Numéro 0 : Chapitre Premier

Auteur : Resri
Check : Yurane


Une nouvelle personne et une histoire de plus à supporter car je suis chiant et ma chère histoire aussi… Bonne lecture et merci à Yurane pour le check


Un combat, que nous tous faisons.

« Bouge-toi ou tu vas crever à cet emplacement !!! »

Enfin, surtout nous, espèce reniée de la création et bizarrement qui avons forme humaine.

« Soigneur ! Vite, il a perdu un bras ! »

On se surnomme les Reniés car on assume notre naissance.

« Liht, Darx, utilisez votre technique ! »

On combat ces dieux qui nous ont jeté aux oubliettes.

« Darx, t’es prêt ? »

On vas prendre leur pouvoir pour vivre avec liberté.

« Toujours, Liht ! »

Moi… je suis un Renié qui va prendre en traite tous les Reniés.

ZERO MAGNUM

Je suis Hoype et je hais les Reniés tout autant les dieux donc c’est moi qui vais prendre le trône invisible des dieux !

Deux hommes côte-à-côte, un tout en blanc qui se nomme Liht et l’autre en noir qui se nomme Darx. Tous les deux avec leur arme respective, Liht a un magnum d’un blanc pur et Darx a une faux d’un noir comme le vide.

Je suis tout de même impressionné par leurs techniques en duo qui sont extrêmement puissantes. La lumière plus les ténèbres, une combinaison difficile mais écrasante.

Ils viennent d’effectuer leur technique la plus puissante, le [zéro magnum], la puissance du zéro absolu en un magnum de lumière.

« Liht, bouge ton cul et vas buter un dieu à la place de te la péter ! »

Celui que je viens d’entendre crier c’est Fauryg, un homme baraqué. Je retiens de lui qu’il crie pour tout et rien.

CARBONISATION

Ces bras s’enflamment complètement et chauffent à une température extrême.

« Les mecs, je fonce sur Arès, le combat ça lui connaît. »

Il commence à courir dans une direction avec un sourire énorme sur son visage. Je peux voir l’air se déformer derrière lui à cause de la chaleur qu’il dégage.

« Liht et moi, on va sur Montou et Tezcatlipoca. On va voir si on peut faire une collatéral. »

Rire sadique

Darx commence à rire de manière sadique et part dans la direction opposée à celle de Fauryg, avec Liht.

« Hoype, dépêche-toi, on doit aller en première ligne, ils ont besoin de notre aide. »

Mosik, une femme raffinée qui fait de la musique une arme mortelle ou de soin.

« Va devant, je te suis. »

Je la suis pendant qu’on traverse le champ de bataille. Je peux voir aux quatre coins du champ de bataille des cadavres de Reniés coupés ou écrasés. Je pose la question pour être sûr.

« Ils utilisent toujours pas leur pouvoir ? »

« Non, c’est pour ça qu’ils ont besoin de nous. »

« Que nous deux ? »

« J’ai pas réussi à les convaincre de me suivre. »

On ne dit plus rien pour toute la durée de notre course.

« Merde, il y a Thanatos qui décime la première ligne. »

« Il est pas censé être au tartare ? »

« Normalement… Ils ont dû le libérer partiellement, vu qu’il a encore des liens de diamant qui traînent derrière lui. »

« Il y a personne du même niveau que nous dans les environs ? »

Je regarde autour de moi et je découvre qu’il n’y a que de la chair à canon à côté de Thanatos.

[Putain, il y a personne du même niveau que nous qui peut se suicider sur Thanatos à ma place.]

« Tu peux l’endormir avec ta musique ou au moins le ralentir ? »

« L’endormir, je ne pense pas mais je vais essayer de le ralentir. Va chercher d’autres personnes pendant que je le retiens ! »

« J’y vais, ne meurt pas pendant mon absence. »

« Je vais essayer… »

Je me retourne et commence à partir sur le côté discrètement pour contourner Thanatos et rejoindre les plus forts Reniés qui sont plus loin  derrière lui.

[Tu crois vraiment que je vais me faire chier à t’aider alors que j’ai juste à t’ignorer.]

CAMOUFLAGE

Le camouflage en chair à canon est utile dans ces moments là. Je traverse rapidement nos troupes pour arriver derrière Thanatos. Je le regarde.

« Ils pourront le libérer complètement. Je risque pas de rester là quand ça va se passer. »

J’annule mon camouflage et commence à courir vers le camp ennemie.

Au bout de 10 minutes de course effrénée, je m’arrête soudainement et tourne ma tête sur la droite.

[Je suis dans la merde, Itzpapalotl est très dangereuse.]

Devant moi se trouve Itzpapalotl, elle a la forme d’une belle femme séduisante avec une paire d’ailes de papillon hérissées de lames.

« Que c’est gentil, du nectar vient à moi sans que j’ai besoin de bouger. »

« On peut négocier mademoiselle ? »

Sourire forcé

Je me force à sourire, et commence à utiliser ma magie.

« Pourquoi… Il n’y a pas besoin de négocier quoi que ce soit après tout, tu n’es que du nectar. Ne bouge pas, ça ne sera pas long. »

« Merde ! »

Sprint du vent

Le vent se met à bouger derrière moi et, d’un coup, explose pour devenir un violent courant d’air. Je commence à courir tout droit pour éviter que Itzpapalotl n’avance trop vers moi.

« Hoo, le nectar a mauvais goût quand il commence à courir mais c’est toujours rigolo de le torturer. »

Itzpapalotl déploie ses ailes et d’un battement d’ailes se retrouve à mes cotés.

« Quoi ?! »

Elle commence à me donner une gifle en ma direction.

« Non ! »

Un homme c’est interposé entre nous deux et a attrapé la main  de Itzpapalotl.

« Tch, le nectar commence à me faire chier… »

« Et il va continuer jusqu’à ta mort. »

C’est Duromm, plus dur que lui, ça n’existe pas. Ses capacités défensives sont hors du commun.

« Mon frère, tu peux y aller. Je la retiens. »

« Merci infiniment. »

Je n’hésite même pas une seconde et recommence à courir.

[Enfin quelqu’un d’utile, je veux vraiment pas utiliser mon énergie avant d’arriver devant les trois grands dieux.]

Trente minutes plus tard, je m’arrête pour souffler un peu.

« Tout est toujours aussi blanc ici. »

Tout autour de moi, il n’y a qu’un sol blanc qui s’étend à perte de vu : le ciel est blanc, tout est blanc.

« Je pense qu’elle doit être morte à l’heure qu’il est, avec Thanatos comme ennemie. »

Je m’assoie sur le sol.

« Je me demande quelle tête ils auront quand je vais prendre le pouvoir sous leurs yeux. Ils me pensent faible, c’est un avantage pour les prendre par surprise. »

Je me relève vite et recommence à courir.

[J’espère que tous les Reniés que j’ai rencontré vont mourir sous les coups ennemies, ça va me faire moins de travail à la fin.]

Après deux heures de course non stop, j’arrive près de trois Reniés.

« Arrête-toi là ! »

Je m’arrête soudainement et vois le Renié du milieu se retourner.

« Tu es là pour quelle raison ? »

C’est Vastr le chef, l’autorité la plus puissante des Reniés

« On m’a envoyé ici pour vous aider. »

« On n’a pas besoin d’aide, casse-toi. »

[Putain, mais quel emmerdeur, lui. Je vais t’accompagner même si je dois te lécher les bottes, petit con.]

« On a besoin d’aide tu sais, pas besoin de la rejeter quand elle vient à nous. »

La Reniée qui vient de parler, c’est Roosa. Elle est le bras gauche de Vastr et elle est totalement plus douce que lui.

« Il peut nous être utile avec les objets divins qu’on va récupérer, surtout quand on va rencontrer Dionysos et Bacchus. »

Celui qui vient de parler et qui est entrain de baver est Zuiiz, un Renié qui est le bras droit de Vastr, il pourrait faire facilement le double de mon poids et son ventre est… gros…

« Ok, vous avez gagné, tu nous suis mais tu nous fais pas chier… Zuiiz, tu veux encore boire après tout ce que t’as bu ? »

Les trois se retournent et commencent à marcher.

« Tant que je suis pas KO ça me suffira jamais. »

« Je sais, je sais, aller commençons à courir. »

Ils commencent à courir, bien sûr, je les suis à la trace, faudrait quand même pas que je perde mes boucliers vivants.

« Merde… C’est pas Dionysos ou Bacchus… »

Surpris, je me décale sur le côté et vois deux divinités.

« Rester sur vos gardes. »

Vastr a raison, ces divinités sont peut-être pas axées sur la guerre mais elles ne sont pas plus faible que les autres.

Soupir

« Quel dommage, j’aurais souhaité ne pas me salir la nuit ou je dois donner l’opulence aux mortels. »

Chandra est une divinité lunaire. Il est une des neuf planètes déifiées et le dirigeant des étoiles dans l’hindouisme.

« Je le conçois, mais faut savoir se salir les mains pour une paix durable. »

Amaterasu est une divinité solaire. Elle serait l’ancêtre de tous les empereurs du Japon, selon le shintoïsme.

« Roose et Zuiiz, vous vous en occuper pendant que je vais voir les trois grands dieux. »

« Ok, chef. »

« Ok, et de toute façon je serais quand même rester car ils vont me le payer de ne pas avoir ramener l’un des dieux du vin. »

« Toi, le chieur, tu me suis. »

Je hoche de la tête et le suis.

[Putain, il est le premier que je vais tuer.]

On contourne les divinités et on part en laissant Roose et Zuiiz contre eux.

« Tu as intérêt à me suivre ou je te laisse crever. »

« Oui, oui… »

[Je risque de le tuer avant l’objectif, s’il continue. Je vais devoir revoir la fin du plan.]

Au bout d’un moment, il ralenti et me parle.

« Toi… »

Il se retourne et me fait face.

Regard noir

[Hmm ?]

« Selon mes calculs, il ne devrait avoir aucun survivant dans les premières lignes. »

Une lumière sort de ses mains. Un fusil de chasse à trois canons se matérialise dans celles-ci et il me vise avec.

« Donc… je tire ou je tire ? »

Un silence s’installe entre nous deux.

[… Cool, je peux le tuer plus tôt que prévu.]

Et je viens le briser.

« Heuu… Tire pas ? »

De la brume noire commence à sortir de tout mon corps et m’enveloppe complètement.

« Je tire. »

Pan

Il tire sur moi. La balle s’arrête sur la fumée.

« Ça va me faire mal si tu continues à me tirer dessus… Ça va être embêtant pour moi, tu sais. »

Il lève un sourcil et le baisse tout de suite après.

« Tu vas me faire chier jusqu’au bout, traître ? »

La fumée se dissipe, la balle atterrit dans ma main droite grâce à un reste de fumée.

« Je sais pas si c’est vraiment moi le traître ou les dieux… »

Je regarde ma main et l’ouvre, la balle qui n’avait plus de douilles, maintenant elle en a une noire avec des veines rouges.

Je lui montre la munition.

« Elle est pas plus jolie comme ça ? »

Il me regarde avec un visage choqué.

Je colle l’arrière de la munition au bout de mon index et je le vise en formant avec ma main un pistolet.

Il commence à faire une roulade sur le côté.

« Si je Bang, ça fait ? »

Pan

La munition explose.

Il n’y a pas de balle qui sort mais de la fumée sort dans tous les sens.

Il se relève de sa roulade et regarde dans la direction de la fumée.

« Un leurre ? Il s’enfuit ? »

Vastr se relève et regarde autour de lui, son fusil à la main.

Clac

Un claquement de doigt se fait entendre…

Normal, c’est le mien.

Il se retourne et il tire dans ma direction.

Pan

« HAAA ! Putain ! »

Vastr est au sol en se tenant le ventre.

« Ça va ? Je pense que j’aurais vraiment dû me prendre le tire à ta place… »

« Ferme-la ! »

Je récupère son fusil qu’il a fait tomber.

« Un si beau bijoux, si j’avais pas tordu le canon j’aurais pu l’utiliser. »

Aah !

« Bras droit et gauche se font attaquer par deux divinités, qui reste en vie ? »Je me tourne vers lui.

« Tu veux proposer une réponse ? »

Je touche son ventre avec le manche du fusil.

AAAh !!!

« Rooh, pas besoin de bouder. »

« Espèce d’enculé ! »

« … Tu en deviens chiant. »

Je remets le canon droit et vise Vastr avec.

« Un mot à dire sur ta mort ? »

« Va crever, traite ! »

Soupir

«  “Va crever, traite” comme épitaphe, c’est… pas sexy. »

J’appuie sur la détente.

Pan

« Pas cool comme mort mais ça fait une chair à canon en moins dans le plan. »

Je me gratte la tête.

« Fait chier, je dois revoir mon plan. »


Sommaire | Chapitre Suivant

Publicités

3 commentaires sur “Numéro 0 : Chapitre Premier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s