Maître des âmes 86 : La compétition de Lasfalle

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


J’avais envie de déblatérer alors voilà. Vous êtes libres de passer directement au chapitre, je ne vous en voudrais pas.

Enjoy.

***

Comme toujours, merci à tous les lecteurs pour votre soutien. Que ce soit pour MdA ou pour d’autres oeuvres, c’est encourageant de savoir que nos histoires plaisent à quelqu’un.

Bien sûr, je lis vos commentaires quand vous en laissez et quand je vois que certains sont aussi pressés d’avoir la suite, ça me fait plaisir mais en même temps, ça me paraît bizarre.

Peut-être parce que j’en suis l’auteur, mais j’ai du mal à imaginer que des gens soient si passionnés par mon histoire. Qu’il y ait des gens pour qui c’est devenu un rituel de passer sur soreyawari le mercredi pour guetter la sortie d’un nouveau chapitre ou que des gens se jettent dessus même au beau milieu de la nuit.

Je suis un lecteur aussi et ça m’arrive de faire ça : d’avoir la hype en lisant un webnovel, d’être dégoûté d’être arrivé au dernier chapitre en cours, etc, etc…

Il y a une infinité d’histoires sur le net. Surtout des histoires comme Maître des Âmes qui ressemblent à un archétype des LN chinoises que j’apprécie et dont je me suis inspiré (en essayant d’y ajouter ma touche personnelle bien sûr).

Au milieu de tout ça, je me dis que mon histoire ne vaut pas grand chose, mais si le petit chapitre de la semaine suffit simplement à illuminer votre journée alors ça me suffit.

Bref, j’ai un peu divagué. Tout ça pour remercier tous ceux qui lisent mon histoire. Ça va faire bientôt 2 ans depuis que j’ai commencé à écrire et à publier un chapitre de MdA quasiment une fois par semaine mine de rien… Mais bon, j’y reviendrai plus tard sinon ça risque d’être trop long.

Je pense que je ferai un point au chapitre 100. Ouais… 100, c’est un bon chiffre pour ça.

Trêve de bavardages ! Si vous avez lu mon pavé, merci ! Sinon, voilà le chapitre de la semaine.

***


En plein coeur de la cité se trouvait une énorme arène, capable de contenir des milliers de personnes. Cet endroit était réservé pour les événements importants et aujourd’hui, c’en était un. Tous les deux ans, des combattants âgés de moins de 18 ans affluaient de la région entière pour décider quel village abritait les meilleurs d’entre eux.

La gloire et la récompense à en tirer dépassaient leurs attentes les plus folles et les affrontements en étaient d’autant plus féroces. Aujourd’hui, tout le monde s’était réuni pour assister à la compétition de Lasfalle !

L’événement n’avait pas encore débuté que l’arène était déjà pleine à craquer. Sans se soucier de la limite de personnes que l’endroit pouvait accueillir, des gens se bousculaient encore à l’extérieur dans l’espoir de grappiller une place. Évidemment, avec tout ce monde, les marchands proliféraient comme des champignons, ne faisant qu’ajouter davantage de cacophonie.

Contrairement à l’ambiance festive qui semblait régner parmi les spectateurs, dans un coin de l’arène réservé aux participants, la situation était tout autre.

« Incapable ! Vous ne l’avez toujours pas retrouvé ?! »

Un homme fut ensuite jeté violemment à terre mais celui-ci se prosterna au sol avant même d’essayer de se relever.

« Toutes mes excuses, maître Shang ! Malgré tous nos efforts, nous n’avons trouvé aucune trace du jeune maître. Nous avons également demandé à la garde de Lasfalle. Malheureusement, sans preuve concrète, elle refuse de pousser l’enquête plus loin. »

Bam !

Shang frappa alors le mur qui se trouvait à sa portée et y laissa la marque de son poing.

« J’espère que cet imbécile ne se trouve pas dans une maison de passe, ivre mort ! Non, même lui sait à quel point cette compétition est importante, il a dû lui arriver quelque chose… »

Bien qu’il ait été occupé ces derniers temps, Shang était au courant des frasques de son fils. Il lui avait alors donné des tâches mondaines à accomplir dans l’espoir de le distraire. Mais à son grand regret, ça ne l’avait pas empêché pour autant de poursuivre ses virées nocturnes.

Cependant, il n’était pas inquiet. Sung était passé au stade guerrier et personne n’aurait l’audace de s’en prendre à lui à l’intérieur de la cité. Il pensait que tant que son fils resterait dans Lasfalle, rien de dangereux ne pourrait lui arriver. Mais ça, c’était avant qu’il apprenne l’étrange disparition de son fils.

Les gardes l’avaient vu rentrer à l’auberge, il y a deux jours de cela, au beau milieu de la nuit et ensuite, plus rien. Shang pensait au début que ce n’était qu’une escapade de plus comme les autres, il avait donc attendu patiemment que celui-ci revienne.

Le temps avait passé et à présent, la compétition était sur le point de débuter. Shang avait fini par envoyer des hommes à sa recherche mais en vain, il n’y avait toujours aucun signe de vie de sa part.

Non loin de là, Han regardait la scène se dérouler d’un air stoïque, c’est alors qu’il sentit quelqu’un tirer doucement sur sa manche. En se retournant, il s’aperçut que ce n’était nul autre que Meimei.

« Grand-père, ça ne va pas poser un problème si Sung n’est pas là ? » Demanda-t-elle d’un air inquiet.

Elle connaissait l’importance que représentait cette compétition, et même si elle ne portait pas Sung dans son coeur, elle devait admettre que celui-ci était un élément important pour remporter la victoire.

« Hmm, tu n’as pas tort. Ça ne va pas tarder à commencer et il faut choisir nos représentants. Comme nous l’avions prévu, il y aura toi et Guin. Quant au troisième… »

L’enlèvement de Meimei et la disparition de Fang avaient grandement perturbé les plans de Han. Après le retour de Meimei, il avait choisi Guin, qui était le plus fort après eux, pour les représenter. Le trio de Mura aurait donc dû être composé de Sung, Meimei et Guin. Hélas, l’absence soudaine de Sung posait un problème : il manquait à nouveau un combattant compétent dans l’équipe.

Malgré ça, Han restait calme. Meimei, qui était celle qui le connaissait le mieux, semblait être la seule à avoir remarqué le comportement étrange de son grand-père. En le voyant ainsi, une idée saugrenue lui traversa l’esprit. Est-ce que par hasard grand-père attendrait…

« Ouf ! On dirait que j’arrive à temps ! » S’écria soudainement quelqu’un.

Tout le monde se retourna vers le propriétaire de cette voix. Un silence s’installa alors pendant lequel les gens dévisageaient le garçon qui venait d’apparaître comme s’il s’agissait d’un fantôme. La surprise fut si grande que personne ne savait comment réagir et c’est Meimei qui s’exprima la première.

« Fang ! Fang, c’est toi ! » S’exclama joyeusement la jeune fille en se précipitant vers lui.

« Meimei ! Content de voir que tu vas bien. »

« Hmpf ! Je m’en suis parfaitement sortie toute seule », déclara Meimei en bombant le torse.

« Pourquoi je me dis que ça n’a pas été aussi simple que tu le prétends ? » Répliqua malicieusement Fang en la dévisageant.

Le visage de Meimei se mit alors à rougir brusquement. Elle détourna ensuite la tête pour éviter de croiser le regard du jeune garçon.

« J-Je ne vois pas de quoi tu parles. I-Il n’y a eu aucun problème. »

« Maintenant, ça me donne encore plus envie de savoir ce qui lui est arrivé. Mais bon, je doute qu’elle me raconte quoique ce soit », pensa Fang en voyant la réaction de Meimei.

« Heu… Heum… Désolé de vous interrompre, mais si je peux me permettre. »

« T-Tu n’interromps rien du tout, Guin ! » S’exclama Meimei en agitant ses bras.

« Guin ! Tu as l’air en forme ! » Dit Fang tout en serrant la main de Guin.

« Toi aussi ! Malgré que tu nous ais fait une belle frayeur sur la route. »

« Ha ha ! Désolé pour ça ! C’est que j’avais mes propres raisons. »

Guin observa Fang un court instant. Celui-ci n’avait pas changé physiquement. Pourtant, il avait l’étrange impression que l’atmosphère autour de Fang était légèrement différente d’auparavant. Voyant que ça ne servait à rien de réfléchir davantage, il laissa ses suppositions de côté avant de reprendre.

« Je suis sûr que tu as beaucoup de choses intéressantes à raconter. Malheureusement, ce n’est ni le lieu, ni le bon moment. Si tu es ici, c’est pour la compétition, exact ? Tu te sens d’attaque ? »

« Bien sûr ! » Répondit Fang avec vigueur.

« Dans ce cas, je compte sur toi ! » Dit Guin en souriant.

« Pas de problèmes ! »

« Hé ! Moi aussi, je suis là ! » Ajouta brusquement Meimei.

Les trois adolescents se mirent ensuite à rire de bon coeur jusqu’à ce que quelqu’un vienne les interrompre.

« Le village de Mura ? La  cérémonie va commencer. Vous êtes priés de vous rendre au coeur de l’arène. »

« C’est l’heure… Comme Sung n’est toujours pas là, les représentants de Mura seront Fang, Meimei et Guin. Des objections ? » Déclara Han en se tournant vers Shang.

« Tch… Faites comme bon vous semble. »

Après avoir jeté un dernier regard haineux à Fang, Shang ainsi que ses subordonnées s’enfoncèrent dans le corridor un peu plus loin. Ce geste fut rapidement suivi par les personnes restantes qui se mirent aussi en mouvement. Alors que Fang était en train de passer à proximité de Han, celui-ci prit soudainement la parole.

« Fang, à propos de ce dont nous avons discuté hier… » Commença Han.

« Shh. »

Fang posa son index sur ses lèvres avant de jeter un regard lourd de sens en direction de Han.

« Chef Han, il y a trop d’oreilles indiscrètes ici. Nous en reparlerons plus tard. En attendant, détendez-vous un peu et essayez d’apprécier le spectacle. »

Avec un sourire malicieux, Fang s’enfonça à son tour dans le corridor, laissant Han totalement perplexe.

« Haa… Comment je pourrais me détendre en sachant ce qui se trame ? »

Han était rongé par la pression et l’anxiété. Le visage marqué par la fatigue et les épaules affaissées, c’est d’un pas lourd qu’il avança vers le lieu de l’événement principal.

____

« Par ici. Par ici, je vous prie. »

Bien à l’écart des nombreux spectateurs qui s’entassaient les uns sur les autres, un petit groupe de privilégiés était placé dans une tribune somptueuse qui donnait une vue imprenable sur l’arène en contrebas.

À l’abri du soleil brûlant, ces personnes disposaient à volonté de boissons exquises et de mets succulents tandis que le commun des mortels devait dépenser son argent pour n’avoir ne serait-ce qu’une gorgée d’eau.

Pourtant, au milieu de ces gens aisés, un homme se distinguait davantage des autres. Tout le monde était au petit soin pour lui. On voyait clairement du respect ainsi que de la crainte dans leur comportement.

« Maître Vesley, vous voulez peut-être goûter à ce vin ? Son goût prononcé est incomparable dans la région. Il est très difficile d’en obtenir en cette saison », proposa un homme d’un ton suave.

« Hm. »

Avec un visage impassible, le dénommé Vesley prit le verre tendu vers lui avant d’en prendre une petite gorgée.

« Pas mauvais », ajouta-t-il alors.

« Vous m’en voyez ravi », dit l’homme avec une révérence.

L’homme avait constamment des sueurs froides. Il ne pouvait pas se permettre d’offenser Vesley d’une quelconque façon. À première vue, l’homme semblait agir comme un laquais de Vesley. Cependant, la vérité est qu’il s’agissait en fait de la personne qui était à la tête de Lasfalle, Artig.

« Nos plus belles femmes et nos meilleurs alcools ne l’intéressent pas. Encore heureux que cette fois-ci, ce ne soit pas le genre à n’en faire qu’à sa tête », pensa Artig.

À chaque fois que se déroulait le rassemblement des villages, la cité devait recevoir la visite d’un représentant du royaume d’Yildir. Lasfalle était loin d’être indépendante, et au même titre que la cité exerçait un pouvoir absolu sur les villages dans sa zone, celle-ci devait en répondre devant Yildir.

Durant la période du rassemblement, la cité générait des gains astronomiques. Mais en même temps que celle-ci prélevait les tributs des nombreux villages, elle devait en retour offrir sa propre compensation envers le royaume qui l’héberge.

C’est ainsi que fonctionnait l’échelle du pouvoir et Vesley était la personne en charge de collecter la taxe pour Yildir. Évidemment, Vesley n’était pas quelqu’un d’ordinaire. En plus de sa position en tant qu’émissaire du royaume, c’était quelqu’un qui avait atteint un stade au-delà de celui du stade guerrier.

C’était le cas pour chaque représentant lors des fois précédentes. Comme si c’était un rappel d’Yildir, la présence d’une personne à un stade jamais atteint par un habitant de Lasfalle jusqu’à aujourd’hui était une mise en garde constante sur le pouvoir que pouvait exercer le royaume.

De plus, ses représentants n’étaient pas seulement incroyablement puissants. Tous possédaient également des pouvoirs nécessaires au bon fonctionnement de la cité. Pour toutes ces raisons, il n’était pas étonnant que le fier leader de Lasfalle se comporte quasiment comme un servant durant cette période.

« J’espère que tout ça se finira au plus vite sans qu’il n’y ait aucun problème. »

Ces quelques jours étaient toujours une période particulièrement stressante et difficile pour Artig. Tandis qu’il ruminait ses pensées, les nombreux concurrents commençaient à faire leur apparition dans l’arène.

____

« Waoouh ! Cet endroit est énorme ! C’est fou le nombre de gens qu’il peut y avoir ! »

C’est avec des yeux étincelants que Fang balayait du regard l’arène de fond en comble. La grandeur et la splendeur qui émanaient de cet endroit donnaient une atmosphère incomparable à celle du tournoi de Mura. Comme un enfant curieux, il n’arrêtait pas de scruter les environs et tout naturellement, il ne tarda pas à s’arrêter sur l’énorme tribune en hauteur.

« Voilà donc où se trouvent les personnes les plus importantes de Lasfalle », murmura-t-il.

« Et ce n’est pas tout ! Il semblerait qu’il y ait quelqu’un de bien plus puissant parmi eux. D’ailleurs, si je ne me trompe pas, ce doit être un manipulateur spirituel. Hmm… J’ai envie de le rencontrer », ajouta Shen.

« Quelqu’un de plus puissant ? Manipulateur spirituel ? »

Fang redoubla d’attention vers la tribune. Si ce que disait Shen était vrai, alors non loin de là se trouvait potentiellement une personne dangereuse pour lui.

« Ne t’en fais pas », intervint Shen comme s’il avait lu dans les pensées du jeune garçon. « Il est évident que quelqu’un de son niveau ne fait pas partie de Lasfalle. Tant que ça ne va pas à l’encontre de ses intérêts, je doute même qu’il lève le petit doigt pour les aider. »

En entendant ces paroles, Fang laissa échapper un faible soupir. Ce n’est pas comme s’il voulait se faire un ennemi de la cité toute entière. Cependant, il préférait être prêt au cas où les choses tourneraient mal. Après tout, Lasfalle n’allait pas forcément apprécier ce qui allait suivre.

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

 

Publicités

10 commentaires sur “Maître des âmes 86 : La compétition de Lasfalle

  1. Merci!

    Nightgale tu te trompe! Personnellement je pense sincèrement que t’on histoire et bien meilleurs que la plupart des NL traduit, dont J’ai pût lire le contenue. Même après tout ce temps je trouve cet histoire toujours aussi passionnante et je te remercie pour ton travail.
    Vivement la suite!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s