Numéro 0 : Chapitre Deuxième

Auteur : Resri
Check : Yurane


Merci à Yurane pour le chèque… le check. Bonne lecture pour la fin du Numéro 0.


Je regarde Vastr.

Soupir

« Je vais faire quoi de ton corps… »

Je me baisse pour fouiller les poches du cadavre de Vastr.

« Merde… C’était un clodo ou quoi ? »

J’entends des bruits de pas derrière moi.

Sourire

« Salut bras droit et gauche. »

Je me lève et me retourne pour voir devant moi Roosa et Zuiiz avec des visages remplies de haine et de colère.

« Vous allez bien…. Vous avez pas eu trop de mal contre eux ? »

Roosa s’avance vers moi et prend mon col avec violence.

« T’es sérieux ! »

« Hoolaa, je crois que tu as tes ragnagna, il faut que tu te calmes. »

Elle me met une gifle avec un visage en pleure.

« Ferme-la ! Tu l’as tué, pourquoi ! »

Petit rire

« Car c’est marrant. »

Je retire sa main de mon col et je me calme.

« Non, sérieusement, si tu veux la vraie raison, viens la chercher. »

Je recule vers le cadavre de Vastr.

Petit rire

« Je crois que vous allez revoir un ami. »

Avec mon pied, je lance le fusil de Vastr vers mes mains et le pointe vers son cadavre.

J’ouvre ma main gauche, de la fumée sort de mon corps et s’y regroupe au centre pour y former une munition avec des veines noires.

Sourire sadique

« Ho, une couleur que Vastr ne va jamais connaître. »

Roose me regarde avec un visage déformé par la colère. Je charge le fusil avec la munition que je viens de créer.

Ils matérialisent leurs armes.

« Tu vas payer pour ce que tu as fait ! »

Roosa me crie dessus pendant que son arme se matérialise entièrement, c’est un… lance roquette antichar…

« Hoo… je suis pas dans la merde, moi. »

Elle me vise et tire.

« Put… »

Bang

La roquette explose à mon contact.

« Dans ta gueule, enfoiré ! Toi aussi mets y du tien Zuiiz. »

« Non, non je te laisse faire… »

Je mets mon bras autour du cou de Roosa.

« Quel gentleman cet homme. »

« HA ! »

Roosa me pousse violemment et recule avec Zuiiz. Je fais un visage triste.

« Mademoiselle vous m’avez fait mal… »

« Pourquoi t’es pas mort ! »

« Rhoo… t’es chiante, tu crois vraiment qu’une roquette va me tuer ? »

Je pointe le fusil vers la tête de Zuiiz

Sourie sadique

« Si je fais bang, ça fait ? »

Pan

La balle part à la vitesse de la lumière en direction de la tête de Zuiiz.

« Zuiiz ! »

La balle transperce sa tête et continue sa course au loin.

Zuiiz, maintenant mort, s’écroule sur le sol avec un grand bruit à cause de son poids.

« Non ! Zuiiz ! »

Roosa court vers Zuiiz avec le visage en pleur.

« Zuiiz… »

Je marche vers le cadavre de Zuiiz.

« Il aura été d’aucune aide contre moi… Peut-être à cause de son poids, il pouvait pas faire trop d’effort ? »

Roosa continue de pleurer sur son cadavre.

« Merde… j’ai rien pu te dire… »

« Attend, j’essaye de deviner ce que tu comptais lui dire ! »

Ferme les yeux et se tient le menton.

« Je sais ! »

Je la pointe du doigt.

« Tu l’aimais ! »

« Oui… je comptais lui dire après tout ça… »

Petit rire

« On dirait que j’ai tout gâché… Mais si tu veux, je peux t’emmener près de lui. »

[Ça me fera surtout moins de travail.]

Roosa tourne doucement la tête vers moi.

« Fait le… »

Grand sourire

« Cool ! »

Je crée une nouvelle munition à veine noire et charge le fusil avec.

Je vise le visage de Roosa toujours en pleur, elle me regarde dans les yeux.

Elle ne dit rien, elle ferme juste ses yeux.

J’appuie sur la gâchette.

Pan

Son corps maintenant sans vie tombe sur le sol.

« Et bien… c’était simple… »

Je regarde les deux cadavres.

« Mais vous m’avez bien fait chier tous les deux ! Vous auriez pu mourir contre les deux autres cons ! »

Je donne plusieurs coups de pied aux cadavres de Roosa et Zuiiz.

Après une vingtaine de coups, je m’arrête.

« J’aurais pas besoin de ce fusil. »

Je lâche le fusil sur les corps.

« Au tour des dieux »

Je me tourne vers la direction des trois grands dieux et je commence à marcher tranquillement.

Je regarde mes vêtements.

« Rhoo… Ils sont plein de sang… »

J’ouvre ma main.

BOMBE D’EAU

Une bulle d’eau de deux mètres vient de se former au dessus de ma main.

Je la lance sur moi.

Splash

Tousse

« Ha ! J’en ai eu dans le nez… »

Je regarde de nouveau mes vêtements.

« C’est juste mouillé maintenant… Ça va sécher, le temps que je les trouve. »

~Une heure plus tard~

Je m’arrête et lève la tête pour voir une maison simple qui est sur une colline blanche.

« J’aurais pensé à un palais ou à un temple pas à une maison… »

Je commence à marcher en direction de la maison.

Arrivé devant la porte, je m’arrête.

« Je frappe ou je sonne ? »

« Il vaut mieux sonner. »

Je me retourne et vois Zeus.

« Ho… merci. »

« De rien. »

Je sonne à la porte.

« Il n’y a personne ? »

Je me retourne vers Zeus.

Grand sourire

« Si, moi. »

Je le regarde avec un visage inexpressif.

Petit rire

« Me regarde pas comme ça, il y a pas souvent de visiteur ici. Quand il y a des visiteurs, je m’amuse un peu. Rien de méchant. »

Il avance vers la porte et l’ouvre.

« De toute façon personne à part moi ouvre la porte aux visiteurs. »

Je le suis dans la maison.

Une maison simple… vraiment des plus simples.

« Il y a qui d’autre ici ? »

Il lève un sourcil.

« T’es un nouveau dieu ? »

Je me gratte la tête.

« Oui, on m’a dit de venir ici mais je sais pas pourquoi… »

Il me regarde longuement.

« …ok »

Grand sourire

« C’est super ! Ça fait longtemps qu’on n’a pas eu de nouveau. Alors t’es dieu de quoi ? »

[Heuu… réfléchie… un truc con…]

« Je suis un dieu de… de… de la mort et de la guerre. »

« et de quel culte ? »

« Heuu… je sais pas justement… »

« T’inquiète pas, c’est arrivé à beaucoup de dieux de ne pas savoir. »

Il se retourne et pointe un vieil homme assis sur le sol avec les yeux fermés.

« Lui, c’est Noun. Il a fait la vie et il fera la mort chez les égyptiens. »

Il pointe un autre vieil homme qui est entrain de nourrir des poissons dans un aquarium.

« C’est Izanagi, il est un co-créateur du monde chez les japonais… »

il se penche vers moi.

Chuchote

« Évite de parler de Izanami… »

Je hoche la tête silencieusement.

Il recule et il fait… des poses de bodybuildeur.

« Et bien sûr, tu me connais, moi, Le ! Roi des dieux ! »

Regard inexpressif

« … »

« Pourquoi tu me regardes comme ça… »

« Car tu fais le crétin. »

Je me tourne vers Noun, toujours assis avec les yeux fermés.

« Mais pourquoi vous êtes là ? »

« Car… »

Zeus s’interpose entre moi et Noun.

« Car on est les Super méga dieux de l’extrême ! »

Un silence s’installe après la réplique de Zeus…

Noun vient briser le silence.

« Zeus… Tu as passé l’âge de faire des bêtises… »

Zeus se tourne violemment vers lui.

Regard noir

« Et toi, c’est dans tes gènes de baiser des animaux ? »

Noun ouvre ses yeux et regarde Zeus droit dans les yeux.

Regard noir

« Tu me cherches, erreur de la nature ? »

Je me tourne vers Izanagi. Il me regarde en retour.

Soupir

« On est les trois grands dieux… »

« Hoo… Ça m’évite de chercher loin. »

Zeus et Noun s’arrêtent de s’insulter et se tournent vers moi avec des visages interrogatifs.

Izanagi continue de prendre la parole.

« Pourquoi ? »

Sourire sadique

« Pourquoi ? Pour vous tuer bien sûr ! »

Je claque des doigts, de la fumée sort de mon corps et l’entoure.

Des veines noires et rouges sont apparues autour de mes yeux et de ma bouche.

Mes ongles et mes iris deviennent rouges.

Les pointes de mes cheveux flottent dans l’air et se colorent en rouge.

FORME ANTI-DIEUX

Je les regarde avec un sourire sadique. Ils ont tous un visage choqué.

« Donc… qui est le premier ? »

Ils se regardent entre eux.

« La flemme d’attendre… »

Je pointe mon doigt vers Noun.

Am, stram, gram,

Les cheveux de Zeus s’électrifient.

Pic et pic et colégram,

Izanagi fait apparaître un katana.

Bour et bour et ratatam,

Le corps de Noun commence a se transformer en eau.

Am, stram, gram.

Mon doigt pointe Noun

Je forme un pistolet avec ma main et vise sa tête.

« Si je dit pan, ça fait ? »

Bang

Une balle de fumée sort de mon doigt et part à toute vitesse vers sa tête.

Noun me regarde dans les yeux.

« Dommage… »

La balle transperce sa tête faite d’eau et explose à l’intérieur.

Son corps tombe sur le sol.

Petit rire

« Hoo ! Comme il est transparent grâce à l’eau, on peut voir se qui s’y passe. »

Ils regardent le corps de Noun avec des visages remplies de haine.

« C’est super jolie la fumée quand elle est dans l’eau. »

Ils se tournent vers moi.

Zeus invoque des éclairs sous une forme solide.

« Petit con, on va t’apprendre à respecter tes aînés.»

Il se transperce le torse avec les éclairs solides.

SUPER DIEUX

Le corps de Zeus se met a gonfler et à devenir transparent.

« Heuu… »

Je regarde choqué la transformation.

Son corps fait la taille d’un immeuble de 6 étages. Il est transparent à part ses cheveux et ses yeux. L’intérieur de son corps est remplie d’éclairs, chacun aussi violent qu’une comète.

Zeus tourne sa tête vers Izanagi.

« Garde tes forces, même si je pense que tu n’auras pas besoin de te battre. »

Izanagi jette un coup d’œil vers moi et s’assoie sur le sol.

Zeus se tourne et me regarde dans les yeux.

Se craque les doigts.

« Hey, petit con, tu vas souffrir. »

Je cligne des yeux et… Zeus disparaît.

« Derrière ! »

Je me retourne et le vois avec un éclair de la taille de Madagascar dans sa main droite.

J’écarquille les yeux, je saute en arrière tout en utilisant ma magie.

VOILE LUMINEUX

Un Voile de Lumière se met sur chaque partie de mon corps instantanément.

Il lance l’éclair sur moi.

J’ouvre les yeux et vois une crevasse d’une profondeur égale à la taille de la lune faisant une année lumière de distance.

« Merde, si j’avais glissé… je … »

« Putain, tu as fait comment pour survivre à ça !? »

Je vois Zeus totalement surpris.

Rire

« Monsieur, connaissez-vous les paroles de la sainte magie ? »

« Te fous pas de ma gueule ! T’as fait comment !? »

Sourire sadique

« Comme ça. »

Slash

Zeus sort de sa forme super dieu, et commence à tomber en direction du sol.

Je suis au dessus de lui avec ma main droite complètement ensanglantée.

Je secoue un peu ma main et regarde Zeus tomber.

Petit sourire

« Deux sur trois et aucune blessure, j’ai presque un parfait. »

Pof

« Ha, il a touché le sol. »

Je descends tranquillement.

Izanagi apparaît à côté du corps de Zeus, il le prend dans ses bras et le pose à côté de Noun.

Arriver au sol, je le regarde faire et attends qu’il finisse.

« Tu fais ça pour quelle raison ? »

Izanagi me parle tout en regardant les cadavres.

Grand sourire

« Le fun ! »

Il tourne la tête vers moi.

« Tout le monde a une raison… Tu veux pas dire la tienne, c’est ton choix. »

« Hm ? Tu veux pas la savoir ? »

« Non… Je fais aussi mes choix. »

Regard noir

« Tu me fais chier… Crève Izanagi. »

Je claque des doigts.

… Izanagi regarde dans le vide sans vie.

Je m’approche de lui.

« Pas marrant cette guerre, les humains étaient plus intéressant… »

Je me baisse au niveau de la tête de Izanagi.

Petit sourire

« En tout cas, ta tête était facile à détacher… »

Je prends sa tête à deux mains et la soulève pour voir la coupure nette à son cou.

« Hmm… Si tu avais été humain, je pense que toutes les filles que tu aurais croisé t’auraient couru après… quel dommage pour elles. »

Je regarde le ciel et lance sa tête vers le ciel.

« Homerun !!! »

La tête part à toute vitesse.

« Il manquerait juste l’étoile pour m’indiquer où elle est maintenant… »

Je m’assoie sur le corps de Zeus.

« Donc c’est fini… j’ai fait un parfait… »

Je regarde tout autour de moi.

« Je me fais déjà chier… »

Je vois un faisceau de lumière sortir du ciel.

« Un autre challenger ? »

Rien en sort à part une voix.

« Espèce d’enculé de merde !!! »

« Hoo… Quelle violence pour une première rencontre… »

« Mais ! Ferme-la ! Tu viens juste de tuer mes gosses, tu veux que je réagisse comment !? »

Sourire

« Avec amour. »

« … »

« Dit un truc ! »

« Ok, donc je vais transformer tous les Reniés en objets qu’utilisent les humains et vous devrez les aider à devenir des dieux… »

« … »

« Voilà… »

Je me lève.

« T’es sérieux, tu veux dire que je me suis fait chier pour rien !? »

« Hmm… En gros, oui… »

Un silence d’une minute pile-poil s’est formé et s’est brisé par la lumière.

« Donc… Salut. »

« Quoi !!! »

Tout devient blanc autour de moi.

Une vie d’ennuis est devenue mon quotidien.

Là, aujourd’hui, il l’a brisé.

Ce jeune homme de 16 ans.

Lui, qui veut être libre tout comme moi.

Je ne pourrais plus l’être.

Mais comme il est sympa, je vais l’aider.

Avec cette tache maudite que m’a donné cet enfoiré.

Sur son trône invisible.

J’aurais pas réussi à le détrôner.

Mais cette fois, il va réussir.

Vous en pensez quoi ?


Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Publicités

8 commentaires sur “Numéro 0 : Chapitre Deuxième

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s