Konjiki no Wordmaster 16 : Festival de Raea

Traducteur : Cowcow
Adapt : Ilanor
Check : MissX


 

« … [Bonbon aux Pêches Brûlant] ? »

Murmura Hiiro en regardant l’enseigne d’un magasin.

« Oh, ils vendent un fruit plutôt rare !
-Allez, approchez-vous s’il vous plaît ! »

Le propriétaire du stand, un vieil homme rayonnait de courtoisie. Muir regarda le [Bonbon aux Pêches Brûlant] affiché sur le stand avec des yeux pétillants.

« Vieil homme, donnez nous en trois !
-Bien sûr ! Ohh, la petite mademoiselle est mignonne, alors je vais t’en donner un gros de plus !
-Mer-Merci… Ehehe. »

Muir lança un sourire heureux.

« Est-ce que c’est bon ?
– Ouais, c’est bon~ Le fruit est formé comme un feu brûlant et bien que ce soit un bonbon, c’est assez moelleux pour le mastiquer. Enfin, tu vas comprendre combien c’est brûlant quand tu vas le goûter.»

Sur ces paroles, Hiiro prit une bouchée. Il put effectivement le croquer facilement et le goût se propagea dans sa bouche alors qu’il mastiquait. Et soudainement, quelque chose rebondit dans sa bouche.

«Hehe, surpris ? Le picotement sur la langue est le secret du ≪Bonbon aux Pêches Brûlant≫ ! »

Cette saveur était assurément addictive. C’était sacrément sucré, mais toutefois un plaisir pour les papilles gustatives. Ça devait sûrement être populaire auprès des enfants. Muir aussi tenait sa joue avec une expression de plaisir.

« Okay ! Au suivant ! »

Arnold prit les devants et les deux autres le suivirent.

(Alors c’est ça un festival. S’il y a de la bonne nourriture, ce n’est pas si mal.)

Hiiro n’avait jamais été à un festival lorsqu’il était au Japon, alors il était plutôt attiré par cette nouvelle expérience. Même si, fidèle à lui-même, il pensait que ce serait mieux sans la foule..

Beaucoup de stands étaient similaires à ceux du Japon, comme les stands de tir ou les tirages au sort. Muir en profitait au maximum, mais après s’être promené pendant un moment, la patience d’Hiiro avait finalement atteint sa limite.

(Aw, ça craint. Des personnes me rentrent dedans et me marchent sur les pieds… Ne peuvent-ils pas juste disparaître ?)

Ses pensées commençaient à s’aventurer dans des eaux dangereuses. Alors il remarqua un plutôt large stand. L’enseigne du stand se lisait comme ceci :

[Sandwich de Requin du bonheur]

Arnold, regardant la même enseigne, afficha un visage surpris.
« Im-Impossible… CE requin joyeux ?
– Tu connais ça ?
– Ouais, bien sûr ! C’est un ingrédient que tous les cuisiniers voudraient préparer au moins une fois !»

Hiiro présuma que ça devait être quelque chose de vraiment bon d’après son excitation.

« Écoute, le joyeux requin vit seulement dans la ≪Mer du Grand Taureau≫ De surcroît, seulement dans les parties les plus profondes, donc il remonte rarement à la surface. C’est vraiment
rare mais il apparaît un petit moment pour pondre ses œufs. Son corps est d’un magnifique rose et a une corne verte-jade sur sa tête. Il est dit que chaque parties de son corps, que se soit la corne ou les crocs, peuvent être mangées ! »

Arnold parlait avec passion, mais Hiiro n’avait en soi aucun intérêt pour les animaux, donc ça passait dans une oreille et ressortait par l’autre.

« Alors, est-ce que c’est bon ?
– Bien sûr ! Écoute, sa saveur est supposément … au-dessus de celle du ‘Viande de Limier Aqueux’ !
– Achète ça. Maintenant. »

En un instant, l’atmosphère d’Hiiro se changea en quelque chose proche d’une aura meurtrière.
« O-Oui.. m-mais.
– Quoi ?
– Regarde là-bas.
– Mmh ? »

Arnold pointa un cylindre de loterie comme ceux des grands magasins. (nda : Probablement une spécialité japonaise… ^^’ Un truc du genre des papiers de chance que l’on voit dans les temples peut-être.)

« Ils ont un stock limité… alors tu dois gagner pour le manger.
– Tu dis… quoi !?»

Un frisson parcouru son corps. Avoir fait tout ce chemin et ne pas pouvoir manger cette délicieuse nourriture ? Hiiro mordit sa lèvre devant cette torture.

« Chaque personne a un essai et il semble que plusieurs ont déjà gagné… Oh, la plaque dit qu’ils leur reste six portions… La file est assez longue aussi, alors je crois que c’est inutile. »

Hiiro serra les poings avec frustration en voyant Arnold lâcher l’éponge.

(Attend, Attend. Cette [Viande de Limier Aqueuse] était incroyable. Mais je peux pas manger la nourriture devant mes yeux qui est encore meilleure ? Comment est-ce possible… Non, le mot abandonner n’est pas dans mon dictionnaire.)

Hiiro leva la tête d’un coup et fixa le stand.

« Je te donne mes remerciements, vieil homme.
– Mes remerciements pour m’avoir montré ça.
– Même si tu dis ça, tu ne peux pas en manger…
– Non, il n’y a aucune raison d’abandonner. »

Il regarda les personnes tourner le cylindre de loterie. Apparemment on gagne lorsqu’une balle dorée sort.
(Dans ce cas…)

« Montrez-moi vos mains vous deux. »

Les deux autres le regardèrent d’un air hébété.
La file en face de la loterie devenait lentement plus petite. Avec quelques gagnants, il y avait seulement trois portions restantes.
Mais ensuite, plus personne ne remporta de tirage gagnant, et finalement…

« Mon tour. »

Hiiro eut sa chance. Il avala et lentement tourna le cylindre. Cela fit du bruit et alors…

Tout le monde avala sa salive. La couleur de la balle sortie était…

« FUAHAHAHA ! Rien ne m’est impossible ! »

Hiiro éclata de rire d’une façon exagérée. Oui, il a magnifiquement obtenu une balle dorée. Et un caractère pâle et luisant était écrit sur son poing levé haut dans les airs. Ce caractère disait… “Bonne Fortune”.

Il s’était inquiété à propos du caractère à écrire. Le caractère “Chance” aurait pu marcher aussi, mais il ne savait pas si sa chance allait augmenter ou diminuer. Alors qu’en est-il de “Sortir” ? Une balle serait certainement sortie mais pas nécessairement une dorée.

A propos de “Destinée” ? Il aurait pu essayer. Il est possible que comme ça il ait gagné, mais il ne savait pas si cela aurait eu un effet sur lui-même. Il pensait que l’écrire sur son bras ou sur le reste de son corps n’avait pas de sens.

Donc, il avait écrit “Bonne Fortune ”, puisqu’il pouvait facilement s’imaginer devenir chanceux avec. Magie veut dire imagination. Chaque pensée inutile ferait diminuer sa puissance. Alors il a choisi un mot facile à imaginer, “Bonne Fortune ”. Hum, vraiment une triche.

De plus, ils avaient 3 essais. Il avait écrit le même mot pour les deux autres, parce que ça augmentait encore plus la chance que l’un d’entre eux gagne.
Quand même, ça voulait dire leur exposer le fondement de sa magie.
(Enfin, je ne regrette rien. C’est pour de la délicieuse nourriture.)

Son appétit l’avait emporté sur les complications de la révélation. De ce fait, tous les trois ont gagné de suite. Bien sûr les deux autres étaient bouches bées devant cette scène, mais Hiiro leur expliqua, car il était de très bonne humeur.

« H-Hey, Hiiro…
– Je sais ce que tu veux demander, mais pour l’instant… mangeons ! »

Dans ces mains se trouvait un plat semblable à un hamburger. La garniture était bien sûr le Joyeux Requin. Il était d’une pâle couleur rose et était enroulé dans quelques légumes semblable à de la laitue avec une sauce sucrée-salée.

« Croc… Ohh !? »
Où est-ce ? Pendant un moment, il s’était senti comme au fond de la mer avec la pression de l’eau écrasant son corps. Une telle saveur. La compatibilité avec le pain était extraordinaire et juste une seule bouchée lui faisait sentir l’âme de l’océan.

Son corps fondit de la stimulation sur sa langue, non, à l’intérieur de sa bouche entière. En plus, il goûta quelque chose de croustillant. C’était la corne que Arnold avait mentionnée.

Délicieux. Le cartilage frit avec d’excellents assaisonnements était aussi indescriptiblement délicieux. Son corps absorba rapidement le tout, même les os et les crocs.

(Woah, dire que quelque chose de si délicieux existe !)

C’était plus délicieux qu’aucun autre poisson qu’il avait jamais mangé. L’intérieur de son estomac batifolait comme si la nourriture était encore vivante. C’était incroyablement bon. De plus, son corps semblait être rempli d’énergie.
Wow… Juste wow…
(Définitivement… une victoire…)

Ses joues se relâchèrent naturellement. Il pourrait s’endormir sur place s’il se laissait aller. C’était une sensation vraiment plaisante, comme s’il nageait tranquillement dans la mer sous le chaud soleil.

Lorsqu’il regarda les deux autres, Muir aussi savourait la nourriture. Elle semblait aimer manger aussi, alors elle était de bonne humeur d’avoir quelque chose de bon à manger. Quant à Arnold… il pleurait pour une raison quelconque.

Pour être honnête, ce n’était pas une vision plaisante que de voir un vieil homme pleurer à cause de nourriture. Eh bien, la nourriture valait certainement qu’on la pleure, mais ça pourrissait quelque peu l’atmosphère, alors Hiiro décida de le frapper après.

« Oh ! Je suis plein ! Complètement plein… »

Arnold souriait joyeusement.

« Ouais, c’était délicieux. Ehm… eh bien… »

Muir regarda Hiiro.

« Uhm… Me-Merci. »

Apparemment elle voulait exprimer sa gratitude. Hiiro répliqua avec un simple “Pas de problème”, mais Arnold questionna donc à propos de la ≪Magie de Mots≫.

« Alors, est-ce que tu vas me dire ce que tu as écrit sur ma main tout à l’heure ?
– … D’accord.
– Eh? Tu vas vraiment me le dire ? »

Arnold pensait qu’il allait refuser encore, donc il répliqua par réflexe.

« Quoi ? Si tu ne veux pas savoir, je ne le dis pas.
– Ah, non, non. Laisse moi l’entendre ! Ce mot… est-ce que c’est ta magie ?
– Oui, c’est nommé ≪Magie de Mots≫. Une magie unique.
– Une magie unique !?
– Vous êtes trop bruyant ! Je vais pas vous en dire plus !
– E-Excuse moi. M-Mais est-ce que c’est vraiment une magie unique ?
– Ouais. Tu vois le mot sur ta main ?
– O-Oui.
– C’est un mot de l’endroit d’où je viens et je peux extraire l’effet du mot. »

Ce monde ne connaissait pas les Kanjis*, alors les deux autres ne pouvaient pas le lire, donc il expliqua franchement sa magie. Les deux écoutaient avec une expression sidérée.

« En fait, ta magie n’est-elle pas injuste ? »
*Hochement de tête*

Muir hocha la tête, approuvant les mots de Arnold.
« M’en fiche. C’est comme un talent naturel.
– Enfin,oui, mais… Quand même, j’ai entendu parler de magies uniques, mais aucune n’est aussi puissante que ça.
– Oho, comme quoi par exemple ? »

Hiiro était intéressé par les magies uniques autres que la sienne.

« Voyons voir, magie qui contrôle l’espace, magie qui lave le cerveau des personnes et… magie qui manipule d’autres magies.
– Effectivement elles semblent puissantes. »

En particulier le lavage de cerveau semblait dangereux. Il ne savait pas comment ça fonctionnait, mais une magie qui ensorcelle le coeur des gens est trop puissante.

« Mais avec ta ≪Magie de Mots≫, tu peux utiliser chacune des magies que j’ai mentionnées, non ? »

Pour être honnête, il pouvait. Peut-être qu’il ne pourrait pas la contrôler aussi parfaitement que l’original, mais c’était possible d’utiliser un mot avec un effet similaire.

« En effet, je peux.
– Je le savais, tellement injuste ~ T’es un foutu tricheur ~
*Hochement de tête*
– Ça peut être omnipotent, mais ce n’est pas invincible.
– Qu’est-ce que tu veux dire ?
– Qui sait ? Je n’ai aucune raison de vous le dire.
– Grr… Enfin bon, tu n’es pas un imbécile qui dirait aux autres ses faiblesses.
– Effectivement.
– Mais laissons ça de côté, ta magie est quand même trop fascinante ! Véritablement paradisiaque !
– Peu importe. Je suis fatigué, alors je m’en vais à l’auberge. Aussi, n’en parlez à personne.
– Écoutez-moi ! »

Hiiro agissait à son rythme comme toujours, tandis que les deux autres soupirèrent et le suivirent.
« Mh ? Déjà assez du festival ?
– Eh ? Ah, ouais, je suis satisfait…
– Je me suis aussi amusée !
– Et voilà.
– Alors va réserver une chambre, serviteur.
– Je me répète, mais je ne suis pas ton serviteur ! Et aussi, aies un peu de respect pour tes aînés !
– Ne sois pas arrogant juste parce que tu es né plus tôt.
– Ça m’a permis de plus en apprendre sur la vie ! Excuse toi ! Excuse toi maintenant ! »

Hiiro regarda le Arnold hurlant soudain et dit.

« ……Ne devient pas comme lui, demi-portion.
– Qu’est-ce que tu veux dire, sale gamin ! »

Hiiro regarda vers Muir, mais elle ne savait pas comment réagir.
Ignorant les crises agaçantes d’Arnold, Hiiro se dirigea vers l’auberge. Mais il y avait un problème.

« ….Eh ? Aucune chambre de libre ? »

Arnold avait sa bouche grande ouverte à l’accueil. Derrière lui, Hiiro émettait une aura mécontente au max.

« Mes plus profondes excuses. À cause du festival, nous n’avons aucune chambre de libre en ce moment. »

Que faire maintenant ? Arnold suait à grosse gouttes, se demandant comment raisonner le diable derrière lui qui le fixait avec l’intention de tuer.
Arnold tourna lentement et silencieusement la tête, et regarda le garçon aux cheveux noirs en question.

« Tu comptes faire quoi, vieil homme ?
– R-Rien que je peux faire, n’est-ce pas ? Quand ils sont remplis, ils sont remplis.
– ….Hah, dormir à l’extérieur alors même qu’on est dans une ville… »

Hiiro murmurant cela avec des yeux vides était une vision rare. Pour être honnête, il espérait dormir dans un vrai lit après avoir campé à l’extérieur pendant si longtemps, mais malheureusement, c’était un rêve inatteignable.

« Merde… Stupide festival… Juste explose. »

Il avait dit quelque chose de terrible, mais il avait lui-même apprécié le festival, alors il n’a pas réellement craqué. Ils auraient dû réserver une chambre en avance. Non, même là, les chambres auraient pu être déjà toutes réservées, mais il regrettait de n’avoir pas vérifié.

« Excusez-moi… »

L’aubergiste à l’accueil leur parla, alors les trois le regardèrent, abattus.

« Si vous me permettez de suggérer, pourquoi ne pas essayer la Guilde ?
– La Guilde ? »

Arnold inclina la tête.

« Ah, oui. La Guilde a des chambres de repos pour leur personnel, mais si vous leur parlez, ils pourraient vous donnez une chambre ? »

À ces mots, l’expression d’Arnold s’éclaira et il hocha la tête.

« Je vois. Pour un jour pareil, ils pourraient vraiment nous donner une chambre.
– On va là-bas ? »

Muir le regarda les yeux tournés vers le haut, et Arnold plaça sa main sur sa tête.

« Ouais, c’est notre dernier espoir.
– J’espère que ça ne vas pas être en vain.
– Gamin ! Pourquoi tu dis ça ! Ne sois pas si pessimiste bordel !
– Dans ce cas, dépêchons.
– Encore une fois, écoute moi ! »

Hiiro sortit promptement de l’auberge, alors que les deux autres le poursuivaient avec hâte.

Chapitre Précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre Suivant

Publicités

3 commentaires sur “Konjiki no Wordmaster 16 : Festival de Raea

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s