Les mésaventures d’un homme pas si ordinaire – Chapitre 1


Auteur : Henri

Check : Yurane


Bonjour ! Ayant toujours été un grand fan de la mythologie grecque, écrire une histoire mettant en scène ces dieux était un rêve de gosse. Donc voilà ! Une chose de faite. Suivons l’histoire d’un homme pas si ordinaire dans ses péripéties.


Encore elle ? Cela faisait déjà cinq fois cette semaine, que voulait-elle cette fois-ci ? Je n’étais pas un esclave des dieux ! J’avais déjà assez donné, non ? En plus, je n’étais même pas payé ! Pas de Crédit, rien, niet. 

  Lundi, je l’avais aidée à tuer une gorgone. Elle me rata de peu. J’étais à ça d’avoir mes parties génitales pétrifiées à jamais. 

  Mardi, je l’avais aidée à attraper un pégase. 2 537 mètres de chute libre, vous imaginez ? Heureusement que j’avais toujours mon coussin d’air sur moi, mais même avec ça, j’avais perdu l’usage de mes deux jambes. “Bien joué !” me dit-elle. Bien joué ? Si je n’avais pas été sous sédatif, je l’aurais cognée. 

  Mercredi, les jambes plâtrées, elle me força à l’aider à négocier avec le roi des géants. Je ne savais même pas pourquoi elle m’avait emmené avec elle. Elle ne m’avait pas laissé le choix, de toute façon, je ne pouvais pas lui échapper en chaise roulante. 

  Jeudi, elle apporta une guérisseuse qui s’occupa de me rendre bipède à nouveau. Tout ça pour quoi ? Pour m’envoyer chercher une olive. Elle aurait pu aller au supermarché mais non ! Madame voulait une olive de son olivier personnel qu’elle avait planté à Athènes dans sa jeunesse. Elle n’avait vraiment pas conscience du prix d’un billet d’avion de nos jours. Elle aurait pu au moins me donner un coup de main en me prêtant le chariot de son frère de lumière ou les sandales du facteur de la famille mais non ! Me voilà coincé entre un bébé qui pleure et un ronfleur pour les quatre prochaines heures. 

  Cette fois-ci, j’allais me cacher et elle n’allait pas me trouver. J’avais acheté un déguisement parfait en Grèce. Elle ne m’aura pas cette fois. Je savais qu’elle allait attendre devant chez moi comme toujours. J’enfilais mon camouflage et je me fondis dans la foule du marché. 

  Voyant que je n’étais pas rentré à l’heure habituelle, elle essaiera sûrement de me repérer avec son familier. Mais aujourd’hui, cela ne fonctionnera pas. Et oui, qui dit été, dit fête de Nura, tu ne m’auras pas ! 

  Je dissimulais toutes les traces de mon énergie et je me mélangeais aux commerçants ravis et aux adolescents pleins de fougue. Autour de moi, des statuettes magnifiques étaient vendues en l’honneur de la déesse Nura. Elles étaient plutôt réalistes, grand buste et une silhouette élancée, c’était elle, en effet. Son visage ? On ne réprésentait pas le visage des dieux, c’était une question de respect. 

  Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas baladé tranquillement sans monstres à tuer ou qui voulaient me tuer. 

  Ce soir, j’allais dormir chez un ami de la fac. Cela faisait longtemps que je ne l’avais pas vu mais il avait accepté aussitôt de m’aider après avoir entendu mon récit. Au moins, lui, comprenait ma douleur. Heureusement, que quelqu’un m’avait donné son numéro, je l’avais perdu après qu’une certaine personne avait détruit mon téléphone en lui marchant dessus “sans faire exprès”. 

  Et pourtant certains étaient jaloux de moi. Des masochistes ! Jaloux de quoi ? Allez savoir. J’échangerais ma place avec eux n’importe quand ! D’ailleurs, j’avais déjà essayé de proposer quelqu’un d’autre pour exécuter ses tâches inhumaines mais à chaque fois, elle refusait, elle préférait me voir souffrir, j’en étais sûr.

   Heureusement que lui était là pour moi, il pourra effacer ma présence et éloigner cette démone. Je pris le métro, descendis à la bonne station et sonnai à la bonne porte.  

  Un visage que je ne voulais plus voir se glissait à travers la porte entrouverte. Merde. Une scène passée se rejoua rapidement dans ma tête. 

“Tu n’aurais pas le numéro d’Éric ? 

– Si, tiens ! Tu le mérites après m’avoir emmenée sur ton dos au sommet de l’Olympe.

– Merci, dis-je avec un sourire crispé.”

  Je m’étais fait avoir. Par ma mémoire. Je n’avais pas vérifié la source de mes informations. C’était donc ça d’être un Héros à la retraite ? Je perdais mes bons réflexes. 

“Alors comme ça, on essaye de s’enfuir ? 

– Je t’assure que non, Athéna.

– Eh bien super, allons à la bibliothèque, il faut que j’amène quelques milliers de livres pour mon père.

– Il faut vraiment que je monte tout ça à la sueur de mon front ? Il ne peut pas juste utiliser, je ne sais pas moi, le pouvoir du ciel ? Demander à ses enfants de le faire ? 

– Non, il compte sur moi, donc, par corrélation, sur toi. 

– Pourquoi est-ce que je devrais t’aider ? 

– Parce que tu m’apprécies ? 

– Je pense que c’est bien la dernière raison qui me vient à l’esprit.

– C’est vexant, dit-elle en faisant la moue. Tu veux bien m’aider ? Juste cette fois.

– Bon, d’accord, mais tu me laisses mon week-end, hein ? Pas comme la semaine dernière, sinon, je rapporte tes méfaits à ton papa. 

– Oui, oui, allez, on y va !” 

Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s