A scientist in a Dungeon 1

Auteur : Hykar
Check : Nekoyashiki-san


« Artémis vient manger ! »

Ma mère, comme à son habitude, crie dans la maison, me faisant sursauter tandis que le livre posé sur mes genoux tombe au sol.

Je ne pris pas la peine de le ramasser, et sort de ma chambre, me dirigeant nonchalamment vers la salle à manger.

« Rhooo ! Souris un petit peu ! C’est tout de même le dernier repas que tu passes avec nous avant de partir de la maison ! »

En voyant sur la table autre chose que la bouillie de ragoût habituelle, un léger sourire se forma sur mon visage et je me mis à manger à peine assise.

Mon père, comme à son habitude est probablement encore dans les champs, occupé à superviser les quelques fermiers semant des graines sur notre large parcelle de terrain, laquelle nous octroyait un revenu assez confortable pour des paysans.

« T’as pris tout ce qu’il te faut ? Il ne te manque de rien ? »

J’hoche la tête spontanément tandis que je continue de manger avidement manquant de tacher à plusieurs reprises mes lunettes.

« Super ! Holalaa ! Je n’arrive toujours pas à croire que tu as été prise à l’académie ! Ma fille va partir étudier à la capitale !  Je suis tellement fière ! »

En réalité, je n’avais pas du tout été reçue. Mon dossier a été immédiatement renvoyé lorsqu’ils ont vue que j’étais une roturière. Mais mes parents, étant analphabètes et relativement… beaucoup stupides, m’ont crue et sont allés se vanter auprès de tout le village, qui eux, n’en avait rien à faire.

« Heu ouiii… L’académie… Tellement impatiente… Ha ha haa… Je m’y vois déjà… »

J’ai toujours été une très mauvaise actrice.

La vérité derrière ce mensonge, c’est que j’ai depuis quelques temps, une idée de carrière bien plus exaltante que d’être marié de force à un vieux pervers pour enrichir encore plus mon père. Cependant, mes parents ne seraient certainement pas d’accord si je leurs en parlais. Donc, cette petite entourloupe est la meilleure solution que j’ai pu trouver.

Après avoir fini mon repas, je me suis précipitée dans ma chambre. Je range le livre que j’étais en train de lire dans mon énorme et vieux sac à dos fait de cuir, avec la ferme intention de le finir plus tard. Puis je vérifie une dernière fois à l’intérieur si je n’ai rien oublié : outils, nourriture, livres, carnets de note, tout ce dont j’ai besoin pour mon projet futur dont j’ai tant rêvé et qui aujourd’hui se réalise !

À cette pensée, je m’empresse donc, plus enthousiaste que jamais, de remettre les affaires que j’avais éparpillés dans mon sac avant de sortir pour aller faire mes adieux à ma mère.

« C’est bon maman, j’ai tout !

— Fantastique ! répondit-elle avec son sourire niais caractéristique.

— Tu viendras nous voir dès que tu peux, hein Artémis ?

— Oui, ne t’inquiète pas. »

J’enlace ma mère presque la larme à l’œil, consciente que cela pourrait être la dernière fois.

Après ces adieux chaleureux, j’ouvre la porte et regarde devant moi, l’horizon au loin. C’est maintenant que mon aventure commence. Et alors que je franchis le seuil de la porte…

« Tu as besoin d’une pioche pour aller à l’académie ? » me dit ma mère en pointant l’outil dépassant de mon sac.

— Heu… oui.

— Pourquoi ? s’étonne-t-elle.

— Parce que. »

Elle me regarde alors dubitative, comme si elle tentait de lire dans mes yeux la supercherie grossière que j’ai maladroitement dissimulé.

« Parce que quoi ? » insiste-t-elle.

Merde, j’aurai vraiment dû faire gaffe et mieux la ranger.

« Parce que au cas ou on m’emmerde je peux lui fracasser la gueule à coup de pioche et puiiiiiiiis il font des études de fouilles… archéologique… je crois… sa concerne… des reptiliens… »

Je transpire à grosse gouttes tandis que ma mère, ne semblant toujours pas convaincue, se caresse le menton en me fixant du regard, puis d’un grand sourire à la fois franc et niais elle répondit avec un grand :

« D’accord ! »

…sont complètement con…

Après être restée quelques secondes ébahie devant ma mère, surprise que mon mensonge absurde ait fonctionné, je me remis en chemin un petit peu déboussolée par cette interjection très étrange.

Enfin, l’heure n’est pas au passé, mes pensées doivent se tourner vers mon avenir radieux. Il est temps pour moi de me rendre au Donjon de Craypierre !

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Un commentaire sur “A scientist in a Dungeon 1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s