JIM – Chapitre 51 : Pi-raterie

Auteur : Vhail
Check : Miss X


Deuxième chapitre de l’arc 3 de JIM. Je commence à ne plus rien avoir à dire dans ce mot de l’auteur. La suite la semaine prochaine sans faute. Bonne lecture.


 

Clément ne savait lequel des deux vaisseaux qui le poursuivaient était le vaisseau amiral et il choisit donc un peu au hasard de se téléporter dans celui à bâbord. Il était fort peu probable que leurs poursuivant s’attendent à un abordage en bonne et due forme de sa part puisque depuis leur arrivée dans cet univers, Faé n’avait fait que tenter de les fuir.

Sa téléportation le mena dans la soute du vaisseau visé qui semblait vide au premier regard. De nombreuses caisses métalliques étaient soigneusement empilées dans la pièce où il était arrivé. Le seul défaut de son plan, qui consistait uniquement à trouver le chef des pirates et à lui faire abandonner sa poursuite, était qu’il ne connaissait pas l’agencement des lieux. Heureusement pour lui, les pirates devaient recruter souvent du nouveau personnel, conséquence des aléas pouvant s’avérer mortels de la profession, et de ce fait, il trouva un écran tactile permettant de naviguer dans un plan holographique du bâtiment afin que les nouveaux ne se perdent pas.

Le vaisseau ennemi était constitué de trois niveaux distincts, la soute dans le bas du vaisseau en dessous des quartiers de l’équipage, supportant lui-même le pont avec la salle de commandement et les autres pièces nécessaires à la navigation telle que la salle des machines, le stockage d’énergie et la cantine. Il trouva cet agencement quelque peu étrange puisque la logique voudrait que la salle des machines soit le plus loin possible du poste de commande pour éviter de tuer tous les officiers, ou à défaut ceux sachant piloter l’engin, en cas d’accident dans ladite salle des machines.

La soute était divisée en cinq compartiments distincts de tailles relativement égales et il se trouvait dans celle la plus à l’avant du vaisseau. Il remarqua grâce au plan que l’ascenseur et les escaliers qui menaient aux niveaux supérieurs du vaisseau étaient situés dans le compartiment central et il devait donc se rendre dans cette pièce. Il avança prudemment vers la pièce suivante en lançant un sort afin de repérer ses ennemis. Il en repéra deux à l’autre extrémité de la pièce et essaya d’ouvrir la porte silencieusement afin d’entendre la discussion entre eux mais elle refusa de coopérer.

Ne voulant pas faire usage de la magie pour ne pas être repérer par les deux malandrins, il chercha un autre moyen de passer dans l’autre pièce. Son sort de détection ne dégageait que peu de magie et donc il était certain que ce sort ne l’avait pas fait repérer. Vers le fond de celle-ci, il trouva l’entrée d’un conduit d’aération bouché par une grille. Il décrocha l’obstacle et commença à se faufiler dans le conduit. Tout en rampant, il cherchait le moyen de se sortir de cette poursuite sans allonger la liste de morts à son actif déjà bien trop longue à son humble avis. Il arriva vers une seconde grille qui donnait directement au-dessus des hommes dont les armes étaient posées non loin d’eux. Leurs voix parvinrent enfin à ses oreilles.

« Non, si tu consomme de la marchandise, je ne te couvre pas. Tu sais très bien ce que tu risques si tu te fais chopper. » dit le premier en regardant son acolyte affairé à tenter d’ouvrir l’une des caisses de la pièce.

« Aller quoi, même si tu n’en veux pas, tu peux au moins me faire cette faveur. On est les seuls à accepter de transporter leur drogue, ça peut bien nous donner quelques avantages. » rétorqua le deuxième.

« Si tu te retrouves en overdose à perdre le contrôle de ta magie, ne compte pas sur moi pour te sauver. » le prévint l’autre. « Ils ont supprimés tous leurs concurrents sur leur planète, ce n’est pas pour laisser des personnes mettre en danger leur business de l’intérieur. »

En écoutant leur conversation, Clément comprit que la cargaison était la drogue dont il devait arrêter le trafic et décida d’abandonner sa résolution de ne faire aucune victime. De son point de vue, les personnes qui transportaient de la drogue ne valaient pas mieux que ceux qui la produisaient et ceux qui en vendaient. Ils profitaient tout autant que les autres de la faiblesse de leurs acheteurs et de leur dépendance.

L’homme qui s’affairait à ouvrir la caisse eut la surprise, de courte durée, de se prendre une grille d’aération sur le coin du crâne accompagnée d’une lame de katana qui se planta dans son épaule, le clouant au sol. Son allié n’eut pas le temps de réagir avant que Clément ne lance un sort qui l’immobilisa et l’empêcha de parler.

« Loin de moi l’idée de vous déranger dans vos petites affaires mais j’aurais besoin de quelques renseignements. » dit-il, rompant quelque peu avec la tension de la situation.

Un seul des deux pirates pouvait lui répondre puisque l’autre était sous lui, assommé par la chute de la plaque.

« Un seul avertissement, je vais relâcher mon sort qui t’empêche de parler. Si tu tentes de hurler ou d’appeler à l’aide, je te brise la nuque. Et n’espère pas joindre tes amis par télépathie, j’ai bloqué les communications de ce type. » continua Clément.

Le regard de son prisonnier lui indiqua qu’il avait tenté de le faire et lui confirma qu’il avait bien fait de lancer ce sort aussi.

« Première question, comment puis-je accéder à votre chef ? Deuxième question, quelle est l’étendue de l’organisation qui produit la drogue ? Et enfin, pourquoi avez-vous tenté d’attaquer mon vaisseau plus tôt ? » demanda-t-il en annulant son sort de silence qui bâillonnait le pirate.

Le pirate resta silencieux, refusant de répondre à ses questions. Il retira alors vivement son katana en lui faisant effectuer un arc de cercle, sectionnant de ce fait le bras du pirate assommé qui se réveilla sous le coup de la douleur. Sa bouche s’ouvrit pour hurler de douleur mais aucun son ne sortit, empêché par le sort de silence de Clément alors qu’il se vidait de son sang.

« La prochaine fois c’est pour toi. Décidé à parler ? » s’enquit Clément.

« Je ne crains pas la mort, je suis un pirate. Ça fait partie de mon choix de vie et je ne vais pas renier ça pour sauver ma peau en vendant mes camarades et mon chef. » répondit l’autre.

« Pourtant, au vue de tes propos un peu plus tôt, tu sembles tenir à la vie. Tu voulais même protéger ton pote. » tenta d’argumenter Clément.

Son interlocuteur déglutit difficilement, comme s’il avait tenté de se convaincre qu’il pouvait sacrifier sa vie pour les autres pirates.

« Notre chef est sur l’autre vaisseau. Il y a une télécommande qui permet de vous téléporter directement dessus dans la salle de commandement. Pour l’organisation je n’en ai aucune idée, on fait juste le transport et on ne s’occupe pas du reste. Et on a attaqué ton vaisseau parce qu’on est de pirates. » finit-il en rigolant d’un rire forcé.

Clément resta pensif un court instant en essayant d’évaluer si l’homme était sincère puis jugea que ce devait être le cas et l’assomma donc sans sommation. Il regarda l’autre pirate à côté dont le sang formait une mare au sol qui grandissait à présent bien moins vite qu’au début. Il récupéra le corps de son informateur et l’emmena dans une des capsules de sauvetage qui se trouvait dans la pièce centrale avant de l’éjecter du vaisseau. Aussitôt, l’alarme du vaisseau se mit à retentir à travers les coursives et il commença à entendre des bruits de cavalcade précipitée qui se rapprochaient de plus en plus.

Il prit l’ascenseur sans se presser, évitant de ce fait tous les pirates qui se dirigeaient vers la zone et monta vers la cabine de commandement. L’ascenseur le fit déboucher dans la cantine. Son sort de détection toujours actif, il repéra qu’une seule personne se trouvait dans la pièce et, en synchronisant son attaque avec l’ouverture de la porte de l’ascenseur, il cloua le pirate au mur de la pièce en le transperçant d’un pic de glace en pleine poitrine.

Il raffermit sa prise sur son katana et se dirigea d’un pas décidé vers le poste de commandement. Il fit exploser la porte qui fut soufflée vers l’intérieur, fauchant sur son passage un des membres de l’équipage. Il restait seulement cinq personnes dans la salle et Clément profita de leur seconde d’hésitation pour supprimer celui qui était le plus proche de la porte par laquelle il était arrivé. Il remarqua du coin de l’œil une des personnes attraper vivement une télécommande, se précipita sur lui pour lui couper la main et mettre le grappin dessus. L’homme s’effondra en tenant son moignon dans sa main libre.

Deux des hommes restants tirèrent leurs armes de leurs fourreaux tandis que l’autre commençait à incanter un sort. Ses marmonnements s’interrompirent subitement lorsque le katana de Clément se planta dans son crâne. Il se précipita sur l’un des deux restants, évita son tir de pistolet et le déséquilibra pour finalement l’abattre avec sa propre arme. Le dernier mit en joue Clément qui bloqua les tirs avec un bouclier de lumière qui aveugla son opposant qui, désorienté, fut facile à terminer. Il récupéra son arme, laissant le dernier adversaire se vider de son sang par son bras amputé et décrocha le câble qui était accroché à son vaisseau. Il prit la direction de la salle des machines où il plaça un cercle magique sur ce qui lui semblait être le moteur de l’appareil puis appuya sur le bouton de la télécommande qu’il avait en main après avoir préalablement incanté un bouclier. Grand bien lui en prit puisqu’il se rematérialisa dans l’espace entre les deux vaisseaux pirates.

[Si je le retrouve, il va me le payer.] pesta-t-il en injuriant intérieurement le pirate qu’il avait épargné.

Un rayon magique le cueillit et il fut rapatrié par Faé à l’intérieur de son vaisseau. Il réduisit en pièces la télécommande et remercia Faé.

« Tu comptes faire quoi pour l’autre vaisseau ? » s’enquit-elle.

« J’ai quelques questions à poser à leur capitaine mais il va subir le même sort que les deux autres. » répondit-il.

A ses mots, le vaisseau qu’il venait de quitter fut secoué par des explosions internes. Sa coque résista un peu avant que des brèches n’apparaissent puis qu’il se désagrège, exposant ses occupants au vide de l’espace et condamnant ceux qui ne possédaient pas de magie à une mort certaine. Les autres ne furent pas secourus par le deuxième vaisseau et condamnés par leurs camarades de piraterie. La force de traction avait grandement diminué du fait que seul un vaisseau restait pour s’opposer à leur avancée. Clément se posa un instant pour se reposer et régénérer sa magie avant de prendre d’assaut le deuxième vaisseau.

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

7 commentaires sur “JIM – Chapitre 51 : Pi-raterie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s