PC#1 – Chapitre 10 : Rédemption

Camilla suffoquait, la chaleur émanant des colonnes des flammes qui jaillissaient du sol se faisait insoutenable. Cette salle du donjon était littéralement un enfer et la princesse aînée d’Atmos avait hâte de rejoindre la sortie.

Mais il fallait déjà la trouver cette sortie. Cela faisait bientôt une heure qu’Ezam et les golems allaient et venaient, examinant chaque paroi du temple à la recherche d’un moyen de sortir de là, mais sans résultat.

“Vous verrez votre altesse, ils sont équipés des meilleures technologies de notre royaume” lui avait assuré le chancelier royal.

La princesse commençait sérieusement à en douter. Plusieurs fois durant leur périple, ils avaient cessé de fonctionner, mais heureusement pour eux, jamais lors d’une situation critique.

Car ils prenaient beaucoup de temps pour redémarrer et, même si elle savait que ce n’était pas la faute d’Ezam, Camilla n’avait ni la patience, ni la capacité d’attendre plus longtemps. Chaque seconde passée, mettait un peu plus en danger sa sœur, et elle ne savait pas comment elle réagirait face à la perte de la seule personne qui comptait encore pour elle.

Camilla sentit une main se poser sur son épaule. Fine et douce, elle était à l’image de sa propriétaire, Rehna. Loin de la réconforter, cette action eut pour effet d’augmenter l’exaspération de la jeune fille.

Et pour cause, la princesse aînée d’Atmos portait pour la commandante de la garde royale un dégoût bien prononcé.

Contrairement à sa sœur elle avait bien vue comment elle regardait son père à chaque fois, comment toutes ses actions avaient pour but de s’attirer ses faveurs, de lui montrer à quel point elle lui était indispensable.

Avec son incapacité à sauver sa sœur, Camilla pensait que la chef de la garde royale serait exécutée de suite, mais non, son père lui avait donnée une autre chance, ce qu’il ne faisait jamais d’ordinaire.

Camilla soupçonnait son père de ne pas être insensible au charme de la jeune femme. Elle était certes, très belle avec son visage symétrique, ses formes plantureuses et sa chevelure soyeuse, mais la beauté ne faisait pas d’elle une bonne épouse, encore moins lorsqu’il s’agissait de celle de l’illustre roi Atmos.

La jeune femme avait très vite su s’attirer l’affection de Pelagia, passant même beaucoup de temps à jouer avec elle mais sa pauvre sœur n’avait pas vu qu’elle profitait juste du décès récent de leur mère.

Cet événement avait profondément marquée les deux sœurs, surtout Pelagia du fait de son jeune âge. Personne ne remplacera jamais sa mère pour elle, personne ne pouvait égaler la reine Mariam d’Atmos, la lueur d’intelligence et de sérénité qui émanait de ses yeux était sans pareille.

D’un geste brutal, la jeune fille dégagea la main de la femme sur son épaule et se dirigea vers Ezam. Accroupi, le jeune garçon examinait le mur central de la pièce où était gravé un magnifique phœnix.

La princesse éprouvait pour cet ingénieur de génie reconnu dans tout le royaume une forte sympathie. Il avait le mérite de ne pas céder à l’orgueil, et ne s’attribuait jamais les mérites de ses travaux, préférant parler de “travail d’équipe” .Mais surtout, et contrairement à Rehna, il savait rester à sa place, un trait de caractère qu’elle appréciait par-dessus tout.

Le jeune garçon savait de surcroît lire le Sherat, compétence forte utile dans cette situation et qui faisait une fois de plus lacune à Rehna, elle qui possédait une éducation si irréprochable.

Remarquant la nervosité du jeune ingénieur, la princesse aînée d’Atmos ne put s’empêcher de lui demander ce qui n’allait pas.

« Je… Je crois que j’ai trouvé un moyen de sortir, mais… dit-il, à mi-voix

— Mais quoi ? lui demanda la princesse, d’un ton strict.

Le jeune garçon passa nerveusement sa main dans ses cheveux couleur de jais avant de répondre.

— Il y a une sorte de rituel qui est décrit ici… Vous voyez ce brasero géant ? dit-il en pointant le centre du temple.

Camilla suivit son doigt et remarqua l’énorme récipient en or duquel jaillissait une imposante colonne de flamme. Elle nota également qu’un phœnix, le même que sur la paroi qu’Ezam déchiffrait, y était gravé.

La princesse se retourna vers l’ingénieur afin qu’il poursuive ses explications.

— Eh bien… C’est une sorte d’autel de sacrifice, dit-il d’une voix tremblante.

— Venez en au fait, Ezam… dit la princesse sèchement.

Le jeune garçon déglutit et repassa nerveusement sa main dans ses cheveux.

— La porte ne s’ouvrira pas tant que le phœnix n’aura pas eu son sacrifice, cela signifie que l’un de nous doit servir d’offrande, acheva-t-il difficilement. Mais il doit y avoir un autre moyen, s’empressa-t-il d’ajouter, je dois juste chercher un peu plus.

— Nous n’avons pas ce luxe Ezam, rappelle les Golems, je vais procéder à la sélection.

Le jeune garçon acquiesça d’un air apeuré, mais il n’avait rien à craindre, le regard de la jeune fille n’était pas dirigé vers lui mais sur Rehna.

Camilla envoya un message mental aux différents gardes royaux disséminés à l’intérieur du temple afin qu’ils se rassemblent au plus vite. Une fois fait, la jeune fille prit la parole.

— Nous avons trouvé une sortie, mais pour cela l’un de vous doit mourir mes chers soldats, dit-elle d’un ton le plus solennel possible.

Des regards inquiets traversèrent le petit groupe composé d’une trentaine de soldats. Ils savaient qu’ils n’avaient pas leur mot à dire, la marque du papillon présente sur eux les rendait manipulables à souhait.

— Le phœnix demande un sacrifice, nous nous séparerons donc de dame Rehna dit-elle en prenant bien soin d’observer la réaction de cette dernière.

Cette dernière se fit au-delà de ses espérances, la jeune femme exprima un fort sentiment d’incompréhension. Camilla sourit intérieurement, parce qu’elle était la chef des gardes royaux, elle se croyait au-dessus des autres sûrement.

— À mes yeux, il est tout à fait légitime que dame Rehna répare l’erreur pour laquelle nous risquons aujourd’hui nos vies » dit-elle simplement, de façon à s’attirer l’opinion du groupe de soldats.

La jeune femme tenta de se défendre mais la princesse lui donna mentalement l’ordre de se taire.

Tu as deux choix, Rehna : Tu peux sauter de toi même dans ce brasier afin de nous ouvrir et ainsi t’offrir une mort honorable ; ou bien je peux utiliser ce pouvoir qui est mien pour te forcer la main, et ainsi entacher le nom de la Famille Semirat à jamais. Nous savons toutes les deux quelle est la meilleure solution.

Rehna sachant pertinemment que la princesse ne lui accordait que peu de temps pour faire ses adieux, ces derniers furent brefs et chargés en émotions pour la plupart.

La jeune femme était un leader très respecté de la garde royale et contrairement à ce que pensait la princesse, il semblerait que l’attaque du convoi n’ait pas une seule fois remis en question ce statut chez les soldats.

Raison de plus pour se débarrasser d’elle maintenant, Camilla refusait que son père puisse lui accorder son pardon, elle ne le méritait sûrement pas.

Les derniers adieux achevés, Rehna s’avança d’une démarche fière et assurée vers le brasero. Il ne lui restait plus que sa fierté, et elle semblait bien décidée à la conserver jusqu’au bout.

La plupart des soldats fermaient les yeux lorsque la jeune femme entra sans hésitation dans le brasier. Elle ne cria pas non plus une seule fois de douleur, même si Camilla pouvait entendre les hurlements de son âme à travers ses pensées.

La chef de la garde royale finit par se consumer entièrement, ses cendres tombaient pour rejoindre l’amas au niveau inférieur du brasero.

Les gardes royaux croisèrent leur bras au niveau du cœur afin de rendre un dernier hommage à celle qui était leur leader. Camilla n’esquissa elle pas un seul geste pouvant honorer la jeune femme.

Les murs du temple se mirent alors à trembler et le phœnix gravé sur la stèle centrale du temple se mit à scintiller d’une lueur écarlate. Un intense flash lumineux aveugla la jeune fille et le temps qu’elle réouvre les yeux, le décor devant elle avait radicalement changé.

Elle n’était plus à l’intérieur du temple, mais posté sur un plateau rocheux. En contrebas une luxuriante forêt s’étendait.

« C’est incroyable… » dit Ezam, stupéfait

Surprise, la princesse se retourna et constata que l’ensemble du groupe se tenait à ses côtés, au détail près qu’il manquait les golems.

On peut vraiment pas se fier à la technologie… pensa-t-elle, amèrement

L’appareil électronique d’Ezam émit alors un bip sonore. Ce dernier s’empressa de se saisir de la sonde qui y était reliée par un tube caoutchouteux et parcourut la zone en contrebas.

« Eureka ! Je l’ai trouvée ! dit-il, surexcité

— Elle est dans cette forêt ? demanda la princesse

— Oui, et plus précisément dans ce temple dit-il en désignant l’immense bâtiment se dressant au centre de la forêt.

La technologie n’a pas que du mauvais finalement, songea-t-elle

La jeune fille ordonna qu’on prépare immédiatement la descente et nomma Logan, un soldat aussi rusé que discret comme nouveau chef de la garde royale.

Elle jeta ensuite un regard au temple où était supposé se trouver sa sœur.

J’arrive Pelagia, ton cauchemar est sur le point de se terminer.


Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s