Sîn – Chapitre 5

Auteur : Lux Lewin
Check : Impasseteur et Yurane


Au programme de ce chapitre : Aleth va faire la rencontre de l’ennemi le plus puissant qu’elle ait jamais connue. Les amateurs d’action ne seront pas déçus… Je tiens également à remercier ce cher Impasseteur pour son check rapide, furtif et efficace ainsi que Yurane pour ses commentaires et ses checks.


Une puissante explosion déchira le silence de l’aube. Aleth se réveilla en sursaut et sentit la froide morsure significative de l’ombre dans son dos.

Des coups de feu et des cris suivirent les derniers échos de la déflagration. Encore un peu hébétée, il lui fallut encore quelques secondes pour comprendre ce qu’il se passait.

Une fois ses sens réveillés, Aleth accrocha à son cou d’un geste vif la cape qui lui servait de drap avant de se saisir de son pistolet et de sa rapière.

La jeune fille étant habituée aux évacuations d’urgence, elle était déjà prête à partir quelques secondes plus tard.

Elle entendit alors des bruits de pas en direction de l’entrée. Ils étaient très discrets et elle n’aurait sûrement rien remarqué si ses sens n’étaient pas stimulés par l’ombre.

À pas de loup, la jeune fille arpenta silencieusement les rayons, profitant de chaque recoin pour effacer au maximum sa présence.

De minces rayons de lumière écarlate traversaient la vitre et se reflétaient sur les casques blancs qu’arboraient les huit soldats Ûriens qui l’attendaient à la sortie.

Ils semblaient eux aussi avoir été surpris par l’explosion et n’avaient visiblement pas encore remarqué sa présence. L’un d’entre eux avait posé un genou au sol et sa main droite était plaquée contre le casque entourant sa tête.

La jeune fille en déduisait que cette explosion n’était pas prévue dans leur opération et qu’ils étaient en attente de nouvelles instructions. Mais dans la panique, ils avaient visiblement oublié qu’un tel bruit allait forcément réveiller leur cible.

Une légère brise souffla à travers le trou de la vitre, faisant s’entrechoquer les poutres métalliques qui étaient suspendues au dessus de ses adversaires.

Un des soldats tourna la tête et aperçut la jeune fille. Mais c’était déjà trop tard. Il eut à peine le temps d’avertir ses coéquipiers qu’Aleth avait déjà tiré sur le câble retenant les poutres.

Un énorme fracas retentit à travers le bâtiment tandis que ses assaillants se faisaient broyer par d’énormes morceaux de ferraille.

La jeune fille n’eut pas une once de compassion en voyant les horribles cadavres transpercés de toutes parts qui gisaient en face d’elle. Elle n’en eut pas non plus en voyant le soldat-radio encore vivant, dont le bas du corps était resté piégé, se tortiller avec une douleur non dissimulée.

Elle se contenta de l’achever d’une balle dans la tête alors qu’il tentait de se saisir de son arme pour la tuer et s’engouffra par le trou de la sortie.

Le soleil faisait face à Aleth, l’obligeant à placer sa main en guise de visière. Mais à cause de cela elle ne vit qu’au dernier moment une balle qui fusait devant elle. Aleth esquiva mais le projectile érafla méchamment sa joue.

Stimulée par l’ombre, sa vision lui permit de remarquer un homme allongé dans le bâtiment en face. Le long canon de son fusil était pointé dans sa direction et n’attendait que d’achever sa cible.

Aleth visa et tira mais aucune balle ne sortit. L’écho mécanique lui indiqua que son arme était enrayée. Aleth jura et balança le pistolet avant de foncer vers l’escalator.

Le sniper tira une deuxième fois, toujours sans aucun bruit, mais la manqua de justesse. Elle manqua de peu de trébucher devant l’escalator mais réussit à se rétablir à temps pour esquiver les tirs d’un autre soldat Ûrien posté en contrebas.

D’un geste précis, Aleth dégaina sa rapière et sauta sur la rampe de l’escalator. Ses capacités décuplées par l’ombre, elle entamait une descente à un rythme si effréné qu’un sprinteur de haut niveau aurait eu du mal à la suivre.

Les balles avaient beau fuser devant elle, aucune ne la touchait, ses gardes étant effectuées avec une précision effrayante.

Arrivé à la moitié de la descente, Aleth profita de son positionnement par rapport au soldat et bondit, l’épée pointée droit devant.

La pointe de la lame perça facilement la poitrine de ce dernier qui bascula en arrière, amortissant ainsi le saut de la jeune fille.

Accroché à la ceinture du corps, elle eut le plaisir de trouver un pistolet du même modèle que celui qui lui avait fait défaut. Il n’y avait pas de traceur dessus, c’était étrange mais elle n’avait pas le temps de s’en soucier davantage, le sniper derrière elle était sûrement déjà en train d’appeler des renforts.

De rapides coups d’œil autour d’elle lui indiquèrent l’absence d’autres ennemis. L’ombre toujours déployée, elle analysa les différentes sorties qui s’offraient à elle.

Hors de question de passer par l’entrée principale, trop évident pour l’ennemi. Il ne restait que les portes au bout des deux couloirs. D’après la pancarte, celle de gauche menait au parking souterrain et celle de droite directement à l’extérieur.

Aleth choisit le souterrain et traversa le couloir en courant lorsqu’elle entendit un énorme bruit sourd qui semblait provenir de devant elle. Elle s’arrêta et envisagea de faire demi-tour lorsque la porte vitrée en face d’elle se brisa dans un énorme bruit.

Sérieusement ?!

Devant ses yeux ébahis, un monstrueux blindé acheva de passer par l’ouverture improvisée qu’il s’était créée. Son canon pointait déjà droit devant et il n’attendait que de faire feu sur elle.

Face à ce monstre, elle n’avait qu’une seule option, la fuite. Aleth fit rapidement volte-face et prit le départ le plus rapide qu’elle ait jamais faite.

Ses jambes douloureuses lui rappellèrent vite l’effort de la veille, mais elle ne pouvait que les ignorer, sa vie en dépendait.

Même concentrée sur sa course, elle ne put résister à la tentation de jeter un coup d’œil par dessus son épaule. Le blindé se rapprochait dangereusement, elle était maintenant à portée de tir mais le canon de l’engin restait silencieux.

Un problème technique peut-être ? En tout cas, ce n’était pas elle qui allait s’en plaindre. Un peu plus rassurée, la jeune fille tourna la tête. Un rayon de soleil vint se refléter en plein dans ses yeux et elle faillit rater la porte devant elle.

Les réflexes et mouvements améliorés par l’ombre, elle réussit à tendre ses bras en face d’elle et poussa violemment la porte tournante. Mais contrairement à ce qu’elle pensait elle était loin d’être sortie d’affaire.

Posté devant un autre blindé, un homme grand et musclé, aux longs cheveux bouclés noirs, lui faisait face. Il ne portait pas de casque, c’était inhabituel pour un soldat.

Aleth eut un frisson lorsque ses yeux gris comme l’acier croisèrent son regard. Elle sut à cet instant que cet homme n’avait rien à voir avec tous les soldats qu’elle avait jusqu’à présent affrontés. Son instinct lui disait que cet homme était dangereux et qu’il ne fallait absolument pas l’affronter. Mais lui tourner le dos n’était pas forcément une bonne idée non plus. Que faire ?

Tue-le !

L’ombre derrière elle s’intensifia. Sa voix semblait résonner à travers l’ensemble de son corps. Ce n’était plus une froide morsure mais un feu qui embrasait l’ensemble de son être.

Tue-le !

Elle n’avait pas besoin de fuir, il suffisait juste de se débarrasser de l’obstacle en face d’elle. C’était la meilleure chose à faire, l’ombre avait raison.

L’homme sortit d’un geste vif un pistolet de sa poche et visa sa tête. Un simple pas de côté permit à la jeune fille d’éviter les projectiles.

Aleth riposta et visa à son tour le grand homme en pleine tête, mais, d’un mouvement de son bras droit, il déploya devant les yeux ébahis de la jeune fille, une brume d’un blanc immaculé. Les balles s’arrêtèrent net en rencontrant ce qui semblait être une ombre similaire à la sienne, et tombèrent au sol, comme si un solide mur se dressait face à elle.

Tue-le !

Tue-le !

Oubliant toute notion de prudence, Aleth fonça sur son adversaire et lui asséna un puissant coup de taille au niveau du ventre. La lame de l’épée ricocha violemment contre la brume blanche qu’il avait une nouvelle fois déployée.

Tue-le !

Un puissant sentiment de rage lui tiraillait l’estomac, sans pour autant qu’elle en reconnaisse la cause.

Profitant de sa garde brisée, l’homme à l’ombre blanche avait d’un geste, avec une vitesse similaire à celle d’Aleth, pointé son arme en sa direction.

Aleth baissa la tête au moment même où il appuya sur la gâchette. La balle siffla juste au dessus d’elle alors qu’elle se ruait sur son adversaire, bien décidée à en découdre.

La jeune fille se sentait plus puissante que jamais, l’ombre qui jaillissait de son dos était comme sur le point d’exploser et elle avait du mal à la réfréner.

Cette fois, ce n’est pas un seul coup qu’elle lui porta mais une série, exécutée à une vitesse qu’il n’était pas censé pouvoir suivre. Mais son adversaire para chacun de ses coups à l’aide de son mystérieux bouclier d’ombre blanche.

Ce n’était cependant pas terminé. La jeune fille avait bien intégré dans sa stratégie d’attaque cette éventualité et lui asséna un coup au niveau du genou droit, l’obligeant à abaisser son bras afin de le parer. Mais au dernier moment, elle stoppa son attaque et, d’un geste fulgurant, saisit de son arme de la main gauche.

Surpris, le soldat ne put réagir à temps alors qu’elle lui assénait un coup d’estoc au niveau de la poitrine. Mais au moment même où la lame de l’épée allait pénétrer sa poitrine, l’impossible arriva. La brume se déploya à une vitesse dépassant la perception de la jeune fille et se plaça dans le petit interstice qu’il restait entre la rapière et sa cible.

Ce n’était pas l’œuvre de son adversaire, elle en aurait mis sa main à couper. La brume s’était déployée toute seule, sans qu’il n’esquisse le moindre geste de son bras, comme si elle était douée d’une conscience propre.

Le choc fut si violent que le bras d’Aleth fut violemment repoussé vers l’arrière, faisant basculer son buste dans la même direction. La jeune fille contracta les muscles de ses jambes pour se retenir mais c’était déjà trop tard.

Son adversaire avait tout le temps de lui tirer dessus sans qu’elle soit en mesure de répliquer et il n’allait sûrement pas gâcher cette opportunité unique.

Mais l’homme à l’ombre blanche n’appuya jamais sur la détente. Un petit missile provenant de derrière elle, manqua de peu de la toucher avant de s’écraser contre le blindé situé derrière son adversaire.
Aleth se tourna vers l’arrière afin d’atténuer les effets de la déflagration. Un puissant sifflement perçait ses tympans mais à part ça, elle avait été épargnée par le projectile.

Un rapide regard en arrière lui rappela la présence du blindé. Focalisée sur le soldat ûrien à l’ombre, elle avait négligée qu’un engin militaire se trouvait juste derrière elle. Elle ne faisait jamais ce genre d’erreur d’habitude, que lui arrivait-il ?

Mais le blindé ne lui avait pas tiré dessus, et même si son canon était détraqué, il pouvait visiblement encore tirer des missiles. Pourquoi ne pas l’avoir achevée avant qu’elle ne sorte du centre commercial ?

Elle ne voyait que deux hypothèses. Soit le pilote était vraiment mauvais ; un soldat ne sachant pas piloter l’engin qui aurait voulu tenter le tout pour le tout pour accomplir sa mission par exemple, soit c’était un allié.

Étant habituée à la précision et à la rigueur extrême dont les forces ennemies faisaient preuve, la deuxième hypothèse semblait plus probable aux yeux de la jeune fille. Et quels que soient les motivations de ce pilote envers elle, Aleth ne pouvait que s’en réjouir.

Le moteur de l’engin vrombit et le véhicule se mit à foncer sur Aleth. Elle s’apprêtait à esquiver lorsque le blindé effectua un magnifique dérapage contrôlé avant de s’arrêter juste devant elle. La portière du côté passager s’ouvrit dans un geste mécanique et elle fut ravie de voir le visage du pilote.

— Monte, vite ! lui ordonna Liz.

Un puissant cri de rage s’éleva dans le dos d’Aleth. Ce qu’elle vit en jetant un regard par dessus son épaule, la terrifia. L’homme s’était relevé et à l’image de son visage déformé par la rage, son ombre jaillissait comme un feu sauvage et indomptable.

Mais le détail qui la marqua le plus, était les trois gueules en forme de loup qui émergeaient de cette dernière. Elles semblaient prêtes à attaquer à tout moment.

Bientôt, un sentiment bien différent de la rage qui l’animait prit place dans son esprit : la peur. Son instinct de survie avait désormais pris le dessus et il lui disait qu’elle ne pouvait pas vaincre cet homme.

— Ne reste pas planté là, monte ! lui ordonna Liz, sur un ton nerveux.

Aleth n’hésita pas une seconde de plus et bondit sur le siège en cuir. Liz enclencha un des nombreux boutons sur son tableau de bord et la portière se referma aussitôt.

La jeune femme lui ordonna ensuite d’attacher sa ceinture en désignant l’objet situé au niveau de son cou. Aleth s’exécuta sans discuter et tira la sangle comme si sa vie en dépendait, ce qui était peut-être une fois de plus le cas.

Une fois le mécanisme enclenché, Liz écrasa la pédale de l’embrayage et fonça en direction de l’entrée de la ville. Par le rétroviseur, elle vit l’homme ne devenir qu’un petit point qui finit par s’effacer.

Ses paupières devinrent subitement lourdes. Son corps lui faisait payer l’effort intense qu’elle venait de lui faire subir. Ajouté à son niveau de stress qui retombait d’un coup, elle ne put résister plus longtemps au monde des rêves.

— Liz… Mer…

La jeune fille n’acheva jamais ses remerciements et s’endormit.

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

2 commentaires sur “Sîn – Chapitre 5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s