Konjiki no Wordmaster 17: Maître de Guilde

Traducteur : Endgel
Adapt : Ilanor
Check : MissX


Je tiendrais pas longtemps… S’il vous plaît aidez-moi


La Guilde abritait un grand nombre de personne, mais d’une manière ou d’une autre, ils eurent tous trois une chambre pour y dormir. Le groupe était soulagé que leur voyage ne soit pas en vain.
Menés dans leurs chambres, ils s’allongèrent sur les lits. C’était définitivement mieux que de dormir dehors.

« Pendant qu’on y est, que vas-tu faire à partir de maintenant ?, demanda Arnold, après quoi Hiiro répondit en fermant les yeux.
– …ce serait mauvais de juste se faufiler à travers le bureau de douane, n’est-ce pas ?
– Ouais, à moins que tu aies un [Visa] officiel.
– Tu en a un ?
– Ouais, pour Muir et moi.
– Comment l’as tu obtenu ?
– Attend, tu ne sais même pas çà ? Comment voulais-tu traverser la frontière ?
– Parler pour passer et si ça ne fonctionne pas…par la force ?
– Effrayant ! Normalement je rigolerais de ta stupidité, mais maintenant que je sais pour ta magie, ça semble juste effrayant ! »

Arnold craignait qu’il traverse la frontière en battant les veilleurs avec sa [Magie des Mots], car son pouvoir était très certainement capable de le faire.

« Ecoute, le [Visa] est délivré à la Guilde. Regarde. »

En disant cela, il lui montra un bout de papier légèrement plus grand qu’un ticket de train. Dessus était écrit la date de délivrance et la date d’expiration.

« Alors je peux juste en avoir un ici…
– Non, même si tu en fais la demande ici, ça prend beaucoup de temps avant d’être approuvé, tu sais ?
– …Sérieusement ?
– Sérieusement. D’habitude tu l’obtiens de la Guilde dans la capitale du pays. Et même là, ça prend à peu près une semaine. Dans ton cas, tu poses ta demande ici, puis la Guilde dans la capital la vérifie et tu as seulement ton [Visa] une fois qu’ils l’ont approuvée. »
D’abord tu poses une demande, ensuite ton histoire et tes origines personnelles sont examinées. Inutile de dire, tu ne reçois pas l’accord quand tu as un casier judiciaire. Mais s’il n’y a aucun problème et une raison valable pour passer la frontière, le Maître de Guilde donne son accord sur le permis. C’était le [Visa].

« Oho, donc le Maître de Guilde dans la capital est plutôt un gros bonnet ?
– Pardon ? Tu étais à la capitale, non ? Comment se fait-il que tu ne le saches pas ?
– Je n’avais aucun intérêt.
– …Ah. Ecoute et rappelles toi bien ça, Hiiro. Est-ce que tu sais combien il y a d’aventuriers de rang SSS parmi les humains ?
– Hmm.
– Ne me donne pas de ‘hm’ ! »

C’était la seule réaction de Hiiro, puisqu’il n’était pas intéressé par les autres personnes.

« Il est incroyable, tu sais ? Seules les personnes d’une grande force et d’une grande popularité sont choisis pour cette position. Ils disent même que sa capacité physique est à l’égal de celle d’un homme bête. Un vrai monstre.
– Je comprend que ce monstre est perdu par son statut et son prestige.
– H-Hey…C’est vrai qu’il est dit que le Maître de Guilde a un pouvoir équivalent à celui du roi en cas d’urgence mais….ne vas-tu pas trop loin ?
– Rien à faire.
– …Aaah. Quoi qu’il en soit, son nom est… »

*

« Hm ? Oh, ça faisait un moment, Judom-sama. »

L’homme qui salua Vale, le capitaine de la seconde division de l’armée de [Victorias], avec un sourire généreux était Judom Lankars.
Il portait une splendide barbe blanche, mais il allait seulement vers la fin de ses 40 ans. Ses cheveux blancs coupés courts avaient d’autres raisons que la vieillesse.
Son expression gentille dégageait une aura qui calmait même les enfants. Mais sa carrure anormale devenait évidente lorsqu’il se redressait.
Sa taille dépassait les deux mètres et ses bras entraînés semblaient aussi durs et robustes que l’acier.

Son corps entier était si musclé que l’on aurait pu penser que ses vêtements se déchireraient au moindre mouvement.

« Fuhaha. Arrête avec le sama. N’es-tu pas maintenant toi même un éminent capitaine ? »

Il tapota Vale dans le dos tandis qu’il rigolait à gorge déployée. Mais bien qu’elle soit une simple tape, elle était ressentie par Vale comme un coup qui diminuait progressivement ses HP.

« *Tousse* J-Je vois que vous n’avez pas changé, Judom-sama. »

Vale montra un sourire joyeux tout en se frottant le dos.

« Alors, qu’est-ce qu’il y a ? N’est-ce pas rare pour toi de venir ici ?
– Je suis venu ici pour vous demander une faveur, Maître de Guilde. »

Actuellement, ils étaient à l’intérieur de la Guilde, au bureau du Maître de Guilde.

« Oho, encore quelque chose de gênant ? Oublie ça, je me suis retiré. Laisse les premières lignes aux jeunes
– Que dites-vous ! Encore maintenant, il n’y a aucun aventurier qui vous égale !
– Fuhaha ! Tu me donne bien trop de crédit ! Et puis, j’ai entendu que les Héros ont été invoqués. …C’est leur heure maintenant, n’est-ce pas ? »

Judom demanda avec un regard légèrement acéré, mais Vale ne le remarqua pas.
« Non, non, quelqu’un de fort est toujours demandé. Surtout quelqu’un d’aussi fort que vous.
– Et je te dis que mon époque est finie. Comme je suis maintenant, je m’approche seulement d’un rang SS. Je ne peux plus bouger comme lors de mes jours en tant que rang SSS désormais. » dit Judom d’une voix quelque peu auto dénigrante et avec une expression pénétrante.

« Vous êtes trop modeste….Juste à l’instant vous avez dit de laisser les premières lignes aux jeunes.
– Oui, je l’ai dit.
– J’aimerais vous demander d’entraîner ces jeunes pour le combat.
– … Les Héros ?
– Oui. »

Pendant un moment, les deux hommes se regardèrent. Judom regardait Vale, qui le confrontait avec un regard sincère, et riait légèrement.
« Le même regard qu’à l’époque, quand tu m’avais demandé de devenir mon disciple.
– Bien qu’à la fin vous m’ayez rejeté. A l’époque vous m’avez dit: Tu n’es pas assez bon pour être mon disciple. Je prend seulement quelqu’un qui peut se battre au même niveau que moi.
– J’ai vraiment dit ça ? »

Judom sourit, se rappelant avec joie sa jeunesse.

« Et maintenant des gens, qui peuvent se battre à votre niveau, sont apparus.
– ….. Vraiment ? »

Effaçant son sourire, il répondit à Vale.

« Je vous en supplie, entraînez les ! C’est pour notre futur à nous, les ‘Humas’ !
– Pour le futur des ‘Humas’, huh… »

Vale le regarda avec des yeux décidés, des yeux francs. Judom sortit sa pipe et l’alluma. Puis il exhala lentement un peu de fumée.

« Hey, Vale.
– Oui ?
– Sais tu pourquoi je suis devenu le Maître de Guilde ?
– C’est…Non, je ne sais pas.
– Parce ce que le Maître de Guilde peut donner des ordres avec la même autorité que le Roi en cas d’urgence.
– Judom-sama… ?
– Quand j’étais un aventurier, je me suis toujours demandé pourquoi ce pays, non, ce continent continuait à faire la guerre.
– …
– Chaque jour j’ai prié que quelqu’un apporte la paix à ce monde. J’attendais à la perfection que quelqu’un le fasse à ma place. Mais la dispute entre les races s’est envenimée et propagée à ce pays aussi. Bien sur j’ai pris les armes, parce qu’il y avait des choses que je voulais protéger. Mais où penses-tu que le Maître de Guilde était ?
– ….. »

Comme s’il connaissait la réponse, Vale semblait honteux.

« Le Maître de Guilde est allé très loin. Il a abandonné le pays. Abusant de son autorité en tant que Maître de Guilde, il s’est échappé pour son propre bien. A cause de ça, la chaîne de commandement des aventuriers s’est brisée et de nombreuses vies qui auraient pu être sauvées ont été perdues.
– Judom-samas…
– Le Roi avait désigné ce Maître de Guilde »

Vale garda le silence sur ces mots, car le Roi avait été responsable de la nomination de ce Maître de Guilde. Judom était en colère contre lui-même aussi pour ne pas avoir été capable de voir son vrai caractère.

« Alors j’ai désespérément cherché à devenir plus fort, en visant à devenir le Maître de la Guilde . Après j’ai demandé au Roi l’autorité de commander pendant les urgences. Et ainsi Le Maître de Guilde est devenu un autre Roi pour le royaume.
– …
– Je visais la seule et unique position qui pouvait corriger les erreurs du Roi. C’était le mieux que je puisse faire en tant qu’aventurier. Mais… »

Judom, frustré, serra les poings. Vale, voyant cela, écarquilla les yeux. Même maintenant, les ordres du Roi étaient absolus, mais le Maître de Guilde avait le droit de décision sur toutes les urgences concernant les aventuriers.

Judom regarda Vale d’un regard froid et silencieux.

« Enfin, le Roi a commis une autre erreur.
– Quoi ! Comment pouvez-vous dire ça ! »

Vale était choqué par la critique soudaine du Roi. Aller plus loin serait de la lèse majesté.

« Le Roi a sacrifié la vie de trois personnes pour quoi ? Attends, une est encore à peine en vie, je crois. »

Ensuite il lança un regard à Vale, ses yeux lui disant de répondre.

« C-C’est…
– L’Invocation des Héros… Certes, notre pays est en danger. Mais j’ai conseillé au Roi d’autres choses à faire avant d’invoquer des Héros.
– Vous avez fait une telle chose… ? »

Vale ne le savait pas et fronça alors les sourcils.

« Pourquoi avons-nous rejeté le traité de paix ?
– Traité…de paix ? De quoi parlez-vous ?
– Hm, Je suppose que tu n’as pas été informé. Oui, naturellement. »

Judom secoua la tête avec lassitude.

« Expliquez-vous, Judom-sama !
– Il y a quelques années, nous avons reçu une demande de paix de la part des ‘Evilas’.
– Impossible ! Je n’ai jamais entendu une telle chose !
– Les hauts gradés ont dû le cacher sous le tapis. »

Judom disait cela tout en expirant de la fumée.

« M-Mais quand même ! Même si une telle lettre venait des ‘Evilas’, nous ne pouvions pas leur faire confiance !
– Pourquoi n’avons-nous pas cherché le dialogue ?
– …
– Mais tu ne sauras pas si c’est impossible ou pas sans essayer.
– C’est… »

Vale comprenais parfaitement que ce soit un argument valable, il ne pouvait donc pas objecter.

« Je comprends tes sentiments. Je sais aussi comment ils nous ont trahis aux précédentes rencontres initiées par lettres. Mais il devrait y avoir d’autres méthodes que de sacrifier ses propres filles, non ?
– S-Sa majesté a pleuré cela aussi…
– Quelqu’un ne se contente pas de simplement pleurer la mort de ses filles ! »

Son expression qui avant était gentille avait complètement changée, pour devenir terriblement sérieuse. Vale transpirait de tout son corps. C’était l’esprit d’un aventurier à la retraite…
Judom soupira tout en secouant la tête.

« De toute façon, s’il m’avait juste consulté, je l’aurais accompagné peu importe l’endroit où aurait eu lieu la rencontre. Vous ne le savez peut-être pas, mais il y a aussi des gens biens parmis les ‘Gabranth’ et les ‘Evila’. C’est juste que vous ne les connaissez pas.
– C-C’est certainement vrai, mais c’est aussi un fait que le roi des ‘Evila’ a essayé de détruire les ‘Humas’.
– Un fait ?
– Oui !
– Alors est-ce que tu le sais ? Le roi des ‘Evilas’ a changé.
– …hein ?
– Quand un Roi change, il en va de même de la politique. Cette lettre nous a été envoyée par le nouveau Roi. Quoi qu’il en soit, le Roi a ignoré mon conseil et appelé des étrangers venant d’un autre monde.
– Les appeler étrangers… Pour notre salut, les Héros sont-
– En train de risquer leur vie… ?
– …
– Je ne sais pas de quel monde ils viennent, mais je ne pense pas qu’ils se soucient assez de notre monde pour y risquer leur vie. Si j’étais à leur place et que soudainement j’étais amené ici contre mon grès, je laisserais tout derrière moi et partirais en voyage. »

C’était exactement ce que Hiiro avait fait, mais Vale était choqué par les mots de Judom et se figea.

« M-Mais les Héros sont sérieusement …
– N’est-ce pas car ils n’ont pas encore risqué de perdre leur vie ? Il n’y en a pas beaucoup qui s’en remettent après avoir goûté au désespoir.
– …..
– Ils ont aussi une maison, n’est-ce pas ? Étant celui qui les a invoqués ici, le Roi doit s’assurer qu’ils retournent en vie…n’est-ce pas ? »

Vale regarda vers le bas et ferma les yeux.

« De ce que j’ai entendu, il y a un autre gars qui a été invoqué, mais il est parti en disant qu’il n’avait aucune raison d’obtempérer ?
– Ah, oui.
– Je peux encore plus faire confiance à ce gars qu’aux héros.
– Q-Que voulez-vous dire !?
– Que tu ne le comprennes pas montre à quel point tu manque toujours d’expérience, Vale.
– Judom-sama… »

Judom montra alors à nouveau une expression douce, plaçant sa pipe sur le bureau.

« Nous en resterons là, Vale.
– M-Mais !
– Réfléchis à ce que tu dois faire une fois de plus. Cette fois, c’est à ton tour de conseiller le Roi.
– Je ne pourrais jamais…
– Comment quelqu’un pourrait sauver le monde, quand les conseils des amis et des vassaux sont ignorés ? »
Sur ce Judom ne prononça plus un mot et Vale abasourdi quitta la salle.

Chapitre Précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre Suivant

Publicités

7 commentaires sur “Konjiki no Wordmaster 17: Maître de Guilde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s