Maître des âmes 74 : Retrouvailles

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


Certains lecteurs se posaient certaines questions sur un certain personnage. Certaines réponses dans ce chapitre ? Rien n’est certain.

Enjoy.


 

Une fois de retour au campement, les Vents Hurlants ne perdirent pas de temps pour faire la fête. C’était une coutume chez eux de festoyer après chaque attaque réussie, d’autant plus que la dernière avait failli tourner au désastre.

Les héros du jour étaient évidemment Fang et le groupe de Luan, qui avaient sorti Varuh du danger. Le reste de la bande s’était réuni autour d’eux pour écouter leurs péripéties, tout ça dans l’alcool et la bonne humeur.

Les seuls qui ne partageaient pas cette joie étaient Skank et ses comparses qui ne rejoignirent pas le groupe, se contentant seulement de les regarder de loin. C’était d’autant plus vrai pour Skank qui jetait de temps à autre un regard sombre en direction de Fang.

La fête suivait son cours et Fang, qui n’aimait pas le goût de l’alcool, résistait tant bien que mal aux assauts de Douali qui le poussait à prendre une gorgée. Couplé au fait que Shen n’arrêtait pas de le traiter de gamin parce qu’il n’appréciait pas les subtilités de l’alcool, Fang n’avait pas besoin de boire pour ressentir un violent mal de tête.

Quand enfin, la bande s’était lassée du récit et que l’alcool leur était monté au cerveau, Fang fut libéré de ses obligations. Alors qu’il s’éloignait discrètement de Douali qui chantait tellement faux que ses oreilles bourdonnaient, il capta avec intérêt les complaintes d’un membre de la bande.

« Raah ! Zut ! J’ai oublié que c’était à mon tour d’amener le repas à la prisonnière aujourd’hui ! »

« Hey ! T’es sûr que tu vas pouvoir arriver jusque là-bas ? On dirait que tu vas tomber par terre dans la seconde », fit remarquer son compagnon.

« Hurbl… Me parle même pas d’arriver. Je crois que je vais gerber dans le plat avant. »

« Ha ! Ha ! Ha ! J’aimerais bien voir ça ! »

Les yeux de Fang s’illuminèrent en entendant cette conversation. Il n’hésita pas alors un instant à les aborder.

« T’as l’air d’être en mauvais état mon vieux. Ça te dirait que j’amène ce repas pour toi ? » Proposa Fang d’un ton mielleux.

« Ping… Tu ferais ça pour moi ? T’es un chic type mon gars. »

Est-ce que c’était l’alcool qui rendait les choses aussi faciles ? En tout cas, Fang n’avait pas à s’en plaindre.

« T’en fais pas, je m’en occupe. Profite de la fête et bois un bon coup. »

« Merci, Ping. Hé les gars ! Vous avez entendu ? Alors remplissez ma chope et plus vite que ça ! »

Laissant l’ivrogne derrière lui, Fang alla récupérer un plateau rempli de nourriture avant de se diriger vers l’endroit où se trouvait la captive. Non loin derrière la tente de Varuh se trouvait une colline. Une petite caverne s’y était formée naturellement à l’intérieur et on pouvait y accéder par une fente assez grande pour laisser passer deux personnes tout au plus.

Un garde était constamment posté à l’entrée. Même Luan lui avait avoué que c’était la première fois que Varuh prenait autant de précautions pour un prisonnier. Mettant ses interrogations de côté, Fang se dirigea de façon détendue vers l’entrée jusqu’à que le garde ne l’arrête.

« Halte ! Qu’est-ce que tu viens faire là Ping ? »

Depuis le sauvetage de Varuh, il n’y avait pas un seul membre des Vents Hurlants qui ne le connaissait pas désormais. Même si l’heure était à la fête, en tant que garde, l’homme n’avait pas beaucoup bu et il avait donc l’esprit encore lucide comparé au reste de la bande.

« J’apporte la nourriture pour la prisonnière », répondit simplement Fang en montrant le plateau qu’il tenait.

« Et le gars qui est censé l’apporter, il est où ? » Demanda le garde.

« Je crois… qu’il est pas en état pour ça. C’est pour ça que j’ai pris sa place », dit Fang d’un air gêné.

« Celui-là alors… »

Le garde n’avait pas besoin d’en demander plus. Il pouvait entendre tout le monde festoyer depuis le début de la soirée.

« Bon, ça passe pour aujourd’hui. Mais écoute bien ce que je vais te dire », dit le garde avec un air sérieux.

Fang hocha la tête de haut en bas comme un gentil garçon et laissa ensuite le garde parler.

« La prisonnière est une jolie jeune fille. Alors tu te contrôles et tu ne la touches sous AUCUN prétexte. »

Fang remarqua à quel point celui-ci avait mis l’accent sur le mot « aucun ».

« Elle a les bras et les jambes attachés donc tu ne risques rien mais j’insiste : N’imagine même pas faire quoi que ce soit ! Le chef a été clair là dessus, celui qui la touchera devra se préparer à bien pire que la mort. »

Suite à cet avertissement, Fang simula une expression terrifiée qui finit de convaincre le garde.

« Bon si tu as compris, vas-y et ne traîne pas ! »

Il s’écarta ensuite de l’entrée pour le laisser passer. La caverne était plongée dans la pénombre et seules les lueurs de quelques torches disposées à l’intérieur permettait d’y voir un peu plus clair.

L’endroit n’était pas très large et Fang remarqua immédiatement la cage qui était posée en plein milieu. À l’intérieur se trouvait un jeune fille recroquevillée en boule dans un coin. Malgré le manque de visibilité, il ne faisait aucun doute pour lui qu’il s’agissait de Meimei.

« J’apporte le repas », annonça Fang en s’approchant lentement.

« … »

Il n’y avait eu aucune réaction de la part de Meimei. Après tout ce qu’il avait entendu, il était certain que personne n’avait maltraité la jeune fille. Cependant, celle-ci semblait s’être renfermée sur elle-même.

Fang glissa le plateau par un espace prévu à cet effet et en profita pour toucher les barreaux de la cage. Il essaya d’y mettre de la force et constata que la cage était faite dans un matériau très solide. Même en y mettant tous les moyens à sa disposition, il aurait du mal à la briser et encore plus à le faire en toute discrétion.

Après avoir confirmé que sortir Meimei de là était difficilement réalisable par la force, il se tourna vers elle. Celle-ci n’avait toujours pas bougé d’un pouce depuis son arrivée et il commençait à s’inquiéter. Même si elle n’avait rien physiquement, ça avait du être dure pour elle psychologiquement. Surtout qu’avec sa personnalité, se faire kidnapper pour se faire enfermer dans cet endroit lugubre représentait sûrement une sacrée épreuve.

Si ça continuait ainsi, les choses n’allaient pas avancer. Il n’avait pas beaucoup de temps devant lui. Après avoir jeté un bref coup d’oeil vers l’entrée de la caverne, il commença à parler à voix basse.

« Tu devrais manger pour reprendre des forces. Si le chef Han te voyait ainsi, il serait certainement inquiet, tu ne penses pas ? »

Ces paroles déclenchèrent enfin une réaction chez la jeune fill qui leva alors lentement la tête. Son regard était vide d’expression, ses cheveux étaient ébouriffés et ses yeux étaient gonflés et rouges. Elle avait sûrement beaucoup pleuré ces derniers jours.

Quand son regard se posa finalement sur Fang, ses yeux s’écarquillèrent comme si elle avait l’impression de voir un mirage avant d’ouvrir lentement la bouche.

« F… FAN… »

« Sssssssh ! »

Fang lui fit rapidement signe de se taire et Meimei arrêta aussitôt le cri qui voulait émerger de sa gorge. Elle se rapprocha ensuite de lui à tâtons et il put apercevoir avec plus de clarté que d’épaisses menottes entouraient ses poignets et ses chevilles.

Elle s’accola alors aux barreaux avec tellement d’insistance que Fang était certain que celle-ci était prête à se jeter sur lui s’il n’y avait pas eu cette cage entre eux deux.

« Qu-Qu’est-ce que tu fais là ? » Demanda doucement Meimei en comprenant que Fang cherchait à rester discret.

« J’ai quelque chose à faire ici et vu que tu t’es faite attraper par ces brigands, je me suis dit que je pourrais en profiter pour te libérer », répondit-il.

« Hmpf ! Eh bien merci de m’aider juste au passage », répliqua Meimei en faisant subitement la moue.

Fang laissa échapper un rire en voyant la jeune fille réagir ainsi. Ça ressemblait déjà davantage à la Meimei qu’il connaissait. En le voyant ricaner ainsi, Meimei finit par éclater de rire à son tour. Au coeur de la caverne, les deux adolescents faisaient de leur mieux pour étouffer leur rire.

« Ah, la jeunesse… » Glissa Shen dans l’intervalle.

« Ce serait encore mieux si tu pouvais éviter ce genre d’intervention », répondit Fang en repassant à une expression plus sérieuse.

« Bref, assez de plaisanteries. Je n’ai pas beaucoup de temps alors je vais être bref », dit ensuite Fang d’un ton ferme. « J’ai infiltré cette bande de brigands qui se font appeler les Vents Hurlants et j’ai réussi à gagner leur confiance. »

« T-Tu les as inflitrés ? Tu es un brigand maintenant ? »

« Comment j’ai pu arriver jusqu’ici d’après toi ? En terrassant tout le monde sur mon chemin comme un héros peut-être ? »

Meimei fut abasourdie un bref moment par les méthodes de Fang mais elle se ressaisit rapidement.

« D’un autre côté, tu ressembles plus à un brigand qu’à un héros. Cette façon de faire te ressemble davantage », fit-elle remarquer sarcastiquement.

« Ha ha ha ! Bien dit petite ! Je lui ai fait exactement la même remarque ! »

Ignorant Shen qui riait dans son coin, Fang toussa légèrement pour passer à autre chose.

« Bon, voyons comment on peut te sortir de là. Est-ce que je peux jeter un oeil à ces menottes ? »

Meimei tendit alors ses bras vers Fang qui se mit à examiner les menottes de plus près.

« Comme je m’en doutais, elles sont faites dans le même matériau que la cage. Ça va pas être évident… »

Alors qu’il réfléchissait intensément sous le regard attentif de Meimei, une voix venue de l’extérieur vint soudainement l’interrompre dans sa réflexion.

« Qu’est-ce que tu fous Ping ?! Si tu te dépêches pas, je viens te sortir à coups de pieds, je te préviens ! »

« Tch ! Même pas cinq minutes pour réfléchir ! » Se lamenta-t-il.

« Ping ? » Demanda Meimei avec curiosité.

« Un faux nom. En tout cas, je dois y aller alors écoutes-moi bien. »

Elle tendit l’oreille tandis que Fang se rapprochait pour lui expliquer la suite des événements.

« Je vais faire de mon mieux pour revenir ici plus souvent mais ce n’est pas garanti. Honnêtement, il y a peu de chances que j’arrive à te faire sortir de là sans qu’on se fasse remarquer et qu’on ait toute la bande sur le dos. Je vais réfléchir à un plan. Pendant ce temps, mange et repose-toi autant que possible car quand le moment sera venu, je vais avoir besoin que tu fasses ta part. Compris ? »

« C’est compris Fang. Je me tiendrai prête. »

Une lueur brillait désormais dans les yeux de la jeune fille. Son expression était complètement différente par rapport à tout à l’heure. Fang était satisfait de cette réaction.

« C’est bien. Ne perds pas espoir. Je te promets de te sortir de là. »

C’est sur ces paroles que Fang se dirigea ensuite vers la sortie de la caverne sans se retourner.

« Ah… »

Meimei voulait que celui-ci reste encore un peu à ses côtés. Cependant, elle connaissait les enjeux et retint son envie au dernier moment.

Depuis qu’elle s’était faite capturer, elle vivait dans la peur et le désespoir quotidiennement. Bien que leur chef lui avait promis qu’il ne lui arriverait rien, elle savait que cette promesse ne serait valide que tant qu’elle serait leur captive.

Une fois débarrassés d’elle, ils ne soucieraient plus du tout de son sort. Par le passé, elle avait entendu nombre d’histoires sur les gens qui se faisaient capturer pour être revendus ensuite en tant qu’esclaves.

Les anecdotes sur les esclaves femelles étaient particulièrement atroces. Meimei tremblait seulement à l’idée de ce qu’on pourrait bien lui faire subir. Mais alors qu’elle s’était résolue à son sort, une lueur d’espoir avait fait son apparition. Fang était apparu de nulle part, amenant avec lui une chance d’échapper à son cruel destin.

« Je ne dois pas abandonner. Si c’est Fang, je suis sûr qu’il trouvera une solution. »

C’est avec une détermination renouvelée que Meimei se jeta sur le plat que le jeune garçon lui avait apporté. Les pensées et les émotions négatives de ces derniers jours avaient coupé son appétit. Elle devait manger pour reprendre des forces.

Fang avait raison. Elle devait tout d’abord prendre soin d’elle. Ensuite, quand le moment serait venu, elle et Fang collaboreront pour se frayer un chemin à travers cette situation périlleuse.

 

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

2 commentaires sur “Maître des âmes 74 : Retrouvailles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s