonneaux contiennent de l’alcool. Je pense que ça fera plaisir au groupe. À part ça, le reste contient des fruits et des grains. Rien de très utile », expliqua calmement Fang.

« Vraiment ? Laisse-moi jeter un coup d’oeil », suggéra alors Skank.

« Tu ne me crois pas ? » Demanda Fang d’un ton ferme.

« Je veux juste vérifier quel genre d’alcool il y a dedans », insista Skank avec un sourire en coin.

Il se dirigea ensuite sans hésitation vers le tonneau en face de Fang où se trouvaient toujours la mère et sa fille.

« Celui-là… »

Il était clair à présent que Skank avait remarqué quelque chose. Mais que pouvait-il faire ? S’il se mettait en travers du chemin, il risquait de lever des soupçons sur lui. Tous ses efforts pour s’intégrer dans le groupe jusqu’ici auraient alors été en vain.

« Est-ce que je n’ai pas d’autre choix ? »

Fang était désolé pour les deux personnes qui étaient cachées mais il plaça la priorité sur ses objectifs. S’il pouvait les aider tant mieux, mais si cela venait à gâcher ses plans, alors il s’était résolu à les abandonner. Il n’était ni un saint ni un dieu et il était conscient qu’il n’avait pas la possibilité de sauver tout le monde.

Ayant pris sa décision, Fang recula alors pour laisser la place à Skank. Sans avoir remarqué le conflit interne du jeune garçon, Skank posa alors sa main sur le couvercle du tonneau et commença lentement à le soulever.

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

4 commentaires sur “Maître des âmes 71 : Raid

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s