Death March 6-4 : Les Premiers Bandits

Traducteur : Nekoyashiki-san
Adapt & Check : Soreyawari


Au chap précédent, on a eu une grande conversation sur comment traduire la compétence ”Magic Edge“, parce que je me suis bien marrée, voici ce que Nightgale a balancé en débarquant sur Skype…

[14/08/2016 20:18:27] Nightgale : yo
[14/08/2016 20:21:19] Nightgale : « rasoir magique » vénus gillette il ne laisse aucun poil sur son passage 😀


 

Ici Satou. Je pensais que les trois principes étaient, “Ne tue pas”, “Ne vole pas”, “Ne viole pas”, mais en vérité, ça n’était pas, “Ne vole pas”, mais, “Ne brûle pas”.
Cependant, même si ça ne fait pas partie des trois, les mauvaises choses sont mauvaises, pas vrai ?


« « Bonjour, maître. » »
– Bonjour. »

Lulu et Liza qui se sont immédiatement réveillées avec les premiers signes du soleil matinal me donnent les salutations matinales.
Je fais descendre Tama de mes genoux, et amène Liza à la lance afin de m’excuser envers elle.

« C-c’est. »

Même Liza est sans voix.
Comme extérieurement, son importante lance a l’air d’avoir été gribouillée. Je vais m’excuser avant de dire, “Les performances ont été améliorées.”.
Après avoir ordonné mes pensées, je fais un pas en avant vers Liza— mais, elle ne me regarde pas.

Vérifiant apparemment l’état de la lance, elle essaye de faire quelques coups d’estoc avec. La lumière rouge qui apparaît quand elle fait des [Coups Puissants] est plus forte qu’avant.

« Maître ! »

Une fois qu’elle a fini de faire pivoter la lance, elle s’approche de moi. Je décide d’écouter ses plaintes avant de faire mes excuses. Le ton de sa voix est un peu haut, ça serait bien qu’elle ne soit pas en colère.

« Ceci, c’est une récompense, n’est-ce pas ! »

Comme je ne comprends pas la direction dans laquelle va la conversation, je la questionne.

« Arisa disait à Lulu, ‘Si tu sers convenablement le maître, un jour, tu seras récompensée’, a-t-elle dit. »

Ces “Services” et “Récompenses” ont probablement une autre signification. Cette Arisa, ne fais pas rentrer des choses étranges dans la tête de Lulu.
Pour le moment, puisqu’elle a l’air heureuse, suivons le mouvement.

« C’est parce que Liza a toujours travaillé dur. Comment est la lance ?
– Oui, le poids est le même que d’habitude, mais mon bras peut maintenant ne faire qu’un avec la lance jusqu’à son extrémité. »

Elle a l’air si heureuse, elle frotte ses joues contre la lance, je m’excuse d’avoir fait quelque chose à sa lance arbitrairement avant que nous partions après le petit-déjeuner. Liza dit, « Ma lance et moi, tout est à Maître. », mais je me rappelle de ne pas profiter de cela.

Vu que Lulu va m’appeler quand Liza aura fini les préparations du petit-déjeuner, je prends une serviette et vais vers la rivière à côté du campement. Il y a une rivière à proximité, donc je veux y prendre un bain. Au fait, la température de l’eau est en dessous de 10 °C, donc normalement, je devrais attraper froid. Mais bon, je ne sens pas ce froid, peut-être grâce à ma résistance à la glace.
En fait, je suis plus intéressé par le regard de Lulu que je sens au-delà des buissons. (ndt : Vilaine fille ! :p ) Pendant la cuisine, elle jette occasionnellement un coup d’œil par ici. Je pense que les buissons devraient être suffisamment hauts pour me couvrir, mais…
Elle est à un âge où elle devrait être intéressée par le sexe opposé, je suppose que l’on n’y peut rien.

Comme ce serait ennuyeux de diverses façons quand Arisa se réveillera, je lave mon corps rapidement avec du savon. (ndt : Si Rosti s’lave c’est qu’il s’nettoie, si s’nettoie c’est donc ton frère ! ^^)
Je vois la silhouette de quelques poissons avant d’enfiler mes vêtements, donc je leur lance des brochettes, attrapant ainsi environ 10 poissons et je les mets dans l’Inventaire.
Je pensais que des poissons grillés sont une nourriture de base du petit-déjeuner, mais Lulu et Liza ont déjà commencé à cuisiner, m’imposer entre elles maintenant serait grossier.

J’essuie vigoureusement mon corps et enfile des vêtements.
Mes cheveux sont encore humides, mais ils devraient sécher quand je m’approcherais du feu.

« Bonjour, Maître.
– Bonjour Nana. Essaye de dire quelques mots de plus après les salutations matinales.
– Bonjour, Maître.
– Ouaip, c’est bien. »

Je caresse la tête de Nana en la félicitant.
Ouai~p. Son apparence extérieure est celle d’une femme adulte, alors lui caresser la tête à vraiment l’air inapproprié.

« B’jour.
– Jour~ ?
– Bonjour nano desu !
– Bonjouuuu ! »

Les autres membres se réveillent, je les salue aussi en retour.
Cependant, qu’est-ce qui ne va pas Arisa ?

« Pourquoi ? »

Qu’est-ce qu’elle dit ?
Arisa pointe mes cheveux humides.

« Dites quelque chose si vous voulez prendre un bain !
– Pas moyen. Tu irais épier si je te le disais pas vrai ?
– Évidemment ! C’est mon travail naturel en tant qu’esclave que de laver le dos de mon maître !
– Tes vraies motivations ?
– Un garçon se baignant au cœur de mère nature ! Manquer ça est une situation regrettable ! »

Quand tu dis ça si franchement, je ne peux pas te punir.
Habituellement, avant d’aller nous coucher ou après le petit-déjeuner, je m’en vais seul essuyer mon corps avec une serviette humide et en général Arisa essaye de m’épier, ce qu’elle fait une fois qu’elle a réussi à échapper à la surveillance de Liza. Je ne la gronde pas nécessairement quand elle épie mais puisque ça aurait une mauvaise influence sur les autres filles, je lui donnerais la fessée si je l’attrape en train de le faire.

… Comment devrais-je dire cela, ça donne l’impression que nos rôles en tant qu’homme et femme sont inversés.

Aujourd’hui encore, mon entraînement à la magie se termine par un échec, pour avoir un changement de rythme, je m’assois au bord du chariot et fait de petits boucliers en utilisant un peu de bois.
Vu que que j’obtiens la compétence [Création d’Armure] après en avoir fait un, je mets les points au maximum et l’active. Bien que les boucliers sont faits de bois, ils sont créés avec le plus haut niveau technique de [Création d’Armure].
Comme c’est le bazar, je dispose un tissu pour les copeaux de bois qui tombent. Je présente deux boucliers à Pochi et Tama faits après avoir acquis la compétence. Il y a quelques boucliers dans mon inventaire mais aucun qui puissent aller à Pochi et Tama alors je dois les faire moi-même.
J’en ai seulement fait 3 mais puisqu’il est presque l’heure, je range les outils.

Arisa qui l’a remarqué, se tourne vers moi.

« Les gars que vous avez mentionnés plus tôt ?
– Ouais, très bientôt. Il y a deux personnes sur la grande route, cinq de chaque côté de la grande route dans la forêt, et deux personnes sur un arbre un peu plus loin. Arisa va gérer les deux sur la grande route, pendant que Liza, Pochi et Tama vont s’occuper des cinq dans la forêt à droite. Je vais vaincre les deux dans l’arbre et les cinq dans la forêt de gauche. Je laisse la protection de Lulu à Mia et Nana. »

Tout le monde acquiesce à mes instructions. Vu que je l’ai expliqué à l’avance, elles n’ont aucune question particulière.
Tout le monde est tendu, mais les ennemis ne sont rien d’important. Sur le côté gauche, en dehors d’un niveau 7, les autres sont du menu fretin au niveau 2-3. Les filles-bêtes pourraient les annihiler seules si elles le voulaient.

Quand nous entrons dans la forêt après une légère courbe, il y a un homme et une femme assis sur la route. Ils ont l’air de villageois normaux. “Oo~i”, ils appellent par ici.
Quand le chariot réduit sa vitesse, l’homme s’approche en essayant de dire quelque chose.

« Je suis désolé, ma femme est-t-t-t-t—
– Fuhn. La comédie d’un bandit ne m’intéresse pas. »

Arisa frappe l’homme et la femme avec la magie mentale sans poser de question. Elle a des difficultés à choisir sa cible de façon à ce que nos chevaux ne soient pas entraînés dans son attaque. Alors qu’elle-même, elle adore agir de façon théâtrale.

Oui, ces 14 hommes et femmes sont des bandits.

Sans vérifier les résultats de cette bataille, j’utilise deux arbalètes alternativement pour abattre les archers sur l’arbre. Ils ne devraient pas être mort.
Les filles-bêtes sautent de l’arrière du chariot et commencent leur assaut dans la forêt. Je saute également de la banquette du cocher et charge vers la forêt opposée.

En juste quelques minutes, le [Gang de Bandits du Village d’Oyu] est annihilé. La moitié d’entre-eux sont blessés mais aucun n’est mort. Nous les suspendons aux arbres en les désarmants. Je trouve que c’est du gaspillage d’utiliser des cordes sur eux, donc je les enroule avec des lianes, comme suggéré par Liza.
J’ai remarqué cela avec le simulateur d’accident dans la cité précédemment (nda : celui qui voulait faire “aaah vous avez cassé le pot de l’oncle de mon arrière grand-mère par alliance à mon cousin germain !” que Satou à assommé), il n’y a pas de punition pour [Blesser] et [Assaillir] dans ce monde. Juste pour être sûr, je vérifie le statut de tout le monde et leur Récompense et Punition n’a pas changé.

Les bandits ont été sujets à la magie d’Arisa, Champ de Sommeil, pour les faire dormir.
Juste au cas où, vérifiant sur la carte, il n’y a aucun village appelé, « Village d’Oyu », dans cette région.

« A propos, que voulez-vous faire en les capturant ? La Cité du Comte n’est-elle pas relativement éloignée ? N’est-ce pas plus rapide de simplement les tuer ?
– Comme on m’a ordonné de ne pas tuer si possible, je n’ai tué personne, mais les bandits devraient être tués aussitôt rencontrés. Si maître veut la prime alors leurs têtes sont suffisantes. De plus, même si quelqu’un tue un bandit, leur Récompense et Punition ne va pas changer en [Meurtrier]. »

Les suggestions d’Arisa et de Liza sont plutôt brutales, mais je me demande si c’est juste ainsi dans ce monde. Si je ferme les yeux sur ces gars maintenant, ils vont probablement tuer ou vendre comme esclaves les marchands ou voyageurs qui utilisent cette route.

Même ainsi, je ne veux pas voir les filles-bêtes tuer des gens, et moi, moi-même, ne veux pas tuer. Je veux éviter le meurtre autant que possible. (ndt : c’est sûr qu’après un génocide on doit se dire qu’il faudrait se calmer un peu… ^^’)
Pourtant, j’ai le sentiment que je retirerais cette pensée si les vies de mes compagnons étaient en danger. Même si je suis un hypocrite, je ne suis pas un saint, si ce moment arrive vraiment je cèderais.
J’ai tué Zen de toute façon, même si c’était sa propre intention.

« Amenons-les à la Cité du Comte et vendons-les comme esclaves criminels. N’est-ce pas plus profitable que de les tuer ici ? »

Même si je ne veux pas les tuer, je n’ai aucune intention de les laisser partir. Je vais les faire payer pour leurs crimes de façon appropriée. Leurs états de [Récompense et Punition] sont remplis avec [Meurtre], [Viol], [Vol] et d’autres. Il n’y a aucun innocent.
Liza a un visage qui donne l’impression qu’elle a plus à dire, mais il semblerait qu’elle n’ait pas l’intention de protester davantage face à mes propos.

« On n’y peut rien~ faisons ça ainsi. »

En disant cela, Arisa secoue sa tête comme un genre de gaijin (ndt : gaijin = étranger, apparemment les japonais trouvent qu’on secoue beaucoup la tête ! ^^). Je comprends qu’elle est inquiète, mais ce geste est un peu méprisant.
Ensuite elle pointe son doigt vers moi, et continue avec ces mots.

« Si votre vie est en danger, n’hésitez pas à tuer l’adversaire, compris. C’est une règle de ce monde. Je ne vais pas vous pardonner si, entraîné par votre pacifisme comme celui de ce pays-là, vous vous faites tuer pitoyablement ! »

Néanmoins, 14 personnes c’est en effet trop. Même si le chariot a à peine de bagages, plus de la moitié de l’arrière du chariot est ensevelie par les bandits. De plus, ils puent.
Comme ce serait ennuyeux s’ils se réveillent, en plus de la magie d’Arisa, je leur fait boire des potions somnifères que j’ai faites lors de la première nuit de camping et les emporte à la Cité du Comte pendant qu’ils dorment.

Bien que ce soit juste pour deux jours, l’odeur et les ronflements des bandits sont une grande nuisance.
Si nous trouvons d’autres bandits, je les laisserais à moitié mort. Je ne pensais pas que ramener des criminels d’un endroit isolé serait si embêtant.

Chapitre Précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre Suivant

Publicités

6 commentaires sur “Death March 6-4 : Les Premiers Bandits

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s