Arca – Chapitre 3

Auteur : Shinoera
Check: Miss X


Bonne lecture ! Je ne vais pas m’étaler .-. Je vous laisse lire !


I – 3 – Dégel

Sa vue devenait de plus en plus floue, et son corps maintenant pétrifié par le vent glacial ne lui répondait plus. Shem était à deux doigts de s’évanouir, mais cette douce lumière rouge le tenait éveillé. Plusieurs bruits secs et rocailleux sortirent de sa bouche.
Il se rendit compte que parler était devenu impossible, d’une part, à cause du froid qui lui tiraillait les cordes vocales, et d’autre part, parce qu’il sentait la mort arriver, le terrifiant plus que tout. Avec ses dernières forces, il essaya d’articuler quelque chose, mais seul un très léger chuchotement se fit entendre.

— Je suis…là… S’il vous… s’il vous plaît. ces quelques mots sortirent de sa bouche dans la douleur.

Son esprit commença, lui aussi, à succomber. Seuls ses yeux bougeaient encore, mais il ne savait même plus où était passée cette douce lueur, qu’il avait crue voir il y avait à peine deux minutes.

« Mourir comme ça… alors que je n’ai encore rien fait… je suis vraiment pathétique. »

Au fond de lui, Shem ne voulait pas abandonner, il souhaitait juste que cette lueur soit un espoir, une personne qui allait passer par là et le sauver.
Il ne pensa plus à rien et se laissa envahir par le sommeil. Il sentit la neige se glisser sous son T-shirt, mais il n’eut aucune réaction. Son corps endolori par le froid ne ressentait plus rien. Les yeux maintenant fermés, il n’entendait plus que le vent, qui soufflait avec violence sur lui, faisant virevolter ses cheveux.

Le sommeil l’emmena.

Derrière ses paupières closes, il put apercevoir une légère lumière rouge, comme quand le soleil tape sur ses paupières. Cette lumière rouge était accompagnée d’une chaleur agréable.

Puis ce fut, le noir complet.

Des mots résonnèrent dans sa tête, mais rien de vraiment compréhensible, peut-être un « …au bord de la mort » ou un « complètement gelé », c’est tout ce qu’il réussit à comprendre. Mais, par contre, il sentait très bien la chaleur qui provenait de sa gauche, puis il reconnut ce petit crépitement que fait un feu quand les braises explosent. Shem se redressa d’un coup et sa tête frappa une matière dure.
Il retomba lourdement au sol, sonné.

— Hé ! Doucement, tu veux te blesser ?!

Cette voix de femme était à la fois douce et tranchante. Quand Shem se tourna vers sa droite, il vit une trentenaire qui se tenait assise à côté de lui, les cheveux longs et d’un vert peu naturel, avec des yeux gris. À sa droite, deux jeunes filles étaient assises.
L’une semblait être une adolescente, les cheveux couleur corbeau, coupés à hauteur d’épaules et des yeux presque roses ; et l’autre, une petite fille d’au maximum douze ans, blonde, les cheveux attachés, qui quant à elle, dormait la tête posée sur l’épaule de l’adolescente.
En observant autour de lui, Shem vit qu’il était dans une grotte plutôt profonde, mais dont le plafond était assez bas. Il remarqua que seule une couverture protégeait son corps du froid, il avait été déshabillé, et seul son caleçon était toujours sur lui ; ses vêtements posés à côté de lui, étaient secs. En essayant de bouger sa jambe droite, il sentit la douleur causée par les blessures. Puis après ces quelques secondes de réflexion, il prit le temps de répondre.

— Non.
— Tu m’as l’air d’être un grand bavard toi. lui répondit la femme au cheveux verts.
— Vous avez découvert mon plus grand secret. répondit-il platement.
« J’arrive à ironiser même dans ces conditions, moi… Je m’impressionne de plus en plus…»

Cette phrase créa un blanc, qui fit ricaner l’adolescente. La trentenaire n’en tint pas compte.

— Elles t’ont trouvé en plein milieu de la neige, tu faisais quoi là-bas ? demanda t-elle ahurie du comportement de son interlocuteur. C’est pas vraiment la saison pour chasser , tu sais… C’est complètement stupide.
— Oh… J’aurais largement préféré me trouver dans une ville quand la tempête a commencé. Mais bo—
— En bref, tu n’as pas eu de chance ? le coupa-t-elle.
— … Je… Oui.

Le dernier mot de Shem, sortit de sa bouche avec un ton blasé, ce qui fit sourire la trentenaire.
Elle ne semblait pas satisfaite de la question qu’elle avait posée, mais décida de ne rien ajouter, Shem compris le malaise et le rompit.

— À laquelle de vous je dois m’adresser pour la remercier ?
— La petite, là, qui dort sur l’épaule de Myriam, c’est elle qui t’a vu. Mais sinon celle qui t’a ramené, c’est elle.

Elle montra du doigt, le côté de la caverne le plus exposé à la lumière. Shem regarda bien vers le bout de la grotte et effectivement il y avait une fille, elle se faisait soigner par un homme, qui avait peut-être le même âge que Shem, soit dix-neuf ans. Mais à cause du contre-jour, il ne pouvait pas les voir distinctement.

— C’est elle qui t’a ramené, mais par contre, c’est pas elle qui t’a soigné, si elle avait fait ça, on aurait probablement dû t’amputer plusieurs membres ! Ta guérison, tu la dois au gars qui la soigne en ce moment.
— Je vois. Je les remercierai en bonne et due forme. Sinon, où somme-nous exactement ? demanda Shem en regardant l’entièreté de la grotte.
— Et bien—

Avant que la femme puisse finir sa phrase, le jeune homme qui se trouvait au bout de la grotte vint devant lui, et prit la parole. Il avait les cheveux courts d’un noir cendré, des yeux cyans et portait des habits moins épais que toutes les autres personnes se trouvant dans la grotte.

— Alors, ça va mieux maintenant ? s’enquit le jeune homme.
— Ouais. Merci pour ce que t’as fait !
— Je t’ai juste soigné, c’est mon boulot.

Shem fut perplexe face à la phrase de son interlocuteur.

— Sous prétexte que c’est ton boulot, je ne devrais pas te remercier ?
— Ah ! Cette manière de parler ! On dirait toi Teeli !

La trentenaire se raidit suite à ses mots et lui répondit sèchement.

— Quoi encore…? dit-elle sur un ton saoulé.
— Quelle réaction vulgaire !! Je voulais juste dire que vous avez tout les deux la même manière de parler, alors j’ai pensé que vous vous entendriez bien.
— Oui… oui. continua Teeli en ayant une mine exaspérée.
— Olala Madame fait sa prude parce qu’il y a un inconnu ! dit-il en la cherchant du regard.
« Ils ont l’air de super bien s’entendre ces deux-la. »

Teeli roula des yeux, et souffla lourdement. La fille que le jeune homme soignait, elle aussi s’était rapprochée, mais Shem ne se trouvait pas assez près d’elle pour distinguer son visage. Le jeune homme vint à côté de lui.

— Bon alors, j’ai quelques questions pour toi. En échange de ton sauvetage, tu pourrais y répondre s’il te plait ?
— Le « S’il te plaît » était indispensable ? Dans tous les cas, je ne crois pas avoir le choix, non ?

Shem prononça cette phrase avec un léger sourire. Le jeune homme ricana, puis continua.

— Non pas vraiment. affirma t-il. D’où viens-tu ? Elles t’ont retrouvé agonisant dans la neige. Tu devais venir de quelques part non ?
— Je… sais plus.

Un autre blanc. Celui-là fit rire tout le monde.

— Amnésie ? songea le jeune homme.
— Non, je me rappelle de ce que je faisais. Mais l’endroit d’où je viens est lointain, et les souvenirs que j’en ais sont vraiment flous.
— D’accord. il semblait un peu déçu de la réponse de Shem. Sinon, quelque chose me perturbe. Comment as-tu survécu dans ce froid ? Vu l’état de ton corps, tu étais exposé au froid depuis presque quatre jours.
— Man versus Wild. Bear Grylls. Tout ça, tout ça.
— Hein ?
« Oups… »
— Euh… En gros je m’étais renseigné sur la survie en milieu hostile. se rattrapa Shem en se forçant à sourire.
— Hmm… Je vois. Et tu n’as pas l’air d’un mauvais bougre !
« Je sens quand même, une certaine hostilité… »

Le jeune homme plissa les yeux, et fixa Shem. Puis après un court instant, il reprit la parole. Avec un sourire aux lèvres.

— Très bien. Alors, je me présente ! Grimm Fiserconn. Je bosse pour Crylla, en tant qu’infirmier de guerre. Ravie de te rencontrer !
— Appelez-moi juste Shem, je suis chômeur. Ravie de « te » et de « vous » rencontrer.

Cette phrase était ponctuée d’un brin d’ironie qui fit sourire tout le monde.

— Vous vous cachez en attendant la fin de la tempête ? demanda Shem intrigué.

La jeune femme prit la parole. Sa voix est celle d’une femme stricte et séduisante.

— Oui. Quand je suis partie en repérage pour trouver les balises dans la tempête, pour voir depuis combien de temps elle avait commencé, les balises étaient déjà enterrées sous presque un mètre de neige. dit-elle en époussetant ses habits. Et c’est là que la petite t’a vu. Elle m’accompagnait.
Elle se leva et essaya de se courber en marque de politesse, bien que le plafond soit bas.

— Enchantée. Livia Momento.

La jeune femme s’étant rapprochée, on pouvait apercevoir son visage, des yeux orange, un petit nez, une petite bouche, et des cheveux rouges. Shem ne put s’empêcher de rougir, mais personne n’y prêta attention.

— Je peux aussi savoir pourquoi je suis en sous-vêtement ?
— Tu étais trempé, alors moi et Grimm, on t’a déshabillé pour éviter que tu meures de froid.

Grimm reprit la parole.

— T’inquiète pas. Elle t’a pas fait des choses bizarres. Je l’ai surveillée.

Livia rougit, et mit sa main droite sur son visage. Elle laissa tomber sa tête en avant, comme affligée.

— Tais-toi donc Grimm…
— Vous manquez d’humour Mesdames ! Regardez mon pote Shem, lui, au moins, il sait ironiser !

En même temps qu’il dit ces phrases, il exécuta des pas de danse tout en étant accroupi et tourné vers Shem. Cela ayant pour effet de le rendre ridicule. Ce qui fit sourire Shem.

— J’ai regardé ta jambe, on aurait dit une morsure, mais je ne peux pas déterminer de quel genre de bêtes il s’agit, à cause de la lacération que tu as subie. continua Grimm en se grattant la tête. Pour le moment tu ne devrais pas trop marcher.
— Ouais, je vais essayer de pas trop marcher. répondit Shem, alors que son mal de crâne revenait. Et je n’ai pas vu non plus ce qui m’a attaqué, mais ça courrait très vite…
— Hmm, comme beaucoup de bêtes…
— Ah… Donc ça nous avance à rien, en gros…
— Si… Je n’étais pas au courant que des bêtes traînaient dans le coin… dit-il en réfléchissant.

Livia parla à son tour.

— Si tu es venu par ici, c’est que tu voulais aller quelque part non ? Tu sais où tu dois aller, Shem ?
— Vers le sud, il y a une ville, non ?
— Bah vers le Sud, il y a des montagnes, et passé de l’autre côté c’est pas facile ! La ville la plus proche c’est Crylla et elle se trouve déjà assez loin d’ici. expliqua t-elle en fixant une tâche sur la manche de son vêtement.
— Aie…
« Ça se complique pour moi… Comment atteindre la ville ? »

Après s’être assis en tailleur, et s’être gratté l’arrière de la tête, Grimm, coupa la parole à Livia, qui était prête à continuer de parler.

— Oui. C’est loin. Pour le moment on n’a rien pour partir d’ici, et nous avons pas mal de choses à faire pour le roi. Tu n’as qu’à nous aider, comme ça on aura fini plus vite. dit Grimm en se frottant les bras. Et quand on aura fini tout ce qu’il faut que l’on fasse, on t’amènera à Crylla. Là-bas tu pourras trouver un boulot et faire ce que tu veux. Qu’est ce que t’en dis ?

« Autant les aider, de toutes façons, je ne sais pas où aller pour le moment. Et puis les filles de son groupe sont pas mal… »

— Je suis partant. Mais j’imagine que tu m’expliqueras tout le boulot que l’on a à faire plus tard.
— Ouais. Tu es blessé. On est tous crevés. Et la tempête n’est pas prête de finir.
— Je vois…

Grimm regarda derrière lui, vers le côté de la grotte exposée au vent. Là où l’on pouvait voir la neige tombait à flots. Son regard devint plus sérieux.

— Il ne nous reste plus qu’à attendre le dégel.

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s