Le Voyage de Moah – Chapitre 02

Auteur : Ben Ornau
Check : Miss X


Bienvenue sur le second chapitre. À partir de celui-là, la sortie se fera tous les dimanches comme prévu. Pour les impatients je vous mets l’adresse de mon site sur lequel les chapitres seront postés un jour en avance.
Bonne lecture et à la semaine prochaine


Conscience de soi

Quelque chose d’étrange venait de se passer. Ce n’est pas comme un souvenir ou comme les images de ma vie que je regardais dans la lumière mais quelque chose était arrivé quand j’avais plongé vers cette petite boule grise.

« Bébé blob vient de naître », ces mots étaient apparus dans mon esprit sans que je sache d’où ils venaient. Mais surtout la lumière dans laquelle je baignais avait disparu et je me retrouvais maintenant dans un monde tout gris.

 J’étais sûr d’être mort et même si je ne croyais pas particulièrement au paradis, je doutais qu’il ressemble à ça. Il n’y avait rien autour de moi mais ce n’était pas comme quand j’étais dans la lumière blanche où je me sentais apaisé. Ici quand je pensais à Adélaïde, Baptiste et les amis de mon école je me sentais envahi par toutes sortes d’émotions. De la tristesse évidemment, mais aussi de la colère pour les avoir quittés et de la culpabilité de les avoir abandonnés.

Un mort qui se sentait coupable vis à vis des vivants ! Une culpabilité du survivant inversé. En d’autres temps j’aurais peut-être était plus réceptif à l’ironie d’une telle chose mais là tout de suite je n’étais pas dans ce genre d’état d’esprit.

Quand j’étais dans la lumière j’avais ressenti la quiétude, j’avais fait la paix avec mes regrets. Ce que j’éprouvais depuis que j’avais plongé vers la petite boule grise était différent.

J’avais toujours en mémoire ce que j’avais ressenti quand j’avais laissé les choses aller, quand j’avais cessé de lutter contre l’inévitable. Comme une tempête qui décide enfin de se calmer. Mais plus maintenant, c’était redevenu plus dur d’accepter la fatalité des choses.

J’avais envie de me battre contre cette fatalité comme tous les vivants le font.

Ce nouveau monde tout gris était bizarre, ce n’est pas vraiment qu’il soit gris ou sombre mais plutôt que au delà de quelques centimètres il n’y avait rien. J’étais seul au milieu du vide, complètement seul.

J’ignorais combien de temps était passé depuis que j’étais là. Je me sentais encore tiraillé par la nouvelle de ma mort et par la perte de mes proches mais au milieu de tout ça un sentiment auquel je ne m’attendais pas commençait à naître. L’ennui ! Un ennui total qui submergeait tout mon être.

« Après le mort qui se sent coupable, le mort qui s’ennuie ! Ce n’est vraiment pas comme ça que je voyais la mort. »

« Peut-être que c’est un genre de purgatoire. Que je dois expier mon âme ou quelque chose comme ça. »

C’était ma seule théorie et je n’y croyais pas une seconde. Si j’étais au Paradis il n’y aurait pas de raison que je continue à ressentir de la tristesse ou du regret. Si j’étais en Enfer, eh bien, ce n’était pas le lieu de torture que les cul-bénis imaginaient. En fait je ne me souvenais pas avoir entendu une seule religion dire que la vie après la mort serait aussi chiante.

Ça faisait 1 heure que j’étais là, ou 1 journée je n’arrivais pas à le dire. N’ayant rien à faire j’essayais de me détourner de ma peine par n’importe quel moyen. Ce qui est assez difficile quand on a seulement son esprit mais j’avais réussi à capter quelque chose d’autre. Je n’en étais pas sûr mais j’avais l’impression d’entendre un cœur battre.

Ce n’était pas un battement en deux temps comme le fait un cœur mais il était régulier.

Boom … Boom … Boom …

En me concentrant dessus je me rendis compte que la frontière entre le gris et le néant qui m’entouraient oscillait légèrement au rythme des battements.

N’ayant rien d’autre à faire, je continuais à me concentrer sur ces battements même si ça n’avait aucun sens. J’étais sûr d’être mort, alors comment est-ce que je pouvais sentir un « cœur » battre ?

Bébé blob a obtenu Conscience d’être

C’était la deuxième fois que des mots apparaissaient directement dans mon esprit et j’étais sûr que ces mots n’étaient pas les miens. La première fois j’avais cru avoir rêvé et je les avais juste ignorés. C’était déjà étrange mais ce n’était même pas le plus étrange de ce qu’il venait de se passer. Je venais de me rendre compte que les battements que je percevais comme un écho venaient en réalité de moi !

Non seulement je sentais les battements de mon « cœur » mais je prenais aussi conscience de ce qui m’entourait. J’étais posé sur le sol, je dis posé parce que je n’arrivais pas à comprendre si j’étais assis, allongé ou debout. Je ne sentais pas mon corps et je ne voyais rien autour de moi, juste du gris entouré d’obscurité. En fait, j’avais l’impression que tout mes sens avaient disparu. Je sentais juste que j’étais sur une surface dure et que j’étais immobile.

    « Qu’est-ce que c’est que ce délire ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire de Bébé blob ? »

Bébé blob :

Le bébé blob est la forme la moins évoluée du blob. C’est un être de type Invocation naturelle primaire qui apparaît de manière naturelle près des jaillissements d’énergie. Il est né de la cristallisation de cette énergie dans un noyau.

J’ignorais encore ce qui était à l’origine de ces mots mais je savais qu’ils disaient la vérité. Je n’étais pas sûr de comprendre ou plutôt j’avais peur d’avoir trop bien compris leurs significations. J’avais l’impression que j’étais ce Bébé blob !

Maintenant que je connaissais les mots je compris que ce cœur que je sentais battre était en fait un noyau, mon noyau. Les battements formaient des pulsations d’une énergie qui parcourait tout mon corps. Les quelques centimètres de gris que je percevais autour de moi était, en réalité, les limites de ce corps …

Je fis une dernière déduction mais elle me paraissait si absurde que je n’osais pas la formuler. Même sans la formuler la panique m’envahissait. Suivie juste après par l’impression de recevoir une tonne de briques sur la tête.

Je finis par rassembler mon courage et exprima prudemment ma pensée pour moi-même.

« Si je ne sens ni mes bras, ni mes jambes, ni même ma tête c’est que tout simplement mon corps n’en a pas. »

Bébé blob a obtenu Conscience de son corps

Conscience de son corps et Conscience d’être fusionnent

Bébé blob a obtenu Conscience de soi

Si mon corps en avait été capable je me serais évanoui sur le champ quand les mots qui venaient d’apparaître prirent effet. Je prenais soudain la pleine mesure de ce que j’étais et que mon corps était en réalité composé d’une gelée informe qui entourait une petite boule d’énergie qui lui servait de cœur.

Je ressemblais à une version miniature du monstre d’un vieux film d’horreur dont le nom m’échappait.

Je voulais crier mais je n’avais pas de bouche, je voulais pleurer mais je n’avais pas d’yeux. Incapable de faire quoi que ce soit et complètement désemparé j’essayais de mon mieux de retrouver mon calme et de digérer la nouvelle.

    …

Une fois calmé je fis le point.

J’étais mort, j’en étais sûr. Dans mes derniers instants j’avais pu faire la paix avec moi-même et revoir des moments de ma vie. Ensuite j’avais plongé vers une petite boule grise et je m’étais réincarné dans un Bébé blob. J’avais mis du temps à m’en rendre compte mais j’étais dans cet état là depuis que « le monde gris » était apparu.

Même si le choc initial était passé je pris assez bien la nouvelle. Un peu trop bien même. Le souvenir de mon médecin me disant que « le corps conditionne la pensée » me venait à l’esprit. Bien sûr en disant ça il avait parlé de comment l’activité physique influe sur l’humeur et je n’étais pas sûr que cela m’aide vraiment dans cette situation.

« Pourquoi je pense à ça? Ça ne peut pas être aussi facile. »

« Peut-être que je ne suis pas vraiment mort ? Peut-être que je suis dans une sorte de coma ? Un genre de rêve ?»

Cette alternative ne me réjouissait pas tellement non plus. Parce que si c’était vrai, j’étais en effet toujours humain, mais j’étais aussi dans un état végétatif à entendre des voix qui me parlaient de Blob. Ce n’était pas un superbe tableau il fallait l’avouer.

« Est-ce que le choc de l’accident m’a rendu complètement givré ? Et est-ce que le fait de me poser cette question n’est pas la preuve que je ne le suis pas ? »

C’est dans ces moments là que le mal de crâne arrive normalement. Toutes ces questions ne me menaient nulle part et me donnaient l’impression de n’être que des tentatives désespérées de me détourner de la vérité.

Toutes ces émotions m’avaient épuisé mais j’essayais tout de même de faire appel aux « mots dans mon esprit » en me posant toutes sortes de questions. C’était ma seule source d’information et quand je me suis demandé ce qu’était un Bébé blob une réponse était apparue d’elle-même. Si j’arrivais à répéter l’expérience je pourrais mieux comprendre la situation.

J’avais essayé des questions de toutes sortes : où je suis ? Qu’est ce que je dois faire ? Etc.

À un moment je m’étais même senti d’humeur plus métaphysique : Où vais-je ? Qui suis-je ? Dans quel état j’erre (étagère) ? Mais sans résultat.

Je n’avais pas réussi à obtenir la moindre réponse. J’étais fatigué et ça ne servait à rien de continuer comme ça, il fallait mieux se reposer un peu. Laissant l’épuisement mental faire son œuvre je m’assoupis.

Bébé blob a obtenu le don Repos

[REPOS]

Chapitre Précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre Suivant

Publicités

2 commentaires sur “Le Voyage de Moah – Chapitre 02

  1. Ohh 😮
    Un nouveau novel 😊
    Et bien 😀
    C’est assez intéressant 😄
    J’ai hâte de lire la suite ☺️
    Merci pour les chapitres ❤️
    Et bonne continuation 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s