Maître des âmes 92 : Bombe

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


BOUM !

Enjoy.


 

Après une nuit qui fut courte pour certains et longue pour d’autres, le soleil prit enfin place dans le ciel. Maintenant qu’il faisait jour, l’horrible spectacle qui se jouait devant les deux bandits était clairement visible.

« Attends ! On peut sûrement s’arranger ! Pitié ! »

Slash !

Sans laisser la moindre opportunité à l’homme d’en rajouter davantage, une main recouverte d’une fine couche de glace passa le long de sa gorge, faisant ainsi déferler un flot de sang sur le sol.

« Seigneur… »

« Pitié, pitié… »

Cette vision avait parfaitement fini d’ancrer la peur dans l’esprit des deux bandits. Après avoir égorgé leur chef sous leurs yeux, son effrayant assassin au masque noir s’approcha lentement vers eux, il semblait que celui-ci voulait leur dire quelque chose.

____

« Ouf, enfin terminé. »

Fang enleva son masque et changea de vêtements. L’atmosphère se dégageant de lui n’avait désormais rien à voir par rapport à tout à l’heure. Il était difficile de faire un lien entre son apparence actuelle et la personne qui avait fait un carnage la nuit dernière.

« C’est plutôt limite. Ceci dit, je devrais arriver à temps pour la compétition. Même pas le temps pour un petit somme… »

Il était sans cesse en mouvement depuis des heures et, bien qu’aucun bandit n’ait pu lui tenir tête, la fatigue qu’il avait accumulée n’était pas négligeable.

« Arrête de te plaindre pour si peu. Ah là là, je vous jure, les jeunes d’aujourd’hui. De mon temps… »

Shen était d’humeur à bavarder tandis que Fang retournait vers Lasfalle. Comme on pouvait s’y attendre du jour de la compétition, les gens étaient entassés à chaque entrée de la cité. Même s’il avait dû payer une somme exorbitante pour pouvoir prendre un accès moins fréquenté, Fang était soulagé de ne pas à avoir à patienter durant des heures pour entrer.

Toutes les rues étaient bondées et, s’il ne craignait pas d’attirer l’attention des gardes de Lasfalle, il aurait bien aimé se déplacer sur les toits au lieu de devoir forcer un passage à travers la foule. Très rapidement, il arriva à l’énorme arène où l’événement principal allait se dérouler.

L’endroit était visible de loin mais ce n’est qu’une fois à proximité que Fang ne put s’empêcher de ressentir une certaine excitation. C’était comme si les nombreux combats qui s’y étaient déroulés jadis résonnaient encore dans ses murs. Après avoir posé quelques questions aux guides mis à disposition par Lasfalle pour les visiteurs, il trouva en un rien de temps l’endroit réservé à Mura et s’y rendit.

Son retour soudain créa la surprise générale, exception faite pour Han évidemment. Personne ne semblait encore avoir fait le lien entre lui et la disparition de Sung apparemment, mais il se doutait bien que Shang ne tarderait pas à le soupçonner.

Cependant, même si c’était le cas, celui-ci n’avait pas la possibilité de l’interroger pour le moment. La compétition était sur le point de commencer et Fang était un élément essentiel pour assurer la victoire de Mura, que Shang le veuille ou non.

« Il ne reste plus qu’à gagner cette fichue compétition maintenant », pensa Fang avec nostalgie.

Depuis son départ de Mura, il avait infiltré un groupe de brigands, sauver Meimei de leurs griffes et, après avoir tué leur chef, il avait également découvert un complot orchestré par Malksim, le chef de Gedo. Une fois arrivé à Lasfalle, il avait finalement pu atteindre le stade guerrier et ainsi régler ses comptes une bonne fois pour toutes avec Sung.

« Il s’en est passé des choses. J’ai l’impression que ça a duré bien plus longtemps que ça l’était en réalité. »

Couplé avec ce qui s’était passé la nuit dernière, il n’avait pas eu de vrai répit depuis un bon moment. Après s’être mis d’accord avec les autres pour ne pas à avoir à combattre avant de rencontrer Gedo, la compétition débuta officiellement.

Fang fut rassuré de constater que, pendant son absence, Guin et Meimei avaient progressé. Voyant que ses deux compagnons étaient capables de gérer la situation, la fatigue prit le pas sur lui tandis qu’il fermait doucement ses yeux. Il devait récupérer tant qu’il le pouvait car il avait encore des choses à faire. Tout ça était loin d’être terminé.

____

Bien que interrompu un court instant par Meimei, Fang arriva quand même à se reposer un peu. Autour de lui, les combats se poursuivaient toujours dans l’arène tandis qu’il sortait de sa torpeur.

« Bon, ça devrait bientôt être l’heure. Il est temps d’y aller. »

Il se leva ensuite discrètement pour partir. Malgré cela, ce geste n’avait pas échappé aux yeux de Han.

« Fang, tu comptes aller quelque part ? » Demanda-t-il alors.

« Quelque chose à faire de dernière minute, je n’en ai pas pour très longtemps. »

« … »

Han observa longuement Fang dans l’espoir de découvrir ce que celui-ci avait en tête mais en vain. Il soupira ensuite longuement. Depuis son retour, il avait l’impression qu’il n’avait plus aucune autorité sur le jeune garçon.

« Très bien, mais dépêche-toi de revenir. Notre victoire contre Gedo dépend de toi. »

« Bien entendu, chef Han. Sur ce… »

Fang s’en alla alors sous le regard perplexe de Han. Une fois en dehors de l’arène, il trouva un coin à l’abri des regards pour se changer et poursuivit sa route. Avec à nouveau sa capuche recouvrant une grande partie de son visage, Fang se dirigeait vers les quartiers pauvres de Lasfalle.

Il n’eut même pas à attendre. À l’endroit même où il avait fixé le rendez-vous la veille, un homme était présent. Comme il le lui avait conseillé, celui-ci avait désormais meilleure allure. La puanteur qui émanait de lui n’était plus que de l’histoire ancienne et il n’y avait plus de trace de saleté sur sa peau. L’homme s’était même permis de se coiffer et de se raser proprement en plus.

« Monseigneur… » Dit l’homme en courbant l’échine dès que celui-ci aperçut Fang.

« Bien, tu as suivi mes instructions », répondit Fang, satisfait. « Cependant, tes vêtements ne sont pas tout à fait appropriés. Mets ceux là. »

Fang sortit alors des vêtements de son anneau interspatial. Bien que l’homme avait changé sa tenue et qu’elle n’était plus comparable à celle d’hier, ce n’était pas suffisant à ses yeux. L’homme ne protesta pas en voyant que les habits qu’on lui offrait si gracieusement étaient de bien meilleure qualité que ceux qu’il avait achetés.

« Maintenant que tu as la tête de l’emploi, suis-moi. Je vais t’expliquer ce que j’attends de toi. »

Sans en dire davantage, Fang commença à marcher, suivi de près par l’homme qui était tout ouïe. Face à la terreur que lui inspirait la personne devant lui et à la perspective de remplir sa bourse, celui-ci était prêt à exécuter bien sagement ce qu’on lui disait de faire.

____

« Sans le chef sur le dos, le boulot est beaucoup plus facile. Hé ! Viens par ici ma jolie ! »

« D-Désolé mais j’ai autre chose à faire. Si vous voulez bien m’excusez… »

La jeune femme ne demanda pas son reste avant de filer ensuite comme le vent.

« Pff, les femmes de Lasfalle sont si prudes ! Mais il faut avouer que la qualité est bien meilleure qu’à Gedo ! »

« Galr, tu es saoul ou quoi ? Évites de te donner en spectacle comme ça en pleine rue si tu veux éviter les ennuis », l’avertit son collègue.

« C’est bon ! Avec tous ces gens dans la cité, les gardes ne doivent pas savoir où donner de la tête. On est tranquilles ! »

« Mais le chef a dit… »

« Oublie ce qu’il a dit ! Lui et les autres sont dans l’arène en ce moment. On a toute la journée pour se la couler douce ! »

« Haaa… Très bien. Fais comme tu veux. »

Voyant que continuer ainsi ne mènerait à rien, l’homme n’insista pas davantage et laissa Galr à son sort.

« Voilà le bon état d’esprit ! Tu devrais te détendre toi aussi. Bois un bon coup ou prends toi une femme et tous tes soucis s’envoleront ! » S’exclama Galr tandis que son collègue s’évaporait dans la foule.

Galr était un membre de la garde de Gedo. Étant trop nombreux pour tous se joindre à eux, seul un petit groupe avait accompagné Malksim et les représentants du village dans l’arène où se déroulait actuellement la compétition. Quant aux autres, les ordres étaient de garder leur base en attendant leur retour.

Cependant, Galr trouvait que ces ordres étaient stupides. Garder la base ? Pourquoi ça ? Qui oserait s’en prendre à Gedo ? Qui plus est, au beau milieu de Lasfalle ?

Plutôt que de rester cloîtré inutilement au même endroit toute la journée, Galr avait décidé de sortir et de profiter des festivités qui étaient à leur apogée en ce moment. Femmes, alcools ou autres, ce n’était pas souvent qu’il pouvait profiter des spécialités de cette grande cité. Il ne comptait certainement pas gâcher cette occasion, surtout avec leur chef occupé ailleurs.

« Hmm, il y a trop de monde dans les rues à mon goût. Est-ce que je devrais aller dans un bordel ? »

Alors qu’il réfléchissait à ce qu’il allait faire ensuite, quelqu’un le percuta subitement sur le côté. Galr était un combattant aguerri alors le choc l’avait à peine fait flancher, contrairement à l’autre personne qui était tombé à la renverse.

« Hé ! Regarde un peu où tu vas ! » S’exclama-t-il, enragé.

« Toutes mes excuses, monsieur ! J’étais pressé. C’est complètement de ma faute ! » S’empressa de dire l’homme tout en se relevant péniblement.

« Hmm? »

Quelque chose attira l’oeil de Galr tandis que l’homme réarrangeait ses vêtements. Ce fut pendant un bref instant mais il était sûr d’avoir aperçu un anneau interspatial accroché à son cou.

Galr observa l’homme plus attentivement. Celui-ci portaient des vêtements de bonne qualité. D’après son analyse, il était fort probable que celui-ci soit un marchand ou quelque chose dans le genre. C’est alors qu’une idée traversa son esprit.

« S’il cache son anneau interspatial comme ça au lieu de le porter à la main, c’est qu’il doit avoir quelque chose de précieux à l’intérieur. Je me demande si… »

Il regarda brièvement autour de lui. Ils étaient tous les deux dans une petite ruelle et personne ne se trouvait aux alentours pour le moment. S’il voulait agir, c’était maintenant ou jamais.

« Attends un peu », interpella Galr.

« Oui ? »

« Tu es en tort pour m’avoir bousculé. Ça mérite une compensation, tu ne crois pas ? »

L’expression de l’homme changea aussitôt. Il se mit alors à supplier Galr.

« Monsieur… je vous en prie. Ne rendez pas les choses plus difficiles pour moi. Je n’ai pas grand chose de valeur. »

« Vraiment ? Et ça alors ?! »

Galr se précipita en un éclair sur l’homme et arracha l’anneau qui était dissimulé sous ses vêtements.

« Ah ! Non ! Je vous en supplie ! C’est toutes mes économies ! Rendez-le moi ! » Hurla frénétiquement l’homme en se jetant sur Galr.

« Dégage ! »

Bam !

D’un revers de main, Galr envoya valser le pauvre homme en arrière. Celui-ci tomba au sol, impuissant, tandis que Galr le regardait d’un air triomphant.

« Ça ne se passera pas comme ça ! Je vais prévenir la garde de Lasfalle ! » Menaça l’homme.

« Ah oui ? Regarde autour de toi ! Il n’y a aucun témoin. En plus, tu crois que les gardes ont le temps de s’intéresser à ta petite histoire ? Écoute bien. Je te laisse une chance de t’en sortir indemne, sinon… »

Galr prit ensuite un caillou par terre avant de le pulvériser d’une poignée de main. Cette vision terrifia l’homme qui était toujours cloué au sol.

« Compris ? Alors, ta réponse ? »

« J-Je ne dirai rien », déclara l’homme, complètement abattu.

« J’aime mieux ça. Apprends à rester à ta place et tout… » commença Galr, mais il n’eut pas le temps de terminer.

« Je crois que si on passe par ici, on peut arriver à la prochaine boutique plus vite », se fit soudainement entendre une voix au loin.

« Tch, des gêneurs. N’oublie pas ! Je me rappelle de ton visage et j’ai les moyens de te retrouver. N’essaie même pas de dire ce qui vient de se passer ou tu le regretteras », déclara Galr avant de s’en aller au plus vite.

Le silence retomba dans la ruelle. Une fois Galr parti, l’expression de sa victime changea rapidement. Il se tourna ensuite avec révérence vers la personne à la capuche qui les avait interrompus.

« Monseigneur, j’ai fait exactement comme vous me l’aviez demandé. »

« J’ai vu ça. Beau travail. Voilà ta récompense. »

Une petite bourse atterrit alors dans les mains de l’homme. En vérifiant son contenu, ses yeux se mirent à briller.

« Tu n’as pas oublié ma dernière consigne ? » lui rappela son interlocuteur.

« Bien sûr que non, monseigneur. Comme vous me l’avez ordonné, je vais de ce pas partir de Lasfalle pour m’installer autre part. »

L’homme n’avait pas hésité un seul instant à prendre cette décision. La vie à Lasfalle était trop chère et même avec la somme qu’il venait de gagner, il ne pourrait pas y mener une vie luxueuse bien longtemps. Le mieux était encore de trouver un petit village pour y vivre confortablement. Pour lui, qui n’était encore qu’un mendiant jusqu’à hier, c’était sa seule et unique chance de refaire sa vie.

Après des remerciements à n’en plus finir, l’ancien mendiant s’en alla finalement lui aussi, ne laissant plus qu’une seule personne dans la petite ruelle. Dissimulé sous sa capuche, le grand sourire dessiné sur les lèvres de Fang était cependant visible.

« Tout s’est passé comme prévu. Heureusement, on est vite tombé sur un des hommes que j’avais repérés hier. Son comportement était aussi comme je l’avais espéré. »

Fang avait choisi un des gardes de Gedo dont l’attitude ne lui avait pas semblé très rigoureuse. Suite à ça, il avait décidé de mettre en oeuvre cette petite mise en scène.

La bousculade « accidentelle » avec le mendiant qu’il avait recruté et le fait que celui-ci ait montré « involontairement » son anneau interspatial. Pour augmenter ses chances de réussite, Fang avait aussi bloqué l’accès à la ruelle pour inciter davantage le garde à dérober le mendiant. Puis, en intervenant une fois le méfait accompli, il avait poussé le garde à partir au plus vite avec son butin avant que celui-ci ne se pose trop de questions.

« Une bonne chose de faite, il est temps de retourner à l’arène à présent. »

À partir de là, il n’avait plus le contrôle sur la suite des événements. Le piège était en place. Il ne restait désormais plus qu’à attendre le moment où celui-ci allait se déclencher. Fang attendait déjà avec impatience le résultat.

____

Pendant ce temps, Galr était retourné à la base de Gedo. C’était encore l’endroit le plus sûr pour lui afin de vérifier le butin qu’il avait obtenu.

« J’ai injecté mon énergie dans l’anneau mais… »

Il sortit ensuite l’unique objet contenu à l’intérieur. Il s’agissait d’un énorme et solide coffre en bois. Galr avait hâte de voir ce qui se cachait à l’intérieur.

« Pff, un cadenas. Un effort inutile. »

À son niveau, briser un tel cadenas à mains nues était un jeu d’enfant. Une fois cette dernière sécurité retirée, il ouvrit le coffre sans dissimuler son excitation.

« Ce gars a eu la malchance de tomber sur moi. Il ne peut s’en prendre qu’à lui-même ! S’il n’avait pas été aussi maladroit, je n’aurais même pas fait attention à lui. Dans ce monde, seuls les plus forts dominent les autres. »

Ce furent les dernières pensées de Galr. Au moment où le coffre s’ouvrit en grand, un fil de fer attaché à la partie supérieure fit sauter une goupille dans les airs. Avant même de comprendre ce que c’était, le dernier son qu’il entendit dans ses oreilles fut le bruit d’une explosion tonitruante.

BOUM !

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

5 commentaires sur “Maître des âmes 92 : Bombe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s