Réincarné en Œuf de Dragon 93 : Les Suspicions d’une certaine Demi-Elfe (Point de Vue Marielle)

Tradapt : Schlomo
Check : Louskov


Hum hum… c’est moi… Sami… mais si vous savez ! Ce type qui traduisait deux à trois chapitres de DE par jour il fut un temps ! Enfin bon, je reviens juste pour vous souhaiter un joyeux anniversaire ! Et oui ! Ça fait un an jour pour jour depuis le dernier DE ! 365 jours d’abstinence ! Et comme je sens que vous avez réussi à vous le débarrasser du système, je pense qu’il est maintenant temps de vous réintoxiquer… muahahaha !
Anyway, c’est relativement chiant pour vous d’avoir des fix à intervalle aléatoire, donc je vais essayer de reprendre un rythme de traduction un tantinet plus régulier (je pense que plus d’un chapitre par an est déjà un bon début… non ?)
Les deux prochains chapitres sont encore deux SS (à ce niveau là, je recommande de relire à nouveau tout DE parce que ça m’étonnerait que vous allez vous souvenir de tout), puis un chapitre ‘encyclopédie/bestiaire’ et enfin le début du nouvel arc (chapitre 97, traduit depuis deux ans déjà, et c’est pas une blague, je l’ai traduit le 28/11/2016)
Sur ce, bonne lecture ! Hésitez pas à nous rejoindre sur Discord, on est pas méchant !


”Magie de Lumière [Repos]. »

Un rayon de lumière s’échappe de ma canne et enveloppe un villageois ensanglanté après ma courte incantation.
Il n’y a plus de trace de la large entaille qui lui barrait l’abdomen, mettant sa vie en danger. Son teint semble également moins livide tandis que sa respiration s’est faite plus régulière.
Si je n’avais pas vu ma magie faire effet, jamais je n’aurais cru qu’il avait été dans un état critique à peine une poignée de seconde avant.

Soudainement, je sens mes forces m’abandonner. Ma vision perd en netteté et je sens un vertige me faire basculer en avant. Je parviens in-extremis à garder mon équilibre en m’aidant de ma large canne, mais le flacon que je tenais dans mon autre main s’échappe de ma poigne amenuisée et tombe sur l’herbe, éclatant en mille éclats de verre au contact de la terre dure. Le liquide vert qu’il contenait s’échappe et se répand rapidement avant de se faire absorber par le tapis végétal.

Alors que ma faiblesse soudaine reflue lentement et que je reprends petit à petit la pleine possession de mon corps, je ne peux m’empêcher d’observer les brins d’herbe qui semblent gagner en vitalité et pousser à une vitesse accélérée.
Quel dommage, il me restait encore plusieurs gorgées de cette potion de mana.
Peut-être est-ce un mal pour un bien ? Les potions de mana sont des panacées qui rétablissent le pouvoir magique d’un individu, mais elles deviennent des poisons quand consommées en trop grande quantité. Il est possible d’y laisser sa vie en buvant sur une longue période plus de deux flacons par jour.
Dans tous les cas, c’était le dernier blessé grave, la vie des autres villageois n’est plus menacée, alors ce n’est pas plus mal.

« Marielle, s’il-vous-plaît, laissez-moi utiliser la potion ! Il en reste encore à la maison, n’est-ce pas ? »

Emilia, mon apprentie, se précipite vers moi, toujours avachie sur mon bâton.

À part cette petite, je suis la seule personne dans le village à pouvoir utiliser la magie de Lumière.
Malgré cette restriction, il est hors de question que je la laisse boire une potion. Ses avantages viennent avec des contrecoups trop importants, surtout pour un enfant. Pour un adulte normal, les conséquences sont une diminution de l’espérance de vie, ce qui est déjà un coût important, mais pour un enfant, cela arrête également la croissance en plus d’une mort précoce.

« Plus personne n’a de blessure mortelle, ce n’est pas la peine de te réapprovisionner en mana. En plus, tu vas arrêter de grandir si tu bois ça. »
« Mais, votre croissance est déjà… »

J’interromps Emilia avant qu’elle ne finisse sa phrase.
Je ne peux pas lui permettre d’en dire plus, ni d’agir irraisonnablement. Non seulement cela risque de briser notre relation de professeur/étudiant, mais cela abrogerait également ma position d’Ancien du village.
Agir comme je l’entends est normal pour moi, mais il en est autrement en ce qui concerne le village.
Les décisions irréfléchies sont à bannir, surtout dans la situation actuelle.

Ce dont le village à besoin, c’est d’un chef honorable, capable de mener à bien la reconstruction de l’endroit.
Et pourtant, j’ai l’impression que mes efforts sont mis à mal. Parmi les rares capables d’apprendre la magie blanche autre que moi, j’ai entendu une rumeur courir, rumeur comme quoi un individu pousse Emilia à quitter le village.
Je dois avouer être un peu déçue à l’idée qu’une élève si prometteuse puisse abandonner sa formation avant son terme, et bien que je comprends le gouffre générationnel énorme entre nous deux, je ne compte pas arrêter de lui donner des conseils, même si elle refuse de m’écouter.
Cependant, ça reste une rumeur, et je ne peux définitivement pas l’interroger sur de simples accusations infondées.
(ndt : hmm, ce paragraphe était particulièrement complexe. J’ai été très libéral dans mon interprétation, mais je pense que j’ai saisi le sens général. En gros, même si c’est pas clair, le « dignified leader » semble être Marielle, et la rumeur de l’individu est soit une chose dont on a jamais entendu parlé, soit une simple rumeur créée à cause des actions d’Emilia (et donc l’individu serait Irushia, notre dragon). Et je pense que les conseils que Mireille donne sont là pour pousser sa pupille à rester au village, mais que cette dernière l’écoute pas parce qu’elle se sent incomprise par une personne bien BIEN plus âgée qu’elle… Tout ça n’est qu’une extrapolation parce que bon, c’est pas clair du tout XD)

« Si tu veux que je ne traite pas comme l’enfant que tu es, alors il faut que tu l’achètes, cette potion. Elle est chère, tu sais ? 200 000G, mais c’est le prix à payer pour satisfaire ta curiosité puisque les blessés graves sont soignés. »

Je prends un ton strict pour mettre un terme final à sa requête.
Bien que la valeur d’une potion atteigne véritablement un prix aussi exorbitant, il n’est pas question de lui avouer que c’est uniquement dans les villes qu’on les achète aussi cher. Si elle savait que je me contentais d’acheter les ingrédients les moins chers en ville et que je récoltais les plantes coûteuses dans la forêt, elle n’hésiterait pas à essayer d’en faire elle-même. Avec ma méthode, une potion de mana me coûte seulement 1000G, soit presque rien.

« Je-Je vous rembourserai ! Sans aucun doute, dans le futur… quand je serais en mesure de gagner de l’argent par moi-même ! Pomera a mal depuis tout ce temps… alors… »

Alors que je venais de la faire taire, je suis obligée de lui clore les lèvres avec ma main.
Vraiment… c’est véritablement une enfant dotée d’une grande gentillesse.

« … Je peux me permettre de boire une autre potion. Je m’occuperais d’aller voir cette Pomera. Pendant ce temps, je veux que tu rentres à la maison et que tu me ramènes de l’onguent et des bandages. »
« Merci ! Merci beaucoup ! Mille merci ! »

Après une rapide courbette, Emilia se précipite vers la maison en courant.
Une promesse est une promesse… Il est temps d’aller récupérer un nouvel élixir.

Boire une seconde dose complète de potion est impossible, mais je pense qu’en boire la moitié ne me fera pas grand-chose. Dans tous les cas, mon espérance de vie est déjà bien entamée, alors je ne suis plus à ça près.
Je ne serais pas étonnée qu’on doive creuser une troisième tombe dans mon jardin, juste à côté de ceux qui me sont chers…

Je sens quelque chose de similaire à l’anxiété m’étreindre, mais je me force à la mettre de côté.
Bien que ma condition physique ne soit pas au mieux à cause de la potion de mana, je ne peux pas laisser certaines choses aux autres.

En particulier la poursuite du Dragon Noir.
Sans compter ma curiosité naturelle, j’ai l’intuition qu’il représente un danger sans pareil. J’ignore cependant d’où me vient cet égoïsme qui me pousse à courir après ce monstre… Ou peut-être que non.
La silhouette, la couleur, la forme… Je ne l’ai vu qu’en image, et il y’a bien longtemps, mais est-il possible que ce soit un Dragon du Chaos Malfaisant ?

Après avoir bu quelques rasades de ma potion de mana, je me dépêche pour aller soigner Pomera.
Une fois assurée que la jeune fille s’était correctement rétablie, je demande à Emilia et à d’autres villageois encore en forme d’aller collecter des ingrédients médicaux. ‘Je vous rejoindrais après m’être reposée chez moi’. Après avoir déclaré cela, je sors du village en catimini.

Une fois le sort destiné à rendre ma présence presque indétectable lancé, je me mets à courir dans la forêt.

Bien qu’Emilia agisse comme si de rien n’était, je sais qu’au plus profond d’elle, elle doit être terrifiée. Le dragon a bien failli la tuer, elle s’en est sortie de peu. Quand j’y pense, je ne peux définitivement pas m’attarder sur la destruction du village… Les bâtiments se reconstruisent, les vies perdues, elles, ne reviennent pas.
Il n’empêche que ce dragon a tout de même tué un villageois…

Bien que l’étrangeté de son comportement  titille ma curiosité, je ne peux laisser les autres savoir qu’Emilia l’a ramené au village. S’ils venaient à l’apprendre, je n’ose imaginer le traitement qu’ils lui réserveraient.
Je sais à quel point Emilia protestera en l’apprenant, mais j’ai décidé de faire porter le chapeau à Gregory. Utiliser les morts comme bouc émissaire ne me plaît pas plus qu’elle, mais c’est pour son bien.

Cependant, avant que nous puissions passer à autre chose et mettre cet incident derrière nous, il me faut vérifier quelque chose.
Par rapport à l’ampleur de ce terrible événement, le décompte des morts est étrangement faible.
Un des villageois est tombé sous les griffes des Loups Prescients, un autre a été abattu sous l’épée de Dourz, trois malheureux se sont fait avoir par les techniques redoutables du Petit Dragon de Pierre, et bien entendu Gregory, qui s’est fait décapiter.
Ressentir un soulagement malgré le décès de mes voisins et camarades est certes indécent, mais il s’agit là d’un miracle.

Une fois les choses calmées, j’ai examiné le cadavre de Gregory… Son corps avait été coincé et broyé dans une crevasse causée par le Petit Dragon de Pierre.
Il était tellement abîmé que je ne peux déterminer s’il était déjà mort quand sa tête a été tranchée.

En plus de cela, quand j’ai soigné les autres villageois, je n’ai pas hésité à demander la cause de leurs blessures… parmi eux, aucun n’a été attaqué par le dragon noir.
Pour un Dragon du Chaos Malfaisant, monstres cruels et se nourrissant des horreurs qu’ils perpètrent, il n’y a définitivement pas assez de dégâts.

Mais ce n’est pas tout, même au moment où il a attaqué Emilia…
Pour une créature pareille, manquer son coup à bout portant ? C’est hautement improbable. D’autant plus que la vitesse et la force derrière son coup étaient bien trop importantes pour dévier de sa trajectoire initiale…

Pareil pour sa réaction lorsque je l’ai attaqué avec une magie relativement faible, pourquoi reculer comme s’il avait été blessé ?
Même si l’attaque avait été un peu plus puissante, c’est uniquement le dos de sa main que j’ai touché.

Il est possible que tout ça soit une simple coïncidence et que je m’escrime à trouver un sens caché inexistant.
Contrairement aux Humains normaux, j’ai vécu bien plus longtemps, ça devrait donc être normal d’être confronté à une succession de coïncidence de la sorte.
Le malaise que j’avais réussi à mettre de côté revient me hanter, plus fort que jamais…
Les villageois m’ont acclamée en tant que héros, mais n’est-ce pas l’une de ces choses qui sont à double tranchant ? Comme une pierre jetée et qui me rebondit dessus, j’ai peur des conséquences qui viennent en endossant ce titre.

« Urgh !? »

La nausée soudaine me frappe pendant ma course.
Je m’arrête immédiatement et m’aide d’un tronc pour rester debout. Mes jambes flageolent et je sens le sang se retirer de mon visage alors qu’une douleur aiguë me vrille le crâne.
Il semble que j’ai abusé des potions de mana après tout.

Avec des mouvements lents, je m’adosse à l’arbre le plus proche et glisse au sol, le temps que mon mal de tête se résorbe.
Peut-être est-ce le signe que mes actions sont vaines ? Que je dois retourner au village ?

Le dragon noir doit déjà s’être enfoncé au plus profond de la forêt…. Et avec le risque de rencontrer des monstres qui augmente exponentiellement à mesure que je le suis, j’ai bien peur que ma magie ne me joue un tour et cesse d’effacer ma présence soudainement.
L’état de fatigue dans lequel je me trouve m’empêche d’avoir un bon jugement sur la quantité de magie qu’il me reste. Il faut que je la récupère en premier lieu.

Alors que j’étais parvenue à me convaincre d’abandonner et de rentrer, un puissant tremblement secoue la forêt, suivi d’un rugissement bestial.

À l’entendre, il n’est pas compliqué de comprendre qu’il s’agit d’un combat entre gros monstres.
Si je venais à me retrouver impliquée dans leur combat, pas de doute que je ne ferais pas long feu.
Prête à m’esquiver et à retourner au village, j’arrête soudainement mon mouvement.
Mon pied levé s’abaisse lentement et je cesse de bouger, plongée dans mes pensées.

Je me trouve dans la partie la moins profonde de la forêt, à quelques minutes seulement du village. C’est une zone où l’on trouve uniquement des monstres facilement vaincus par les villageois… pas une zone où de grosses créatures devraient être.
Immédiatement, la silhouette du dragon noir flashe devant mes yeux. Faisant volte-face, mon attention est tout de suite attirée vers le ciel, où j’entends un son fracassant.

À travers les interstices entre les branches hautes, encore éparses dans cette partie de la forêt, je peux voir le dragon noir en train de voler.
Dans ses griffes, le monstre aux mille formes, un slime, est visible.
À grand coups d’ailes, le dragon noir continue son ascension avant de s’arrêter soudainement.

Pendant un instant, le temps semble s’être arrêté. Retenant mon souffle, j’observe les deux créatures qui ont l’air de flotter dans les cieux… puis le temps reprend son cours et le dragon noir redevient le sujet de la gravité. Accompagnant sa chute d’un dernier coup d’aile, il plonge en piqué directement au fond de la falaise.

Disparaissant un instant, je me précipite au bord du gouffre, mais déjà, la forme du dragon a disparue, de même pour celle du slime.
Est-il possible qu’il se soit fait happer par le puissant courant du fleuve ?

Quand finalement, je parviens à détacher mon regard des tourbillons où j’essayais de discerner la forme du dragon noir, je relève la tête pour me trouver nez-à-nez avec un lézard noir.
Lui aussi semble fixer les rapides, et quand nos regards se croisent, il détourne rapidement le museau et se désintéresse de moi, se reconcentrant sur la rivière, plusieurs centaines de mètres plus bas.


Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Publicités

3 commentaires sur “Réincarné en Œuf de Dragon 93 : Les Suspicions d’une certaine Demi-Elfe (Point de Vue Marielle)

  1. Merci pour le chap~… Mais c’est un ROD !! Je croyais que c’était un projet abandonné !!! (C’est ma réaction en voyant la notif du chapitre dans ma boîte mail.)

    PS : Merci pour le chapitre.^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s