Maître des âmes 14 : Bonne et mauvaise rencontre (4)

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


Pas de demandes, donc aucune plainte. Ok, ça fait presque une semaine que ce chapitre devait sortir. Mais d’un autre point de vue, ça fera moins de temps à attendre avant le suivant… peut être… non j’en suis sûr… enfin presque…

Bref, enjoy.


Hong était en train de marcher au milieu de la cohue et de la foule.

Il n’arrêtait pas de tourner la tête de droite à gauche, avec un air inquiet facilement perceptible sur son visage. Tandis qu’il fronçait les sourcils, il continuait de scruter l’horizon avec un regard désemparé.

« Mais où a-t-elle donc bien pu passer ? » Se demanda-t-il, alors qu’il repensait aux événements survenus un peu plus tôt.

____

Conformément aux instructions de leur père Shang, Hong et Sung accompagnèrent de bonne grâce leurs invités jusqu’au marché du village.

En chemin, ils tentèrent de nouer des liens avec la jeune et magnifique Rain. C’était notamment le cas pour Hong, qui engageait activement la conversation. Il s’adressait poliment à elle avec un sourire charmeur aux lèvres et des yeux étincelants de milles feux.

Sung, quant à lui, restait légèrement en retrait, se contentant d’observer calmement son jeune frère qui tentait d’impressionner la jeune fille.

Même un aveugle pouvait s’apercevoir que Hong était complètement tombé sous le charme de Rain. Celle-ci possédait une grâce et un charisme suffisants pour attirer le regard, aussi bien des hommes que des femmes, rien qu’en marchant.

En voyant le comportement de son frère, Sung en conclut qu’il valait mieux laisser Hong prendre les devants, puisque celui-ci était aussi captivé par cette jeune femme.

Bien qu’il s’agissait des ordres de son père, cela n’avait plus maintenant aucune importance pour Hong. Il était tombé sincèrement amoureux de la belle Rain.

Sung, à l’opposé, gardait la tête froide. Il savait qu’il serait difficile, si ce n’était impossible, pour que l’amour de son frère puisse se concrétiser.

Même si l’identité de leurs invités leur était inconnue, d’après ce que leur avait raconté leur père, et en analysant la démarche ainsi que l’atmosphère qui entourait Rain, il n’était pas difficile de deviner qu’elle était sûrement un membre d’une famille ancienne et puissante.

Le monde dans lequel elle vivait était sûrement bien au-delà de ce que ce pauvre village avait à offrir. Et même si par un quelconque miracle, leur amour était réciproque, sa famille n’accepterait jamais de donner leur fille à un garçon venu d’un petit village reclus au fin fond du continent de Meng.

Hong était peut-être le fils du chef en second de Mura, mais qu’est-ce que représentait ce titre en dehors du village ? Rien ! Cela ne valait pas mieux qu’un petit nuage insignifiant dans le vaste ciel.

Sung ne se berçait pas d’illusions. Mais en voyant l’engouement que son frère montrait, il préféra toutefois ne pas émettre son opinion.

Toutefois, pour ne pas désobéir complètement aux ordres de son père, il essaya plutôt d’engager la conversation avec l’homme qui accompagnait Rain.

« …… »

Mais celui-ci ne daignait répondre à aucune question de Sung. Pire encore, il ne lui accordait aucune attention, comme si celui-ci n’existait même pas. Sung serra les dents pour contenir sa colère. Jamais de sa vie il n’avait été traité de cette façon !

C’est alors que Rain, remarquant que Sung commençait à perdre patience, prit la parole d’une voix douce.

« Jeune maître Sung, veuillez pardonnez l’attitude de Stelth. Son rôle principal est de me protéger. Il prend son rôle très à coeur. C’est pourquoi il fait un piètre partenaire dans une conversation. Vous n’avez pas besoin de faire attention à lui. »

« Si c’est vous qui le dites, mademoiselle Rain. Je ne vois aucune raison de lui en vouloir », répondit calmement Sung, tout en ravalant l’indignation qu’il ressentait.

C’est ainsi qu’ils poursuivirent leur route, marchant et visitant différents vendeurs et étalages les uns après les autres. Sans avoir besoin de mentionner Rain, Hong et Sung étaient déjà suffisamment connus parmi les villageois.

Même la plupart des gens externes au village, qui ne venaient que le jour du marché mensuel tenu par Mura, savaient que ces deux garçons étaient les fils du chef en second Shang.

Il était donc évident que leur groupe attirait naturellement l’attention général partout où ils passaient.

« Eh ! Regarde… Ce serait pas les deux frères, Hong et Sung ? »

« Oui, c’est bien eux… Mais qui est cette fille qui marche avec eux ? Elle ne vient surement pas du village. »

« Elle est si jolie. Pas étonnant de la part des jeunes maîtres Sung et Hong. »

Hong avait un large sourire en écoutant les chuchotements des passants. Tout le monde autour de lui le regardait avec des yeux remplis d’envie et de jalousie alors qu’il marchait aux côtés d’une fille sublime. Pour Hong, c’était une sensation exaltante.

Il était enivré par l’instant présent, et ne s’en privait pas pour afficher un air de supériorité flagrant. Mais subitement, un garçon parmi la foule capta aussitôt son attention.

Celui-ci était recouvert de bandages sur tout son corps. Des bouts de bois étaient également fixés autour de ses deux bras par du tissu solidement noué, faisant ainsi office d’attelles. On pouvait aussi facilement s’apercevoir que celui-ci avait plusieurs dents manquantes lorsque qu’il ouvrait la bouche.

Même si son visage lui était familier, dans l’état actuel où il était, il fallut plusieurs secondes à Hong avant de réagir. Puis il s’avança finalement vers le jeune garçon.

« Dizz, c’est bien toi ? » Demanda Hong, l’air incrédule.

Il voulait bien s’assurer que ses yeux ne lui jouaient pas de tours.

En entendant une voix familière s’adressant à lui, le jeune garçon se retourna alors. Il écarquilla ses yeux avant de se précipiter devant Hong, les bras pendants, la respiration saccadée et le visage pâle. Il était évident qu’il accusait encore le coup de ses nombreuses blessures.

« Hong, je me doutais… que je te verrais ici. Jeune maître Sung, mes respects. »

Dizz salua rapidement Sung, qui venait d’apparaître derrière Hong, mais non sans quelques difficultés.

« Dizz, ces blessures, j’ai entendu les rumeurs mais… Que s’est-il passé exactement ? » Demanda Sung en observant minutieusement l’état dans lequel se trouvait Dizz.

« Jeune maître Sung, Hong, c’est que… »

Dizz avait les yeux rivés au sol, n’osant pas affronter de face le regard des deux frères.

« De quoi as-tu peur ? Parle », le pressa Hong.

Dizz hocha lentement la tête et, ne quittant toujours pas le sol du regard, reprit :

« Personne ne nous a cru. Mais nous avons tous dit la vérité ! Celui qui nous a mis dans cet état… c’est Fang. »

Sung fronçait des sourcils tandis que Hong avait la bouche grande ouverte. C’était effectivement telles que les rumeurs le disaient. Seulement, en entendre la confirmation de la part de Dizz lui même était, pour ainsi dire, choquant.

« C-C’est une erreur, n’est-ce pas ? Quel tour Fang a bien pu utiliser ? À moins qu’il ait demandé de l’aide à quelqu’un d’autre ? »

Hong le bombardait de questions. Il connaissait Fang, et savait qu’il était impossible pour lui de mettre Dizz dans cet état, pas sans avoir recours à un subterfuge ou à une aide extérieure en tout cas.

« I-il n’a utilisé aucun tour », continua Dizz, la voix tremblante.

D’ailleurs, ce n’était pas seulement sa voix, mais tout son corps qui commençait à trembler alors qu’il repensait aux événements passés.

La « punition » que Fang lui avait infligé était encore fermement ancrée dans son esprit. Plusieurs jours s’étaient écoulés depuis, mais ses souvenirs le poursuivaient encore dans ses rêves. Entendre le son de ses bras qui se brisaient durant son sommeil suffisait à le réveiller en sursaut, effrayé, avec le dos plein de sueur, au beau milieu de la nuit.

« Il-il était seul et il nous a tous battus. I-il était au huitième niveau du stade humain ! »

Quand Dizz finit sa phrase, c’était comme si une bombe avait explosé dans l’esprit de Hong. Il se jeta impulsivement sur Dizz et le prit par les épaules.

« Qu’est-ce que tu racontes ? C’est impossible, CE Fang ?! Au huitième niveau ?! Tu as du faire une erreur ! »

« Du calme Hong, ça ne sert à rien de t’en prendre à lui », dit Sung en posant sa main sur l’épaule de son frère.

Quand celui-ci sentit sa main, Hong finit par remarquer que Dizz laissait échapper des gémissements de douleur. Il le lâcha alors rapidement avant de retrouver finalement son calme.

« Désolé grand frère, je me suis un peu emporté. C’est juste que… huh ? »

Hong s’arrêta en plein milieu de sa phrase tandis qu’il jetait un oeil derrière son frère.

Sung ne comprit pas de suite la réaction de Hong. Il se retourna alors lui aussi et ses yeux s’ouvrirent en grand quand il s’aperçut finalement qu’ils n’étaient plus là !

Pendant qu’ils étaient occupés à discuter avec Dizz, leurs invités avaient soudainement disparu !

Les deux frères furent pris de panique. Les invités qu’ils étaient censés guider s’étaient volatilisés sous leur nez. Si leur père venait à apprendre cela, ils n’osaient même pas imaginer quelles répercussions les attendaient.

« Vite ! Séparons nous pour les chercher ! Je vais par là. Hong, occupe-toi de ce côté. »

Sung prit rapidement les commandes et donna immédiatement ses consignes.

« Bien compris », répondit aussitôt Hong.

Les deux frères se séparèrent alors dans la foule aussi vite que l’éclair.

____

C’est ainsi que Hong se retrouvait à déambuler seul en plein milieu du marché, sans avoir la moindre idée de l’endroit où se trouvait Rain, ni même par où il devait commencer à chercher.

Au bout de plusieurs et longues minutes à errer sans but, il vit au loin une petite foule qui s’était amassée. Curieux, il s’approcha lentement, et c’est alors qu’il entendit une douce voix qui lui était reconnaissable à des kilomètres.

Il pressa alors le pas, tout en se disant à lui même que c’était le destin qui avait décidé que ce serait lui, Hong, qui retrouverait Rain en premier. Mais le sourire qui commençait à se dessiner sur son visage se figea brutalement lorsqu’il fut témoin de la scène en face de lui.

Rain, sa déesse, était en train de rire à gorge déployée. Hong avait l’impression que son coeur avait gelé. Depuis le début, il n’avait épargné aucun effort pour attirer son attention.

Cependant il n’était pas dupe, même si celle-ci lui répondait poliment et lui souriait de temps à autre, il savait que ce n’était qu’une façade. Elle agissait probablement ainsi pour que celui-ci garde la face et pour ne pas froisser son égo.

Mais peu lui importait, tant qu’il continuerait à la poursuivre, celle-ci finirait bien par se tourner vers lui un jour et remarquerait enfin son existence. C’était ce que Hong croyait dur comme fer… jusqu’à ce qu’il la voit telle qu’elle était maintenant.

Il était clair que son rire n’était pas forcé et qu’il venait du plus profond de son coeur. Cet air naturel était totalement différent de l’attitude qu’elle montrait en temps normal, et cela ne la rendait que plus belle encore.

Mais ce qui surprit Hong le plus, ce n’était pas de voir Rain rire de bon coeur, mais la raison pour laquelle elle riait. La source provenait d’un jeune garçon en face d’elle, et le choc n’en fut que plus grand quand il s’aperçut que ce garçon… était Fang !

L’esprit de Hong était en train de sombrer dans le chaos. Mais très vite, un tout autre sentiment commença à surgir du plus profond de son coeur. Cette émotion qui se mit à se répandre en un instant dans toutes les cellules de son corps portait un nom : la haine.

Si cette personne était quelqu’un de plus fort que lui, ou bien si celui-ci était né dans une famille prestigieuse qui éclipsait celle de Hong, il aurait pu l’accepter et tournait la page. Mais là, il s’agissait de Fang !

Ce bon à rien, bloqué au troisième niveau du stade humain, et qui était à ses pieds depuis des années. Ce Fang, qui n’était qu’un raté sans aucun talent et renié par la totalité du village. Il n’était en rien comparable à lui, Hong. Non ! Fang n’était qu’un déchet !

Son regard alternait frénétiquement entre Fang et le visage radieux de Rain. Comment pouvait-il acceptait cela ?!

Ne pouvant plus contenir ses émotions, il hurla soudainement de toutes ses forces, alertant ainsi la foule autour de lui, qui se mit rapidement à l’écart en voyant un Hong enragé.

Sa colère était telle qu’il semblait avoir perdu la raison. Il sauta ensuite par dessus la foule, ne pouvant plus attendre un instant supplémentaire pour réduire Fang en charpie.

Une fois les pieds au sol, son regard se fixa sur Fang, comme si il n’y avait plus que lui en ce monde. Il se précipita alors sans tarder sur celui-ci en criant comme un fou furieux.

« FANG !! »

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

5 commentaires sur “Maître des âmes 14 : Bonne et mauvaise rencontre (4)

  1. Rahn tu es trop cruel !
    Je veux la suite !!!

    Bref si tu l’as pas compris, je suis accro à ton histoire, elle est bien écrite et donne envie d’avoir la suite! C’est vraiment une histoire captivante alors en plus si tu nous met cette belle jeune fille, moi je veux savoir la suite !

    Un grand merci pour ce novel et continu, c’est bon de te lire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s