Soul Olympia Burst: Chapitre 11

Auteur : Griffpm
Check : Yurane


Bon bah voilà le chapitre 11, Bonne lecture !


Après avoir soigné la blessure d’Athéna, Paul et elle partirent en direction de son village. Au fur et à mesure qu’ils s’éloignaient de la montagne, ils rencontrèrent de plus en plus de bêtes spirituelles ce qui rendit Long curieux. Son amie lui expliqua qu’une certaine bête avait fait de la montagne son domaine et que rien ni personne n’osait s’en approcher si ce n’est les membres de sa famille qui avaient passé un contrat avec cet être, il y a de cela plusieurs siècles, leur permettant d’entrer sur son territoire.

Le trajet dura deux jours, la nuit étant utilisée par Paul pour acquérir les bases du contrôle de son énergie mentale et préparer l’obtention de son art spirituel tandis qu’Athéna se reposait.
Les deux étaient sous la garde de Shou Weilong qui scrutait les environs et effrayait les créatures qui s’approchaient d’un peu trop près avec son énergie mentale créant une sorte d’oppression qui implanter de la peur dans leur esprit.

Ils arrivèrent au village dans le milieu de l’après-midi. Les gardes avaient montré des doutes à laisser Long entrer mais la jeune fille leur expliqua ce qui s’était passé au pied de la montagne et qu’il lui avait sauvé la vie. Après avoir écouté avec attention, ils le laissèrent finalement passer.

Le village de forme ronde se propageait depuis un bâtiment circulaire, semblable à un colisé. Une population de quelques centaines d’habitants se cachait derrière les immenses remparts de pierre.
Traversant d‘Ouest en Est, une rivière faisait son chemin dans des canots en pierre qui distribuaient l’eau dans tous les recoins.
Les maisons étaient faites de brique et le sol couvert de pavé, une véritable construction de pierre et cela rendait Paul admiratif.

Après avoir passé l’entrée, les deux se rendirent à l’autre bout de la cité, traversant les nombreux ponts, tous richement décorés, montant et descendant beaucoup d’escaliers. Athéna expliqua à Long que la cité avait été construite pierre par pierre de façon très bizarre par les fondateurs, des alchimistes qui, mille ans auparavant avaient fui la société pour se regrouper dans un lieu secret afin de chercher ensemble les secrets de l’alchimie. Ils ont bâtit le monument au centre pour symboliser leur volonté et leur union et ont construit le reste autour. L’architecture de la cité était étrange et les générations suivantes ont, à plusieurs reprises, voulu changer mais les consignes de leurs ancêtres les en empêchaient et une légende prenait place à ce sujet. Il était dit que les secrets de l’alchimie étaient cachés dans les fondations-mêmes bien que, personne n’avait jamais découvert quoique ce soit.

Le temps qu’Athéna lui raconte tout ceci, il arrivèrent à destination, chez elle. C’était une pagode octogonale de quinze étages. Face à cette tour, Paul ne put être que dubitatif, une tour sans aucun autre bâtiment aux alentours, ne faisait pas partie de sa définition d’une maison. Bien que cet endroit était censé être la maison du chef du village, il n’y avait aucun garde aux alentours, aucun mur pour séparer du reste ni même de porte fortifiée, complètement à la merci de tous.
Cette demeure avait été construite ainsi par l’ancêtre direct de sa famille qui n’a jamais songé à la modifier.
Entrant à l’intérieur, Paul remarqua que la construction était entièrement faite de pierre mais des panneaux de bois décoraient les murs. Des serviteurs les accueillirent avant de les conduire au cinquième étage dans une grande pièce dans lequel un bureau de bois finement détaillé et des tapiseries de toutes les couleurs embelisaient la froideur de la roche. Un homme les attendait, il avait la quarantaine et portait de beaux habits vert.

[Te voilà enfin, ma chérie !] cria-t-il en embrassant Athéna dans ses bras.

[P-père, c’est embarrassant !]

En se dégageant de son étreinte, elle commença à lui expliquer tout ce qu’il lui était arrivé ses derniers jours en omettant quelques détails.

[Je vois… Merci beaucoup mon garçon, je ne sais pas ce que j’aurais fait si ma petite Lyly était morte.] remercia-t-il en baissant la tête devant Paul qui gêné par son action utilisa des mots comme “destinée” pour justifier son acte. Par la suite, il indiqua son intention de participer au tournoi d’alchimie en prétextant être un débutant qui cherche des occasions de s’améliorer, ce qu’il était.

Écoutant son histoire, le père accepta sans difficulté et lui offrit de le laisser rester chez lui durant toute la durée de son escale dans le village.
Le remerciant de son hospitalité, Long décida de commencer son entraînement immédiatement et fut conduit dans une chambre au quatrième étage où il s’assit en tailleur et écouta les explications de son maître.

L’énergie mentale tout comme l’énergie spirituelle est présente partout dans le monde, dans la matière sauf qu’elle n’a pas d’interaction matérielle. Elle est absorbée afin de la faire sienne, avant de la stocker entre les deux yeux, là où chacun à une sorte de petite dimension personnelle d’ouverte. Cette dimension appelée ‘esprit interne’ est aussi grande et infinie que vide et au fur et à mesure que l’énergie mentale est absorbée, elle se remplie, petit à petit comme des grains de sable qui s’empilent.
La première étape des arts mentaux est de rassembler les particules d’énergie mentale pour leur donner une forme. Il faut construire un palais où l’esprit peut se réfugier au milieu de ce vide, cet endroit est nommé ‘palais spirituel’. En son centre doit demeurer une pièce où toute l’énergie mentale absorbée après la formation du palais est accumulée.

La deuxième étape commence lorsque la pièce a suffisamment été remplie, l’énergie y est concentré en un symbole. Comparé à l’alphabet moderne et ses 31 caractères qui est le plus utilisé pour les arts mentaux à cette époque, l’écriture ancienne comporte 101 symboles, tous signifiants un mot ou représentant une idée. Ces runes ont un nombre infini de combinaison dont certaines sont bonnes et d’autres mauvaises.

Pour cultiver un art mental, il faut accumuler une certaine quantité d’énergie mentale qui est, généralement, la quantité maximum qu’un pratiquant lambda peut contrôler correctement. Une fois cette limite atteinte, il faut former une rune qui permet alors de la surpasser. Le cultivateur peut alors recommencer à cultiver son énergie et ainsi de suite.
Une fois quatre runes formées et suffisamment d’énergie pour atteindre la cinquième étape, elles fusionnent et forment un tout nouveau symbole.
La formation du cinquième est nécessaire pour devenir un rang 5 et est l’une des plus grandes difficultés de l’époque moderne. Les alchimistes qui utilisent l’alphabet moderne sont beaucoup plus faibles que les autres mais une mauvaise combinaison venant de l’ancienne écriture peut entraîner des résultats catastrophiques.

[J’ai passer plus de deux cents ans à essayer de comprendre les runes anciennes et je n’en ai compris qu’environ 10% et malheureusement je n’ai pas pu continuer mes recherches durant mes dix mille ans d’emprisonnement. Je vais te transmettre mes connaissances à ce sujet, à toi de voir ce que tu vas en faire.]

Ainsi, Shou Weilong transmit via son énergie mentale tout son savoir sur les runes. Les 101 runes basiques et leur signification et quelques millier de combinaisons.
Paul restait en tailleur et méditait sur les connaissances qu’il venait d’acquérir.

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

Un commentaire sur “Soul Olympia Burst: Chapitre 11

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s