Maître des âmes 73 : Échappatoire

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


Enjoy.


 

Tapi comme un animal prêt à fondre sur sa proie, Fang réfléchissait à la manière dont il allait extirper Varuh de ce traquenard.

« Tout d’abord, il faut que Varuh remarque ma présence. Une fois que ce sera fait, il suffira de trouver le bon timing. »

Avec cette idée en tête, Fang se déplaça le plus discrètement possible de façon à ce que Varuh puisse l’apercevoir sans attirer l’attention des soldats de Lasfalle. Une fois en position, il se mit dans son champ de vision et attendit calmement que celui-ci finisse par le voir.

Bien qu’acculé par ses trois adversaires, ce n’est pas pour autant que Varuh avait oublié de garder un oeil sur les environs. Il fut alors stupéfié quand il aperçut Fang dissimulé non loin de là. Cependant, malgré sa surprise, l’expression sur son visage ne dura pas suffisamment longtemps pour que les autres ne détectent quoique ce soit.

Sachant qu’il n’y avait pas de temps à perdre, Fang se contenta ensuite de montrer un objet en espérant que Varuh comprenne là où il voulait en venir. Tout en évitant les assauts qu’on lui portait, celui-ci hocha légèrement la tête en réponse et Fang comprit que ce geste lui était destiné.

Par la suite, lentement et sûrement, Varuh se rapprocha de Fang en prenant bien garde à ne pas éveiller les soupçons de ses assaillants. Une fois suffisamment près, ils échangèrent un bref coup d’oeil et Fang s’exécuta aussitôt.

« Maintenant ! »

Boum !

Il n’hésita pas un instant à jeter la sphère qu’il tenait à la main, relâchant ainsi dans l’air un nuage de fumée épais qui obstruait totalement la vue dans la zone.

Les trois soldats étaient entièrement focalisés sur leur cible et avaient été pris complètement par surprise. À l’inverse, Varuh put réagir sans perdre de temps et il sortit de l’écran de fumée dès l’instant où elle apparut.

Ensuite, tout en se dirigeant vers Fang, il émit un sifflement puissant en y injectant son énergie. À peine son sifflement s’était-il estompé qu’un massif cheval osseux faisait son apparition. Varuh monta aussitôt dessus, sans oublier évidemment de prendre Fang au passage.

Sans demander leur reste, les deux prirent alors la poudre d’escampette. Toujours empêtrés dans la fumée, les trois soldats impuissants ne pouvaient que grincer des dents de frustration en entendant leur cible s’échapper.

« J’ai bien fait de prendre une bombe fumigène au cas où », pensa Fang.

En effet, avant de descendre du cheval de Clog, il lui avait « emprunté » une bombe fumigène à son insu en se disant que cela lui serait peut-être utile plus tard. Après avoir galopé frénétiquement durant plusieurs secondes, Varuh prit enfin la parole.

« Je te dois une fière chandelle Ping. Mais qu’est-ce que tu fais ici ? »

« Je suis tombé par accident du cheval de Clog, puis j’ai entendu du bruit au loin et il se trouvait que c’était vous aux prises avec les soldats de Lasfalle », répondit Fang.

Son explication était quelque peu bancale. Heureusement pour lui, Varuh ne demanda pas plus de détails.

« Tu aurais dû m’ignorer et t’enfuir seul », reprit Varuh.

« Il y avait peut-être d’autres soldats dans le coin. C’était plus sûr de s’enfuir avec vous, chef. Surtout que j’avais un moyen pour vous aider », dit Fang avec un air innocent.

Il ne pouvait pas avouer qu’il était resté en embuscade dans le seul but de voler son artefact !

« Je vois. Mais tu n’as pas besoin de me parler aussi poliment. Après tout , tu m’as sorti d’un mauvais pas aujourd’hui. »

« Très bien », répondit Fang avec un sourire.

S’il était venu à son aide après tout, c’était pour éviter que l’objet de ses désirs ne tombe entre les mains de Lasfalle. De plus, grâce à ça, il avait pu gagner la confiance de Varuh, ce qui lui permettrait sûrement d’interagir plus souvent avec lui et donc d’arriver à ses fins.

Même si ce n’était pas le résultat idéal, les choses étaient déjà satisfaisantes pour Fang. Mais alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole pour demander quelque chose qui l’intriguait depuis un moment, Varuh jeta un coup d’oeil en arrière avec une mine renfrognée.

« Décidément, ils sont tenaces. »

Avec Shen, sa capacité de perception n’avait rien à envier à celle de Varuh, c’est pourquoi Fang savait ce qu’il se passait. Non loin derrière eux, un soldat de Lasfalle, monté sur son gecko, était en train de les poursuivre.

Les geckos étaient généralement plus rapides que les chevaux osseux. C’était particulièrement vrai sur des terrains comme celui où ils se déplaçaient actuellement. Ce n’était plus qu’une question de secondes avant qu’ils se fassent rattraper.

« Bon sang, j’aimerais éviter d’en arriver là », s’exclama Varuh en faisant apparaître une nouvelle fois sa hache dans sa main droite.

Le gecko réduisait inexorablement l’écart tandis que Varuh se tenait prêt à passer à l’action. Celui-ci était tellement obnubilé par son poursuivant que c’est Fang qui dut l’avertir sur l’obstacle qui était apparu en face.

« Chef Varuh ! Devant ! » S’exclama-t-il en pointant du doigt.

« Damnation ! Les dieux sont contre nous ou quoi ? »

Devant eux se dressait une falaise abrupte qui leur barrait complètement le chemin. Avec le soldat à l’arrière qui était presque sur eux et la falaise à l’avant, Fang et Varuh étaient coincés dans une impasse.

« Ces geckos sont bien plus agiles que mon cheval. Faire un détour est inutile. Il ne reste plus qu’à se battre. »

Après avoir fait le point sur la situation, Varuh empoigna solidement les rênes, déterminé à en découdre. Mais avant même qu’il n’ait commencé sa manoeuvre pour faire face à son adversaire, une salve de flèches venue de nulle part alla fondre sur son poursuivant.

« Que… »

Varuh qui était tout d’abord étonné, leva ensuite la tête pour voir d’où ces flèches pouvaient bien provenir. Fang en fit de même. Au sommet de la falaise, c’est avec soulagement qu’il vit les silhouettes de personnes familières.

« C’est Luan et les autres ! » S’exclama Fang.

« Chef ! Ping ! Il y a un chemin étroit que vous pouvez emprunter ! Allez-y pendant qu’on continue à le distraire ! » Hurla Luan.

Comme le disait Luan, il y avait un sentier très discret qui permettait de monter au sommet de la falaise en un rien de temps. Avec les capacités du cheval osseux de Varuh, même avec deux personnes sur son dos, arriver tout en haut ne prit même pas une minute.

Pendant ce temps, le groupe de Luan vidait leurs carquois sur le soldat en contre-bas. Ils concentraient essentiellement leurs tirs sur le gecko, l’empêchant ainsi de se mouvoir à sa guise. Une fois Varuh et Fang au sommet, le soldat réalisa qu’il était inutile de continuer la poursuite à lui seul. Sans d’autre option, il se retira alors sans demander son reste.

« Ha ha ! Prenez ça, Lasfalle ! » S’exclama joyeusement Douali.

« Dépêchons-nous de partir d’ici avant qu’ils ne reviennent », avertit Luan.

Le groupe s’en alla au galop sans même se retourner. Après plusieurs minutes de trajet, voyant que le danger était passé, l’atmosphère se détendit finalement et le groupe commença à discuter.

« Comment ça se fait que vous soyez tous là ? Pourquoi vous n’êtes pas au point de rendez-v… aouch ! »

Avant que Fang n’ait eu le temps de terminer, Clog lui donna un léger coup de poing sur le sommet du crâne.

« À qui la faute à ton avis ? Tu m’as fichu une peur bleue ! » le réprimanda Clog.

« On s’est tous retrouvé par hasard avant d’atteindre le point de rencontre. Quand Clog nous a raconté que tu avais disparu en chemin, on se demandait quoi faire », poursuivit Vyne.

« C’est là qu’on a reconnu la fumée émise par une de nos bombes au loin. On s’est donc positionné en embuscade au bord de la falaise en se doutant bien que c’est par là que vous passeriez. Mais on ne s’attendait vraiment pas à ce que les membres en détresse soient toi et le chef », reprit Luan.

« C’est une chance que je sois tombé sur le chef après m’être égaré. Pardon Clog », s’excusa Fang.

« Ha ha ha ! Tout est bien qui finit bien au final ! Pas de quoi en faire tout un plat Clog ! » Dit Douali pour détendre l’ambiance.

« Ne soyez pas trop dur envers lui. Ping m’a sorti d’une impasse tout à l’heure. Sans lui, les choses auraient été beaucoup plus compliquées », rajouta Varuh.

« Si le chef le dit alors je fermerai les yeux pour cette fois », répondit Clog.

« Clog ! Tu n’es vraiment pas honnête avec toi-même ! »

« La ferme, Douali ! »

Le groupe éclata de rire et le reste du trajet se déroula sans qu’aucun autre incident ne se produise. Finalement, ils arrivèrent enfin au point de rendez-vous. À la grande surprise de Varuh, aucun membre des Vents Hurlants ne s’étaient fait attraper. De plus, le convoi qui possédait leur butin les avait aussi rejoints sans rencontrer de problème.

Bien que l’apparition imprévue d’une patrouille de Lasfalle avait failli tout faire virer au cauchemar, les choses avaient fini par s’arranger. C’est donc le coeur léger et sur une note joyeuse que les Vents Hurlants retournèrent à leur repère.

Enfin, presque tout le monde était de bonne humeur. Après ce qu’ils venaient de vivre, Fang et Varuh s’étaient rapprochés. Ils étaient restés côte à côte à discuter tout le long du retour. Ce détail n’avait pas échappé à Skank, qui faisait de son mieux pour ne pas se mettre dans tous ses états.

« Au fait, chef Varuh… »

« Hum ? Qu’est-ce qu’il y a Ping ? »

« Non, c’est juste… Quelque chose me tracassait pendant votre combat », avoua Fang.

« Pose ta question. »

« Eh bien, j’avais l’impression que vous vous reteniez contre ces soldats. Et puis après, quand il y en avait plus qu’un qui nous poursuivait, je pense que c’était facile pour vous de vous en débarrasser. Mais là encore, on aurait dit que quelque chose vous empêchait d’y aller sérieusement. »

Avec un air pensif, Varuh regarda Fang un instant avant de répondre.

« Tu as un bon sens de l’observation Ping. C’est vrai que si j’avais vraiment voulu, j’aurais pu les tuer pour m’échapper. Seulement tu vois, s’en prendre aux patrouilles de Lasfalle est un tabou pour n’importe quel hors-la-loi dans cette région. »

« Vraiment ? »

Fang pouvait déceler de l’anxiété dans la voix de Varuh. La cité de Lasfalle était puissante à ce point ?

« Autant que tu le saches, Lasfalle « tolère » nos actions tant que l’on agit suffisamment loin de la cité et qu’on ne dépasse pas certaines limites. »

Varuh fit une courte pause avant de reprendre.

« Il y a de cela un moment, un groupe a eu les yeux plus gros que le ventre et s’en est pris à une patrouille de Lasfalle. Tu as vu l’équipement que ces soldats portaient ? Eh bien, ils pensaient se faire une fortune en les dépouillant de ces artefacts. »

Fang savait à quel point les artefacts étaient précieux dans la région. Obtenir ceux d’une patrouille entière devait sûrement valoir une petite fortune.

« Malheureusement pour eux, ce geste était la limite à ne pas franchir. Une semaine plus tard, Lasfalle a envoyé ses troupes d’élites. Ça n’a pas traîné, quelques jours après, cette bande de brigands a complètement disparu de la carte », dit Varuh d’un ton grave.

Fang était bouche bée. La cité de Lasfalle pouvait vraiment être féroce quand elle le voulait.

« Et ce n’est pas tout ! Pour bien faire passer le message à tous les malfrats de la région, ils ont déniché les familles et les amis de chaque membre avant de les exécuter publiquement ! »

« C’est… Ce n’est pas un peu extrême ? » Demanda Fang, abasourdi.

« C’est comme ça que Lasfalle opère, ou plutôt comment ce monde opère. Nous ne sommes que des insectes à leurs yeux. S’ils veulent nous écraser, ils peuvent le faire à tout moment. Voilà le message qu’on a cherché à nous montrer. C’est pourquoi nous évitons leurs patrouilles comme la peste et que j’ai fait tout mon possible pour ne pas les provoquer. Tu comprends mieux maintenant ? »

Fang acquiesça en silence. Les hautes instances de Lasfalle ne passaient pas par quatre chemins pour imposer leurs lois.

« Tu n’as pas à faire cette tête. Tant qu’on évite de devenir leur ennemi, le reste est une partie de plaisir. C’est comme ça que les Vents Hurlants sont devenus ce qu’ils sont aujourd’hui ! »

En voyant le visage de Fang, Varuh prononça ces quelques paroles pour le rassurer. Ce qu’il ne savait pas en revanche, ce que l’expression du jeune garçon n’était pas le reflet de sa crainte mais de l’excitation qu’il tentait de dissimuler.

« Lasfalle semble être encore plus formidable que je le pensais. J’ai hâte d’en finir ici au plus tôt pour y aller le plus rapidement possible. »

Tout en rêvant de tout ce qui pouvait l’attendre dans cette cité, Fang continuait à jouer fidèlement son rôle de bandit en espérant qu’il n’aurait pas à attendre trop longtemps avant de pouvoir enfin passer à l’action.

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

3 commentaires sur “Maître des âmes 73 : Échappatoire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s