Alezander’s Extended Universe, Issue #42

Auteur : TheLordGio
Check: Lux Lewin



“Yo ! J’espère que vous allez tous bien ? Tout va bien, ce WE il y a eu le TGS j’ai eu une dedicace de Shonen l’auteur
Outlaw Player, on a bien discuté c’était cool. Oui vue que Ramen à poster les premières pages d’Alezander’s
Acte 2 que vous pouvez retrouver sur mangadraft. Ensuite un petit chapitre avant le Grand Tounroi de cet Acte 3.
Et voilà bonne lecture à tous et merci à Lux Lewin pour le check en ce moment il me sauve bien là vie niveau check XD. »


Merde, il y a encore quelques vagues idées du déroulement de cette histoire. Néanmoins un cheminement de péripéties caduques bourré d’incohérence. Je me demande comment on a pu faire pour récupérer ce fichu objet. Enfin, faut dire qu’ IL y a laissé sa peau.

Je vais tenter d’utiliser un style de narration qui suit avec le début du récit, si je n’y arrive pas veuillez m’en excuser. Faire une croix sur les jurons sera difficile pour moi, mais je vous promets que je ferais de mon mieux.

Merde ! Cet idiot de David Crawford, il tient bien de son père.

Bref, où j’en étais ? Ha oui… un jeune enfant courait à toute allure dans un couloir peint en blanc. Il y avait d’innombrables peintures et par moment, ici et là, se trouvaient de vieux objets datant de l’époque babylonienne. Ils s’achetaient à des prix affolants dans ce qui semblait être une vente aux enchères.

Le jeune enfant avait la peau mate et les cheveux bouclés. Il portait une tunique faite dans un textile raffiné, de la soie de première qualité. Parcourant chaque recoin du couloir, il aperçut furtivement une immense pierre de forme cubique ayant survécue au déluge.

L’enfant s’arrêta devant, intrigué par les hiéroglyphes qui y étaient gravés. Il passa ensuite ses petits doigts dans le creux d’un hiéroglyphe. Fragilisée par l’érosion, La pierre s’effrita immédiatement et un petit bout s’en détacha avant de tomber dans le creux de la main du jeune garçon.

Il entendit soudainement son prénom dans le couloir et décida de se cacher derrière un vase de jade. On ne le voyait plus grâce à sa petit taille.

“Haadog ! Mais où te caches-tu ?” cria une voix grave.

Le possesseur de la voix arriva dans la pièce et la scruta attentivement . “Il suffit que la fille au pair cligne des yeux deux secondes et tu disparais dans le bâtiments des chefs d’oeuvre.”

Il s’approcha ensuite lentement du vase et vit le jeune enfant. “Haadog, pourquoi viens-tu toujours ici ?”

Haadog sourit et désigna le cube du doigt. Il affichait un large sourire.

L’homme en costume sourit à son tour “Le cube ? Je comprends…” sa voix grave résonna dans toute la pièce. “C’est un très vieux cube, il date de l’époque babylonienne.”

Il attrapa l’une des petites mains de Haadog et ils se mirent devant le cube. Ainsi disposé au centre de la pièce, l’objet paraissait imposant. La lumière naturelle qui se reflétait sur l’artefact achevait de lui donner un aspect quasi-mystique.

L’homme à la voix grave regarda les hiéroglyphes. “C’est une très vieille langue, j’ai engagé un architecte spécialisé dans l’époque babylonienne ainsi qu’un spécialiste des langues anciennes pour percer le secret de ce cube. Il s’agit d’un héritage que notre famille se passe de génération en génération et un jour, c’est à toi que reviendra cette pierre.”

Les yeux du jeune enfant brillaient d’émerveillement. “Papa, elle parle de quoi cette pierre ?”

“Eh bien !” Il rigola. “Elle raconte l’ascension de Slimane simple gardien d’usine qui est devenu un magnat du commerce. Il  aurait tout appris grâce à un mentor du nom de Haadog, que l’on surnommait le roi du commerce…”

“Haadog… Il s’appelle comme moi Papa !”

“C’est exact. Malheureusement, certaines parties du cube sont trop détériorées pour qu’on puisse les lire. À la fin, il parle d’une dette qu’il faut que notre famille doit rembourser, mais c’est très vague. Et c’est donc pour cela que nous faisons de notre mieux pour aider les plus démunis grâce à notre fondation.”

Haadog sourit et tourna autour du cube, quand soudain, il vit une phrase écrite en toute petite dans un coin inférieur du cube. “Papa ! Il y a quelque chose d’écrit ici !”

“Hm…Je ne l’avais jamais remarqué avant… Mais, c’est impossible… C’est de l’anglais !”

“Papa ! Il y a écrit quoi ?”

L’homme en costume sortit de la pochette de sa veste une paire de lunettes. “Eh bien,

c’est une phrase très simple : Alezander a besoin de vous.”

“Papa, c’est qui Alezander ?”

“C’est une personne qui est mentionnée dans les hiéroglyphes, une connaissance de nos ancêtres, mais je ne vois pas pourquoi ça serait écrit en anglais…”

L’un des majordome arriva en courrant dans le bâtiment des chefs d’oeuvre. Il était essoufflé quand il arriva devant Haadog et son père : “Monsieur. Il y a une personne du nom d’Alezander qui attend devant le portail, dit-il.  Il dit qu’il connait votre famille depuis le début des temps et…”

Soudainement, j’apparus devant le majordome. Je portais un costume blanc impeccable avec, dans ma pochette de veste, un mouchoir rouge à carreaux noirs.

“Mais comment êtes-vous rentré ?” me lança le majordome.

– Eh bien !

“Mais encore ?”

– J’aurais du trouver une entrée beaucoup plus extraordinaire, mais le récit doit rester classieux et dépressif alors… Je suis Alezander et je vais avoir besoin de votre aide.

“Papa ! C’est qui le monsieur ?”

L’homme en costume me regarda droit dans les yeux, mon visage lui rappela un personnage représenté sur l’une de ses vieilles peinture. Il s’agissait d’un portrait de la Renaissance, le père de Haadog l’avait acheté car on pouvait y distinguer un des objets appartenant à sa famille.

Je regardais le portrait peint.

-Jolie peinture ! La Renaissance, c’était une période qui puait la merde ! Avant, les personnes se lavaient, mais je ne sais pas trop ce qu’il leur a pris de ne plus se doucher.

“Monsieur, voulez-vous que je le raccompagne vers la sortie ?” rétorqua le majordome, d’un air nonchalant.

“Abraham, prenez Haadog avec vous.”

“Très bien.” Abraham le majordome et Haadog sortirent tous deux du bâtiment des chefs d’oeuvres.

“Vous avez connu nos ancêtres babyloniens ?”

– Exactement ! C’était une époque formidable… Haadog, Slimane et toute l’équipe…. Paix à vos âmes, je viendrais peut-être vous revoir un jour. Tu peux voir dans les choses si tu fermes les yeux ? Demandais-je, même si je connaissais déjà la réponse.

“Non ! Pourquoi êtes-vous ici ?”

– J’ai besoin d’argent, de beaucoup d’argent. C’est fou quand même, à chaque fois qu’une histoire débute, je suis toujours fauché… Mais bon, là c’est pour quelque chose de vraiment important : la création de Shambhala et…

“Et ?”

– Merde ! Faut que j’arrête de parler… gardez ça pour vous, mais le monde risque d’être détruit si ma nouvelle équipe n’a pas de quoi payer les billets d’entrée à un tournoi underground  rempli d’extraterrestres !

“Sauver le monde ?”

– Grosso modo, oui.

“Vous m’excuserez, mais je ne comprends pas grand chose. Des extraterrestres, un tournoi underground, sauver le monde… J’ai un peu de mal à assimiler tout cela”

“Dans un vieux papyrus, Slimane parlait d’une aventure extraordinaire, de pouvoirs inimaginables et du cambriolage au palais du grand monarque Marduk !”

* Très bien de rappeler l’acte deux ça lui fera un peu plus de lecture, mais son écriture est ridicule. Passons… Nous aurions besoin de trois milliards de dollars !

“Trois milliards ? Vous rigolez j’espère ?”

-Je vous rembourserais plus tard ! Slimane a écrit que vous avez une dette à rembourser, mais c’est surement un coup d’Haadog pour lui inculquer qu’il ne vaut mieux pas avoir de dette envers quiconque ou un truc du genre.

“Trois milliards c’est pas une petite somme monsieur Alezander.”

– Et si on allait voir dans la chambre forte au bout du bâtiment des chef d’oeuvre ?

“Je n’ai jamais fait construire de chambre for…

– Maintenant si !

L’espoir commence à revenir dans cette histoire mystérieuse remplie de personnages dépressifs. Certains évènements sont immuables, mais en m’entraînant un peu je pourrais peut-être changer le cours du récit !

Tiens, en parlant de personnages dépressifs… Au même moment, Vé et le reste de l’équipe arrivaient dans un motel miteux. L’homme-lézard avait prit une chambre pour chaque membre du groupe. Ils étaient tous fatigués et la disparition de S.h.e.n ne faisait qu’affliger encore plus Fang.

Arriverai-t-il à redevenir lui même ? Mais déjà, qui était-il vraiment ? Ou plutôt, qu’était-il vraiment ? Toujours cette même question, comme si une partie du mystère de cette histoire tournait sur la véritable origine de Fang.

Il va falloir lui rendre le sourire. Il serait impossible pour l’équipe d’Alezander de gagner ce tournoi sans lui.

Je marchais lentement dans le motel à la recherche de la chambre de Vé, j’avais un fez sur la tête et je portais un énorme carton avec à l’intérieur… eh bien… je vous garde la surprise pour la fin du chapitre.

Je toquai à la porte. Comment je fais pour toquer à la porte alors que je tiens mon carton à deux mains ? C’est un secret bien évidement.

– Room service ! On a des tartes à la mouches et…

Vé ouvrit la porte, mais il ne vit pas mon visage pour le moment.

“Une tarte à la mouche ? Alezander comment as tu pu nous rattraper aussi vite ?”

– Désolé Vé, mais c’est un secret.

Je rentrais dans la chambre et laissai tomber le carton afin d’enlacer ce bon vieux homme lézard.

– Vé ça fait plaisir de te voir. Je ne vais pas te mentir je suis un peu perdu là

“Alezander ?”

– Ha, j’oubliais… Il faut mettre les dialogues en gras et aussi les couleurs ! Mais je n’en ai pas vraiment envie.

L’homme-lézard me regarda étrangement, il devait sûrement me prendre pour un fou même si je lui en avais déjà fait voir de toute les couleurs.

– Vé ! Rassemble toute l’équipe…

“Non ! On a besoin de repos !

– Non ? Et là tu vas me demander…

“Et qu’est-ce qu’il y a dans ce carton ?”

Je m’accroupis devant le carton et l’ouvrit. Il était rempli de liasses de billets sur lesquels était déposée une lettre adressée à Fang. Vé n’en croyait pas ses yeux.

– Vé ! Rassemble toute l’équipe… On a un monde à sauver !

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

2 commentaires sur “Alezander’s Extended Universe, Issue #42

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s