Maître des âmes 94 : Brusque dénouement

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


E

N

J

O

Y


 

« Avec mes [milles ondes terrestres] combinées à mes [huit pas de l’ombre], il a dû la sentir passer celle-là », pensa Fang en s’approchant lentement d’un Borgr toujours immobile.

Dans l’arène, le choc fut total. Personne n’arrivait à prononcer un mot. Tous s’attendaient à voir un affrontement épique entre les deux jeunes garçons, un combat sanglant et acharné dont l’issue serait incertaine.

Au lieu de ça, tout se termina si brusquement qu’ils n’eurent même pas le temps de l’accepter. Un mouvement, une attaque, et le combat était plié. Comment étaient-ils censés réagir ?

Sans se soucier des émotions contradictoires des spectateurs, Fang poursuivait sa route. Cependant, il s’arrêta tout à coup quand il remarqua quelque chose.

« Oh ?  » Dit-il, surpris.

Un peu plus loin, le corps de Borgr se mit à bouger lentement. Il appuya alors ses deux mains au sol dans l’espoir de se relever, mais en vain. À peine son corps avait-il commencé à quitter le sol qu’il retomba lourdement.

« Comme on pouvait s’y attendre de quelqu’un au stade guerrier. Il est encore conscient. »

Bien qu’il ait pris son arcane presque sans défense, Borgr était toujours en vie. Cependant, Fang n’était pas inquiet. Il était certain de lui avoir infligé de lourds dommages. Sa victoire était assurée.

La foule eut un faible espoir que l’affrontement se poursuive en voyant Borgr réagir mais ils s’aperçurent rapidement que c’était peine perdue. Sans parler de combattre, celui-ci avait déjà du mal à bouger. Le résultat était plus qu’évident.

De son côté, Fang était finalement arrivé devant son adversaire. Le jeune homme massif était toujours cloué au sol tandis qu’il le regardait de haut.

« Merci pour cette chance que tu m’as accordée. Sans ça, je ne savais pas si j’allais pouvoir gagner », dit Fang avec un sourire narquois.

« T-Toi… »

Avec une expression enragée, Borgr semblait vouloir dire autre chose mais sa respiration haletante l’empêcha de poursuivre.

« Bon, c’est bien beau tout ça, mais je crois que ça a duré assez longtemps. Il est temps d’en finir », annonça soudainement Fang.

« Qu-Qu’est-ce que… « 

« Hm ? Tu as oublié les règles ? Les combats ne se terminent que si l’adversaire n’est plus en état de se battre ou déclare son abandon. Tuer son adversaire n’est pas contre les règles. »

Fang leva ensuite son poing en l’air. Réalisant que celui-ci ne plaisantait pas, une vague de panique envahit alors Borgr. Avec l’énergie du désespoir, il fit abstraction de sa douleur et arriva clairement à déclarer à haute voix sa défaite.

« J’abandonne !  » S’exclama-t-il avant de tousser violemment.

« Tch. Il te restait assez de force pour hurler, hein ? » Murmura Fang tout en s’arrêtant dans son élan.

Il observa un instant la posture misérable de Borgr qui recrachait encore le contenu de ses poumons avant de finalement s’en désintéresser. Il se tourna ensuite vers l’arbitre qui était, lui aussi, sous le choc.

« Monsieur l’arbitre ? Le verdict ? « 

« Ah… »

Les paroles de Fang sortirent l’arbitre de sa rêverie. Il jeta un bref coup d’œil aux deux garçons avant de prononcer haut et fort le résultat.

« Le combat est terminé. Mura remporte la première manche ! »

Cette déclaration réveilla aussi la foule qui, bien que toujours abasourdie, commença à applaudir de façon timoré. Ce geste démarra une réaction en chaîne qui, très vite, se transforma en un déferlement sonore dans toute l’arène.

D’un côté, il y avait un mélange d’applaudissements et de cris d’excitation pour Fang tandis que de l’autre, Borgr avait droit à des huées et des insultes. La foule n’avait apparemment pas digéré que l’affrontement se soit terminé ainsi après toute l’arrogance que celui-ci avait démontré.

Fang n’avait que faire de l’ambiance générale. Son attention était portée sur le coin de Gedo, et plus particulièrement sur Malksim.

« Alors, vous envoyez votre prochain combattant ? » Demanda Fang avec un sourire.

« … »

Malksim resta silencieux, son regard trahissant ses émotions. Les autres membres de Gedo s’écartèrent rapidement en sentant l’envie meurtrière qui se dégageait de lui. Il fixa Fang durant de longues secondes. Entre-temps, les spectateurs s’étaient tus et attendaient de voir avec curiosité la réponse de Gedo.

Après un court silence qui sembla durer une éternité pour certains, Malksim prit finalement la parole.

« Gedo abandonne le combat », dit-il simplement.

Cette déclaration provoqua comme une onde de choc parmi la foule qui réalisa alors la signification de ces paroles : Mura avait remporté la compétition de Lasfalle ! Après une longue domination de la part de Gedo, Mura avait enfin réussi à renverser la tendance et à prendre le dessus sur son rival.

Bien entendu, Malksim était plus que réticent à accepter la défaite. Cependant, il n’avait pas d’autre choix. Ce jeune garçon dénommé Fang avait sournoisement dissimulé sa véritable force, concluant ainsi l’affrontement en un seul coup. Le combat avait été scellé à ce moment.

Mis à part Borgr, les deux autres représentants de Gedo n’étaient qu’au 10ème niveau du stade humain. Si on comptait en plus le fait qu’ils n’étaient pas au mieux de leur forme après leurs précédents combats, essayer de battre Fang, qui était en réalité au stade guerrier, était irréaliste.

Plutôt que de subir une humiliation encore plus grande, Malksim préférait se retirer promptement. Malgré tout, il ancra profondément dans son esprit le nom et le visage de Fang. À cause de ce jeune garçon, ses plans étaient tombés à l’eau et il n’avait pas l’intention d’en rester là.

« Fang… Savoure ta victoire tant que tu le peux encore », murmura Malksim.

____

Le stade était en ébullition et dans le coin de Mura, c’était l’euphorie totale. Après tant d’années, Mura avait enfin gagné !

L’émotion était spécialement grande pour Han qui avait assisté impuissant à la défaite de Mura compétition après compétition. Avec cette victoire, il sentait désormais qu’une nouvelle ère était sur le point d’arriver. Mura allait enfin sortir de l’ombre de Gedo et s’imposer finalement comme le plus grand village de la région.

« Hé, toi ! C’est à toi que je parle ! »

Au milieu de ces réjouissances, Borgr prit soudainement la parole. Bien qu’avec difficulté, il se tenait désormais debout. Toutefois, il avait encore sa main sur son ventre, son visage était pâle et sa respiration saccadée, preuve qu’il accusait toujours le coup qu’il avait reçu.

« Tu me veux quelque chose ? » Demanda Fang en se tournant vers lui.

« Ne fais pas le fier ! Tu crois pouvoir m’humilier comme ça et t’en sortir en un morceau ? »

« Sois un bon perdant et accepte ta défaite », rétorqua sèchement Fang.

« Juste parce que tu es au 1er niveau du stade guerrier, tu penses être intouchable ? Sans ton sale coup bas, tu n’aurais jamais réussi à me battre », répliqua Borgr.

« C’est le résultat qui compte. »

« Le résultat ? Hé hé… Attends de voir quand je serai guéri et tu verras. Je te traquerai, je ne te laisserai aucun répit. Tes amis, ta famille… Je vais personnellement m’occuper d’eux, tu vas voir. »

« Est-ce que c’est une menace ? » Questionna Fang d’un ton glacial.

« Menace ? Non, je te préviens juste de ce qui va bientôt se passer », répondit Borgr.

« Vraiment… »

Fang s’approcha à nouveau de Borgr et, une fois à proximité, il s’adressa à lui de façon à ce que personne d’autre ne puisse les entendre.

« Tu sais, il se trouve que sur le chemin, notre convoi a été attaqué et quelqu’un s’est fait enlever. »

« Qu’est-ce que ça a à voir avec moi ? » Demanda Borgr, ne sachant pas où l’autre voulait en venir.

« Eh bien, la personne qui s’est faite enlevée s’appelle Meimei. C’est la fille qui se trouve là-bas » expliqua Fang en pointant vers le coin de Mura.

« Elle ? Et alors ? Je ne vois toujours pas le rapport. »

Fang scruta attentivement l’expression de Borgr. Celui-ci ne semblait pas jouer faussement les innocents.

« Ahh… Alors tu ne sais vraiment rien ? Quelqu’un a engagé des bandits pour enlever Meimei, quelqu’un provenant de Gedo d’ailleurs… »

À ce point, même quelqu’un comme Borgr commença à relier les points entre eux. Avec un air effrayé, il recula instinctivement d’un pas.

« Ne me dis pas que la disparition d’Eul… »

« J’ai déjà une dette envers toi de la part de Meimei. En vérité, depuis le début du combat, je n’ai jamais eu l’intention de te laisser t’en sortir », dit froidement Fang.

« N-NON ! »

Pris de panique, Borgr se retourna immédiatement pour s’enfuir. Cependant, il était déjà trop tard. À peine avait-il eu le temps de se tourner qu’un léger éclat lumineux passa sur son cou dans toute sa largeur. Sa tête se sépara ensuite inévitablement du reste de son corps.

Comme un pantin dont on aurait coupé les fils, le corps de Borgr s’effondra alors au sol. Tandis que sa tête roulait sur le sol de l’arène, les traits sur son visage exprimaient clairement la frayeur qu’il avait ressentie avant de mourir.

____

L’arène qui était d’humeur festive se figea une nouvelle fois à la vue du corps décapité. Le public avait vu les deux jeunes garçons discuter brièvement après l’affrontement mais personne ne savait exactement ce qui s’était passé entre eux.

Alors que tout le monde était pétrifié devant la tournure des événements, la première personne à réagir fut Malksim.

« MURA ! Qu’est-ce que cela signifie ?! Pourquoi votre représentant a tué Borgr alors que le combat était déjà terminé ?! » Hurla-t-il.

Il se tourna ensuite vers la tribune et reprit la parole.

« Seigneur Artig, ce garçon, Fang, a commis un meurtre sous nos yeux sans aucun scrupule. Bien que tuer un adversaire durant la compétition est autorisé, le combat était déjà terminé et rien ne justifiait un tel acte. Je demande que justice soit rendue pour mon fils. »

« Eh ben, il perd pas de temps celui-là. Il est sacrément doué pour jouer la comédie. »

S’il ne savait rien de lui, Fang aurait vraiment pu croire que celui-ci était vraiment bouleversé et scandalisé par la perte brutale de son fils. Cependant, il avait eu quelques informations sur la relation qui existait entre le chef de Gedo et son fils grâce au chef Han.

Pour faire simple, Malksim n’était pas le vrai père de Borgr. Le défunt garçon n’était qu’un orphelin qui avait démontré un potentiel impressionnant pour son jeune âge, attirant ainsi l’attention de Malksim qui avait alors décidé de l’adopter.

Malksim n’avait que faire de l’éducation de son fils adoptif, ce qui expliquait la piètre attitude que celui-ci avait envers les autres. Tant que Borgr faisait ce qu’on lui demandait, il ne se souciait pas du reste. Borgr, quant à lui, ne semblait rechercher aucune affection paternelle et, tant qu’il menait la belle vie, il n’avait rien à y redire.

Après avoir appris cette information et les manigances de Malksim, Fang s’était vite fait une idée sur la personnalité du chef de Gedo : froid, calculateur, impitoyable. Il était quasiment sûr que Malksim n’avait pas une once de tristesse en lui et qu’il cherchait seulement à tourner la mort de son fils à son avantage. Pour lui, la perte de Borgr ne signifiait probablement qu’un outil en moins à sa disposition.

« Bon, je ne peux pas le laisser imposer son rythme non plus. Si je ne dis rien, les choses risquent de tourner en sa faveur. »

De la même manière que Malksim, Fang se tourna également vers la tribune et, après avoir présenté ses respects, il prit à son tour la parole.

« Seigneur Artig, je sais que mon geste a pu paraître désobligeant. Cependant, Borgr avait menacé de s’en prendre à moi et à mes proches. Pour dire la vérité, je comptais juste l’effrayer un peu en agitant mon arme. Malheureusement, il a pris peur et ma lame a malencontreusement tranché sa tête. C’est un accident involontaire », déclara Fang avec innocence.

Suite à ces paroles, tout le monde dévisagea le jeune garçon avec une stupeur non dissimulée. Les gens étaient sidérés que celui-ci essaye de se justifier ainsi. Sa lame avait tranché une tête par accident ? À qui voulait-il faire gober une histoire pareille ? Il n’y avait aucune chance pour qu’une telle excuse puisse passer.

____

« Fang… Sois maudit ! »

Parmi la confusion qui régnait dans l’arène suite à l’explication inattendue de Fang, quelqu’un dans le tas souhaitait une chose plus que quiconque : que le jeune garçon subisse le courroux de Lasfalle.

Étrangement, ce n’était pas Malksim qui possédait le désir le plus ardent de voir Fang tomber à ce moment. C’était Shang !

Et il y avait une bonne raison à cela ! Bien que celui-ci ne l’avait sortie qu’un bref instant, cela lui avait suffi pour reconnaître l’arme que Fang avait utilisée pour tuer sa victime.

« Il n’y a aucun doute. Cette épée… c’est Dent de Lion ! »

L’artefact que possédait Sung était maintenant entre les mains de Fang. Avec la soudaine disparition de son fils et l’apparition de son arme dans les mains de son ennemi, il n’y avait qu’une conclusion à en tirer.

« Fang a tué Sung. S’il est passé au stade guerrier, alors c’est tout à fait possible. »

Shang venait d’assister à la défaite de Borgr. Si Fang pouvait terrasser Borgr avec une seule attaque surprise, il avait pu également se débarrasser de Sung de la même manière.

« Si seulement on n’était pas en plein coeur de Lasfalle. Je rêverais de pouvoir le réduire en morceaux. »

Tant bien que mal, Shang faisait de son mieux pour contenir sa rage. Fang avait maintenant tué ses deux fils. La haine qu’il éprouvait envers lui était désormais à son paroxysme.

« Si Lasfalle ne fait rien alors c’est moi qui me chargerai personnellement de lui. Attends de voir, Fang. Cette fois, tu ne t’échapperas pas ! »

Que ce soit Shang, Malksim, Han, Meimei ou bien le reste des spectateurs, tous avaient différentes pensées et opinions sur Fang.

Le principal concerné, quant à lui, se tenait immobile sur la plate-forme de combat. Personne n’arrivait à déchiffrer quoi que ce soit sur son visage. Un silence de mort était tombé. Tout le monde attendait avec le souffle coupé  et le coeur battant quelle allait être la conclusion de cette succession d’événements inattendus.

Une chose était cependant certaine dans l’esprit de toutes les personnes présentes. Pour des raisons aussi diverses que variées, la compétition de Lasfalle cette année était vraiment incomparable par rapport aux précédentes.

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

 

Publicités

5 commentaires sur “Maître des âmes 94 : Brusque dénouement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s