A scientist in a Dungeon 11

Auteur : Hykar

Check : Nekoyashiki-san


Je cours encore sur une dizaine de mètres par sécurité puis je commence doucement à ralentir.

Le bruit des pas a probablement dû attirer des gobelins, je devrais avoir encore quelques minutes de répit avant que…

Je sens soudainement ma jambe toucher un objet flexible… une corde ?

Le temps de réaliser ma jambe droite est soudainement déviée de sa trajectoire me faisant perdre l’équilibre, et une fois à terre une vive douleure se propage dans ma jambe…

« PUTAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN !!!!!!!! »

Je pense qu’il est assez évident de faire remarquer que dans l’actualité présente du présent, j’ai mal.

Les pensés dans mon esprits se succèdent de plus en plus vite tandis que j’entends des bruits de pas s’intensifier provenant de plus profondément dans le donjon, je me lève d’un bond et sort rapidement de mon sac une bouteille d’alcool que je verse sur la plaie à vif, le carreau a traversé mon mollet et la tête dépasse de quelques centimètres.

Je sors mon couteau et à l’aide de la pierre j’arrive à enflammer un bout de tissus que j’insère dans la bouteille d’alcool, et lance le tout à quelques mètres devant moi. Celle-ci vient percuter un gobelin au niveau du crâne qui s’enflamme aussitôt alors que le reste stop subitement leurs course devant le feu.

Les yeux des gobelins sont nyctalopes et devant un brasier soudain leurs yeux ne s’étant pas encore habitué, ils voient le feu bien plus intense qu’il ne l’est réellement, cela me laisse une marge de manœuvre d’environs quelques minutes durant lesquelles leur vision sera brouillée par les flammes.

Je ne peux pas fuir, les autres pourraient être encore dehors et avec ma jambe je n’atteindrais pas la sortie à temps.

C’était peut être pas une bonne idée finalement.

 Je suis complètement coincée, la seule option qu’il me reste serait de tenter de provoquer une explosion, mais dans la précipitation les risques sont grand. Déjà si l’explosion n’atteind pas tous les gobelins je serait complètement sonnée et je ne pourrais pas me défendre, le bruit pourrait attirer d’autre monstres plus dangereux et surtout le donjon pourrait s’effondrer de par la constitution fragile de la roche du premier étage… attend mais c’est ça ! La roche est fragile !

Je sors ma pioche de mon sac et me mets au travail alors que les cries du gobelin enflammé se taisent soudainement.

*Vous avez brûlé vif un gobelin !*

*Vous avez gagnez 40 d’expérience*

*Vous êtes monté au niveau 8 !*

*Vous avez gagné +2 de force,+3 de dextérité, +2 de vitesse, + 1 de magie*

TU CROIS QUE C’EST LE BON MOMENT?!

Je sens soudainement une force soudaine venant s’additionner à la mienne me facilitant le travail.

Non en faite c’est bien, plus s’il vous plaît.

Finalement, quelques gobelins hésitant se décident à passer au dessus des quelques petites flammes restantes suivie par la suite des autres, ainsi environ une vingtaine de gobelins passe sans grand soucis ignorant le cadavre encore chaud sur le côté, et chacun semble circonspect lorsqu’ils observent le tunnel désert.

Il finissent donc par partir déçu pensants probablement que la fille s’est échappée hors du donjons.

En faite non.

Je suis toujours là, caché à l’intérieur du piège dans le mur, avec mon sac pour boucher l’entrée en espérant que le changement de luminosité ne leur fassent pas remarquer la supercherie grossière.

Et ça a marché.

J’ai vraiment le cul bordée de nouilles.

Après m’être assurée que tous les gobelins sont partis je sors finalement de mon terrier, je casse la tête de carreau et fait ressortir celle-ci de ma jambe, ça m’a fait très mal mais j’y suis arrivée je ne sais comment. Je verse ensuite une potion de soin sur la plaie et prends le temps de souffler tandis que ma blessure se referme doucement.

C’est un bonne idée en faite de se cacher dans les pièges, les donjons n’ont aucune salle de repos. Rester dans un endroit longtemps signifie prendre le risque de se faire attaquer à tous moments, et comme les pièges à arbalète sont fréquents il serait intéressant d’en faire des sortes de bases en cas de replies ou bien elles me permettraient d’attaquer à l’abri, le problème c’est que l’espace est assez limité je serais forcément obligée de devoir passer du temps à creuser ne serait-ce que pour me tenir dans une position décente et en plus je ne peux pas reboucher l’entrée, je vais être obligée de la camoufler.

Perdue des mes pensées mon attention se porte finalement sur un bout de gravas à côté de mon pied, jusqu’à que je le vois bouger.

Keske !

Ça bouge pas un caillou, croyant que mon esprit me joue un tour je passe à autre chose, cependant la pierre semble bouger de nouveau mais maintenant elle semble vraiment se déplacer !

Je la regarder de près et remarque que le caillou est comme très légèrement attiré par le trou dans le mur et je regard donc stupéfaite, ce bout de roche avancer de quelques millimètres par seconde avant de remarquer qu’il n’est pas le seul, d’autres roches se déplacent et semble vouloir se regrouper comme pour refermer la brèche que j’ai creusé.

Les donjons seraient équipés d’un système leur permettant de réparer les dégâts ? Est-ce que ça voudrait dire que les donjons seraient des sortes d’êtres vivants ?

 

Chapitre précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre suivant

Un commentaire sur “A scientist in a Dungeon 11

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s