Arca – Chapitre 2

Auteur : Shinoera
Check: Miss X


Bien le bonjour cher lecteur, ce petit chapitre n’est que le début d’une longue histoire! Et j’espère que celle-ci vous plaira !
Encore une fois merci à MissX pour son check. 🙂
J’attends vos retours 😀


I – 2 – Une lueur dans la brume

Shem rouvrit les yeux avec plus de peine qu’un lundi matin à la rentrée des grandes vacances. Chacun de ses membres était comme mort et le froid avait fait de lui, une sorte de zombie. Tout ça en une nuit.
Il bougea difficilement, et essaya de s’accrocher à l’arbre le plus proche.
De la neige resta collée sur sa joue et dans ses cheveux ; le froid l’empêchait de faire tout mouvement brusque, comme si son corps risquait de se briser à tout instant. Shem grelottait frénétiquement.

— Je vis encore… Fantastique. dit-il d’une voix écorchée.
« J’ai pas envie de crever comme ça… pas ici. »

Arrivé juste devant l’arbre, il s’y adossa et posa son sac sur ses genoux. Son regard n’exprimait plus rien, à tel point que l’on aurait pu le prendre pour une carpe sur un stand de poissonnier.
Son pauvre corps ne lui répondait presque plus, et un mal de crâne le tourmentait. Malgré cela, il se remit maladroitement à bouger. Il commença par ouvrir son sac à dos, duquel il sortit plusieurs gâteaux qu’il mangea avec lentement. Il prit ensuite la bouteille dans lequel il avait mis de la neige — seul un quart avait fondu, — et but.
Il prit le temps de reprendre ses esprits et souffla sur ses mains pour les réchauffer. Puis sortit un gros livre de son sac. Il ouvrit le bouquin, et fit défiler les pages.

— Plein de pages sont vides… ça manque d’infos tout ça…

Il resta assis, dos contre l’arbre, jusqu’à ce que son corps — et son esprit — ait enfin la force de se lever. Il remit le livre dans son sac et une fois levé, fit quelques exercices, pour réchauffer son corps. Une fois bien réveillé, il repartit vers son objectif.

« Le sud, le sud, le sud… »
— Attends ! Il est où le sud déjà ? Merde, la boulette… Il s’arrêta quelques secondes puis reprit. J’ai vu où se levait le soleil… donc…

En réfléchissant avec peine pendant deux secondes — à cause de la nuit qu’il avait passée —, il déduit que puisque le soleil se levait à l’est, le sud devait être à sa droite.
Il se remit donc en route, et décida d’accélérer le pas pour pouvoir au plus vite trouver quelqu’un, mais en dépit de cette marche rapide, toujours dans la même direction, Shem ne trouva aucune trace de vie.
Rien.
Le soleil filait à travers le ciel et les nuages commençaient à se rassembler. En regardant sur son portable, il vit simplement, « Batterie faible » et «18:15 ». La nuit allait tomber dans une trentaine de minutes. Shem ne se voyait pas dormir une seconde fois dans la neige.

— Wooo ! S’il vous plaît ! À l’aide !

Il n’eut pour seule réponse que l’écho de ses propres mots. Prouvant une fois de plus, l’immensité de ces plaines et de ces montagnes. Il se remit de suite à courir, mais le vent se leva aussitôt.

« Pas bon ça ! »

Le vent, celui qui transporte la mort, Shem pouvait le sentir. Un frisson traversa son échine.
Il ne put faire que quelques pas avant que la neige ne commence à tomber. Il continua à marcher vers son but, mais le paysage restait toujours aussi blanc.
Il y avait juste quelques montagnes qui avaient disparu derrière lui.
Cela lui suffit pour se remotiver, mais la neige et le vent le fouettant violemment, ralentit considérablement sa marche.

— J’en peux plus ! J’atterris ici, et rien ! Juste une putain de forêt gelée ! … Malheureusement, il n’y a pas d’option ragequit

Et la nuit tomba, laissant Shem seul dans un début de tempête de neige, là où même la lumière de la Lune ne pouvait se frayer un chemin. Il réussit tout de même à se faufiler entre les arbres tout en continuant d’aller vers le sud.
Après quelques minutes, il arriva à un endroit où les arbres épineux s’écartaient de plus en plus, comme si l’on avait défriché une partie de la taïga. Il calma son pas.

— Inspecteur Shem trouve ça fort étrange. dit-il en essuyant une sueur froide.

La neige commençait à tomber plus fort, mais il pouvait toujours voir à travers son voile.

« Bordel ! Je vais vraiment finir par mourir de froid… »

Il se frotta les bras pour se réchauffer, mais cela ne changea rien au fait que ses doigts le brûlaient. Mettre ses mains dans ses poches n’y changeait rien. Son mal de crâne toujours présent rendait sa marche d’autant plus compliquée.
En avançant plus loin dans la forêt, les arbres commencèrent à se faire de plus en plus rares.
Shem posa les pieds sur une terre meuble et sans neige, formant un monticule d’une assez grande taille.

— Un… terrier…? bafouilla-t-il.

Pour un terrier de lapin, où de n’importe quel autre animal, le trou pour y entrer semblait bien trop grand. Shem avança doucement vers les arbres. Mais un bruit vint du terrier.
Sous le coup de la peur, Shem se mit à courir, poussant les branches tout autour de lui.
Un long cri retentit, plus long que celui de la veille, mais identique. Shem sprinta jusqu’à arriver sur un grand lac gelé. La glace semblait être fragile, mais la peur lui fit oublier cela. Il n’était plus maître de rien, il agissait malgré lui.

— Qu’est-ce que !?

En pivotant, il comprit vite qu’il n’aurait pas dû se retourner ; l’ombre n’était déjà plus qu’à une vingtaine de mètres. Une fraction de seconde plus tard, une douleur lui explosa la jambe. La chose lui avait asséné un coup de patte dont les griffes étaient acérées. Shem ne pouvait pas voir ce qui l’avait attaqué à cause de la neige qui tombait maintenant à flots.
Et en une autre fraction de seconde, la mâchoire de la bête saisit sa jambe. Shem lâcha un cri de douleur ; le sang qui coulait de son mollet droit se répandait sur la glace lisse du lac.
Après lui avoir mordu la jambe, la bête leva une de ses pattes supérieures et tenta de lui donner un coup, Shem réussit à l’esquiver de justesse. Cela fit rompre la glace déjà abîmée par le poids des deux êtres. Shem et la bête tombèrent dans l’eau glacée. La chose au-dessus de lui, l’empêchait de remonter à la surface. Il réussit quand même à se décaler et à remonter à la surface. Par chance le trou était assez large et il n’avait eu qu’à rejoindre l’air libre en nageant vers le haut.
Shem sortit le plus vite possible de l’eau, il se mit immédiatement à courir le plus rapidement possible. C’est là qu’il sentit ce froid, celui qui entoure la mort. Il était au-delà de frigorifier, la douleur que cela provoquait était indescriptible.
Sa jambe le fit boiter, et des petites gerbes de sang sortirent de son mollet meurtri par les différentes blessures. Les yeux de Shem transcendaient la peur et la douleur. Il ne pensait qu’à une chose : fuir.
Il continua de courir avec ses vêtements trempés, jusqu’à son épuisement le plus total. La tempête de neige ressemblait désormais plus à une épaisse brume qu’à autre chose.
Son corps déjà à moitié mort tomba par terre. Si sa blessure à la jambe ne le tuait pas, son hypothermie le ferait. Il se demanda même comment il avait fait pour sortir vivant du lac.
Ses yeux devinrent vitreux.
Jusqu’à, ce qu’au loin, il aperçoive, une lueur dans la brume.

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s