Les mésaventures d’un homme pas si ordinaire 2 – Chapitre 1


Auteur : Henri

Check : Nekoyashiki-san


Hi there ! Qu’est-ce que peut bien ressentir la Mort ?


“Réveille-toi, maman ? 

– Ta mère dort. 

– Maman dort ? Pourquoi ? Pourquoi elle a le ventre vide ? Elle a faim ?

– Oui, ne la touche pas, elle fait de beaux rêves. Viens avec nous.

– D’accord mais maman m’a dit de ne pas suivre les inconnus.

– Nous sommes ses amis.

– Amis ? 

– Dépêche-toi Frank, la police arrive. 

– J’arrive, j’arrive. Viens avec nous, dit-il en tendant la main.

– Je ne veux pas. Maman va être seule après.

– Grouille ou je me le fais, le gosse.

– Désolé, chuchota Frank avant d’assommer le jeune garçon. Partons.” 

  Mes habits camouflant ma présence, j’avais observé la scène depuis le début. Le meurtre de la mère, la fouille de son appartement, et maintenant l’enlèvement de son enfant, j’avais tout vu. J’avais peut-être pris ma décision trop vite. Ce n’était vraiment pas un métier pour moi. 

  Mon cœur bouillait de rage mais la raison me tenait en laisse. Dieu de la mort, tel était mon rôle, et non pas justicier de l’humanité. 

  Je me penchai silencieusement sur le corps de la nouvelle défunte. Ils avaient été sans pitié. Sa bouche ouverte dégoulinait de sang, ses dents lui avaient été arrachées pour effacer les preuves, un vrai travail de professionnel. Son corps était ouvert comme une boîte de conserve vide. Il ne restait plus rien. Le trafic d’organes devait sûrement être leur secteur d’activités. 

  Mais pourquoi avoir laissé le corps ? Le visage, bien que déformé, suffirait à retrouver l’identité de la personne. La réponse me fut donnée aussitôt, de la fumée commençait à m’entourer. Un incendie se préparait. Un vrai travail de professionnel, en effet. 

  Je mis ces fameuses lunettes et vis une lumière aveuglante ressemblant vaguement à un tunnel. Une femme se tenait devant, l’air perdue. Puis elle se mit à avancer dans le sens opposé avec assurance, à ma grande surprise. Était-elle aveugle ? 

  Je l’entendais se parler à elle-même : “Dieu existait donc vraiment. Le Seigneur est miséricordieux. Dieu m’envoie la lumière alors que j’ai tant péché dans ma vie. Merci, Dieu.” 

  Dieu ? Quel dieu ? Le Dieu des catholiques ? C’est vrai ça, j’ai oublié de demander à Hadès où vont les âmes que je guide. Je lui demanderai à l’occasion, pensai-je.

  Ne voulant pas perdre de temps, je lui pris la main. 

“Dieu ?

– Hein ? Moi ? Non, absolument pas, je suis juste là pour vous guider. 

– Un archange en costume ! Le paradis se modernise ? 

– On peut dire ça si vous voulez. Je vous y emmène.

– Mais. Et si vous étiez un démon ? 

– Pourriez-vous vraiment lutter dans ce cas-là ? demandais-je curieux.

– Ma foi me protège. Dieu me protégera si c’est le cas. 

– Dans ce cas-là, vous pouvez me suivre, dis-je en avançant.

– Je vais vous faire confiance, merci, monsieur l’archange.”

  C’était un des privilèges d’être la Mort, pouvoir toucher les défunts et leur parler. 

“Vous savez, j’ai un fils. 

– Oui ? 

– Puis-je vous demander une faveur monsieur l’archange ?

– Cela dépend de la faveur. 

– C’est-à-dire ?

– Je ne peux pas absolument vous dire comment vous êtes morte, par exemple. Les règles m’en empêchent. Puis je dois m’occuper des autres âmes. 

– Pourriez-vous veiller sur mon fils, monsieur l’archange ? Son père n’est plus depuis longtemps, j’étais tout pour lui. Faites qu’il s’en sorte, s’il vous plaît, monsieur l’archange, dit-elle en arrêtant de marcher. 

– En échange de quoi ?

– En échange de quoi ? Je n’ai rien à offrir. Je pourrais vous donner mon âme avec plaisir mais en tant qu’archange, vous n’accepteriez pas, n’est-ce pas ? 

– En effet. 

– Dites-moi dans ce cas-là ce que vous voulez.

– Vous n’avez rien que je désire.

– Aidez-moi, s’il vous plaît, je ferais tout, continua-t-elle en se mettant à genoux.

– Relevez-vous, relevez-vous. C’est bon, c’est bon. Continuez tout droit sans vous arrêter, ça me suffira, assurai-je après avoir vu la couleur de son âme.

– Merci, merci, monsieur l’archange. Dieu est bienveillant !” 

  Ma voix tremblait tout à l’heure, non ? 

  Une centaine d’années encore comme ça ? Peut-être que je devrais trouver un remplaçant. Je n’étais pas taillé pour ce genre de choses. 

  Je sortis de la bâtisse en flammes et vis au loin les voitures des kidnappeurs. 

  Chaque personne naît avec des circonstances différentes mais ce sont nos choix qui nous définissent, du moins, c’était ce que je pensais. 

  Je claquai des doigts. Les voitures disparurent et le petit garçon apparut à ma gauche.   

  Il était encore inconscient. Je ne connaissais même pas son prénom. C’était la troisième fois que je faisais une promesse à une mère. 

  Je le pris sur mon dos. Il avait assez vu d’atrocités. Je le déposai chez moi. Je sortis ma carte, des milliers de points rouges clignotaient avec insistance. La Mort était tiraillée. Je respirai un coup et laissai un mot à l’entrée. La Mort repartit.

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s