MdA Chap 110 : Les mines de Drouma

Auteur : Nightgale
Check: MissX


Qui tombe en chemin d’autres le piétinent.

Ouais, quand je sais pas quoi dire, je sors un proverbe sorti de google.

Enjoy.


L’aube d’un jour nouveau s’était levée. Fang et Lysha se tenaient devant la maison et Yanro ne tarda pas à les rejoindre. Après de brèves salutations, ils s’engagèrent ensuite dans les rues de la cité. En chemin, Fang aperçut d’autres personnes qui, comme eux, se dirigeaient vers les mines. Leurs sombres expressions ainsi que leurs regards vides en disaient long sur leur état d’esprit.

« Bonjour, Yanro. Bonjour, Lysha. Vous voilà enfin. »

Un peu plus loin, un groupe de personnes les interpella et la jeune fille s’empressa d’aller à leur rencontre.

« Nous sommes divisés en petits groupes quand nous travaillons et voici le nôtre. Ce sont toutes de gentilles personnes. Tout se passera bien », expliqua Yanro.

« Yanro, Lysha nous a dit que ce jeune garçon est un nouveau venu. Tu nous le présentes ? » Demanda l’un des membres du groupe.

Yanro s’exécuta et introduisit Fang aux autres. Pour expliquer l’arrivée du jeune garçon parmi eux ainsi que l’absence de Kuzu, celui-ci fut obligé de raconter les évènements de la veille. Tous restèrent sans voix durant son récit et, une fois terminé, ils essayèrent tant bien que mal de le réconforter.

« Ceux qui deviennent des chiens ont pour la plupart le même âge que Kuzu. C’est triste à dire mais les plus jeunes sont les plus facilement influençables. Enfin… comment les blâmer dans ce maudit endroit. »

Ce constat amer provenait de Tasko, un homme d’une quarantaine d’années doté d’une stature plutôt imposante. Lui et sa femme Kibi ne provenaient pas de Drouma à l’origine. Comme Fang, ils avaient été faits esclaves lors d’une brève escale dans la cité il y a de cela quelques mois. Cela expliquait pourquoi Fang pouvait encore sentir une certaine vigueur chez le couple, contrairement aux autres.

Au fur et à mesure de leur progression, ils croisèrent plusieurs groupes similaires au leur. Comme Tasko l’avait souligné, le contraste était flagrant entre le nombre d’esclaves dans la tranche d’âge de Yanro ou Tasko par rapport aux plus jeunes comme Kuzu ou lui.

D’après les dires de Kibi, Lysha était la plus jeune à travailler dans les mines et les adolescents comme Fang ne se comptaient que par dizaines. Quand celui-ci demanda ce qu’il était advenu des personnes âgées ou des enfants en bas âge, la réponse ne fut guère réjouissante.

Il n’y avait que trois options pour ceux qui avaient des difficultés à travailler dans les mines. La première, c’était d’accomplir des tâches comme les repas et l’entretien des outils par exemple. On pourrait croire que c’était plus facile que d’être mineur mais en réalité, leur traitement était aussi le même pour eux, voire pire.

La deuxième option était d’être revendu en tant qu’esclave à des clients en dehors de Drouma. Évidemment, il ne fallait pas s’attendre à être vendu à un gentil maître et mener une paisible existence. Les clients de Gregar avaient des origines plus que douteuses et mieux valait ne pas savoir de quelle manière ils se servaient de leurs esclaves.

Quant à la troisième option, c’était simple : l’élimination. Ceux qui étaient inaptes à travailler et que personne ne voulait acheter se faisaient simplement exécuter. C’était également le sort qui attendait les mineurs qui n’étaient plus en état de travailler et c’était là une raison supplémentaire qui forçait tout le monde à rester docile.

Plus Fang écoutait ces explications et plus il se disait que ce règne de terreur était bien en place. Il avait considéré un moment à créer une révolte pour avoir une chance de s’enfuir, mais avec la peur autant ancrée dans leurs esprits, il jugea que ses chances de réussite étaient extrêmement faibles.

« Il faut que je revoie mes plans. Je ne vais probablement pas avoir de solutions dans l’immédiat. Il va falloir être patient et endurer… jusqu’à trouver un moyen de m’en sortir. »

C’était là sa conclusion alors qu’ils arrivaient au pied de la montagne.

« Fang, à partir d’ici, chaque groupe est assigné à une zone. Suis-nous de près pour éviter de te perdre », l’informa Yanro.

Fang acquiesça et s’efforça de ne pas s’éloigner du groupe. Les sentiers étaient assez larges mais avec le nombre de personnes présentes, tout le monde était serré l’un contre l’autre, rendant la circulation lente et difficile.

Au bout d’un moment, il jeta un coup d’oeil en arrière et une vue d’ensemble du chemin tortueux qu’il venait de traverser s’offrit à lui. Avec sa position désormais plus élevée, le fleuve humain qu’il voyait s’étaler le long des différents sentiers de la montagne lui faisait penser à une colonie de fourmis en train de rejoindre leur fourmilière.

Juste balayer son regard sur la foule était suffisant pour sentir que l’humeur n’était pas au beau fixe. Une grande partie d’entre eux avait clairement l’air épuisé. Avec leurs joues creuses et des cernes sous les yeux, leurs regards se portaient faiblement vers le sol. Tout le monde traînait des pieds à chaque pas comme s’ils étaient sur le point de se rendre au purgatoire.

Ce spectacle marqua l’esprit de Fang. La vision qu’il avait sous ses yeux était pour lui une représentation parfaite du désespoir dans lequel Drouma était plongé. Il toucha alors le collier qui ornait son cou en se promettant intérieurement de ne pas perdre tout espoir comme eux.

« Fang ! Hé, Fang ! »

Lysha l’interpella, le ramenant ainsi à la réalité.

« Qu’est-ce que tu fais immobile comme ça ? »

« Désolé, je réfléchissais un peu. »

« Si tu restes comme ça, tu vas te perdre. Hum… On dirait que j’ai pas le choix. »

Lysha se rapprocha alors de lui et prit soudainement sa main.

« Lysha ? »

« Comme ça, pas de soucis. Fais confiance à la grande Lysha, je connais le chemin », déclara-t-elle fièrement avant de le tirer derrière elle.

« Lysha, tu n’es pas obligée… » Dit Fang, un peu gêné par la situation.

« Tu ferais mieux d’obéir. Lysha est notre mascotte et ses ordres sont absolus. Tu n’as pas le droit de refuser », déclara Tasko avec un sourire.

Ce n’était pas seulement Tasko. Yanro, Kibi et les autres les regardèrent également avec un air amusé. Il semblerait que la gaieté et la fougue de Lysha avait redonné un peu de vigueur au groupe. Ne voulant pas ruiner l’atmosphère, Fang se laissa donc sagement guider par la jeune fille.

Au bout de quelques minutes, ils arrivèrent finalement devant l’une des nombreuses entrées creusées en plein cœur de la montagne. Cependant, le groupe n’y entra pas directement et se mit à attendre en face. Ils n’étaient pas les seuls devant cette entrée. À côté d’eux se trouvaient cinq autres groupes. Fang observa silencieusement la situation jusqu’à ce qu’un nouveau groupe d’hommes fasse son apparition.

Au vue de leur attirail et de leur attitude, il était plus qu’évident qu’il ne s’agissait pas d’esclaves comme eux. Les fouets en cuir accrochés à chacune de leur ceinture ne faisaient que confirmer ce point.

« Bien ! Les quatre groupes de l’entrée 23 sont là. Nous allons vérifier que vous êtes tous présents, mais avant ça, je vais annoncer un petit changement. »

L’homme qui avait pris la parole et qui, au passage, était le seul sans collier autour du cou agita sa main. En réponse à son geste, quelqu’un sortit alors des rangs pour se placer en avant. Fang reconnut rapidement l’identité de cette personne, leur dernière rencontre ne remontait qu’à la veille après tout.

« Voici le nouveau chien qui se chargera du groupe 64 », annonça simplement l’homme.

« Kuzu… » Murmura Tasko en grinçant des dents.

Après avoir entendu le récit de Yanro, la popularité de Kuzu était tombée au plus bas. Leur animosité était clairement perceptible, cependant personne n’osait prendre la parole, sûrement par peur d’une éventuelle sanction. Dans le lot, seul Yanro regardait son fils avec tristesse et incompréhension.

Est-ce que Kuzu avait été délibérément associé à ce groupe parce que son père y était ? Après avoir vu l’attitude du sbire de Gregar la veille, Fang se disait que c’était fort probable. Ces hommes semblaient prendre un malin plaisir à voir les autres se trahir et s’entre-déchirer.

« C’est tout pour les changements. Travaillez pour survivre… ou alors mourrez. »

Sur ces dernières paroles, l’homme s’en alla, laissant derrière lui les quatre chiens qui prirent chacun la tête de leur groupe respectif.

« Kuzu… »

Yanro tenta d’adresser la parole à son fils mais la seule réponse qu’il reçut fut le bruit sec d’un claquement de fouet.

« La prochaine fois, mon coup fera mouche. Groupe 64, vous n’avez pas intérêt à traîner ! »

Tasko prenait énormément sur lui pour ne pas se jeter sur Kuzu tandis que Yanro semblait désemparé. Dans un silence lourd et pesant, Fang et son groupe s’engouffrèrent alors dans les profondeurs de Drouma.

À peine étaient-ils à l’intérieur que tout le monde se dirigea vers le coin où étaient stockés des pioches, pelles, et autres outils nécessaires pour accomplir leur besogne. Personne n’avait pris la parole depuis et, sans ajouter un mot, Fang se contenta d’imiter les gestes des autres. Une fois tous les outils posés dans un chariot prévu à cet effet, comme si c’était son rôle, Tasko se mit à le pousser.

Des lanternes avaient été installées le long des tunnels et Lysha se chargeait de les allumer les unes après les autres. Alternant entre les zones sombres et éclairées, Yanro en profitait pour donner quelques conseils à Fang.

« Des bêtes démoniaques ? Ici !? » S’étonna Fang.

« Des problèmes sont survenus récemment. Ça ne posait pas de problème à l’époque tant qu’on ne s’enfonçait pas aussi profondément dans la montagne, mais il semblerait qu’à force de creuser on a fini par entrer dans leur territoire. »

« Et ils sont dangereux ? »

« Les hommes de Gregar n’auraient aucun mal à s’en débarrasser. Quant à nous, nous ne faisons pas le poids. Cependant, les Drous n’aiment pas la lumière du jour. Si on rejoint la sortie, ils n’essaieront pas de nous suivre plus loin. »

« Encore faut-il réussir à leur échapper… »

« Hélas, certains n’ont pas eu cette chance. Si ça continue ainsi, les attaques ne vont faire qu’augmenter jour après jour. Je me demande encore combien de temps notre groupe va pouvoir éviter le pire. « 

« … »

Aucune phrase rassurante ne venait à l’esprit de Fang. S’il était encore en pleine possession de ses moyens, ce genre de bêtes démoniaques ne lui poserait aucun problème. Malheureusement, la situation actuelle faisait que s’il venait à tomber sur l’une de ces créatures, il n’aurait pas d’autre choix que de prendre ses jambes à son cou.

« Eh ! Eh ! Qu’est-ce que t’en dis ? Qu’est-ce que t’en dis ? »

Nullement affectée par la gravité de la conversation, Lysha posa cette question à Fang.

« À propos de quoi ? » Demanda-t-il, ne sachant pas où la jeune fille voulait en venir.

« Je parle des Drous ! Des D.R.O.U.S ! C’est moi qui leur ai donné ce nom. C’est joli, non ? »

« Ah ! Ça… »

Bien qu’en général on associait une bête démoniaque avec un animal possédant des traits similaires, il n’était pas si rare de leur donner un autre nom pour des raisons pratiques. C’est pourquoi Fang ne fut pas étonné quand Yanro les appela des Drous.

« C’est mieux que bêtes démoniaques par-ci, bêtes démoniaques par là. Les bêtes de Drouma : les Drous. Une idée de génie de ma part, non ? »

« C’est un nom simple et efficace. Tout le monde l’a déjà adopté », ajouta Yanro.

« Oncle Yanro dit vrai. Tout le monde les appelle les Drous maintenant. J’ai eu une super idée, non ? »

« C’est un bon nom. Bien joué », félicita Fang en lui caressant la tête.

« Hé, hé… »

Après avoir reçu des félicitations, Lysha retourna auprès des autres avec un grand sourire.

« Même Lysha a des moments où elle a besoin d’attention. Ses parents doivent beaucoup lui manquer », fit remarquer Fang.

« Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi », répondit Yanro.

« Sur quoi ? »

« Il est vrai que ses parents lui manquent. Par contre, je ne pense pas qu’elle recherchait de l’attention en intervenant dans notre conversation. Observe-la de plus près. »

Fang s’exécuta et porta son attention sur Lysha. La jeune fille était pleine d’entrain et de vigueur, passant d’une personne à l’autre après avoir échangé quelques mots.

Après un petit moment, il finit par remarquer quelque chose : Lysha se dirigeait essentiellement vers les gens qui semblaient fatigués ou avaient mauvaise mine. Ensuite, quelques instants plus tard, comme par enchantement, son interlocuteur retrouvait un léger sourire puis elle s’en allait de suite voir quelqu’un d’autre.

« Ne sous-estime pas la maturité de Lysha. Même si elle est la plus jeune d’entre nous, c’est bien grâce à elle si le moral de notre groupe ne s’est pas encore effondré. Dans un certain sens, j’ai même envie de dire qu’elle est la plus forte d’entre nous. »

Fang n’était pas tout à fait d’accord avec Yanro mais il garda son avis pour lui. À ses yeux, Lysha lui rappelait comment il était auparavant. L’image de la jeune fille se superposait avec le lui d’antan, celui qui se forçait à sourire pour ne pas attrister sa mère, celui qui se forçait à garder le sourire pour ne pas sombrer dans le désespoir.

Là où Yanro voyait une preuve de maturité, Fang n’y voyait là qu’un moyen de survivre. Il ne comprenait que trop bien ce que devait endurer la jeune fille, et c’est pourquoi il était si difficile pour lui de fermer les yeux sur sa situation.

« Si possible, j’aimerais au moins délivrer Lysha et Yanro… »

Même si la logique lui dictait qu’il serait plus simple de s’en sortir seul, il ne pouvait tout simplement pas laisser ses bienfaiteurs à leur triste sort.

Imitant les autres, Fang se dirigea vers le chariot pour prendre une pioche. S’il avait l’intention d’amener Lysha et Yanro avec lui, il lui fallait revoir une nouvelle fois ses plans. Cependant, pour l’heure, il devait se fondre dans la masse et commencer à creuser comme tout le monde.

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

2 commentaires sur “MdA Chap 110 : Les mines de Drouma

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s