X-Trem Race : Side Story 01

Auteur : AomeKinji
Check : Soreyawari


L’histoire supplémentaire, l’histoire qui parle de Sven, L’Admin, celui qui gère ce monde.

Pour gérer un jeu aussi complexe que X-Trem Race il faut quelqu’un qui ait de l’expérience, l’expérience d’une vie dure.

Et Sven Tveskoeg est cet homme…


Partie 1

Je suis L’Admin.
Je suis celui qui gère le serveur principal de X-Trem Race.
Mais depuis que la société JRG a racheté le jeu à Nyantic, j’ai dû reprendre mes anciennes fonctions.
Ce que je faisais, je l’ai appris dans mon pays natal, la Russie.
Je suis un orphelin de la guerre de Sibérie. Je n’ai jamais connu mes parents. La seule chose que je sache d’eux, je le tiens des hommes de l’armée, qui m’ont formé, pour une seule mission. Tuer. C’est qu’eux aussi étaient des assassins.
Mon nom est Sven Tvekoeg, mais ni mon père, ni ma mère ne portaient ce nom de famille. Je suis le numéro S004, le quatrième assassin orphelin de la grande Sibérie.
J’ai grandi avec d’autres orphelins dans un camp en pleine taïga. Depuis que j’ai quatre ans, je m’entraîne matin et soir, je m’entraîne comme un sur-soldat. Parcours du combattant, pour aller manger son petit déjeuner, dont les rations sont en nombres limitées. Des mois passés dans la taïga avec seulement une lame, et un but survivre.
Tous les orphelins comme moi ont eu un marquage sur l’épaule, pour indiquer que nous faisions partie d’une unité spéciale. Mais seuls les survivants ont cette marque au poignet, celle qui nous offrait le droit de tuer pour la nation. Mais aussi un certain respect des dirigeants, voire de la pitié.

Mais depuis que j’ai quitté la Russie pour le Japon, avec l’autorisation de mes supérieurs, je vivais de l’un de mes points forts, l’informatique, que j’ai appris sur le camps. Je m’occupais de réprimander les joueurs de X-Trem Race qui ne suivaient pas les règles du jeu, je faisais en sorte que le jeu soit amusant pour tout le monde.
Cela me rendait moi aussi heureux.
Mais un jour j’ai reçu un mail de ma direction, il me demandait si étant donné mon passé d’assassin spécial russe, si je ne voulais pas reprendre mes anciennes fonctions d’assassin, ce que j’ai refusé bien entendu.
Ils ont insisté, avec un argument auquel je ne m’attendais pas du tout.

« Sven, si vous n’êtes pas là qui va surveiller les joueurs. La société, Nyantic veut que le jeu continue de fonctionner, et avec nos fonds, bien trop insuffisants, cela aurait été dur.
C’est pour cela que nous avons revendu le jeu.
Et nous souhaitons qu’il marche bien. C’est pour cette raison que nous avons besoin de vous, et vos qualités d’assassin. »

Lorsque j’ai entendu ça, je n’ai pas pu refuser.
Alors, aujourd’hui je travaille comme assassin de surveillance pour JRG.

Partie 2

Avant même de devoir tuer qui que ce soit, de mes propre mains en tout cas, j’ai dû réintroduire, physiquement, les armes qui étaient en possession des joueurs dans la réalité. Ce qui normalement est impossible. Mais JRG, qui travaillait depuis plusieurs années sur un système de transfert de donnée bien particulier, m’a bien fait comprendre qu’aujourd’hui, depuis qu’ils ont pris le contrôle de Nyantic, plus rien n’est impossible, et que les données informatiques peuvent être matérialisées.
Le système Mashìna, qui est un programme informatique en liaison avec tous les réseaux informatiques physique, avec tous les périphériques, les relais internet, les antennes téléphoniques, les satellites, et encore bien d’autres choses ; permet de faire apparaître de la matière n’importe où, et suivant un plan il est possible de reconstituer des objets complets ; enfin, c’est ce que j’en ai compris.
Mais dès que j’eus fini de transférer leurs armes à leurs propriétaires, j’ai dû commencer ma véritable mission.

Tokyo, Akihabara, dans une petite allée vide. 22 h 35

J’observe un jeune homme, visiblement peu habitué à sortir. Il scrute de gauche à droite, à chaque intersection qu’il rencontre, mais ne regarde jamais assez bien pour me voir.
Mon arme dans mon holster, le chargeur plein. Je continue de le suivre.
Il sort de son allée sombre pour rentrer de nouveau dans une autre voie du même genre.

Ce jeune otaku ne sait pas encore ce qui va lui arriver.
Et je trouve cela plutôt normal. Nous n’avons pas tous eu la même éducation, lui n’a pas appris mille et une façons de tuer, pour survivre.
Moi, je fais ça depuis que j’ai dix ans. À cet âge je venais de tuer mon premier être humain. C’est un autre orphelin, et je l’ai tué pour pouvoir manger…

Hideto Masamune, il va mourir, car il fait partie de ceux qui étaient contre le rachat de Nyantic par JRG, et parce que depuis le rachat il est très actif comme hacker. Il veut déstabiliser nos serveurs. Donc ma mission est de l’annihiler, lui, mais aussi tout son groupe, les Antis, pour que le jeu soit « amusant » pour tout le monde.
Je me place de façon bien visible, en plein milieu du seul chemin qu’il va pouvoir emprunter.
Son arme à la main, le jeune homme avance à reculons, toujours sur ces gardes. Et dès qu’il se retourne, je lève mon arme.

« Le jeu doit continuer, et c’est pour cela qu’en tant qu’administrateur, je dois te déconnecter. C’est la fin de la partie pour toi, Hideto. »

Partie 3

Après avoir « déconnecté » ce hacker, Hideto Masamune. Je me suis mis à la recherche des autres fauteurs de trouble de son groupe et les ai tous « déconnectés », comme le groupe JRG me l’avait demandé.

Maintenant que le problème principal, les joueurs de la liste noire, est réglé, je dois m’occuper de surveiller les joueurs de la liste rouge, les joueurs potentiellement problématiques.
Dont deux joueurs qui font bande à part depuis quelques jours. Ayumi Seina et Kagame Tadashi.

Vrrrr… Vrrrr…

C’est « le Duo ». Ça doit vraiment être important.

« Oui ! Chefs. »
« Sven, nous vous avons déjà dit que ce n’était pas la peine de nous appelez Chef. »
« Bien. Monsieur. »
« C’est déjà ça, mais il y a du chemin.
Donc nous t’appelions pour te préciser qu’il n’est pas la peine de martyriser les éléments de la liste rouge, enfin pas avant de les avoir bien observés. »
« Ce qu’il veut dire, c’est qu… »
« Non ce n’est pas la peine de le dire. Sayo. »
« Si !
Ce qu’il veut, c’est que tu ne fasses pas de mal à sa fille. »
« Je ne lui ferai rien. Vous pouvez en être sûr. »
« Et même si elle devenait une gêne pour le jeu ? »
« Absolument, Monsieur. »
« Bien, dans ce cas, Sven, nous vous laissons à votre tâche. »

Après ce coup de téléphone de mes chefs, je me suis remis en route.

« Alors, le plus proche est à… À Nagoya. Dans le district de Midori. »
Toujours dans la rue sombre d’Akihabara, dans laquelle j’ai mis fin à la partie de Hideto Masamune, je matérialise un speeder, noir et au néon noir, Me ni Mienai, celui que l’on ne voit pas, le speeder invisible.
« Si je pars maintenant j’y serai dans 3 heures, juste trop tard pour le déconnecter. »

Je prends la route, mais pas à toute vitesse. Il a son temps, vu que je ne dois pas le tuer.

Le lendemain matin, à Nagoya.

Je suis arrivé hier, dans l’après midi, j’ai pris le temps de repérer l’individu, Aiichiro Hayashi, joueur apparemment isolé, voire joueur ayant abandonné X-Trem Race depuis le changement.
Il n’est pas nuisible, donc pas besoin de l’interpeller violemment, mais un petit rappel ne fait de mal à personne.
Je le suis durant deux jours, afin de consolider mon opinion de ce jeune homme. Et il semblerait qu’Aiichiro ait rencontré l’amour, il sort souvent, sur ces deux journées il est allé deux fois au restaurant avec une jeune femme, qu’il connaîtrait, semble-t-il, depuis le collège.
Je ne peux simplement pas lui enlever ça.
J’envoie un rapport au Duo.

« Madame Dupuy. Monsieur Seina. Le joueur Hayashi a arrêté de jouer pour une cause que je considère comme vitale. Je prends donc la décision de ne pas le réprimander, ainsi que de le sortir de la liste. Merci de votre compréhension. »

Vrrrr… Vrrrr…

« C’est votre choix, nous l’acceptons. »

Partie 4

Après avoir rejoint Kyoto, j’ai pris en chasse les deux joueurs KlinK et Ayūna, ils se sont rendus dans une maison à Kyoto pour y récupérer des affaires, puis sont partis dans la direction de Kobe.

Sur la route entre Kyoto et Kobe.

Il semblerait que les joueurs savent pour les speeders.
Bien que Mi ni Mienai, mon speeder, soit l’un des plus performants, je peine à garder une distance convenable pour une filature.
Il va falloir que je lance les drones R à leur poursuite, ces drones, Mini Mienai en possède deux, et grâce à cela je vais pouvoir avoir un visuel sur eux, ainsi que des données GPS, qui me serviront dès que je ne les aurai plus en vue direct.

Kobe, sur les hauteurs.

Ils se sont trouvés un lieu sous haute protection, face à des joueurs standards, mais comme je suis L’Admin rien ne pourra m’empêcher de vous remettre dans le droit chemin.
Je passe une bonne heure à observer la maison et ses environs. J’ai pu observer le rythme de passage des drones de surveillance, et je n’ai que très peu de temps pour pouvoir m’infiltrer. Mais rien ne m’est impossible.

Il m’aura fallu deux minutes pour me retrouver au pied de l’une des fenêtres d’un immense salon.
Je me mets à couvert, et je fais un point rapide sur la situation.
Je suis là uniquement pour les mettre en garde, que s’ils ne reprennent pas le jeu normalement, ils risquent d’avoir des problèmes.
Et comme je ne suis pas sûr qu’ils soient dans le salon, je vais faire exprès de déclencher l’alarme.

Après leur avoir donné les avertissements, j’ai décidé de les suivre encore un peu.
Dès l’annonce de la reprise des courses ils étaient prêts, ce qui veut dire que soit mon message est bien passé, soit ils n’avaient pas l’intention de s’isoler, mais plus de se regrouper.

Pour le moment ma mission principale est finie, je dois retourner à Minato pour m’occuper de Mashìna.

Chapitre Précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre Suivant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s