Perdu dans la nuit Chapitre 2

Auteur : Ilanor
Check : Nekoyashiki-san


 

Assis à l’ombre d’un arbre, au sommet d’une petite colline, au sein d’une petite clairière lumineuse, un homme au visage balafré contemplait la foule enragée à quelques mètres de lui, encerclant une sorte d’estrade. Étrangement, aucun son ne lui parvenait, comme s’il était totalement isolé du monde extérieur. Pourtant, derrière lui, une silhouette fantomatique se dessinait.

Courte, d’un mètre trente environ, c’était une silhouette humaine, et ses traits, quoique indistincts, étaient enfantins. Elle semblait perdue et terrifiée, et sa première réaction en prenant conscience de son environnement fut de se cacher derrière l’arbre. Cependant, personne se sembla remarquer cette apparition. Personne sauf cet homme adossé au vieux chêne.

« Sors de là, gamin, je ne vais pas te manger ! »

Apeuré, Aln, car c’était bien lui, se décala lentement, comme devant une bête sauvage. Une description plutôt exacte de ce guerrier qui se trouvait devant lui d’ailleurs. Même assis, au repos, il dégageait une aura de sauvagerie qu’un enfant de 10 ans pourrait difficilement supporter; debout, il ferait bien dans les deux mètres de hauteur, un Goliath aux muscles noueux et au cou de taureau. En le voyant, Aln avait plutôt l’impression que contrairement à ce qu’il disait, l’homme allait l’avaler pour de bon, et déjà qu’il était terrifié, ça n’arrangeait rien…

L’homme reprit la parole, sans lui jeter un regard, et lui tournant le dos :

« Qu’est ce que tu fais là ?
– J-Je ne sais pas, mais ne me mangez pas monsieur… S’il vous plaît…
– Haha, non, je t’ai dit que je ne te mangerai pas… J’imagine que tu ne sais pas                         effectivement. Ce n’est pas tous les jours que tu dois te trouver dans cette situation.
– Quelle situation ?
– Hum, tu ne dois pas encore le savoir. Tant pis, ce sera plus amusant comme ça. Bon,           – je vais te dire au revoir. Ou adieu ? Enfin, peu importe. Observe bien ce qui va se passer           gamin ! »

Aln était encore abasourdi par les évènements qui venaient de se dérouler, par ces ombres qui rampaient près de lui quelques instants auparavant, sans qu’il ne puisse bouger. Il frissonnait intérieurement, partagé entre la crainte que lui inspirait ces scènes, et la fascination devant ce qui semblait être de la magie. Il répondait timidement à l’homme, encore incapable de réfléchir lucidement, et aux mots d’adieu de ce dernier, il resta interdit. Ou plutôt, il l’était depuis le début.

L’instant d’après, Il se sentit submergé par la déferlante de sons qui soudain l’assaillit. Surpris, il se retourna vers la foule d’un coup tonitruante à quelques pas de là, puis, quand il jeta un regard vers l’endroit où se tenait auparavant le guerrier, il n’y avait plus trace de celui-ci.

« Observe. Si tu es là, c’est que ça te servira. »

Cette voix résonna dans son esprit, sans qu’Aln n’en devine la provenance.

Voyant que personne à part cet homme ne semblait pouvoir le remarquer, Aln s’adossa à l’arbre et essaya désespérément de mettre de l’ordre dans ses pensées. Jetant un regard sur l’estrade, il remarqua 3 vieils hommes monter les marches y menant. Au fur et à mesure de leur ascension, le vacarme se taisait, et tous fixaient les anciens, qui bientôt atteignirent le centre de la plate-forme.

Sans un mot, celui qui se trouvait le plus en avant sortit de sa veste une sacoche de velours précieux richement brodé, et, l’ouvrant, il révéla son contenu à la foule. Le saisissant, il prit au creux de sa main un joyau que l’on aurait pu qualifier de magnifique si ce n’était pour l’éclat sinistre qui y luisait. Enfin, elle ne luisait pas, ce n’était même pas une lueur, mais un puits abyssal aux tréfonds duquel se perdait toute la lumière. C’était un pont vers les ténèbres…

Dans le silence de mort qui s’était installé, Aln sentait confusément la gravité de la situation, sans pouvoir la comprendre. Il n’avait évidemment que 10 ans, et même si la scène lui rappelait vaguement les histoires de l’ancien du village, ce n’était que des histoires non ? Il avait mal à la tête, ne comprenait rien à ce qui se passait, et surtout, il se demandait comment il était arrivé là. A la place du vacarme de la foule maintenant calmée, un sifflement strident lui striait les tympans, et s’il n’entendait aucun son à proprement parler, il voyait défiler des milliers de mots devant ses yeux. Qu’il ne comprenait par ailleurs absolument pas, et dont il ne se souvenait pas l’instant d’après.

Au bout de plusieurs longues minutes, il arriva enfin à se débarrasser de ces visions étranges – Plus encore que celle dans laquelle il se trouvait maintenant – et reporta son regard vers l’estrade. Plus exactement, il fixait l’espace juste derrière la pierre qui lévitait au milieu.

Hein ? Qui lévitait ? Aln se frotta les yeux. Oui, c’était bien ça, le joyau flottait maintenant en l’air, et une chose était sûre, au vu de sa réaction – figée par l’incrédulité – l’assemblée n’était pas à l’origine de ce phénomène. Il reporta son regard juste derrière le joyau, sentant confusément qu’il devait y voir quelque chose.

Ce fut alors qu’il la remarqua.

Alors qu’à première vue le joyau lévitait, Aln entraperçut comme une forme, une silhouette qui se dessinait, presque complètement translucide, et qui tenait à bras le corps le joyau. Ce profil semblait assez petit, et même, on aurait dit qu’il faisait sa taille, en un peu plus mince peut-être, mais ce n’était qu’un détail. L’important, c’était que comme pour lui, personne ne semblait remarquer cette… personne ? Les 3 anciens paniquaient, essayaient désespérément de rattraper la gemme fugueuse dans une chorégraphie ridicule (à leur âge !), alors que la forme semblait s’amuser à les esquiver, de préférence en faisant perdre l’équilibre à ses pauvres poursuivants.

Bien qu’il ne comprenne rien, ne sache pas quoi faire et qu’il commençât sérieusement à s’inquiéter sur son avenir, Aln ne put s’empêcher de trouver la situation comique. Pris de curiosité, il commença à s’interroger sur la nature de l’ombre dansante. Était-elle comme lui ? Un enfant qui, prit au piège ici, avait trouvé un nouveau jouet ? Pourtant, si c’était lui, toucher cette pierre aurait bien été la dernière chose qu’il aurait faite. D’ailleurs, si l’étrange homme ne lui avait pas dit d’observer, il aurait trouvé un meilleur jeu…

Ainsi plongé dans ses pensées, il gardait un oeil sur ce qui se passait sur l’estrade, et aperçu le plus âgé des anciens trébucher après s’être jeté sur la gemme volante, vaciller sur une seule jambe, essayer de retrouver l’équilibre, puis, au moment où il allait y arriver, tomber du haut de la plate forme en une mimique exagérée.

Aln éclata d’un insouciant rire cristallin.

“Après tout, si personne ne peut me voir, pourquoi pourrait-on m’entendre ?” pensait-il.

Il avait tort. Son rire résonna dans cette clairière, et aussitôt, les mouvements sur l’estrade s’interrompirent. Plus grave encore, alors que les 2 anciens survivants restaient immobiles, interloqués, Aln eut l’impression que la forme, elle, se tournait directement dans sa direction. Au même moment, la foule, comme libérée d’un enchantement commença à s’agiter, certains se jetant sur l’esplanade pour attraper la gemme, d’autres assistant l’ancien qui était tombé, et d’autre encore se mettant en quête de l’origine de cet étrange rire…

Aln essaya de filer à l’anglaise, pourtant, au moment de se retourner, il se sentit empli d’un froid intense. Sur l’esplanade, la forme poussa elle aussi un cri de douleur, et rejeta la gemme au loin, qui se mit cette fois à léviter pour de bon, tout en instillant un froid, une peur glaçante dans toute la clairière. Immédiatement, les anciens commencèrent à prononcer d’une voix forte des mots incompréhensibles pour Aln, suivis quelques instants après par les plus dégourdis des individus de la foule. Hélas, alors qu’ils semblaient vouloir contenir le pouvoir qui s’échappait du joyau, ils ne réussirent qu’à l’exciter encore plus.

Une violente onde de choc se propagea, et Aln fut projeté en arrière. Il perdit connaissance, et se réveilla quelques minutes plus tard. Pourtant, rien n’était plus comme avant; les éléments se déchaînaient sauvagement, et éparpillés un peu partout les hommes et femmes luttaient désespérément pour garder la vie sauve. Au coeur du tumulte se tenaient les trois anciens, qui rivalisaient de puissance avec la pierre maléfique, appelant la foudre et le vent pour endiguer le désastre. Ils s’effondrèrent bientôt, vidés de toute force. Voyant cela tous commencèrent à murmurer précipitamment dans leur barbe, mais alors que l’espoir se lisait sur leur visage, qu’ils pensaient réussir à s’échapper de cet enfer, le joyau produisit soudainement des pics de ténèbres, qui les transperçaient impitoyablement. Seuls quelques uns réussirent à s’enfuir, disparaissant dans un fracas de tonnerre, alors que les laissés pour compte s’affaissaient sur eux-mêmes comme des tomates trop mûres…

Bientôt, il ne restait plus qu’Aln, paralysé de terreur dans la tourmente, au milieu d’une vaste étendue dévastée. Miraculeusement, il n’avait rien. Pas une égratignure, pas une coupure, pas un bleu. De la pierre s’échappait des torrents d’ombres rampantes, qui le parcouraient avant de s’éloigner, comme si elles l’avaient reconnu comme l’un des leurs. N’en pouvant plus, il s’évanouit, et pour de bon cette fois…

 

Chapitre Précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre Suivant

Publicités

3 commentaires sur “Perdu dans la nuit Chapitre 2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s