Le Voyage de Moah – Chapitre 14

Auteur : Ben Ornau
Check : MissX


Sans cérémonie un nouveau chapitre.
Merci encore à MissX pour le check de ce chapitre.


Palier

Après avoir passé un certain temps à affiner mes nouveaux dons, je décidais qu’il était temps de reprendre la route. J’avais passé plusieurs heures à maîtriser la Transformation et commençais à prendre le truc. Mon combat avec le lézard m’avait aussi montré une faiblesse dans mon arsenal de combat et j’avais accordé du temps entre chacune de mes transformations pour parer cette faiblesse.

Après un Repos bien mérité, je sortis de la salle où je m’étais réfugié et repris le chemin sur lequel j’étais avant de faire la rencontre du Lézard de pierre. Avec ma transformation en lézard, je pourrais passer les éboulements qui bouchaient l’autre côté du couloir sans problème mais à force de constamment faire demi-tour, j’avais l’impression de ne jamais avancer. De plus, même si la transformation en lézard me rendait plus mobile, j’avais aussi un peu plus de mal à utiliser mes Projectiles d’énergie dans cette forme. Stratégiquement il valait mieux rester sous ma forme originelle et réserver ma forme de lézard pour une retraite éventuelle.

Grâce à mes sens retrouvés, je fus plus confiant dans ma progression. Même si ma vue était plutôt mauvaise et mon ouïe assez moyenne, le fait de les avoir en plus de ma Perception de l’énergie me permettait de mieux appréhender ce qui m’entourait sans avoir besoin d’utiliser mes Détection d’énergie et de chaleur tous les 10 mètres comme avant.

Certains détails des environs qui m’avaient échappé jusqu’alors m’apparaissaient maintenant grâce à mes sens retrouvés. Je me sentais comme Indiana Blob en faisant des hypothèses sur le lieu où je me trouvais. Par exemple, au dessus des portes des salles qui s’alignaient dans le couloir se trouvaient des sigles gravés. Je ne les comprenais pas mais ils me rappelaient un peu des hiéroglyphes, même si je n’y connaissais pas grand chose. Il était déjà évident que ce couloir et les salles étaient l’œuvre d’une quelconque civilisation, mais si en plus il possédait l’écriture cela voulait dire que leur société avait aussi évolué à un certain point.

« Ça a clairement l’air abandonné mais ça serait bien de tomber sur des gens civilisés en sortant d’ici plutôt que sur une bande de Cro-Magnon, non ? »

Bref , j’avais aussi acquis la conviction que je me trouvais en sous-sol. Je n’avais pas de preuve mais plus un sentiment général, une intuition nourrie de mes sens retrouvés. En tout cas, c’était une bonne chose. Non pas qu’être sous terre soit vraiment une bonne nouvelle mais par contre, plutôt que de errer indéfiniment dans ces ruines en comptant sur la chance pour trouver une sortie, il était plus malin de chercher un chemin qui montait vers la surface.

Comme si le destin encourageait cette déduction, j’avais atteint la fin du couloir et avais trouvé un escalier. Sur le chemin, j’avais passé d’autres salles du même type que les autres dans des états variables et avais continué à avancer en restant sur mes gardes. Je savais bien que le Lézard de pierre avait dû venir de quelque part et j’étais content d’être tombé sur une nouvelle voie plutôt que son terrier.

L’escalier était plutôt large et assez bien taillé mais cela m’aurait pris des heures de l’escalader sous ma forme actuelle.

[TRANSFORMATION] [PETIT LÉZARD]

Après ma transformation complète, je commençais à grimper les marches. Plus exactement, je grimpais le long du mur de gauche en prenant appui les marches. Mes pattes n’étaient pas capables de grimper une surface verticale lisse, mais elles avaient une prise étonnante me permettant de me mouvoir sur des plans accidentés sans problèmes malgré leur inclination.

Les escaliers étaient sombres et je m’arrêtais régulièrement pour utiliser mes détections. Pour l’instant, rien de nouveau mais je restais vigilant.

L’escalier n’avait pas été directement sculpté dans la roche mais il était fait de la même pierre. Les gens qui avaient creusé ce passage avaient sûrement transformé la roche en pierre taillée qui constituait les murs, les sols et les escaliers des galeries que j’avais vus jusque là. Certaines de ces pierres étaient brisées ou retournées, ce qui renforçait ma conviction que ce lieu était abandonné depuis longtemps.

Après être monté d’une vingtaine de mètres, je me trouvais à nouveau sur un terrain plat. Ce n’était pas la fin de l’ascension, car, sur la droite, il y avait une autre volée de marches, mais plutôt un pallier entre les deux escaliers. Le lieu était étonnamment large et je me demandais pourquoi ils n’avaient pas tout simplement fait un escalier en virage. J’inspectais les murs pour m’occuper pendant que je laissais mon corps faire une petite pause. Vu ma taille, c’était comme si j’avais monté l’équivalent d’au moins 4 étages, donc, même si mon corps n’avait pas besoin de “reprendre son souffle”, il se fatiguait de sa propre manière.

En observant les murs de chaque côté des escaliers, je constatais plusieurs rayures dans la roche et des traces d’usure. Après un peu d’inspection et de réflexion, j’avais une théorie sur le palier sur lequel je me trouvais. De ce que je pouvais voir, les deux escaliers avaient été taillés en ligne droite et le palier permettait le changement de direction entre les deux. Ma théorie était que les salles inférieures étaient des salles de stockage où on pouvait entreposer des choses. J’ignorais quel genre de choses mais le palier me donnait l’impression d’avoir été volontairement élargi pour permettre de manipuler des objets volumineux. Quiconque ayant essayé de monter un canapé dans un escalier en colimaçons comprendrait où je voulais en venir.

Ce n’était qu’une hypothèse alimentée par les traces de frottement sur les murs et comment la roche avait été taillée au niveau de chaque escalier. Je n’avais pas spécialement les moyens de prouver ma théorie mais satisfaire ma curiosité était suffisant. Après avoir passé autant de temps dans la grotte, où il n’y avait que des cailloux, c’était plaisant de juste penser à ce genre de choses.

Après cela je repris mon ascension sous ma forme de lézard et grimpais le reste des escaliers. Ils étaient dans un état pire que les autres mais rien d’insurmontable pour mon corps de reptile. Avoir passé du temps à créer et maîtriser cette transformation semblait avoir payé plus vite que prévu. Avec mon corps normal, ça m’aurait pris des heures de grimper ces marches.

Je m’approchais de la fin des escaliers et sentais l’excitation en moi. Au juger, il y avait bien 40 mètres de profondeur entre le sommet de l’escalier et les salles en dessous.

J’étais arrivé et je me trouvais dans un nouveau couloir du même genre que celui d’en bas. C’était un carrefour entre trois directions ou presque. Le chemin devant moi était barré au bout d’une dizaine de mètres par des éboulements, ne me laissant que le choix entre la gauche et la droite. En utilisant les sens à ma disposition, je ne trouvais rien qui ne différencie vraiment les deux passages et choisis de prendre à gauche. Ce n’était pas exactement du hasard, si je me fiais à mon sens de l’orientation le chemin de droite allait passer au dessus de ma grotte d’origine. 50 mètres au dessus c’est vrai mais je voulais m’en éloigner plutôt que de errer toujours dans la même zone.

[TRANSFORMATION] [ANNULATION]

Le terrain était assez plat pour que je puisse progresser sous ma forme de Blob et je préférais récupérer toutes mes réserves d’énergie en cas de pépin.

[RENOUVELLEMENT D’ÉNERGIE]

Cela ne prit pas longtemps pour me recharger et je commençais à avancer dans le couloir de gauche.

“Il faudrait que j’apprenne à utiliser le Renouvellement d’énergie en même temps que je me déplace un jour.”

Ce n’était pas la première fois que je me faisais la réflexion mais ce n’était pas encore du domaine du possible. Comme je me trouvais en territoire potentiellement dangereux, le fait de devoir rester immobile pour me recharger était un problème. Mais malgré ça, pendant que j’utilisais le Renouvellement d’énergie, je pouvais rester attentif à ce qui m’entourait, si par contre j’essayais de l’activer tout en marchant, je ne pourrais pas me concentrer aussi bien sur mon environnement, ce qui serait bien plus dangereux. Des deux maux, j’avais choisi le moindre.

Après une dizaine de mètres le couloir tournait en angle droit sur la droite. Il y avait beaucoup d’éboulements mais une chose attira tout de suite mon attention. L’embrasure d’un passage était partiellement ensevelie mais il y avait de la lumière qui en sortait !

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant


N’hésitez pas à laisser un commentaire
et retrouvais les chapitres en avance sur sagadunblob

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s