10;Drops 20 — [L’incident de Kassumi, pt.1]

Auteur : Mouton
Check : Faust


En apprendre plus sur Virus, c’est tout ce qui compte.


Tornade et Sahar avaient passé la nuit aux festivités, mais ils n’avaient pas osé danser comme des fous. Ils en avaient quand même profité, sans pour autant être trop énergétiques. La fête avait duré deux bonnes heures et Sahar n’était rentré qu’aux environs de minuit. Il était allé manger une glace aux amandes avec sa nouvelle amie et ils avaient parlé de tout et de rien, comme s’il n’y avait aucun souci dans le Monde. Ils s’étaient grandement amusés et s’étaient promis de se revoir assez rapidement. Il semblait que les téléphones existaient aussi dans ce Monde, mais malheureusement, aucun n’était portable. Elle lui avait passé son numéro et lui avait dit de l’appeler quand il voulait la revoir. Il avait accepté et s’était dirigé vers l’hôtel, tracassé par la noirceur de la nuit : il ne voulait pas se faire attaquer de nouveau dans la pénombre. Sans Nyara, il n’allait pas survivre longtemps…

Après que cette longue nuit se soit si bien passée, il était rentré et s’était endormi très rapidement sans réveiller Azgoria. Il avait eu du mal à se réveiller, mais l’homme avait réussi à le sortir de son lit en utilisant la méthode forte. Après un bon déjeuner bien mérité, Sahar se rappela des mots de Tornade et décida de les partager avec tout le monde, tant qu’ils étaient à table.

– Bref, on repart à la chasse aux informations ? demanda Nyara qui allait se lever de sa chaise.

– Attendez… !!

Tout le monde se tourna vers le garçon aux cheveux blancs. Il n’avait pas encore terminé son jus.

– Qu’y a-t-il ? demanda Creel, un seul œil ouvert.

Sahar avait failli oublier les deux informations intéressantes que lui avait confiées la fille… Ce n’était pas le genre de chose à oublier !!

– J’ai parlé avec quelqu’un, hier soir, et j’ai eu deux informations… qui peuvent vous intéresser, répondit Sahar.

Nyara lui lâcha un beau sourire et le regarda avec attention.

– Oh ?! J’espère que c’est réellement intéressant ! dit-elle.

– Je pense, oui…

– Dis-nous tout, lâcha Az.

Sahar avait peur que ses informations déçoivent Nyara et les autres…

– D-Déjà, la plupart des rumeurs disent que Virus serait… une femme.

Le garçon but la fin de son verre et regarda les gens devant lui. Ils ne semblaient pas impressionnés par cette première information, mais Nyara souriait. Sahar se demandait quelle tête faisait Azgoria… Creel soupira.

– J’ai entendu ça de mon côté aussi, avoua-t-il. Ce n’est malheureusement que des rumeurs, je ne trouvais pas cette information réellement importante.

– Même si on répète « tueur », je ne pensais pas que Virus était FORCÉMENT un homme, lâcha Azgoria. Qu’il soit un il ou elle, ça reste un être vivant qui tue tout le monde. Il n’est même pas humain, si ça se trouve.

– Je pense que c’est un humain quand même, avoua l’homme aux cheveux mauves. Je serais vraiment étonné si on apprenait que c’était « autre chose »….

– Pareil, lâcha la fille.

Quelques gouttes de sueurs descendaient du front de Sahar tandis qu’il les regardait. Il n’avait jamais émis l’hypothèse que Virus serait autre chose qu’un humain… Après tout, il était sur un autre Monde. Il était évident qu’il y avait des monstres, ici. Pourquoi n’y avait-il pas pensé avant ?! Néanmoins, son intuition lui disait que c’était bel et bien un être humain qui provoquait tout cela.

Mais est-ce que je dois me fier à mon intuition… se demanda-t-il.

– Et pour cette autre information ? demanda Nyara, curieuse.

Sahar se tourna vers elle.

– Juste avant qu’on arrive à la capitale, avant-hier… Virus aurait tué plus de la moitié des habitants à Kassumi.

Le frère et la soeur ne cachèrent pas leur étonnement. Azgoria lâcha un faible « Quoi ? ».

– Une femme serait venue crier dans les rues qu’ils étaient en train de se faire massacrer…

– … mais personne ne prêtait attention à elle, pas vrai ?

C’était Creel qui avait terminé sa phrase. Nyara frappa la table du poing. Un air enragé qui lui déchirait le visage.

– Putain !! cria-t-elle. Ses dirigeants commencent vraiment à me faire chier.

Elle regarda Sahar et se calma. La fille aux oreilles de renard s’enfonça dans sa chaise.

– Je me laisse emporter, je ne devrais pas… Désolée, s’excusa-t-elle.

– Non, je te comprends… avoua le garçon.

– Ils semblent apprécier que ce Virus extermine de plus en plus de gens, ça n’a aucun sens.

– Les habitants ont peur et de plus en plus parlent de s’enfuir de la Capitale, c’est tout sauf bon pour l’économie de Provinäah ainsi que pour la réputation de la Capitale, pensa tout haut l’homme aux cheveux mauves. S’ils voulaient engager un tueur en série, ils lui auraient dit d’attaquer une autre ville, hors du pays ou aux frontières… Et même, ça ne ferait qu’empirer la réputation du pays… Pourquoi personne ne fait rien… ? J’avoue, ça me dépasse.

– ……

Sahar pensait la même chose. Cela ne faisait aucun sens. Ne pas prendre au sérieux une menace tuant des dizaines de gens était déjà incompréhensible, mais là… Une question lui vint à l’esprit et il se tourna à nouveau vers la fille.

– Dis, la tueuse qui nous a att—

– Impossible qu’elle soit Virus. Il y a eu sept meurtres, hier soir.

Nyara lui fit un sourire pour tenter de le réconforter, mais cela ne fonctionnait pas. Au moins, il avait tenté… La fille se leva et fit disparaître comme par magie ses oreilles de renard, ainsi que sa queue soyeuse. Elle se craqua la nuque en fermant un œil et se tourna vers son frère.

– Bon, je suppose qu’on va devoir enquêter à Kassumi ! dit-elle.

– Je n’y suis jamais allé, ça peut être intéressant à voir… lâcha-t-il.

Azgoria se plaça à côté du garçon qui venait à peine de se lever.

– Je suppose que Tornade t’as donné ces informations ? demanda-t-il.

Le garçon acquiesça.

– Tu lui diras merci de notre part, j’espère qu’on en apprendra plus…

Sahar sourit et promit de le lui dire. Il toucha le papier sans sa poche de pantalon sur lequel était inscrit le numéro de la fille. Il fallait qu’ils en apprennent plus sur ce tueur ou cette tueuse, c’était important… !

Sept nouveaux morts…

Alors qu’il s’était amusé avec Tornade, de nouvelles personnes avaient connu la mort… Pourquoi ce Virus faisait-il tout cela… ?!!! Il déglutit quand une pensée lui vint : et si l’un d’entre eux était sa prochaine victime ? Il ne connaissait pas sa force, peut-être Virus était-il plus puissant que Nyara, Creel et Az… Il prit un bon bol d’air.

Arrête de te dire des choses pareilles, ça n’arrivera…

Il regarda son amie aux cheveux menthes et pinça des lèvres.

… pas.


Il avait fallu aux quatres Missiopere pour arriver aux frontières de Kassumi. Il était facile de voir où se trouvait cette région : le sol alors herbeux devenait rocheux, sale et étrangement sableux. Sahar regarda près de ses pieds et fut dégoûté. C’était comme si la vie arrêtait de se propager à partir de cet endroit. Devant eux se trouvait un long champ aride et désert qui se terminait sur une ville étouffant sous la poussière. Les bâtiments ne montraient aucun signe de vie et avaient perdu de leur couleur. Sahar… n’avait pas envie d’y aller. Ce n’était pas cette vue qui l’horrifiait, mais c’était… un pressentiment. C’était comme…

Si cette région lui disait de ne pas venir.

Nyara fit un pas en avant et soupira.

– Normal qu’on ait jamais posé le pied ici, c’est… dégueulasse, comme vue.

C’était le mot qui venait en bouche, mais ce fut l’homme qui le dit. La fille acquiesça aux propos de son frère et Az poussa Sahar, l’obligeant à avancer, lui aussi. Il n’était vraiment pas à l’aise… Les bâtiments se trouvaient à un bon kilomètre d’eux… Ils allaient devoir marcher un peu avant d’y arriver. Pourquoi Virus tuait des gens dans cet endroit « paumé » ?! Qu’y avait-il à gagner en tuant les habitants de ce pauvre endroit… Il ne pouvait pas comprendre.


Il était à peu près midi quand ils arrivèrent à hauteur des bâtiments. Tout autour d’eux se trouvaient un sol rocheux et sableux, aucune végétation à des kilomètres. Nyara n’aimait pas cet endroit et voulait traîner ailleurs, mais s’ils pouvaient avoir des informations concernant Virus, alors ils ne pouvaient pas partir. De plus, ce n’était pas comme si c’était l’endroit le plus horrible qu’elle ait jamais vu ; bien au contraire ! Elle soupirait quand Azgoria baissa le regard et—

– Une vingtaine de personnes nous observe.

Ils se tournèrent tous vers lui. Nyara venait aussi de le sentir, mais Creel n’avait juste pas fait attention. Sahar déglutit, les yeux grand ouverts. Tornade lui avait dit que les habitants pouvaient se montrer particulièrement violents, même sans raison… Il ne leur avait pas dit ! Il était désormais inutile… Il espéra que les gens n’allaient pas les attaquer, juste observer leurs mouvements… Il était logique que les habitants de Kassumi n’appréciassent pas les étrangers. Après tout ce qu’il s’était passé…

Az prit la manche de Sahar, ce qui le fit sursauter. Le garçon était entièrement sur ses gardes, alors un rien le surprenait.

– On peut se faire attaquer à tout moment. Tu restes à mes côtés, lui lâcha l’homme.

– Je ne peux pas te voir, comm—

– C’est pour ça je te tiens la manche.

Sahar lâcha un petit rire.

– C’est vrai, c’est vrai…

Nyara avait sa main sur son katana. Si on venait à les attaquer, elle était entièrement prête à les recevoir comme il fallait. Elle ne voulait tuer personne, mais elle n’allait pas rester sans se défendre. Il fallait juste que Creel ne s’emporte pas…

Ils passaient entre les maisons sans faire de bruit. Le vent faisait s’envoler la poussière qui fit tousser le garçon. Nyara plissa les yeux pour ne pas s’en prendre et ferma la bouche. Le goût de la poussière ne lui plaisait guère. Elle jeta un coup d’œil aux alentours, mais elle ne vit personne ; seule la présence des habitants les trahissait. Soit ils ne tentaient pas de la cacher, soit ils n’étaient pas très forts. Quelque soit la réponse, Nyara sentait bien qu’ils n’étaient pas les bienvenus. Même si elle ne voulait pas forcément traîner ici, elle ne comptait pas repartir sans réponse. Ils étaient ici pour aider, après tout… ! Ils voulaient se débarrasser de ce Virus et après ce qu’avait raconté Sahar, ce criminel était un ennemi de Kassumi. Elle espérait de tout coeur qu’ils n’allaient pas avoir à se battre contre eux…


Mais espérer n’était pas suffisant.


– Sahar !

Le garçon remarqua que l’ombre sous ses pieds grandissait. Il ne put comprendre pourquoi on avait crié son prénom qu’on le poussa violemment. Ses fesses touchèrent le sol en même temps que le bloc de glace éclata en mille morceaux là où il se trouvait avant. On… avait tenté de le tuer !! Si Azgoria ne l’avait pas poussé, il serait… Sahar se leva sans attendre de réponses et leva les yeux au ciel. Il grinça des dents en voyant une vingtaine de personnes foncer sur eux depuis le toit des bâtiments.

« Les gens sont plutôt méfiants des étrangers et se montrent agressifs sans aucune raison, parfois ».

Un autre bloc de glace fonça sur le groupe, mais cette fois-ci, cela visait Nyara. Elle dégaina son katana d’un coup sec et trancha le bloc en des milliers de morceaux. Elle évita un coup de lame et se mit aux côtés de son frère.

– Il faut essayer de leur expliquer notre venue ! dit-elle en serrant les poings.

– Je dis pas non à une bagarre, moi, plaisanta Creel.

Nyara soupira et trancha les briques qu’on venait de lui lancer. Elle lança un regard rapide vers Azgoria et Sahar. L’homme s’enfuyait avec le garçon. C’était une sage décision… Même si Az pouvait se montrer dangereux en combat, il valait mieux que Sahar reste en dehors de cela. Six habitants les poursuivait. Elle tenta de parler, mais avant qu’elle ne puisse sortir un son, un éclair tomba sur elle. Heureusement—


– Tu les laisses se battre seul ?!!

Sahar était choqué de voir Azgoria s’enfuir avec lui. Ne valait-il pas mieux qu’il aidât Nyara et Creel ? Même s’ils étaient forts, les habitants les surpassaient facilement en nombre… ! Az lui dit de se taire tout en le tirant.

– Si nos attaquants apprennent que tu n’as aucun pouvoir, tu seras la cible prioritaire, expliqua Az. Il faut éviter tout conflit, on est là pour les aider, pas les tuer.

– ……

– Je ne ressens personne de trop puissant. S’ils le veulent, Nyara et Creel les exterminent tous. Il faut juste que tu restes en vie en attendant qu’ils réussissent à leur expliquer notre venue.

– ……..

– … Ne t’arrêtes pas, hein ! Ils ne peuvent pas me voir, alors ils pensent sûrement que tu es seul, s’ils comprennent que je suis aussi ici…

– Qu’est-ce que cela fera ?

Sahar ne voyait pas le souci. S’ils apprenaient que le garçon était accompagné, peut-être cela ferait-il hésiter les habitants à le poursuivre… ? Même s’ils étaient six à sa poursuite, il y avait des chances qu’ils arrêtent…

Cependant, Azgoria ne répondit pas à la question du garçon, ce qui l’étonna. Sahar regarda derrière lui, là où se défendaient le frère et la sœur. Ils allaient facilement s’en sortir… Il le savait.


Nyara bloqua toutes les attaques qui leur tombaient dessus. Rien de bien puissant, mais à ce rythme, ils allaient se faire avoir à l’usure. Creel n’avait toujours pas utilisé son pouvoir et ne comptait pas se battre. Il devait parler à ces idiots de villag—

– Vous n’êtes pas la bienvenue.

Creel remarqua que quelque chose d’étrange venait de se passer, mais il ne savait pas encore quoi. Il tourna le regard et remarqua instantanément ce qu’il le dérangeait :

Il était désormais seul.

Il n’avait pas changé d’endroit, mais Nyara et les habitants avaient disparu. Il n’y avait plus personne, excepté lui et lui seul.

Cette voix… Il y aurait une villageoise plus puissante que les autres ?

Creel, pour la première fois en presque deux semaines, se mit sur ses gardes. Il ne savait pas quelle attaque il venait de recevoir, mais il n’aimait pas ça. Nyara était désormais seule contre une dizaine d’habitants, voire plus… Il sentit quelque chose arriver par derrière et se retourna d’un coup sec. Il se mit à terre pour éviter le projectile qu’on venait de lui lancer dessus férocement. Il se releva sans attendre et fronça des sourcils en regardant la femme devant lui. Etait-ce elle… ?

– Pourquoi venez-vous à Kassumi ?

L’homme resta sur ses gardes. Heureusement pour lui, il semblait que cette femme voulait bien parler.

– Nous sommes des Missiopere, nous sommes là au sujet de Virus, expliqua Creel.

Les traits de la femme se durcirent.

– Virus… ?!

– Exact.

Elle se mit en position de combat, ce qui étonna Creel.

– On ne cherche pas la bagarr—

– On n’acceptera pas de faibles à Kassumi.

L’homme claqua la langue.

– Virus est puissant. Si vous le cherchez, montrez-nous que vous en valez la peine, lâcha la femme, prête à se battre.

Creel ne voulait pas s’épuiser et cette femme n’avait pas une présence imposante. C’était un adversaire plutôt simple à battre, surtout à son niveau. Cependant, si c’était la seule solution… Il tenta un dernier argument.

– Ma soeur se défend seule contre plus de dix personnes, ça ne suffit pas… ?

– Cela ne veut rien dire.

La femme était peu convaincue. Creel soupira et tourna le bras.

– Faisons donc cela.


Sahar remarqua qu’Azgoria contournait les adversaires. Il voulait revenir là où se trouvaient Nyara et Creel le plus vite possible. Le garçon fut impressionné à quelle rapidité l’homme courrait. Si Sahar aurait dû s’enfuir seul, il se serait fait rattraper une bonne vingtaine de fois… Si Az ne l’avait pas ntraîner pas par la manche, le garçon aurait eu dû mal à suivre…

– J’espère que Nyara a déjà réussi à les convaincre d’arrêter de nous combattre… soupira l’homme.

– J-J’es… j’espère aussi…

Sahar avait du mal à parler tellement il était essoufflé. Il courait plus rapidement que lorsqu’il sprintait de toutes ses forces. Il avait déjà été deuxième dans une compétition de sport dans son école, mais il avait failli vomir à la fin de la course… Sans Az, il aurait déjà tout rejeté de son estomac. Il remarqua que les bâtiments n’étaient plus que tout proches… !

Alors qu’il courait à toute vitesse, il fut arrêté d’un coup et trébucha par terre avant de rouler quelques mètres. Il toussa, la poussière l’entourant et leva le regard. Les habitants se rapprochaient à toute allure… ! Que… Que s’était-il passé ?!!! Pourquoi s’était-il arrêté comme cela ?! C’était… C’était comme si Azgoria l’avait lâché… Sahar avait arrêté d’utiliser ses jambes au maximum pour se laisser emporter par Az, mais il n’aurait jamais cru qu’il allait s’arrêter aussi violemment !!

– Az ??!!!!

Il cria le prénom de l’homme…

Mais personne ne répondit.

Les habitants étaient juste à quelques pas du garçon quand ce dernier se leva et courut à toute vitesse. Malheureusement, il n’allait falloir à ses poursuivants que quelques secondes pour le rattraper. Où… Où était Azgoria ?!!! Pourquoi n’était-il plus là ???!!!!

Alors que Sahar sentait quelque chose tirer sa manche, un bruit semblable à une explosion retentit derrière lui. Il s’envola dans les airs et tomba, s’enroulant dans la poussière. Il tapota ses vêtements et regarda devant lui. Devant ses yeux effrayés et étonnés se trouvaient—

– Je ne tolère aucune blessure sur Sahar.

— Nyara.

Elle regardait furieusement les six personnes qui reculèrent, mais prêtes à se battre.

– N-Nous, on ne vous tolère pas dans Kassumi… !! cria l’un d’eux.

– C’est ça ! Partez ou mourez, c’est simple !!

Nyara soupira et rangea son katana avant de se tourner vers le garçon jonché sur le sol. Il se leva et fit un sourire idiot.

– Héhé…

– Tu salis tous tes vêtements… Il va falloir que tu laves ceux de tout le monde, en rentrant ! lâcha Nyara en rigolant.

– Hé !!!

Elle prit un air ennuyé et se retourna.


Un des habitants était à sa hauteur et la visait d’une lance enflammée.


Elle évita les attaques de l’adversaire sans sortir son katana. Elle n’avait aucune crainte. L’homme cria de rage et lança la lance vers Nyara, mais elle l’évita facilement. Sahar n’eut pas le temps de crier que ce n’était pas ELLE qui était visée.


Mais lui.


Le temps s’arrêta autour de Nyara. Autour de Sahar. Autour de tout le monde.

Le temps s’était figé.

D’un peu plus loin, on regardait Nyara. Une silhouette connue fixait la fille sans rien dire. Allait-elle comprendre…


Nyara ouvrit d’un coup les yeux quand le temps se remit à couler. Elle se tendit et disparut d’un coup.

Pour se retrouver devant Sahar et trancha la lance en deux. Celle-ci disparut dans un bruit strident qui fit mal aux oreilles du garçon. Il n’avait pas vu Nyara venir… ! Elle était si rapide. L’homme, en voyant que sa feinte n’avait pas fonctionné, recula de quelques pas. La fille aux cheveux menthes avait toujours sa main sur son katana et baissait le regard. L’air autour de l’attaquant commençait à devenir insupportable, l’ambiance changeait drastiquement. Comme si le temps ralentissait autour de lui, sa vue se concentrait uniquement sur la fille. Elle leva des yeuxe que seule une personne qui avait tué pouvait avoir.

J’ai dit quoi.

D’une voix menaçante, elle lâcha des mots remplis de colère en fixant l’homme. Il déglutit du mauvais trou et toussa sans lâcher le regard de la fille. Elle ne bougeait pas, elle se contentait uniquement de le fixer avec rage. Les autres habitants se mirent aux côtés de leur ami pour le protéger. Nyara ferma les yeux et soupira.

Non, calme-toi, Nyara… se dit-elle. Tu hais être comme ça, ne le sois sûrement pas devant ton ami…

Elle ne voulait plus montrer ce côté d’elle à Sahar. Elle savait pertinemment qu’il y allait avoir des moments où elle allait devoir être comme ça, mais si la fille pouvait l’éviter, elle préférait. Nyara ouvrit les yeux et rangea son arme dans son fourreau.

– Arrêtez de nous vouloir du mal, vos amis sont d’accord pour qu’on vienne vous parler.

Les habitants ne semblaient pas convaincus. Nyara aida Sahar à se relever et fit signe aux autres de la suivre. Ils s’exécutèrent, toujours sur leur garde. L’homme à la lance de feu fronçait toujours les sourcils, des gouttes de sueur partout sur son visage.

Elle n’est pas que puissante… Elle est dangereuse, cette fille.


– C-Cheffe ?!!

La femme qui avait « emprisonné » Creel se tenait sur une chaise en bois à moitié cassé et avait un pied sur son genou. Sa tête posée sur son poing, elle soupira.

– Ils sont forts. Cet homme m’a battu sans avoir à utiliser son Pouvoir alors que je me battais sérieusement. De plus, ils veulent juste des informations sur Virus. S’ils sont là pour exterminer cette raclure, alors ils sont comme des amis.

– M-Mais….

La femme se leva de sa chaise, énervée.

– Pas de MAIS, Nicolas !! On les emmène voir Mathéo, c’est tout. Que vous leur fassiez confiance ou non, je n’accepterai pas plus longtemps que ce fils de chien de criminel soit en liberté. Il a tué la moitié de ma famille, il n’en tuera pas plus.

Les habitants ne répliquèrent rien et acceptèrent les mots de leur cheffe. Sahar était content qu’il n’y ait aucun blessé. Il se tourna vers Creel et lui sourit. L’homme l’interrogea du regard.

– Tu l’as battue sans ton Pouvoir, c’est… fort, lâcha Sahar.

Creel tourna le regard vers la femme.

– Elle ment surtout.

– … Hein ?

– Elle ne s’est absolument pas battue sérieusement, elle a juste su déterminer mon niveau en quelques secondes. En réalité, elle est plus forte que Nyara.

– S-Sérieusement ?!!

Creel regarda Sahar… et lui fit une grimace.

– Absolument pas !!!!

– Quoi ?!!

Il rigola et frappa le dos du garçon qui fit quelques pas en avant. Il fixa l’homme, ennuyé. Quel idiot…

– Non, le début est vrai, mais pas la fin.

– …

– On ne s’est pas battu, elle a évité mes attaques et semblait me juger. Je n’ai pas eu à utiliser mon Pouvoir, c’est vrai, mais j’aurai dû si elle aurait voulu me tuer. C’est certain.

– Elle est forte… à quel point ?

L’homme haussa les épaules.

– Je saurai pas te dire, mais elle peut battre Az, c’est sûr. Je reste plus fort et Nyara la bat si elle est sérieuse, c’est tout ce que je sais.

– Oh… OK.

Sahar était quand même impressionné. La femme devait être très forte, alors… Cet échange avec le frère de Nyara lui fit comprendre qu’Azgoria était le plus faible d’eux trois. En reparlant de cet homme, que s’était-il passé… ? Il tourna le regard et vit que Nyara parlait toute seule. Il se dirigea vers elle et la fille lui sourit.

– Tiens, Sahar !

– Dis, Az…

L’homme se tourna vers le garçon.

– Pourquoi… tu n’étais plus là ? demanda Sahar.

Nyara pinça des lèvres et voulut répondre, mais Az lui fit signe de se taire, ce qu’elle fit. L’homme soupira.

– Tu ne sais rien de ce Monde, pas vrai ?

– Pas grand-chose… Enfin, je ne connais pas grand-chose de ce continent, non…

Il avait peur de la suite des mots d’Az. Plus le temps passait, plus il avait l’impression qu’on se méfiait de lui. Sahar avait réellement peur qu’on découvre qu’il mentait… Az sourit, mais l’adolescent ne put le voir.

– Tu ne sais pas ce que veut dire « Hur » ?

– H-Hur… ?

Az lâcha un petit rire.

– Rien, rien, désolé de t’avoir la—

– À chaque fois on me dit des mots qui ne veulent rien dire et on ne m’explique pas !! Ça commence à bien faire !!!

Le garçon en avait marre. Il avait une tonne de questions, et la plupart venait de la bouche des gens qu’il rencontrait !! On lui parlait, on lui parlait, mais jamais il ne recevait d’explications ! Nyara fut d’abord étonnée de voir le garçon s’énerver, mais elle se rappela de ce qu’il lui avait confié. Elle lui frotta les cheveux, comme si c’était un petit garçon.

– Rien d’intéressant pour l’instant, je te promets de t’expliquer tout ça plus tard. C’est juste—

– —qu’il y a des choses plus importantes, là.

– Qu’est-ce que ça te coûte de me dire pourquoi tu m’as abandonné alors qu’on se faisait poursuivre !!!

– C’est ma faute.

Nyara s’excusa auprès de Sahar en se penchant avant de partir devant. Le garçon n’eut pas le temps de demander des explications, ce qui commença à le faire enrager. S’il ne se calmait pas, il allait encore être violent… ! Il inspira et expira le plus doucement possible. Il devait… se… calmer… vite… Az le regarda avec des yeux tristes. Il aurait jamais dû utiliser le terme « Hur » devant lui. Ce n’était pas qu’il ne pouvait pas l’expliquer ou qu’il ne voulait pas l’expliquer, mais il y avait des choses que ce garçon devait apprendre par lui-même. Az mit les mains derrière la tête en avançant.

Je me demande quand même quand il va être assez courageux.

Il sourit.

Oui, assez courageux…



… pour avouer qu’il ne vient pas de ce Monde.

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Un commentaire sur “10;Drops 20 — [L’incident de Kassumi, pt.1]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s