Maître des âmes 61 : Insolence

Auteur : Nightgale
Check: Miss X


On se taquine entre amis et Fang il aime bien taquiner les gens.

Quoique… attendez une minute…

Enjoy.


« Tu étais là depuis longtemps ? »

En écoutant les paroles de Fang, Meimei en avait déduit que celui-ci avait observé la scène qui venait de se dérouler.

« Je viens tout juste d’arriver. C’est là que j’ai vu ce type s’approcher de toi avec ces yeux de pervers. Je ne pensais pas que c’était quelqu’un qui avait atteint le stade guerrier. »

Au départ, Fang voulait juste faire une blague à Paki qui était juste à côté en faisant croire que c’était lui qui avait jeté le caillou. Après s’être placé derrière lui et utiliser les [huit pas de l’ombre] pour disparaître hors de vue une fois son méfait accompli, il était ensuite retourné aux côtés de Meimei comme si de rien n’était.

« Mes condoléances Paki », murmura doucement Fang.

« Tu pourrais au moins faire plus d’efforts pour paraître désolé », fit remarquer Shen d’un ton exaspéré.

« Hé hé… »

Fang reporta ensuite son attention vers la personne qui avait terrassé Paki en un coup.

« Au fait, qui c’est ce gars ? Il n’a pas l’air très âgé et il est pourtant au stade guerrier. C’est la première fois que je le vois », demanda Fang, intéressé.

« Borgr, fils du chef du village de Gedo. Il a le même âge que Sung. Il a triomphé de Sung deux ans auparavant pendant le grand rassemblement des villages. »

Guin expliqua brièvement les choses à Fang qui hocha de la tête avec un air sérieux.

« S’il a le même âge que Sung, alors on le retrouvera sûrement comme adversaire durant le grand rassemblement. Stade guerrier… Si d’autres villages ont des talents comme lui, je nous vois mal l’emporter. »

« Il n’y a probablement pas à s’en faire de ce côté-là. Seul Gedo a les moyens de lutter contre nous. En tout cas, c’est comme ça depuis des années. À moins que d’autres monstres comme toi apparaissent comme par magie dans d’autres villages, je peux affirmer que le seul adversaire digne de ce nom est Gedo. »

Fang laissa échapper un faible sourire en entendant les paroles de Guin.

« Moi qui pensais qu’on pouvait devenir amis et voilà que tu me traites de monstre ? C’est pas gentil Guin. »

Guin laissa échapper un soupir en écoutant cette remarque.

« Quelqu’un qui n’était qu’au 3ème niveau du stade humain il y a seulement quelques mois et qui devient subitement assez fort pour battre Sung et remporter le tournoi… Même si tu as eu l’aide d’un expert, comme les rumeurs le disent, avec la vitesse à laquelle tu progresses, si tu n’es pas un monstre je ne vois pas comment je pourrais te définir. Prends-ça comme un compliment plutôt. »

« Tu pourrais juste dire que je suis un génie inégalé et inégalable », suggéra Fang en ricanant.

« La ferme… »

Les deux garçons se mirent alors à rire en choeur devant Meimei qui était perdue.

« Il n’y a pas si longtemps, ils n’appartenaient pas au même camp et ils se sont même battus l’un contre l’autre avec acharnement. Depuis quand sont-ils devenus amis ? »

La jeune fille restait perplexe tandis qu’elle essayait de comprendre vainement comment fonctionner l’amitié entre les deux garçons.

____

Plus loin, grâce à Eul jouant le rôle de médiateur, la tension avec Borgr avait finalement baissé d’un cran.

« Je m’excuse pour la réaction du jeune maître, il ne contrôle pas encore sa force », s’excusa poliment Eul.

« Ha ha ! C’est comme le dit Eul, je ne contrôle pas encore ma force. C’est parce que je suis passé au stade guerrier il n’y a pas si longtemps que ça. Qui aurait cru que ce gars était aussi faible ? J’espère que c’était pas un de vos combattants pour le grand rassemblement sinon vous n’avez aucune chance de gagner ! Ha ha ! »

L’expression des gens autour devint plus sérieuse après ces paroles. Borgr ne venait-il pas de se moquer ouvertement de Mura avec ces propos ? Cependant, ils venaient juste de constater à quel point celui-ci était fort.

Alors, malgré l’indignation qui était visible sur leur visage, aucun d’entre eux ne l’exprima à voix haute. Sentant que l’atmosphère avait viré une nouvelle fois au pire, Eul ne put s’empêcher de poser sa main sur front tout en secouant légèrement sa tête.

« Maître Borgr, un peu de retenue ne vous ferait pas de mal… »

« Je ne fais que dire la vérité Eul ! Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ? Au fait, Sung ! Dès que j’ai atteint le stade guerrier, j’ai décidé de venir te voir pour te le montrer. Ha ha ha ! Qu’est-ce que t’en penses ? J’espère que tu as aussi atteint le stade guerrier sinon je ne vais faire qu’une bouchée de toi ! »

Sung ne put s’empêcher de faire une grimace. Les paroles de Borgr avaient touché un sujet sensible qu’il préférait éviter.

« Cet enfoiré… Il est venu jusqu’ici seulement dans le seul but de se vanter d’être passé au stade guerrier ? »

Ça ressemblait bien à ce que quelqu’un comme Borgr pouvait faire. À cette pensée, Sung serra violemment les poings.

« Si seulement je n’avais pas été interrompu… J’aurais peut-être pu atteindre le stade suivant avant Borgr ! Sois maudit, Fang ! »

Une des raisons pour lesquelles il était aussi déterminé à devenir plus fort était en grande partie pour se venger de Borgr. Mais à cause des actions de Fang et des blessures qu’il avait reçues en finale, Sung n’avait jamais pu se mettre en condition optimale pour passer au stade guerrier.

Passer au stade supérieur était un processus risqué et, en cas d’échec, subir des séquelles irrémédiables dans son âme ou même mourir étaient envisageables sans une préparation méticuleuse au préalable.

À force de repousser l’échéance en attendant le moment idéal pour atteindre le stade guerrier avec un minimum de risque, Borgr avait réussi en premier ce que Sung prévoyait de faire. Comment celui-ci ne pouvait pas être vexé et énervé en ce moment ? Et comme si Borgr avait lu dans ses pensées, celui-ci continua à narguer Sung.

« Heh ? Pourquoi tu ne dis plus rien ? Ne me dis pas que… tu n’as toujours pas atteint le stade guerrier ?! Oh ! Moi qui te considérais comme mon plus grand rival, tu me déçois beaucoup. Eul, apparemment Sung n’est pas au stade guerrier ! C’est comme si on avait déjà gagné, non ? »

Ignorant complètement les regards remplis d’animosité qu’on lui jetait, Borgr se tourna vers Eul pour lui faire cette remarque.

« Eh bien… Si maître Sung arrive au stade guerrier avant que la compétition ne commence, il reste toujours une chance à Mura je dirais. Enfin, même avec ça, le retard par rapport à vous, jeune maître, ne sera pas facile à combler. »

Même si la réponse de Eul pouvait paraître courtoise, tout le monde remarqua que celui-ci gardait la main devant sa bouche pour dissimuler le sourire qui s’y cachait. Celui-ci semblait apparemment exercer de gros efforts pour ne pas éclater de rire.

« … »

L’expression de Sung s’assombrit davantage mais il n’y avait rien qu’il puisse dire pour se défendre.

« Ça valait le coup de venir jusqu’ici pour voir la tête que tu es en train de tirer ! Ha ha ha ! Bon… où j’en étais moi avec tout ça ? »

Comme un enfant qui s’était lassé d’un jouet, Borgr ignora Sung pour reprendre là où il en était avant d’être interrompu.

« Hum ? »

Quand il reporta son attention vers Meimei, il vit celle-ci en train de rire avec un garçon qui ne se trouvait pas là tout à l’heure.

« Qui c’est celui-là ? »

Il s’attendait à voir la jeune fille tremblait de peur après qu’il ait fait démonstration de sa puissance. Mais à sa grande surprise, non seulement elle n’était pas effrayée, mais c’était comme si elle avait complètement oublié son existence.

« Tu as du cran pour m’ignorer… »

Borgr s’approcha une fois de plus vers Meimei en marquant chacun de ses pas. Eul soupira une fois encore devant ce spectacle mais ne semblait pas décidé à intervenir. Les mouvements de Borgr attirèrent naturellement l’attention à nouveau et il ne fallut pas longtemps à Meimei et au reste pour se tourner vers lui.

Cependant, Borgr fut étonné en voyant la réaction de la jeune fille. Tout à l’heure, elle n’arrivait même plus à bouger face à lui. Mais à présent, bien qu’une trace de peur subsistait encore sur son visage, elle le regardait droit dans les yeux avec détermination.

« Qu’est-ce que… »

En voyant ça, Borgr remarqua que la réaction de la foule avait, elle aussi, changé. La colère et la crainte des spectateurs semblaient avoir laissé la place à de la curiosité. Il constata alors rapidement que les regards alternaient entre lui et le garçon qui venait d’apparaître.

« Ce comportement… c’est à cause de lui ? Même Sung n’a pas suscité ce genre de réaction. Qui c’est ce type ? »

Borgr était curieux mais nullement inquiet. Vu l’apparence du garçon, il était sûrement plus jeune que lui. Borgr était confiant qu’avec son niveau actuel, parmi les gens de son âge, personne ne pouvait lui tenir tête.

Il continua à avancer lentement en direction de Fang puis s’arrêta devant lui en le regardant de haut. Avec la différence de stature entre les deux, Borgr devait naturellement baisser la tête tandis que Fang devait lever la sienne pour qu’ils puissent se regarder face à face.

« Je veux m’amuser avec la jolie fille qui se cache derrière toi. Si tu veux rester en un morceau, tu ferais mieux de t’écarter maintenant. »

Fang se retourna brièvement en entendant ces paroles et constata effectivement que Meimei s’était réfugiée derrière lui avant même qu’il ne s’en rende compte.

« Haaah… Pourquoi ça tombe sur moi ? » Se plaigna Fang en soupirant.

Il regarda ensuite l’imposant garçon dans les yeux avant de répondre simplement.

« Désolé, pas possible. »

L’expression de Borgr changea brusquement suite à cette réponse.

« Tu as vu ce qui est arrivé à l’autre, non ? Tu tiens à finir dans le même état ? »

Le ton qu’il employa devint de suite plus menaçant.

« Hum… Un vrai dilemme… Est-ce qu’on pourrait pas en discuter calmement ? Ce n’est pas comme s’il n’y avait pas d’autre filles charmantes dans Mura. Je suis sûr qu’en faisant un petit tour, vous trouverez rapidement de nombreuses filles à votre goût », proposa poliment Fang.

Borgr esquissa un sourire, mais c’était un sourire à glacer le sang. L’attitude du garçon en face de lui ne montrait ni peur ni respect. Il serra légèrement son poing et l’envie d’écraser cet insolent sur le champ l’irritait.

Cependant, il avait déjà agressé un autre membre du village sous le coup de la colère. S’il s’en prenait une nouvelle fois à quelqu’un d’autre sans raison valable, le village de Mura ne fermerait certainement pas les yeux dessus.

« Hé Sung ! Ce mioche ne sait pas traiter un invité et ose se mettre en travers de mon chemin. Ça ne pose pas de problème si je lui donne une bonne leçon, hein ? »

En fait, Borgr voulait juste déclarer à haute voix que Fang était en tort dans le but de se donner une raison pour attaquer, même si cette raison était puérile. Il s’était donc tourné vers Sung mais c’était seulement parce que c’était la seule personne qu’il connaissait dans Mura.

« Sung va vouloir protéger la réputation du village et m’empêcher d’agir cette fois-ci. Tch… Ce gosse a de la chance. »

Mais alors que Borgr pensait qu’il ne pourrait pas pousser les choses plus loin, la réponse qu’il reçut le surprit.

« Ce garçon… Fang. Il a toujours eu un problème avec l’autorité dans ce village. Ça ne me dérange que vous lui donniez une bonne leçon. »

« Huh ? »

Borgr était étonné mais il ne connaissait pas la relation qui existait entre Sung et Fang. D’ailleurs il s’en moquait complètement. Tant qu’il avait le feu vert, Borgr n’avait pas à réfléchir. Il allait écraser ce garçon qui ne voulait pas s’écarter de son chemin !

« Bien fait pour toi, Fang. Voilà ce qui arrive à force de vouloir jouer au plus malin. »

Évidemment, si ça avait été quelqu’un d’autre, Sung aurait élevé la voix pour ne pas laisser l’impression que Borgr pouvait faire comme bon lui semblait dans Mura. Mais après avoir remarqué que sa cible était Fang, il changea aussitôt d’avis.

« Voyons comment tu te débrouilles contre quelqu’un au stade guerrier », pensa Sung.

Il se délectait déjà de voir Fang finir dans le même état que Paki.

« Tu as entendu le jeune maître Sung ? Il est temps de t’apprendre les bonnes manières », déclara Borgr en faisant craquer ses doigts.

« Oh, mais je pense que je suis suffisamment poli. En tout cas, suffisamment pour ne pas dire à haute voix que ton ventre est sur le point de me toucher alors que tu te tiens à au moins un mètre de moi. »

Voyant que discuter ne mènerait à rien, Fang laissa tomber toute politesse.

« Sale gosse ! »

Borgr détestait par dessus tout qu’on se moque de son apparence. De la même manière qu’avec Paki, c’est alors avec une rage incontrôlée qu’il lança sa main vers le visage de Fang. Devant la foule qui était restée bouche bée depuis le début, celui-ci regarda l’énorme paume qui se rapprochait de son visage avec un air serein.

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

10 commentaires sur “Maître des âmes 61 : Insolence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s