Maître des âmes 76 : Sauvetage

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


Aucun suspens…

Vraiment.

Enjoy.


Après être sorti des bois, les visages des nouveaux arrivants étaient désormais visibles. Fang ne reconnaissait aucun d’entre eux… à l’exception de la personne qui se trouvait tout à l’avant.

« Lui… C’est l’homme qui était aux côtés de Borgr avant notre départ de Mura. Si je me souviens bien, il s’appelait… Eul. »

L’homme n’avait pas changé. Avec la peau sur les os, ses joues creuses et ses cernes sous les yeux, l’impression qui émanait de lui était toujours aussi lugubre. Un peu plus loin, Fang n’était pas le seul à se souvenir de lui. Dès l’instant où il était apparu, Meimei fut tout aussi étonnée et son visage devint aussitôt livide.

« Borgr ne semble pas être avec eux. Mais si Eul est là , ça ne peut vouloir dire qu’une chose… »

Le doute qui planait dans l’esprit de Fang avait enfin trouvé sa réponse. Il avait remarqué l’attitude étrange des Vents Hurlants lors de leur assaut sur le convoi de Mura. Ceux-ci avaient agi comme si leur cible principale était Meimei depuis le début. Cependant, Fang avait rejeté cette idée car il avait du mal à croire qu’un tel groupe de bandits se donnerait autant de peine juste pour une seule fille.

Mais si le commanditaire se révélait être Borgr, alors tout cela prenait un sens ! Fang n’avait pas oublié le comportement que Borgr avait eu envers Meimei. Il faut dire que celui-ci n’avait pas vraiment caché ses désirs en ce qui concernait la jeune fille.

« Mais de là à engager un groupe de bandits seulement dans ce but… Je ne sais pas si je dois être sidéré ou bien admiratif devant autant d’entêtement. »

Pendant que Fang était perdu dans sa réflexion, les deux partis avaient pris contact et étaient actuellement en train de discuter.

« Voilà ce que vous vouliez, comme convenu. »

Varuh fit un signe de la tête et Skank amena Meimei à ses côtés. Eul jeta un regard intense sur la jeune fille qui détourna instinctivement les yeux, puis il prit la parole.

« Hum… C’est bien elle. Bon boulot ! Mais avant, je voudrais avoir une petite confirmation. Elle est encore vierge, n’est-ce pas ? Si l’un d’entre vous l’a touchée, vous comprendrez que cette transaction ne sera pas validée. »

La remarque fit monter la tension au sein des Vents Hurlants qui se mirent alors à regarder Eul d’un oeil noir. Sans perdre son sang-froid, Varuh répondit rapidement.

« Vous avez voulu la marchandise intacte et nous avons respecté notre part. Nous ne lui avons rien fait, s’il y a un problème alors ce n’est pas nous les responsables. »

Après la réponse de Varuh, un silence s’installa ensuite durant lequel les deux groupes se regardaient en chiens de faïence. Chaque camp ne semblait pas vouloir céder d’un pouce et alors que la tension était à son comble, c’est finalement Eul qui brisa la glace avec un large sourire.

« Très bien ! Si c’est vous qui le dites, je vous crois. Vous êtes des professionnels après tout. »

Une pointe de sarcasme était facilement perceptible dans son ton mais le groupe de Varuh ne répondit pas à ses provocations. L’un des hommes d’Eul alla ensuite récupérer Meimei tout en laissant au passage une grosse bourse dans les mains de Varuh.

« Eh bien, je suis ravi que tout se soit passé sans encombre. Sur ce, je vous souhaite une bonne journée à tous. »

Après avoir prononcé ces paroles, Eul se retourna et son groupe s’apprêtait à partir quand Varuh les interpella soudainement.

« Une minute ! »

« Un problème ? » Demanda Eul en tournant la tête.

« La somme n’est pas la même que ce qu’on avait convenu », protesta Varuh.

« Je suis pourtant sûr qu’on s’était mis d’accord sur ce chiffre », répondit calmement Eul.

« Le prix devait prendre en compte la difficulté du convoi. J’ai utilisé des moyens importants et certains de mes hommes sont morts pour accomplir cette tâche. »

« Et j’ai respecté cette parole en ajoutant un petit extra. Ça ne vous suffit pas ? »

« Ce n’est pas assez pour couvrir les pertes que nous avons subies ! » S’exclama Varuh.

« Nous avions fixé un prix. Si vous y perdez au change à cause de votre incompétence, vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous même », déclara Eul avec un sourire narquois.

« Pour qui tu te prends ?! Tu veux mourir ou quoi ?! »

Skank ne put se retenir davantage. Il commença alors à proférer des menaces à haute voix. Derrière lui, ses hommes empoignèrent leur arme et le groupe d’Eul se mit de suite en position de combat en réponse. Devant cette situation, Eul leva la main pour leur faire signe de se calmer avant de s’adresser de nouveau à Varuh.

« Tu ferais mieux de tenir tes hommes. Tu connais les enjeux, n’est-ce pas ? Un vulgaire bandit devrait apprendre à rester à sa place s’il ne veut pas qu’un malencontreux accident ne se produise. »

Le sourire habituel d’Eul avait disparu de son visage et sa façon de parler avait clairement changé. L’atmosphère devint aussitôt explosive. Tout le monde était sur ses gardes, prêt à réagir au moindre mouvement suspect. Après un court instant qui semblait avoir duré une éternité, c’est finalement Varuh qui mit un terme à la situation.

« Calme-toi Skank. C’est un ordre. »

« Mais… »

Skank voulut protester mais le regard insistant de Varuh le persuada du contraire.

« Nous acceptons votre prix. Cependant, c’est la dernière fois que nous accepterons une mission aussi dangereuse de votre part. Sauf, bien sûr, si vous êtes prêt à y mettre le prix », reprit Varuh.

« Je garde ça en tête. Voilà comment tout homme civilisé devrait se comporter », répondit Eul après avoir retrouvé son expression habituelle.

Mais sa dernière remarque était clairement destiné à Skank qui semblait se retenir de toutes ses forces pour ne pas se jeter immédiatement sur lui.

« S’il n’y a plus rien d’autre à ajouter, nous allons y aller à présent. Messieurs, ce fut un plaisir de faire des affaires avec vous », conclut Eul.

Ils disparurent ensuite sans demander leur reste, laissant Varuh et ses subordonnés seuls dans la clairière.

« Chef ! Pourquoi vous avez laissé cet enfoiré nous parler comme ça ?! »

Une fois l’autre groupe hors de vue, Skank explosa enfin et relâcha la rage et l’indignation qu’il contenait jusqu’ici.

« … »

« C’était la meilleure solution. »

Voyant que Varuh restait silencieux, Luan prit la parole.

« Quelle meilleure solution ? Tu crois qu’on aurait pu perdre face à eux ?! » S’exlama Skank.

« C’est difficile de l’affirmer sans les combattre. Toutefois, je pense que notre groupe était plus fort que le leur en général. »

« Alors pourquoi… »

« C’est justement pour ça ! »

Luan haussa légèrement le ton, ce qui stoppa Skank dans son élan. Même Vyne et Clog furent surpris, il était rare pour eux de voir Luan perdre ainsi son calme.

« Les autres devaient également le savoir aussi. Après tout, c’est un fait connu que notre chef est un combattant au stade guerrier. Pourtant tu as vu l’attitude de celui qui était à leur tête ? Il n’était pas du tout effrayé par nous. »

« Où est-ce que tu veux en venir ? » Demanda Skank.

« S’ils n’ont pas peur d’agir ainsi alors qu’ils savent qu’ils sont plus faibles que nous, c’est qu’ils ont sûrement un atout dans leur manche. Ceux qu’on a vu n’étaient probablement pas le « vrai » client. C’étaient juste des intermédiaires et celui qui est derrière eux est quelqu’un qu’on ne peut pas se permettre d’avoir comme ennemi. »

L’explication de Luan avait jeté un froid dans le groupe. Ce n’est que maintenant que Skank réalisait la stupidité de ses actions. Il commença à comprendre pourquoi Varuh avait ravalé sa fierté.

« Je suis désolé chef, je ne savais pas… »

Une fois sa colère retombée, Skank essaya de s’excuser maladroitement auprès de Varuh.

« Ce n’est rien. Je n’ai jamais aimé l’attitude de cet homme non plus. Nous n’avons plus rien à faire ici, rentrons. »

Après avoir donné son ordre, les Vents Hurlants quittèrent finalement les lieux et la clarière retourna alors à son calme habituel. Durant tout ce temps, Fang n’avait pas bougé. Ce n’est qu’une fois les lieux vides qu’il décida de se remettre en mouvement.

« La discussion entre Eul et Varuh était étrange. Et sa réaction à la fin… »

Fang était pensif. Il avait l’impression que quelque chose n’allait pas en écoutant leur conversation. Cependant, il n’arrivait pas à savoir quoi exactement.

« Bah ! Peu importe ! Le plus urgent pour l’instant, c’est Meimei. Ils ne doivent pas être bien loin. »

Après avoir remis de l’ordre dans ses priorités, Fang s’élança à toute vitesse pour rattraper le groupe d’Eul.

____

Quelques minutes après avoir quitté la clairière, Eul et ses hommes étaient en train d’avancer sans se presser sur le dos de leurs chevaux osseux.

Bien évidemment, ils n’avaient pas pris la peine de prendre une monture en plus pour Meimei qui était donc forcée de progresser à pied. Un collier avait été placé autour de son cou et une corde y était solidement attachée. L’autre extrémité était tenue par un membre du groupe qui n’hésitait pas à tirer dessus pour faire avancer la jeune fille comme une bête de somme.

Au bout d’un moment, Eul se plaça à proximité de Meimei. Après avoir scruté son corps avec un regard perçant, il lui adressa la parole.

« Cela fait un moment que l’on ne s’est pas vu, jeune demoiselle. Est-ce que vous vous rappelez de moi ? »

« … »

Meimei ne lui répondit pas et se contenta de marcher sans détourner le visage. Eul ne sembla nullement offensé par cette attitude et reprit de plus belle.

« On m’ignore hein ? On dirait que votre petit séjour chez ces bandits ne vous a pas ébranlé mentalement. J’en suis ravi ! Vous voyez, mon maître adore encore plus quand on lui résiste. »

Les autres hommes aux alentours se mirent alors à ricaner suite à cette remarque.

« Je pense que vous devez vous souvenir de mon jeune maître, Borgr. Il a jeté son dévolu sur vous et il est très impatient de vous revoir. Il est du genre capricieux et il se lasse rapidement de ses jouets une fois brisés. Malgré tout, je vous rassure, une fois qu’il en aura fini avec vous, les hommes que vous voyez autour se feront une joie de vous tenir compagnie. »

Meimei avait beau essayé de rester forte, les paroles d’Eul finirent toutefois par l’atteindre. Elle tentait tant bien que mal de suivre les conseils de Fang et de ne montrer aucune faiblesse mais les larmes commençaient naturellement à lui monter aux yeux.

Ce détail n’échappa pas à Eul qui se délectait de voir la jeune fille ainsi terrifiée. À côté de lui, ses hommes n’étaient pas étonnés par son comportement. Ils connaissaient depuis longtemps sa personnalité. Ce n’était pas pour rien si Eul avait été assigné comme garde du corps de leur jeune maître Borgr.

Sous ses airs de gentleman, Eul était un sadique qui partageait les mêmes goûts que son maître. C’est pourquoi il était le seul à être resté aussi longtemps aux côtés de Borgr.

La plupart de ses prédécesseurs avaient été tués lors de l’un des accès de rage de Borgr. Quant aux autres, ils avaient supplié son père, le chef de Gedo, de les faire changer de poste, incapables de supporter les goûts « particuliers » du jeune homme.

Ceux qui entouraient Eul en ce moment étaient de la même espèce. Leur travail consistait généralement à « aider » leur maître dans l’ombre pour qu’il puisse assouvir ses désirs.

Borgr était un membre important de Gedo après tout. Même si ces penchants étaient connus de tous, celui-ci avait une certaine image à tenir et ne pouvait donc pas agir trop ouvertement. Mais le jeune homme n’était pas le genre à agir finement, au grand désespoir de son père. Heureusement pour lui, c’était dans ce genre d’occasion qu’Eul brillait.

« Dès que le jeune maître en aura assez d’elle, ce sera à mon tour. J’espère seulement qu’il ne la brisera pas trop . Il n’y a aucun plaisir à en retirer si ce sont juste des poupées inertes. »

Alors qu’Eul était perdu dans ses fantasmes, non loin de là, une ombre les guettait avec attention.

« Ils lui ont mis un collier et ils la traînent comme un animal ? Ces types… »

Tapi dans les bois, Fang observait le groupe avec dégoût.

« Bon, en tout cas, on dirait que personne d’autre n’est apparu. Seulement, je ne sais pas s’ils ont prévu de rejoindre un autre groupe plus tard. Si je veux agir, c’est maintenant ! »

Avec Eul, Fang avait compté un total de 6 hommes. De plus, durant leur transaction avec Varuh, il avait eu tout le loisir de les sonder. Grâce à ça, il avait pu confirmer avec Shen que le plus dangereux d’entre eux était Eul, qui était un combattant à l’apogée du stade humain.

Si ses adversaires ne possédaient pas quelqu’un au stade guerrier, alors Fang était confiant en ses chances de réussite. Il sortit ensuite un objet de son anneau interspatial et le serra fermement dans sa main.

« J’ai déjà prévenu Meimei de quelle manière je comptais intervenir. J’espère qu’elle ne paniquera pas et qu’elle s’en souviendra. »

Il n’avait pas le loisir de l’avertir juste avant s’il voulait profiter de l’effet de surprise. C’est pourquoi il avait pris le temps de lui expliquer au préalable comment il allait procéder durant leurs courtes entrevues.

« Il n’y a plus à hésiter à présent. C’est parti ! »

Après avoir déterminé que c’était le bon moment pour agir, Fang lanca alors l’objet qu’il tenait, droit vers le groupe d’Eul.

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

3 commentaires sur “Maître des âmes 76 : Sauvetage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s