Nouvelle 1

Auteur : Henri

Check : Mystix, Nekoyashiki-san 


Bonjour,

Je me présente brièvement, je suis étudiant en classe prépa, et j’écris parfois quand j’ai du temps libre. Voici une micro-nouvelle ! Bonne lecture !


L’un des seuls moments où il pouvait être seul était enfin arrivé. Ces courts instants devenaient de plus en plus rares. Le temps libre lui manquait, son ancien travail également.  

  Le monde allait beaucoup trop vite. Sur son bureau, s’empilaient les compte-rendus des dernières semaines. Depuis que l’entreprise avait décidé de fusionner avec son concurrent direct l’an dernier, il ne s’en sortait plus. La paperasse coulait à flots et, lui, s’y noyait. 

  Il fallait garder la tête froide. La fin était proche. Les négociations allaient bientôt arriver à leur fin. Enfin.

  Cela faisait bientôt trois ans qu’il n’était pas rentré voir ses parents. C’était d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles il était venu  travailler ici. Le décalage horaire et la distance combinés au travail étaient une excuse parfaite pour ne pas avoir à leur parler. 

  Mais ces jours-ci, il commençait à regretter sa décision. Après tout, cela pouvait bien être la dernière année où ils pouvaient se voir. 

  De plus, Noël approchait à grands pas, peut-être était-ce le bon moment pour prendre une semaine de congés ? 

  En attendant, ici, les jours se ressemblaient et les heures disparaissaient. La conclusion qu’il avait tirée de cette année, était que, plus il vieillissait, plus il était occupé. 

  Au moins, ici, il pouvait être soulagé de ses responsabilités.

  Sa tête, pleine de toutes les réunions, se vidait au fur et à mesure. Que ce soit l’agacement dû à l’incompétence de l’administration de l’immeuble ou l’anticipation dûe à la conférence d’aujourd’hui, tout perdait son importance face à cet instant de bonheur.

  Il souffla un coup. Dans un long soupir, il déversa sa fatigue accumulée. Il regarda par la fenêtre entrouverte. « Il pleut beaucoup quand même », se dit-il en reniflant. L’air était en effet très humide. Il regarda sa montre : 15h27. Il était temps qu’il aille faire sa présentation. Ce fut une longue pause, même pour lui. 

  « Je n’aurais pas dû boire cette canette », dit-il en refermant sa braguette. 

Titre : 33 cL

Henri.

2 commentaires sur “Nouvelle 1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s