Maître des âmes 60 : Provocation

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


Ouais, il fait chaud et ouais, j’ai rien d’autre à dire…

Enjoy.


 

« Ha ha ! Pas besoin d’être aussi formel ! On a le même âge après tout, non ? » Dit gaiement Borgr.

Il essaya alors de tapoter l’épaule de Sung. Mais celui-ci fit un rapide pas en arrière et évita la main qui approchait.

« Oh ? On est timide ? Ha ha ! »

Même si l’attitude du garçon semblait amicale à première vue, on pouvait clairement discerner du mépris dans l’expression de Sung.

Il était évident pour tous que Borgr ne faisait pas ça pour montrer son amitié. Son comportement jusque là était teinté d’ironie, il prenait clairement Sung de haut.

Sung serra discrètement ses poings pour contenir sa rage. Il n’avait jamais apprécié la personne en face de lui. D’habitude, il n’aurait pas hésité à remettre ce genre de personnage à sa place, mais son identité rendait les choses plus complexes.

Calmant l’irritation que son interlocuteur lui inspirait, il s’adressa calmement à lui.

« Que nous vaut l’honneur d’avoir le jeune maître du village de Gedo chez nous ? » Demanda Sung.

Suite à ces mots, la réaction autour de lui fut immédiate.

« Gedo ? »

« Qu’est-ce que quelqu’un de Gedo ferait ici ? »

« Maître Sung a appelé le garçon « jeune maître ». Est-ce que ça serait… »

Meimei, qui ne comprenait pas ce brusque changement d’atmosphère, se tourna vers Guin en quête d’une réponse.

« Guin, pourquoi les gens réagissent ainsi ? Le village de Gedo est connu ? »

« Tu n’a jamais entendu parler de Gedo ? » Demanda Guin, surpris.

Meimei hocha la tête pour signifier que non, ce qui stupéfia Guin. Il était perplexe sur la façon dont Meimei avait été élevée pour n’avoir jamais entendu parler de Gedo, mais il mit cependant ses doutes de côté pour lui répondre.

« Le village de Gedo. Dans toute la région, le seul village qui peut égaler Mura est celui de Gedo. Pour simplifier les choses, ce sont nos rivaux. Non… peut-être bien que le terme « d’ennemis mortels » est plus exact. »

Chaque village aspirait à s’agrandir et à gagner en influence. La région où ils se trouvaient s’appelait Muba, et les deux candidats qui avaient le plus de pouvoir et de contrôle à l’heure actuelle étaient sans conteste les villages de Mura et de Gedo.

Depuis des années, les deux villages étaient en conflit permanent pour savoir qui deviendrait finalement le maître de la région. La situation entre Mura et Gedo était tendue. Si le grand rassemblement des villages n’existait pas, alors ça ferait depuis longtemps que ces deux villages seraient entrés en guerre.

« Du coup, les conflits entre nos deux villages se décident généralement lors de la compétition durant le grand rassemblement », poursuivit Guin.

« Je n’étais pas présent lors du dernier rassemblement il y a deux ans. Mais de ce que j’en sais, c’est que nous avons perdu en finale contre Gedo. De plus Sung, qui avait participé à l’époque, avait été battu par le fils du chef de Gedo. Apparemment, il faut croire que c’est la personne qui se trouve en face de nous. »

Après l’explication de Guin, Meimei jeta un nouveau coup d’oeil vers le dénommé Borgr. Mis à côté de Sung, il était plus grand que lui, c’est sûr. Mais avec un corps avec de telles proportions, elle avait du mal à croire qu’il ait réussi à battre Sung.

Meimei savait à quel point celui-ci était fort pour l’avoir affronté personnellement. Se pourrait-il que Borgr soit encore plus fort ? Ignorant des interrogations qui traversaient l’esprit de la jeune fille, les deux garçons poursuivaient leur conversation.

« Ce que je fais ici ? J’avais juste envie de passer dire bonjour. Je n’ai pas le droit ? Heureusement que je suis arrivé avant que tu sois parti, sinon je serais venu pour rien ! Ha ha ! »

Derrière lui, Eul agitait doucement sa tête avec la main sur son front. Les actions de son jeune maître lui menaient souvent la vie dure.

Avec la relation qui existait entre les deux villages et le grand rassemblement qui approchait, quelle idée pour le fils du chef de Gedo de venir à Mura ? Qui plus est, Borgr ne semblait avoir qu’une personne à ses côtés. Est-ce que voyager ainsi n’était pas imprudent vu sa position ?

Alors que tout le monde autour se posait ces questions, le seul à ne pas être surpris était Sung. Durant le dernier rassemblement, il avait affronté Borgr et avait eu un aperçu de sa personnalité frivole.

C’était le genre de personne qui ne se souciait nullement de sa position sociale et qui agissait comme bon lui semblait, sans tenir compte des répercussions pour lui ou son village. C’était bien le genre de personne à venir visiter le village rival seul juste parce qu’il en avait soudainement envie.

Sung détestait au plus haut point ce comportement désinvolte chez celui qu’il considérait comme un rival et un ennemi. La défaite qu’il avait subie deux ans auparavant aux mains de Borgr était restée profondément ancrée dans sa mémoire.

Même s’il n’avait jamais été du genre à paresser, ce n’est qu’après avoir perdu contre lui que Sung s’était démené bec et ongles pour devenir plus fort. Dépasser Borgr et lui rendre la pareille lors du prochain rassemblement était devenu comme une sorte d’obsession.

« En fait, je voulais te montrer quelque chose et je ne pouvais pas attendre alors je… Oh ? »

Alors que Borgr continuait à parler sans plus pouvoir s’arrêter, quelque chose attira suffisamment son attention pour qu’il s’interrompe.

Son regard se porta alors sur Meimei qui l’observait également d’un air curieux. En posant ses yeux sur la jeune fille, il examina longuement son corps de bas en haut avant de se lécher finalement les babines.

Ce geste n’échappa pas à Meimei qui en eut aussitôt des frissons.

« Eh Sung ! Je vois que Mura cache de véritables beautés. Tu ne voudrais pas me faire les présentations ? » Suggéra Borgr.

Sung fronça légèrement des sourcils en écoutant la remarque de Borgr. Il connaissait les tendances perverses de ce dernier et la réputation que celui-ci avait avec la gente féminine.

« Jeune maître Borgr, ce n’est pas Gedo ici mais Mura. Vous ne pouvez pas agir comme bon vous sembl… »

Mais Sung ne termina pas son avertissement. La raison à cela était qu’il avait remarqué que la cible de Borgr n’était autre que Meimei ! Sung n’avait pas oublié l’humiliation que la jeune fille lui avait fait subir. Tout en gardant un visage impassible, il changea alors le contenu de sa phrase.

« Comme je le disais, ce n’est pas Gedo ici. Je vous demande d’agir avec modération. »

Sung avait légèrement modifié sa formulation, mais le message implicite était clair ! Tant qu’il ne faisait pas de vagues, Sung venait de donner le feu vert à Borgr !

« Hé hé ! Ça c’est le Sung que je connais ! Je reconnais bien là l’hospitalité du fils du chef en second de Mura ! »

Sung cacha son dégoût derrière un faible sourire et décida de regarder passivement les événements se dérouler. Borgr commença ensuite à s’approcher lentement de Meimei, le désir qui l’animait était visible sur son visage.

« Ah… ah… »

Meimei était incapable de parler. Comme tétanisée par la façon dont Borgr la regardait, ses jambes ne voulaient plus lui répondre.

De son côté, Guin était tout aussi désemparé. Le jeune homme qui était en train d’approcher était quelqu’un qui avait réussi à vaincre Sung deux ans auparavant. Il était inconcevable qu’une telle personne ne soit pas au moins aussi forte que Sung à l’heure actuelle.

D’ailleurs, aussi bien Guin que Meimei pouvaient ressentir une pression invisible qui pesait sur leurs épaules alors que Borgr avançait un pas après l’autre. Rien que cette pression était suffisante pour leur faire réaliser qu’ils ne faisaient pas le poids face à lui.

Cette sensation n’était pas seulement ressentie par Meimei et Guin. Toutes les autres personnes à proximité restaient figées sur place également, incapable de protester contre la tournure des évènements. Ils ne prononcèrent pas le moindre mot mais laissèrent échapper un soupir de soulagement dans leur coeur de ne pas être devenu la cible de Borgr.

Alors que les personnes assistant à la scène étaient en train de prendre Meimei en pitié, Sung observait tout ça avec un regard amusé. C’est alors que sans prévenir, un objet fit son apparition dans leurs champs de vision.

Poc !

C’est alors avec stupeur que l’objet en question se déplaça dans les airs en ligne droite jusqu’à percuter l’arrière du crâne de Borgr. L’objet tomba ensuite au sol sans avoir infligé la moindre blessure. Quand celui-ci se tourna pour voir ce qui l’avait touché, comme tous les autres, il n’en cru pas ses yeux et ramassa ce qui l’avait touché.

« Un caillou !? Quelqu’un a osé jeté un caillou sur moi !? »

Tout le monde prit alors une grande inspiration et se posa alors la même question : Qui est assez fou pour faire ça ?

Borgr retraça rapidement le parcours qu’avait fait le caillou et porta un regard furieux vers un jeune garçon non loin de là.

« Cette angle et cette direction… C’est toi !? »

« Hein ? Non, je… »

Mais avant même que le garçon n’ait pu dire quoi que ce soit, Borgr était déjà devant lui. Il leva ensuite son bras avant d’aller l’abattre violemment sur le visage du garçon qui était dans l’incapacité de réagir.

Bam !

Impuissant, le jeune garçon fit alors un vol de plusieurs mètres avant de s’écraser lourdement au sol. Le coup qu’il avait reçu n’était pas mortel, cependant il ne bougeait plus d’un pouce. Il avait apparemment perdu connaissance.

Les choses s’étaient passées tellement vite que tout le monde était abasourdi. Mais parmi eux, c’était Sung qui était visiblement le plus choqué d’entre tous.

« Cette sensation… Borgr a atteint le stade guerrier ?! »

Après avoir côtoyé son père durant des années, Sung n’avait aucune difficulté à percevoir les fluctuations d’énergie naturelle entourant le corps de Borgr. C’était le signe distinctif de quelqu’un ayant atteint le stade guerrier !

« Quelqu’un d’aussi faible que toi oses interrompre mon plaisir ? Tu ferais mieux de rester à ta place ! »

Sans se soucier que son interlocuteur n’était plus conscient, Borgr continuait à avancer vers lui dans le but de le persécuter à nouveau. Mais avant que celui-ci ne poursuive, un léger toussotement vint l’interrompre dans son élan.

« Heu, heum… Maître Borgr, je vous rappelle que nous sommes à Mura. Si vous allez plus loin, vous serez forcé de rendre des comptes à votre père. »

Eul connaissait le tempérament parfois explosif de son jeune maître et savait également que le fait de mentionner son père était le meilleur moyen de le calmer. Comme il l’avait espéré, en entendant cet avertissement, l’expression enragée de Borgr s’adoucit immédiatement.

« Ha ha ! Désolé, désolé ! Je suis allé un peu trop loin. Ne dis rien à mon père, Eul. Regarde, je lui ai juste donné un petit coup et il a perdu conscience ! Ce n’est rien de très grave, n’est-ce pas Sung ? » Demanda-t-il en se tournant vers lui.

Celui-ci, encore choqué en apprenant le niveau atteint par son rival, mit un moment avant de réagir.

« Myk, ramasse-le pour qu’il se fasse soigner », ordonna sèchement Sung.

Myk s’exécuta sans attendre et souleva le corps inerte du jeune garçon. Tout avait été si brusque que presque personne n’avait réalisé qui avait été la pauvre victime. Ce n’est qu’une fois que Myk mit le garçon sur ses épaules que la foule se rendit compte qu’il s’agissait en fait de Paki !

Déplorant la malchance de Paki, la foule laissa passer Myk qui s’en alla ensuite discrètement, bien content de ne pas rester un instant de plus à proximité de Borgr. Meimei et Guin étaient également sans voix en assistant à la scène.

Mais tandis qu’ils se remettaient de leurs émotions, une question surgit alors dans leur esprit : Pourquoi Paki s’était mis subitement à jeter un caillou sur lui ? Cependant, ils n’eurent pas le loisir d’y réfléchir très longtemps qu’une voix se fit brusquement entendre juste derrière eux.

« Ha ha ! Pauvre Paki ! Après tout, quelle idée de jeter un caillou sur quelqu’un au stade guerrier ? »

En entendant cette voix familière, Meimei se retourna aussitôt. Ce genre de remarque et ce ton moqueur ne pouvaient venir que d’une seule personne à sa connaissance.

« Fang ?! Tu étais là ? »

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

11 commentaires sur “Maître des âmes 60 : Provocation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s