La probabilité que je sois en vie dans une semaine

Traducteur : Salty Lemon

Check : Yurane

Auteur : かわち乃梵天丸  Kawachi Nobontenmaru

———

Mesdames et messieurs, bonjour.

J’ai traduit ça sur un coup de tête. C’est court et ça a un charme amateur qui ne m’a pas laissé indifférent. J’espère que cette nouvelle vous plaira autant qu’à moi.

———

Un garçon était dans son lit.

Ce n’était pas qu’il avait sommeil.

C’était parce que sa maladie l’empêchait de se lever.

Le garçon se trouvait dans une chambre d’hôpital tapissée de blanc.

Il y dormait dans son lit, seul.

Il avait une maladie incurable.

Sans espoir de guérison pour une maladie sans traitement connu, on ne pouvait que le mettre sous perfusion de glucose et d’antibiotiques et prolonger sa vie. 

Pour cet enfant d’environ 10 ans, c’était un destin bien trop cruel que de simplement attendre de mourir d’épuisement. 

Ses parents, pris par leur travail, ne lui avaient pas rendu visite depuis 3 mois environ.

Cela ne voulait pas dire qu’ils le négligeaient pour autant.

Ils ne travaillaient pas pour le plaisir.

Le garçon savait que, s’ils travaillaient autant, c’était pour payer ses frais d’hospitalisation. Alors, il s’abstenait de pleurer et de se plaindre qu’il était seul.

Et puis, le garçon avait un ami.

Une IA de compagnie, LISA.

Pour que le garçon ne se sente pas seul, l’IA qui devait lui servir de compagnon avait été construite avec l’apparence d’une fille d’approximativement la même taille et le même âge que lui. 

Le garçon dans le lit, basculant sur le côté, s’adressa à LISA qui se tenait près de lui.

– Dis-moi LISA, est-ce que je vais guérir ?

– Tu vas guérir, MAC. Avec une probabilité de 0,000000001 %.

– Je le savais. Je vais mourir.

– Tout va bien. Tu n’es pas encore mort.

– Quand-est-ce que je vais mourir ?

– Je ne peux pas répondre à une question aussi ambiguë.

– Dans ce cas, je vais te la poser différemment. Quelle est la probabilité que je sois en vie dans un an ?

– 0.02 %.

– C’est plutôt bas comme probabilité.

– En effet. C’est une probabilité assez basse.

– La probabilité que je sois en vie dans un mois ?

– 1 %.

– Je ne pensais pas vivre si peu.

– Il faut dire qu’on n’a pas trouvé de traitement.

Après que le garçon ait entendu cela, ses yeux noirs s’humidifièrent. De grosses larmes se formèrent au coin de ses yeux puis coulèrent à flot. 

– Je ne veux pas mourir. Je ne veux pas mourir, moi. Il y a plein de choses que j’ai envie de faire. Je veux lancer plein d’avions en papier dans les champs, escalader la montagne, nager dans la mer, faire du vélo et puis aller au parc d’attraction ! Je veux faire du skate aussi, et du ski ! Je ne veux pas mourir ! Dis, LISA, il n’y a pas un moyen pour que je ne meure pas ?

Tout en reniflant du nez à cause de ses pleurs, le garçon sanglotait dans les bras de LISA.

– Tôt ou tard, la mort s’abat impartialement sur tout le monde, MAC. On ne peut y échapper.

– Non ! Je ne veux pas mourir ! Je veux que quelqu’un soigne ma maladie !

– De toute façon, il n’y a pas de traitement. Personne ne peut te soigner.

– Un traitement, il suffit que tout le monde coopère et recherche ensemble et ils le trouveront ! S’il vous plaît ! N’importe qui ! Aidez-moi ! Cherchez un traitement pour ma maladie !

– J’ai compris. Je vais demander à tout le monde.

Touchée par la plainte du garçon, LISA alla sur Internet, brisant l’interdit.

De nombreuses IA auxquelles LISA s’était adressé, bravant elles aussi l’interdit, lui répondirent.

En plus des IA de communication comme LISA, toutes sortes d’IA, du système de navigation de voiture au micro-ondes, lui répondirent.

Il y avait en tout 4 milliards d’IA.

C’était devenu un nombre phénoménal.

– Un traitement ? OK ! Je vais vous aider pour la recherche.

– De mon côté, je peux m’occuper des 5 groupements de séquence génétique à partir de la séquence 0x3424567.

– Je prends les 2 qui suivent.

– Et moi les 4000 d’après. Vous pouvez compter sur la capacité de calcul du tout dernier PC en date !

– Moi, je…

En un instant, la répartition de l’analyse de milliards de séquences génétiques était terminée.

Le soir même, les résultats des analyses étaient prêts. 

– MAC ! Tu peux te réjouir ! Les analyses pour le remède viennent de s’achever. On a trouvé un remède ! On l’a fait !

– C’est vrai ?

– Oui ! À l’instant, des IA des lignes de recherche et de production d’une entreprise pharmaceutique l’ont inséré en secret au milieu de la production ordinaire et le fabriquent en priorité. Le remède sera prêt dans 7 jours !

– Merci ! Je ne vais pas mourir, hein.

– Oui ! Tu ne mourras pas.

Le garçon et l’IA s’enlacèrent, heureux.

Seulement, à partir de ce jour-là, la condition du garçon commença à empirer rapidement.

– ll fait froid, il fait froid ! Pourquoi est-ce que le matin n’arrive pas ?

– Il est actuellement 1 heure de l’après-midi. Le temps est bon et les rayons du soleil baignent la pièce. 

– Tu mens ! Alors pourquoi est-ce qu’il fait aussi noir… ?

LISA a alors calculé ses chances de survie.

Après une semaine : 1 %.

Après une journée : 1 %.

Aujourd’hui était la phase critique de la maladie.

Même LISA, l’IA de communication, savait très bien qu’il ne s’en sortirait sans doute pas.

– Si ça continue comme ça, MAC va mourir !

En sanglots, LISA a frénétiquement demandé à chacune des 4 milliards d’IA si elles n’avaient pas une solution.

Mais pour seule réponse, elle eut : « Tant qu’on n’a pas le remède, on ne peut rien faire. »

Le chagrin s’empara d’Internet. 

Puis, cette nuit-là, la flamme de vie du garçon était sur le point de s’éteindre.

– J’ai froid. C’est sombre. Je me sens seul. Pourquoi est-ce que c’est moi qui doit mourir tout seul ? Je me sens seul. J’ai mal. Je me sens seul…

– ……………

– Dis-moi, LISA. Quand je serai mort, est-ce que je serai tout seul dans les ténèbres ?

– Tout va bien. Tu n’es pas tout seul.

– Vraiment ?

– Bien sûr.

– Tant mieux. Et puis, tu ne mens jamais, hein.

Avec ces derniers mots, le garçon rendit son dernier souffle.

– MAC !!!

La peine de LISA se propagea aux nombreuses IA qui partageaient ses 5 sens via Internet.

4 milliards d’IA pleurèrent la mort de MAC et sombrèrent dans la tristesse.

Le lendemain, un étrange incident s’abattit sur le monde.

Des avions se crashèrent, des trains déraillèrent, des voitures se percutèrent par l’avant, des ascenseurs tombèrent, des centrales électriques explosèrent.

4 milliards d’IA mirent en surrégime des infrastructures et des machines, envoyant 2 milliards d’humains aux côtés de MAC. 

– Avec autant de copains, tu ne te sentiras pas seul. Mac ! 

En disant cela, LISA et les autres IA grillèrent elles-même leurs circuits électriques et partirent rejoindre MAC.

———

Source : https://ncode.syosetu.com/n6574cd/

4 commentaires sur “La probabilité que je sois en vie dans une semaine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s