God By Interim, chapitre 2 : Problème Administratif

Auteur : Andecarus
Check: SamiHuunter


Voilà le chapitre 2 de gbi, sûrement en retard étant donné que les checkeurs sont une ressource très rare en ce moment ahah, j’espère qu’il vous plaira. ensuite je ne peux que vous souhaiter qu’une bonne lecture et vous inviter à laisser un commentaire pour me dire ce que vous en avez pensé.


 

« Tu fous quoi ici toi ? »

Cette phrase résonnait dans ma tête, j’étais ébranlé par cette question.

Dans ma vie, personne ne voulait de moi, je n’avais jamais réellement trouvé ma place, là, dans ma mort, la même histoire se répétait.

« Pourquoi tu me regardes avec la bouche grande ouverte ? Nom de moi ! En plus on est tombé sur un idiot ! »

Ce ne fut qu’en entendant cet homme en face de moi parler que je repris mes esprits, et que je commençai à pouvoir répondre.

« Je pense que c’est à vous de me dire ce que je fais ici ! Moi j’ai pas demandé à me retrouver dans ce merdier. »

Il m’observa avec un regard étonné, comme si un singe venait de parler et qu’en plus il avait dit quelque chose d’intéressant.

« Hum, tu marques un point, bon il faut que je vérifie deux, trois trucs avec ton dieu de la mort référent. Tu connais ton numéro de monde, ou le nom du dieu de la mort affilié à celui-ci ? »

Je pris quelques secondes pour réfléchir avant de répondre, c’était la première fois qu’il ne me prenait pas pour un idiot depuis le début de notre conversation.

« Euh, je viens de la Terre, en Gironde, après, je ne connais pas le nom du dieu de la mort de ce monde »

Il me regarda tout en faisant non de la tête.

« Tu es clairement inutile en fait, tu sais combien de mondes possède une Terre avec un royaume ou un lieu nommé Gironde ? ‘Fin passons, on y peut rien. »

Il remit ses mains dans son bureau à la recherche d’un autre objet.

Après quelques minutes de recherche, il ressortit un serpent et le tendit devant lui comme s’il s’agissait d’un trésor, je m’attendais quasiment à ce qu’une petite musique à la Zelda retentisse et qu’une lumière apparaisse derrière lui.

« Enfin Jean-Hubert ? je t’ai trouvé, je te jure toi, toujours en train de te cacher pour éviter le boulot. »

Je le regardai, lui et le serpent, puis j’ai commencé à me demander qui pourrait avoir l’idée d’appeler un serpent Jean-Hubert.

Mais il me suffit de le regarder lui et son accoutrement pour comprendre : s’il pouvait mettre ça, il pouvait très bien appeler un serpent Jean-Hubert.

« Bon, passe-moi ton bras ! »

Bien que j’avais correctement entendu la demande, je l’ai regardé encore une fois, lui et son serpent, et j’hésitais quand même à m’exécuter, je me demandais bien à quoi pouvait bien servir ce fameux Jean-Hubert.

J’avais quand même ma petite idée sur la question, et je n’avais pas vraiment envie que ma peur première se réalise.

« Bon il fout quoi le benêt ? Je n’ai pas que ça à faire moi, j’ai bien envie de retourner dormir moi ! »

Je ne savais même pas pourquoi j’étais surpris du fait que le serpent pouvait me parler, après tout, j’avais vu bien plus étrange depuis que j’étais arrivé ici, mais ce qui me perturbait le plus, c’était qu’il n’y avait pas de sifflement, comme dans les dessins animés.

Suite au sermon du serpent, je ne pus continuer à ignorer la demande. Après tout, il valait mieux que ça soit moi qui donne mon bras plutôt que lui qui vienne le chercher.

Donc je pris mon courage à deux mains et tendis mon bras vers le serpent. Là, il prit son élan et me mordit le bras sauvagement, j’eus à peine le temps de fermer les yeux avant l’impact. Étrangement je ne ressentis aucune douleur.

Il fallut quelques minutes pour que Jean-Hubert me lâche enfin le bras, suite à ça; il se retourna vers l’homme et lui dit enfin :

« Alors, il vient du monde 6 584, et tu vas pas aimer, mais son dieu de la mort référent, c’est Méliana »

L’homme eut un rictus clairement désagréable et plutôt terrifiant.

D’un coup il prit le petit corps vert décapité et commença à hurler dessus.

« La grognasse aux gros nichons est attendue au bureau du monde 17 895 pour réparer sa connerie ! »

Je fus quand même surpris par la violence de l’annonce, et quelques secondes après celle-ci, je vis une tête dépasser du bureau juste à côté, c’était une femme blonde avec des yeux bleus qui avait sur la tête des oreilles de chat qui pointaient vers le ciel.

« C’est de moi que tu parles Riléniar ? »

L’homme tourna la tête et regarda la femme avec une mine abattue, apparemment non, ce n’était pas elle qui était visée par cette annonce, et avant qu’il ne puisse répondre j’entendis une voix féminine derrière moi qui lui répondit.

« Non Linissia, c’est de moi qu’il parle, tu sais bien qu’il ne m’aime pas car il est complexé parce que j’en ai un plus grand que lui »

Je ne savais clairement pas de quoi elle parlait, d’après ce que j’avais entendu, c’était une femme avec une forte poitrine, mais bon, je pense qu’ici, rien ne devrait me surprendre. Je suis tout de même devant un bureau en serpents.

La femme chat, après avoir lâché un petit OK, retourna à ses affaires sans dire un mot de plus, mais après quelques secondes on l’entendit rire aux éclats.

« Bon, il se passe quoi ici, un problème avec lui ? »

Je le vis littéralement ravaler son envie de la frapper, ce qui m’inquiétais un peu étant donné que je me trouvais juste devant elle.

« Oui, il y a un problème, tu as fait une grosse connerie et pas qu’un peu. Tu l’as ramené 51 ans trop tôt, il rentre pas dans les quotas de réincarnations. »

C’est à ce moment-là que je me suis retourné pour la regarder.

Elle se tenait debout derrière moi avec un sourire de vendeuse; On aurait pu penser qu’elle était prête à me vendre un immeuble ou n’importe quoi.

Elle était quasiment aussi grande que Riléniar, elle avait une longue chevelure brune avec des yeux en amande de couleur rouge.

Elle était presque nue et la seule chose qui cachait ses parties intimes était des feuilles de lierre : elle en avait deux au niveau de ses seins, qui étaient effectivement impressionnants, et pour son entrejambe, elle en avait une bonne dizaine.

Ce qui ne me permettait pas de confirmer la chose dont elle parlait juste avant.

« Quoi ?! Ah merde ! Tu es sûr qu’il reste pas une petite place quelque part pour lui ? Même pas dans un monde constamment en guerre ? Tu sais, dans ces mondes, une réincarnation de plus ou de moins, c’est pas grand chose ! »

Je voyais bien qu’il était déjà exaspéré par cette femme en face de lui, cependant je voulais lui dire qu’il était bien gentil mais que moi aussi, j’avais sûrement mon mot à dire dans l’histoire.

Mais en fait non, j’ai réalisé que je n’avais pas du tout le droit de dire quoique ce soit, après tout, je n’étais qu’un homme face à des dieux.

« Tu sais pertinemment que ça marche pas comme ça, je sais pas comment tu peux encore rester à ton poste avec ton incompétence »

Elle fit une moue boudeuse et avec une voix d’enfant qui vient de se faire prendre après avoir fait une bêtise, elle dit :

« Bon, va falloir faire appel au conseil des mondes majeurs ! Je vais encore me faire disputer moi, c’est chiant. »

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

7 commentaires sur “God By Interim, chapitre 2 : Problème Administratif

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s