Maître des âmes 59 : Visiteurs

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


Désolé du retard mais je tiens à poster des chapitres les plus propres possibles. Alors un grand merci à Miss X sans qui ça ne serait pas possible.

Bon, il est temps de mettre en place une nouvelle intrigue. C’est reparti !

Enjoy.


 

Le soleil brillait de tout son éclat, les nuages étaient clairs et peu nombreux et les oiseaux chantaient dans le ciel. C’est par ce temps radieux que régnait une certaine effervescence non loin de la porte ouest du village de Mura.

Une dizaine de chariots étaient alignés en ligne droite. Des gens tournaient autour sans s’arrêter un seul instant, transportant dans leurs bras des caisses, des matériaux en tout genre et des victuailles.

Plus loin, la garde de Mura supervisait le déroulement des opérations. Parmi eux, leur chef Rao donnait sans cesse des directives à différentes personnes, il semblait visiblement très occupé.

« Vous là ! Ces caisses ne vont pas ici ! Dépêchez-vous de les enlever ! Quant à vous, prenez une patrouille et virez-moi ces gens qui n’ont rien à faire ici. Ils bloquent le passage ! Une minute, toi là ! Où est-ce que tu vas ?! »

Et c’est au milieu de toute cette cohue que deux personnes venaient d’entrer dans Mura sans attirer l’attention de qui que ce soit.

En temps normal, sa démarche naturelle et son ventre protubérant ne le laissait pas passer inaperçu. Tout en grignotant un morceau de viande dans sa bouche, le plus « massif » des deux inconnus demanda à l’autre.

« Ch’y a de l’amfanche far ichi. Che me demande che kis pass ? »

Le fait qu’il parle tout en machouillant posait quelques difficultés de compréhension. Cependant, son interlocuteur ne semblait pas gêné le moins du monde et répondit même promptement :

« Maître Borgr, on dirait bien que le village de Mura est en train de terminer ses préparatifs dans le but de participer au grand rassemblement des villages. »

« Ga bon. Alors nous ne chomes pa sen retard four voir mon fiel ami. Ha ha ! Glup. »

Après avoir fini sa phrase, Borgr avala d’un trait le morceau de viande dans sa bouche. À ses côtés, l’homme qui l’accompagnait faisait pâle figure devant la stature de son maître.

Si Borgr faisait prêt de deux mètres et que son corps montrait qu’il avait été plus que nourri, c’était loin d’être le cas pour l’autre.

Il était plus vieux que Borgr, approchant à vue d’oeil la quarantaine. Il avait la peau sur les os, les joues creuses et des cernes sous les yeux, lui donnant une apparence plutôt sinistre.

Avec ces deux personnes marchant côte à côte, le contraste était effarant. Si Mura n’était pas actuellement en pleine activité, les deux hommes auraient rapidement attiré l’attention sur eux.

« Eul, est-ce que tu crois que Sung se trouve dans les parages ? » Demanda Borgr en scrutant les environs d’un regard curieux.

« Vu l’état de leur activité, je pense qu’ils ne vont pas tarder à se mettre en route. Nous ne devrions pas avoir de difficultés à trouver Sung parmi eux, maître. »

« Ha ha ! Parfait ! Parfait ! J’ai hâte de voir sa tête quand il me verra ! Je suis sûr qu’il ne s’attend pas à me voir ici ! »

Eul poussa un faible soupir. Ils étaient eux aussi occupés en vue du grand rassemblement des villages et si ce n’était pas pour satisfaire la soudaine envie de son jeune maître, il se serait bien passé de faire ce voyage.

Il garda cependant ses complaintes pour lui car il savait que cela n’apporterait rien de bon. C’est ainsi résigné à son triste sort qu’il poursuivit sa route pour satisfaire son jeune maître capricieux.

____

Non loin de là, un autre attroupement de personnes s’était formé. Parmi eux, se trouvait des jeunes adolescents dont certains visages étaient familiers.

Paki, Myk, ainsi que d’autres jeunes qui avaient participé au tournoi de Mura, étaient actuellement réunis ici.

Au milieu de cette foule, une fille petite mais mignonne n’arrêtait pas de bouger nerveusement. Sa tête tournait sans cesse d’un côté vers un autre comme si elle était à la recherche de quelque chose.

« Si tu cherches Fang, il n’est pas encore arrivé. »

La petite fille sursauta en entendant la voix qui s’adressait soudainement à elle. Elle se retourna ensuite lentement pour répondre à son interlocuteur.

« Merci. Ah ! Vous, vous êtes… »

« Guin. Pas besoin de me vouvoyer. Ce serait plutôt à moi de le faire vu que vous êtes la petite-fille du chef Han. »

« Non, vous… tu peux m’appeler Meimei », répondit-elle en hochant vigoureusement la tête.

« Ha ha ! Alors Meimei ce sera ! Les circonstances ne s’y prêtaient pas pendant le tournoi mais je tenais à me présenter. »

Guin tendit ensuite sa main en signe d’amitié.

« E-Enchantée de te connaître. »

Meimei lui serra fébrilement la main en retour en se disant que Guin était quelqu’un d’appréciable finalement.

« Mais c’est une bonne idée de te montrer aussi amical ? Je veux dire avec tout ce qui s’est passé durant le tournoi… »

Meimei jeta un bref coup d’oeil en direction de Paki et Myk. Les deux garçons étaient en train de les observer avec une hostilité flagrante. En voyant leur regard, elle détourna rapidement son visage.

« Ne fais pas attention à eux. Ce n’est pas comme si on s’entendait bien à l’origine de toute façon », répondit Guin après avoir lui aussi croisé son regard avec les deux garçons.

« Je me suis servi d’eux pour devenir plus fort et de leur côté ils m’ont utilisé pour gagner en prestige. C’était le genre de relation que j’avais avec Sung et le chef en second Shang. Bien que sans eux, il est vrai que je ne serais pas là aujourd’hui, je n’ai jamais vraiment apprécié leurs méthodes », poursuivit-il.

Guin laissa échapper un faible soupir. Le trio composé de Myk, Paki et lui, avait dû, à certaines occasions, « se salir les mains » sous les ordres de Shang. C’était le genre de sale boulot qui n’allait pas avec sa personnalité et c’était à chaque fois à contre-coeur qu’il faisait ce qu’on lui demandait.

« Tu es sûr que Sung ne va pas s’en prendre à toi ? Vu comment il est… » Demanda Meimei, inquiète.

Pendant son combat contre Sung, elle avait bien réalisé à quel point celui-ci pouvait être vicieux.

« Merci de t’inquiéter mais tu n’as pas à t’en faire de ce côté-là. En fait, j’ai déjà arrangé les choses avec le chef Han. »

Guin avait planifié depuis un bon moment déjà de passer du côté du chef Han. Profitant du tournoi pour montrer ses capacités, il avait ensuite approché celui-ci à la fin de la compétition avec quelques informations qu’il avait obtenues en travaillant pour Shang.

Avec ces éléments en main, Han l’avait accueilli à ses côtés et lui avait promis sa protection ainsi que son soutien.

« Je vois, grand-père t’a aidé », murmura Meimei.

Ignorante de toutes les manigances qui s’étaient déroulées derrière la scène, Meimei était sincèrement soulagée pour Guin. Celui-ci, en la voyant se comporter ainsi, n’avait pas le coeur à lui avouer la vérité.

« Ceci dit, je me demande vraiment ce que fait Fang ? Mais vu son niveau, il y a peu de chance que quelque chose de grave lui soit arrivé. »

Guin, qui avait affronté Fang, savait plus que quiconque de quoi celui-ci était capable. Dans le village, peu de personnes pouvait venir à bout de lui. Même si Shang essayait de l’atteindre par le biais d’un quelconque stratagème, il était sûr que le chef Han ne le laisserait pas agir à sa guise.

« Oui, tu as raison. Fang est fort après tout. »

Guin avait l’impression que Meimei essayait de se rassurer elle-même en disant cela.

« Il reste encore un peu de temps. Je suis sûr que d’ici là… Hmm, il semblerait que Sung vient d’arriver. »

Après cette remarque, Meimei suivit le regard de Guin et constata que Sung venait en effet de faire son apparition un peu plus loin.

Entouré de quelques membres de la garde qui lui ouvraient le passage, Sung progressait à travers la foule. Il marchait d’un pas lent et assuré. L’état déplorable dans lequel il avait été réduit après la finale semblait appartenir à un lointain passé, preuve qu’il s’était complètement remis de ses blessures.

« Vu comment il était après son combat contre Fang, Shang a dû dépenser une fortune pour le remettre sur pied aussi vite », fit remarquer Meimei.

Les paroles de la jeune fille ne finirent pas dans l’oreille d’un sourd. À peine avait-elle fini de les prononcer que Sung tourna la tête dans sa direction avec des yeux emplis de haine.

« Hii !? »

Surprise par cette brusque réaction, Meimei s’empressa de trouver refuge derrière Guin. Celui-ci jeta un bref coup d’oeil vers Sung avant de se tourner vers Meimei en soupirant devant ce spectacle. Où était donc passée la féroce jeune fille qui avait vaillamment combattu Sung en demi-finale ?

Même si elle n’était qu’au 8ème niveau du stade humain et lui au 9ème, Guin savait que s’ils venaient à se battre, ses chances de gagner seraient au mieux de 50%. De plus, vu son talent, ce n’était qu’une question de temps avant que Meimei ne le dépasse.

Guin avait encore du mal à se faire au manque de courage que la jeune fille montrait en temps normal.

____

« Meimei… » Murmura Sung avec un ton acerbe.

Ses blessures avaient peut être guéri mais sa fierté avait volé en éclat lors de sa défaite en finale. Durant cet affrontement, iI avait eu un clair avantage sur son ennemi mais il avait quand même été vaincu.

Lors de sa convalescence, son père ne lui avait même pas rendu visite une seule fois. Celui-ci était apparemment très occupé depuis la conclusion du tournoi. Cependant, pour Sung, le fait que son père ne s’était pas montré prouvait à quel point celui-ci avait été déçu par la prestation de son fils.

Cette honte et cette rage que Sung avait alors ressenti devant ce geste surpassèrent de loin la douleur provenant des blessures qui lui avaient été infligées.

Rien que d’y repenser suffisait à lui donner des pulsions meurtrières. Lorsqu’il entendit la remarque de Meimei, l’envie de terminer ce qu’il n’avait pas pu faire lors de leur combat monta soudainement en lui.

« Ça sent pas bon. »

Guin sentit clairement l’envie de tuer de Sung tandis que celui-ci s’approchait lentement vers eux.

« Il ne va quand même pas nous attaquer devant tout le monde ? »

Guin avait des doutes. Cependant, vu l’expression sur le visage de Sung, il se dit que tout était possible.

« Meimei, prépare-toi à te battre. À nous deux, on devrait pouvoir lui résister jusqu’à que le chef Han intervienne », suggéra Guin.

« D-D’accord. »

L’expression de Meimei changea et elle se mit aussitôt en posture de combat. Guin était ravi en constatant sa réaction. Elle n’était pas arrivée en demi-finale du tournoi pour rien. Peu de personnes parmi la jeune génération de Mura oserait tenir tête à Sung ainsi. Mis à part Fang, Guin et Meimei pourraient bien en être les seuls capables.

Mais alors que Sung étaient à mi-chemin et que Guin s’attendait au pire, une voix vint tout à coup interrompre cette situation tendue.

« Ha ha ! Le voilà ! Mon vieil ami Sung ! »

Cette voix lourde et puissante attira immédiatement l’attention. Il en fut évidemment de même pour Sung, qui changea aussitôt d’expression quand il reconnut le visage de la personne qui avait osé l’interpeller.

Cette personne était un jeune homme aux proportions « généreuses ». Il semblait mâchouiller quelque chose dans sa bouche tandis qu’il regardait Sung droit dans les yeux sans apparemment ressentir la moindre crainte.

À ses côtés se trouvait un homme plus âgé dont la carrure était tout son contraire. Cependant, sa silhouette squelettique et la pâleur de sa peau lui donnait un air peu amical.

« Guin, tu les connais ? On ne dirait pas des gens ordinaires », demanda Meimei.

Celle-ci était encore en « mode combat » car les deux nouveaux venus ne lui inspiraient rien qui vaille. Guin partageait la même impression, sans quitter pour autant des yeux Sung et les deux inconnus il lui répondit :

« C’est la première fois que je les vois. Mais je suis pratiquement sûr qu’ils ne viennent pas de Mura. L’un d’eux a traité Sung d’ami, mais vu sa réaction, ça ne semble pas être aussi simple. Dans tous les cas, restons prudents et contentons-nous d’observer. »

Meimei acquiesça en silence et ils ne prononcèrent plus un autre mot tandis que « l’ami » de Sung s’approchait lentement vers lui.

Une fois face à face, le jeune homme, qui regardait Sung de haut à cause de la différence de gabarit, prit à nouveau la parole.

« Alors Sung tu as perdu ta langue depuis la dernière fois que nous nous sommes vus ? C’est comme ça que tu traites un ami ? »

Tout le monde autour en avait le souffle coupé. Sung était le fils du chef en second Shang après tout ! Dans Mura, quasiment personne n’oserait s’adresser à lui avec autant de familiarité. En plus, il était clair pour tous que ce jeune homme le faisait délibérément.

Avec son sourire en coin et mâchouillant toujours quelque chose dans sa bouche, même le plus grand des idiots verrait que celui-ci manquait de respect à son interlocuteur

En face, le visage de Sung était tout sauf souriant. On aurait dit que des éclairs allaient sortir de ses yeux et ce qui surprenait davantage la foule, c’était à quel point celui-ci restait toutefois impassible devant ces provocations.

Sung ferma alors les yeux un court instant puis prit une légère inspiration avant de s’adresser finalement à l’inconnu.

« Jeune maître Borgr, que nous vaut le plaisir de votre visite dans notre village ? »

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

9 commentaires sur “Maître des âmes 59 : Visiteurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s