Release that Witch Chapitre 70 – Espion (Partie I)

Traducteur : JetonS
Adapt : Saulot
Check : Saulot


Bonjour à tous ! Je suis JetonS, petit nouveau chez Soreyawari, les premiers chapitres de RTW peuvent être trouvés sur ce lien, je poursuis le Novel ici.
Sur ce, bonne lecture.


rtw

 

« Marmotte » Kohl regardait hors de la fenêtre avec anxiété.

Il neigeait sans arrêt dans cet enfer. Le ciel était comme ces vieux draps de grand-mère oubliés, teintés d’un grisâtre sale.

Quoiqu’il ne pût voir le soleil, il avait bien une autre méthode pour estimer l’heure. Comme chaque jour de temps clément, la milice avait commencé son entraînement au pas de course sur les coups de 8 heures autour du forum. Ce groupe d’idiots avait commencé cet entrainement un mois avant le début des Mois des Démons, mais ils continuaient même aujourd’hui.

Est-ce que ces personnes ne savent pas que durant l’hiver, l’important est d’économiser son énergie, de sorte à ce qu’au moment voulu, ils n’aient pas besoin de prier Dieu de leur donner des jambes robustes ?

Cependant, grâce à cette bande d’idiots, il était facile de déterminer le moment opportun de partir.

Oui, c’était cela. Kohl voulait s’enfuir de cette ville ! L’hôtel était situé au cœur de Valence, à quelques minutes du centre-ville.

Je crains qu’en moins de deux semaines, moi, et toute cette ville deviendrons les sacrifices du Diable.

Ce n’était pas lui qui était paranoïaque !

Depuis le début de l’hiver, une chose étrange après l’autre s’était produite. Les gens ordinaires ne le savaient peut-être pas – ce qui de son point de vue, n’était pas surprenant.

Ces gens de la ville n’avaient aucune expérience. Ils étaient des paysans ! Tant qu’ils pouvaient manger, ils ne paniqueraient pas même si les cieux venaient à leur tomber sur la tête. Mais je suis différent, je suis Kohl la « Marmotte » ! Mon travail est de finir le travail.

Une nuit, alors qu’il grimpait sur le mur de ville, il avait découvert une arme étrange capable de décimer les bêtes démoniaques, mais ce n’était pas la découverte la plus surprenante.

Le 4ème Prince collaborait ouvertement avec une Sorcière !

Dieux miséricordieux, existait-il une chose plus profane ? Il n’y avait pas d’autre explication, le Diable contrôlait le 4ème Prince !

Même si le Prince ne voulait que goûter à la chair d’une Sorcière (TL Note : connotation sexuelle), il devrait garder ses goûts dans son château. Beaucoup d’aristocrates aimaient le goût des Sorcières, certains avaient des préférences étranges, mais le révéler en public était une toute autre histoire.

Ce n’était pas qu’un fantasme, il l’avait vu de ses propres yeux !

Sur la demande de ‘ceux qui l’avaient payé pour le travail,’ chaque jour, quand la neige n’était pas trop haute, Kohl marchait près des murs de ville. D’ici, il voyait souvent la silhouette du 4ème Prince vaquer à ses occupations. Au début, il se demandait qui avait donné le courage à ce Prince incompétent et gâté pour qu’il reste à Border Town durant les Mois des Démons, qu’il ne se pisse pas dessus en frayeur avant de courir à Longsong Stronghold ? Mais maintenant il avait la réponse. Le Prince était le Diable !

Il était caché quand il avait vu la bête démoniaque défoncer le mur, qui avait été par la suite tuée par le Tonnerre du Diable. La charge de la bête avait été entravée par les flammes d’une Sorcière. Cette Sorcière s’était par la suite jetée dans les bras du Prince !

Il entendait aussi constamment des rumeurs de la part des voisins. Ils parlaient d’une Sorcière pouvant guérir toute sorte de blessure. On disait que la Sorcière avait guéri un garçon blessé. Elle avait aussi soi-disant guéri les pieds cassés d’une vieille dame dans la rue.

Mais pour Kohl, ce n’était qu’une rumeur blasphématoire ! Comment quelqu’un pourrait accepter de recevoir le traitement d’une Sorcière ? Quelle était la différence entre eux et les Sorcières qui acceptaient la corruption du Diable ?

La goutte qui fit déborder le vase pour Kohl remontait à deux jours, quand il vit une Sorcière voler autour du château du Prince, dans l’arrière-cour. Que disait l’Eglise ? Une Sorcière ne gagnait ses pouvoirs qu’après avoir succombé à la tentation du Diable. Il avait maintenant vu les pouvoirs d’une Sorcière pouvant invoquer le feu, et le pouvoir d’une Sorcière pouvant voler autour du château. Ensemble avec les rumeurs sur la Sorcière pouvant guérir les blessures, il était arrivé à la conclusion qu’il y avait au moins trois Sorcières réunies !

Sans aucun doute, le château n’était plus que le repaire du Diable. Il transformait maintenant les habitants de la ville en ses fidèles serviteurs. Je veux rentrer chez moi ! De toute façon, je tiens entre mes mains la formule alchimique de la poudre grise utilisée pour construire les murs de ville dans mes mains. Tant que je délivre cet objet au 2ème Prince, je ne serai non seulement pas puni, je recevrai même une récompense.

De jour en jour, Kohl regrettait de plus en plus sa décision de rester au moment où les autres aristocrates avaient quitté Border Town pour Longsong Stronghold.

Mais maintenant, même s’il voulait quitter cet endroit, le chemin par terre n’était plus une option valable. Durant toute l’hiver, il neigeait sans arrêt, rendant la traversée jusqu’à Longsong Stronghold par cheval ou par pied impossible. Son seul espoir était de monter sur le bateau d’un marchand venant de Willow Town.

Selon les observations de Kohl, le premier jour de chaque mois, un bateau de Willow Town délivrait de la nourriture à Border Town. Après deux ou trois heures de chargement et de déchargement, le bateau mettait les voiles et quittait le port. Il n’avait que ce petit créneau pour monter sur le bateau. Autrement, il attendrait jusqu’au début du mois prochain.

Aujourd’hui marquait le début de la première journée de ce mois.

« Une, deux, trois, quatre, une, deux, trois, quatre. » A ce moment, Kohl entendit de nouveau le slogan familier. Il vit un groupe d’hommes plein d’entrain en uniforme de cuir marron. Si Kohl n’avait pas vu à travers les manigances du Diable, cette vue aurait été digne de respect.

Finalement, il était l’heure de partir, pensa-t-il.

Après avoir mis son manteau de fourrure et attaché sa ceinture, Kohl sortit de sa cabine. Dès sa sortie, un voisin assis dehors vit Kohl et le salua, « Bonjour. Où allez-vous si tôt la matinée ? »

Kohl devait reconnaitre que, bien que Border Town était contrôlée par le Diable, la vie de ces âmes était bien meilleure comparé à leur vie précédente. Ils osaient même sécher leurs poissons hors de la maison – si les gens avaient faim, même si le poisson était aussi dur que de la pierre, ils essaieraient quand même de l’avaler cru.

Kohl ne répondit pas à l’homme en question. Il prit un regard sondant face à la milice et quand il vit la milice tourner à l’intersection, il alla droit vers la jetée. Les résidents le connaissaient comme le jeune frère de Pagaie de Fer, qui venait des chaines de Montagnes du Dragon Déchu pour visiter sa famille – bien sûr, tout était faux. Il avait déjà trouvé le véritable Pagaie de Fer, l’avait interrogé, et l’avait tué. Il avait par la suite pris les habits de Pagaie et s’était déguisé comme son frère. Ce n’était qu’une identité créée à la va-vite, Kohl ne se souciait pas s’ils le croyaient ou non.

Durant les derniers jours, la neige tombée avait été déblayée des rues jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de neige sous ses semelles. Il garda une vitesse constante, de sorte à économiser son énergie le plus possible – quant aux empreintes de pas laissées derrière, il ne s’en soucia pas. En une journée, la neige recouvrirait ces empreintes. Même s’il atteignait Valence, ils ne remarqueraient surement pas sa disparition.

Alors qu’il approchait de l’eau, Kohl vit son navire marchand tant attendu.

Sous les yeux vigilants des gardes, des sacs de blé étaient transportés hors de l’entrepôt. Kohl vérifia le contenu de ses poches de nouveau, à l’intérieur se trouvaient deux Royals d’Or et seize Royals d’Argent, c’était tout ce qu’il possédait. En voyant les six gardes, Kohl se rendit compte que les deux Royals d’Or ne seraient pas suffisants. Sa seule alternative était de corrompre le porteur. Aussitôt que les marchandises le cacheraient, il se dirigerait directement vers le porteur pour lui demander s’il voulait avoir un bon futur ou s’il voulait se faire assommer. Tant qu’il pouvait monter sur le bateau, Kohl était sûr, qu’en toute vraisemblance, la tentation des deux Royals d’Or serait assez pour que le capitaine le prenne avec lui.

Au moment où Kohl s’apprêtait à entrer en action, il entendit des cris derrière lui.

Son cœur s’assombrit immédiatement, il se retourna et découvrit la milice se diriger vers lui, venant de toutes les directions, empêchant toute possibilité de fuite.

En voyant aucune façon de s’échapper, Kohl leva immédiatement les mains en l’air et tomba à genou. L’un de ses principes était de ne pas montrer de résistance inutile, tant qu’il crachait les informations sur son employeur, il serait sauf, ou plutôt, ils l’embaucheraient probablement avec un honoraire plus intéressant pour être un agent double.

Tant qu’il avait de l’argent, il ferait n’importe quoi, c’était le principe de la « Marmotte. »

Mais il y avait une chose qu’il ne comprenait pas. Comment l’avait-il trouvé ?

 

Si vous appréciez la traduction, ou que vous voulez lire quelques chapitres en avance, n’hésitez pas à aller faire un tour sur mon Patreon !

 

Chapitre Précédent  <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

5 commentaires sur “Release that Witch Chapitre 70 – Espion (Partie I)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s