Maître des âmes 82 : Adieu, les Vents Hurlants

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


MdA vous a manqué ? Non ? 😢

Bref, on attaque 2018 en douceur avec un nouveau chapitre.

Enjoy.

Et parce-que j’ai envie de spoiler, voilà le titre du chapitre 83 : Stade guerrier.


« Ha ha ha ha… »

Allongé sur son dos et les yeux rivés vers le ciel étoilé, Varuh riait faiblement. Sa voix ne contenait plus aucune force. On pouvait presque sentir la vie s’échapper de lui.

« C’est donc ici que ça se termine pour moi. Si on m’avait dit que ce serait un gamin qui me vaincrait… » Murmura Varuh en jetant un regard vers le jeune garçon juste à côté.

« La vie est pleine de surprises », répondit Fang.

« Tu n’as pas tort. Qui aurait cru que quelqu’un d’aussi jeune que toi possède de tels arcanes ? Qui es-tu en réalité ? »

« … »

« Tu ne comptes pas me le dire ? Bah, peu importe, ça ne me servira à rien une fois mort de toute façon. »

Varuh reporta son attention vers le ciel, sa fin était proche. Pourtant, malgré cela, l’expression sur son visage donnait l’impression qu’un poids énorme avait été retiré de ses épaules.

« C’est peut-être mieux ainsi. Je suis fatigué de tout ça. Les Vents Hurlants… Je n’ai jamais voulu être un brigand pour commencer. »

« Alors pourquoi en être devenu un ? » Demanda Fang.

C’était la question à laquelle Varuh n’avait pas répondu durant leur dernière entrevue. Avec son stade guerrier, même incomplet, celui-ci avait sûrement d’autre choix à sa disposition.

« J’étais obligé », dit faiblement Varuh. « Tu te rappelles quand je t’ai dit que j’avais dérobé un Poglao pour atteindre le stade guerrier ? »

« Oui. »

« J’ai appris plus tard que tout ça n’était qu’un piège tendu par le chef de Gedo, Malksim. Le fait que j’avais été assigné à cette mission et le fait que le deuxième Poglao n’avait pas été signalé. Tout a été mis en place pour me pousser à consommer ce fruit. »

« Dans quel but il a fait tout ça ? Un Poglao est précieux, non ? »

« Précieux peut-être, mais ça reste quand même un produit défectueux. Il savait que j’étais bloqué au niveau 10 du stade humain et que je sauterais certainement sur l’occasion. Pour lui, j’étais la cible parfaite. »

« Il t’a ensuite exclu du village pour que tu deviennes un brigand… pour son compte ? »

Fang commençait à relier les événements entre eux.

« C’est exact. Tout en me faisant passer pour un bandit, je travaillais en vérité pour Malksim. Je m’en prenais essentiellement aux convois des autres villages. Ensuite, je reversais discrètement une partie du butin obtenu à Gedo. »

« Affaiblir les autres villages tout en renforçant le sien. Pas mal », pensa Fang.

« Malksim est quelqu’un de vicieux et d’ambitieux. Il ne lésine sur aucun moyen pour arriver à ses fins. Pour s’assurer que je fasse bien le boulot, il a menacé de s’en prendre à ma famille. »

Fang se rappela de la conversation avec Varuh quand celui-ci avait évoqué sa femme et sa fille.

« C’est pour ça que tu m’as demandé si je les connaissais ? »

« Malksim ne m’autorise qu’à les voir de temps en temps sous le prétexte que j’ai des missions importantes à accomplir à l’extérieur de Gedo. Mais ça fait plusieurs mois depuis la dernière fois que je les ai vues. En plus, ses requêtes ne font qu’augmenter.. Kof, kof. »

Varuh toussa du sang en plein milieu de sa phrase. Le teint de sa peau devint encore plus livide. Sa fin approchait à grand pas.

« Connaissant Malksim, je suis sûr qu’il n’hésiterait pas à se débarrasser de Ninel et Yulie dès que je ne lui serais plus d’aucune utilité. Eul m’avait promis une rencontre si j’acceptais sa demande… Ninel, Yulie, j’aimerais tant vous revoir une dernière fois. »

Des larmes se mirent alors à couler des yeux de Varuh. En entendant le nom d’Eul, le pressentiment que Fang avait ressenti lors de l’échange de Meimei trouva enfin sa réponse.

« Je me disais bien que l’attitude d’Eul avec Varuh était étrange !  Eul, Varuh, Malksim… Sans le vouloir, on dirait bien que je suis tombé en plein coeur d’une machination de Gedo. »

Si jamais la lumière faisait le jour sur le lien qui existait entre les Vents Hurlants et Gedo, il est certain que les villages qui avaient été victimes de ces pillages réclameraient vengeance. Il est même probable qu’ils s’allient tous avec leur rival direct, Mura, dans le but de faire tomber Gedo. Aussi puissant que ce soit le village de Gedo, même lui ne pouvait résister face à l’alliance de tous les autres villages de la région.

« Varuh, tu as bien dit que les requêtes de Malksim avaient augmenté ces derniers temps. Tu sais s’il prépare quelque chose ? »

Plus les Vents Hurlants agissaient et plus les chances de faire un lien entre eux et Gedo augmentaient. De plus, cette soudaine croissance d’activité arrivait au moment précis où le rassemblement des villages allait avoir lieu. Fang ne pouvait pas croire que c’était juste une coïncidence.

« Pour être franc, je ne suis au courant de rien… Si, à part peut-être une chose. J’ai reçu l’ordre de Malksim d’amener les Vents Hurlants non loin de Lasfalle dans quelques jours. Une fois arrivé, je devais attendre de nouvelles instructions », expliqua Varuh d’une voix presque inaudible.

« C’est sûr à présent ! Je ne sais pas ce qu’il se trame mais ça ne me dit rien qui vaille. »

Il n’avait que faire des manigances de Malksim. Le problème est que ce qu’il prévoyait aurait forcément un impact sur Mura, et par extension, sur sa mère. Si celle-ci courait le moindre danger, alors Fang n’avait pas l’intention d’ignorer ce danger potentiel.

« Ping, j’aimerais te demander une dernière chose… »

La respiration de Varuh devenait de plus en plus irrégulière. Rien que prononcer ces quelques mots semblait le mettre à la torture.

« Si un jour, il t’arrivait de passer à Gedo, tu pourrais jeter un oeil sur Ninel et Yulie ? »

« Si je vais à Gedo un jour… peut-être », répondit Fang d’un ton neutre.

« Hé, hé, ça me suffit. Kof, kof, kof… Je crois que notre petite conversation touche à sa fin ? Si tu pouvais… »

« C’était bien mon intention », l’interrompit Fang.

Il leva ensuite son poing au-dessus de Varuh. Celui-ci avait fermé ses paupières, un léger sourire aux lèvres, prêt à accepter son destin. C’est alors avec cette expression sur le visage que Fang le soulagea finalement de ses souffrances.

____

Quelques instants après que Varuh ait rendu l’âme, tandis que Fang avait fini de retrouver son souffle après le combat qu’il venait de mener, il entendit un cri à proximité.

« Chef Varuh ! »

Fang se retourna et vit deux silhouettes approcher. L’identité des deux nouveaux venus n’était autre que Skank et Luan.

« Comment ils ont fait pour me retrouver aussi vite ? » Se demanda-t-il.

« Sûrement à cause de ton feu d’artifice de tout à l’heure. C’est que ça a fait un sacré flash », répondit Shen.

« Ah. »

Il n’avait pas envisagé la possibilité que la lumière qu’il avait utilisée pour éblouir Varuh puisse également guider ses autres poursuivants jusqu’ici. Luan et Skank étaient les seuls présents pour l’instant parce que c’était probablement les premiers à s’être débarrassés du poison dans leurs corps. Les autres n’allaient pas tarder à suivre derrière.

« C’est pas bon. Je ne suis pas en état de les combattre. »

Luan et Skank étaient tous les deux au dixième niveau du stade guerrier. Quant à lui, il venait tout juste de sortir d’un combat éprouvant contre Varuh. Non seulement il avait subi des dommages, mais ses réserves d’énergies étaient également au plus bas. Un affrontement contre eux maintenant serait du suicide.

« Il va falloir que je trouve le bon timing pour m’enfuir. »

Tandis que Fang ne les quittait pas du regard tout en cherchant une ouverture pour s’échapper, Skank hurlait à pleins poumons.

« PING ! Tu vas payer pour ce que tu as fait au chef ! »

« … »

Alors que Skank proférait des menaces, Luan observait silencieusement la situation. Il était clair pour eux que le jeune garçon n’était pas au meilleur de sa forme. Cependant, le corps qui gisait à côté de lui leur dictait de rester prudent.

C’était Varuh ! Un combattant qui avait atteint le stade guerrier ! Et contre toute attente, il avait été vaincu par le garçon qui se tenait face à eux ! Pour tous les membres des Vents Hurlants, Varuh était un symbole de puissance. C’est grâce à sa force qu’il avait pu établir et maintenir les Vents Hurlants jusqu’ici.

En le voyant ainsi à terre au beau milieu d’une mare de sang, une appréhension s’installa inconsciemment dans l’esprit des deux hommes qui les empêcha de se jeter immédiatement sur leur ennemi.

« Luan ! Je sais qu’on est loin de s’entendre tous les deux mais il faut qu’on collabore pour tuer l’assassin du chef ! » Proposa alors Skank.

« … »

Luan n’avait toujours pas prononcé le moindre mot depuis le début. Skank serra les dents et continua à parler pour convaincre Luan de passer à l’action.

« Regarde ! Il est blessé ! Je ne sais pas comment il s’y est pris pour battre le chef, mais si on s’y met tous les deux, il n’a aucune chance de s’en sortir », insista-t-il.

« … »

Ne voyant toujours aucune réaction de la part de Luan, Skank commença à perdre patience.

« Luan ! » Hurla-t-il.

« Très bien. Attaquons-le ensemble », répondit soudainement Luan.

Le visage de Skank s’illumina en entendant ces paroles. Il reporta ensuite son attention vers Fang, qui n’avait pas bougé d’un pouce. Depuis qu’ils avaient fait leur apparition, celui-ci était en train d’évaluer l’étendue de ses blessures tout en échafaudant un plan pour s’échapper.

« Je peux tenir le temps de quelques échanges contre eux deux. Il faut que je les attire dans un endroit avec le plus d’obstacles possibles et que j’utilise tout ce qui me reste d’énergie dans les [huit pas de l’ombre] si je veux m’en sortir. »

Après avoir fait le point, Fang se mit en posture de combat, prêt à en découdre. Il n’avait pas l’intention de mourir ici.

« Fais le fier tant que le peux encore Ping ! Tu ne m’auras pas ! Dans ton état, avec Luan et moi, nous… »

Skank s’arrêta soudainement de parler sous les yeux ébahis de Fang. Il ressentit une vive douleur dans son dos et sans comprendre ce qu’il venait de se produire, il tourna la tête en quête d’une réponse. C’est alors qu’il vit Luan derrière lui. Celui-ci avait une expression qu’il n’avait jamais vu auparavant chez lui.

« Luan… Pourquoi ? »

Luan retira ensuite le poignard qu’il avait planté dans le coeur de Skank. Le sang coulait à profusion de son dos et celui-ci sentit ses forces l’abandonner alors qu’il tombait à terre.

« Je suis un bandit après tout. Quand tu me montres ton dos comme ça, c’est une invitation. En plus, je ne t’ai jamais aimé. »

« L…uan, en…foiré. »

Ce furent les dernières paroles prononcées par Skank avant que la vie ne le quitte. De son côté, Fang était toujours sidéré. Ce retournement de situation dépassait de loin son imagination.

« Une bonne chose de faite », dit Luan en nettoyant le sang sur la lame de son poignard.

« Qu’est-ce que tout ça signifie, Luan ? » Demanda Fang.

« Rien de particulier. En fait, Skank tenait beaucoup à Varuh. Il le considérait comme un père. Quant à moi, je n’ai jamais partagé ses sentiments. J’attendais depuis longtemps de me venger de Varuh et tu as exaucé mon souhait aujourd’hui. Pour ça, je dois te remercier Ping… ou qui que tu sois. »

« Tu connaissais mes intentions depuis le début ? »

« Seulement des doutes. Je ne savais pas exactement quel était ton objectif et je m’en moquais. Tant que tu créais suffisamment de chaos pour me permettre de prendre Varuh par surprise, ça m’aurait suffi. »

Luan leva son poignard haut dans le ciel et le fit refléter sur les pâles lueurs de la lune.

« C’est dans ce but que j’avais préparé cet artefact enduit d’un poison rare et mortel. Mais même avec ça, je n’avais pas totalement confiance en mes chances de réussite. Sans compter qu’il y avait son chien de garde, Skank, qui traînait toujours autour de lui. »

« Tu devais avoir une rancune tenace envers Varuh pour avoir fait profil bas au sein des Vents Hurlants depuis aussi longtemps », fit remarquer Fang.

De ce qu’il avait appris, Luan était l’un des membres les plus anciens et les plus fidèles des Vents Hurlants. Sa soif de vengeance ne datait donc sûrement pas d’hier.

« C’est juste une histoire banale. Varuh a mené une attaque sur un convoi. Il a tué mes parents sous mes yeux tandis que j’ai survécu au carnage en me cachant. J’ai donc décidé de me venger. J’ai rejoint les Vents Hurlants et j’ai attendu patiemment mon heure. Fin de l’histoire. »

Malgré la façon désinvolte dont il avait parlé, Fang ressentit un mélange de peine et de haine dans ses mots. En tout cas pour Luan, ceci n’était pas qu’une histoire parmi tant d’autres.

« Bon, et maintenant ? Qu’est-ce qu’on fait ? » Demanda Fang en revenant au sujet principal.

« Varuh est mort. Skank est mort. En ce qui me concerne, je n’ai aucune raison de te poursuivre. Et puis, même si ce n’était que de façon temporaire, tu as été un membre de mon groupe », répondit Luan.

« Je vois. Qu’est-ce que tu comptes faire maintenant ?

Fang était curieux à ce sujet. Luan regarda les étoiles avec un faible sourire et répondit.

« Avec la mort de Varuh, les Vents Hurlants vont probablement disparaître avec lui. Je vais réunir les membres restants qui me sont fidèles et qui n’ont pas d’autre endroit où aller et puis… je ne sais pas. Reformer un groupe de brigands, ou peut-être devenir des mercenaires, seul l’avenir nous le dira. Vyne, Clog et Douali… Même si j’ai rejoint la bande uniquement pour la vengeance au début, j’ai fini par m’attacher à eux. Je les considère comme des frères à présent. »

Luan avait toujours été bon avec Fang durant sa période chez les Vents Hurlants. Même s’ils ne s’étaient pas côtoyés très longtemps, il ne pensait pas que l’attitude de Luan envers son groupe n’ait été qu’une mascarade. Même si son coeur avait été rongé par la vengeance, Fang était convaincu que celui-ci était au fond de lui un homme bon et prévenant.

« Comment tu vas expliquer aux autres ce qui s’est passé ce soir ? » Demanda Fang sur un ton plus léger.

« Hum… ça va être compliqué. Spécialement avec Vyne, Clog et Douali… Ils t’aimaient bien, tu sais ? »

« Vyne et Clog devraient pouvoir l’accepter. Quant à Douali, ça ira mieux après quelques bouteilles », plaisanta Fang.

« Oui, tu as probablement raison. »

Comme si toute tension avait disparu, ils se mirent alors à rire à l’unisson. Pendant un instant, Fang avait l’impression d’être à nouveau dans le groupe de Luan, parmi les Vents Hurlants. Cependant, trop de choses s’étaient passées depuis, et cette chimère se dissipa rapidement pour faire place à la réalité.

« Tu devrais y aller. Les autres ne vont plus tarder », prévint Luan.

« Oui, il est temps que j’y aille. »

Fang était sur le point de bouger quand il s’arrêta un bref moment. Sans se retourner, il s’adressa une dernière fois à Luan.

« Luan. »

« Hmm ? »

« Si jamais tu ne trouvais pas d’endroit où te poser, pense au village de Mura. »

Luan écarquilla un instant les yeux avant de se contenter de répondre simplement.

« Mura ? Je vois, j’y penserai. Merci du conseil. »

« Adieu. »

Fang disparut ensuite dans les ténèbres de la nuit. Tandis qu’il avançait, il se repassait les souvenirs de ces dernières semaines. Meimei, Varuh, Luan, Eul, Skank… Toutes les personnes avec lesquelles il avait interagi, alliés ou ennemis, toutes les images de son temps chez les Vents Hurlants défilèrent dans son esprit. En repensant à tout ce qui s’était passé jusqu’ici, il sentit une certaine nostalgie monter en lui.

« Ce n’était qu’un étape de plus que j’ai traversée sur ma route. Borgr, Malksim, Gedo… D’autres ennemis m’attendent plus loin. Mais en attendant, il est temps de dire une bonne fois pour toutes adieu aux Vents Hurlants. »

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

 

Publicités

7 commentaires sur “Maître des âmes 82 : Adieu, les Vents Hurlants

  1. Content de voir que les heures passées sur mon clavier n’ont pas été en vain si certains d’entre vous ont apprécié. ^^

    Merci pour vos commentaires. Même si c’est juste pour dire merci pour le chapitre, c’est bon pour la motivation.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s