JIM – Chapitre 34 : Phylorène

Auteur : Vhail
Check : Miss X


Retour d’un des personnages que vous aviez peut-être oublié. Si vous vous en souveniez et bien tant mieux pour vous. Je ne suis pas sûr de pouvoir sortir un chapitre la semaine prochaine donc je préfère vous prévenir maintenant. Bonne lecture.


La chute fut effectivement terrible et l’atterrissage le tira de son évanouissement. À l’impact, Clément creusa un sillon d’une bonne cinquantaine de mètres de long dans le sol, couchant quelques arbres au passage. Il resta immobile le temps de reprendre ses esprits puis se redressa pour s’asseoir. Des nombreux boucliers qu’il avait incantés pour se protéger, un seul subsistait qu’il décida de garder actif en cas de besoin.

« Bon, où est-ce que je suis tombé moi ? » se demanda-t-il à voix haute.

[Notification : nous nous trouvons quelque part dans la forêt noire qui entoure la ville d’Arnos.] répondit Faé en mode robot.

[Remarque, au moins la saison des amours est finie et les monstres seront moins violents.]

[Notification : au contraire, ils risquent d’être plus agressifs en essayant de protéger leurs petits.]

Clément essaya tant bien que mal d’ignorer le fait que l’IA disait ‘Notification’ à chaque début de phrase et réprima une furieuse envie de lui passer un savon à ce sujet.

[Retourner à la station immédiatement me semble être une idée totalement foireuse parce que si je recroise Noa et sa clique, je risque encore de passer un sale quart d’heure. Je crois que je vais en profiter pour m’occuper du cas d’Etna, au moins ici personne ne risque d’être blessé.]

Il détacha la faux de son dos et s’apprêtait à lui rendre sa forme physique originelle avant de marquer un temps d’arrêt.

[Attends, si je la libère juste comme ça, elle va directement me sauter dessus.] réfléchit-il. [Je n’ai pas envie de l’affronter, ça va être pénible.]

Il soupesa l’arme, utilisa un sort de renforcement physique et après avoir pris son élan, il la lança de toutes ses forces par-dessus la cime des arbres. Celle-ci décrivit une magnifique parabole et disparut de son champ de vision.

Après avoir attendu quelques instants pour être certain que l’arme soit bien au sol il murmura : « Libération. »

Aussitôt, un hurlement de rage se fit entendre en provenance de la direction où l’arme avait atterri.

« Effectivement, elle est énervée. » murmura-t-il.

Il se retourna pour essayer de voir dans quelle direction partir ou alors, au minimum, trouver un endroit où établir un campement. Il sortit de la tranchée qu’il avait creusée en atterrissant et commença à avancer lorsqu’une voix se fit entendre derrière lui.

« Où est-ce que tu crois aller comme ça ? » demanda la voix sur un ton meurtrier.

[Déjà ? Je pensais avoir lancé plus fort que ça.] pensa-t-il.

« Etna, ça faisait longtemps. » dit-il sur un ton détaché qui trahissait son malaise de l’avoir laissée enfermée aussi longtemps tout en se retournant vers la dragonne-démone.

[Comment elle a fait pour arriver si vite ?] se demanda-t-il.

« Longtemps !? » s’époumona-t-elle. « C’est un comble. Ça fait près de trois semaines que tu me trimballe à droite à gauche comme un vulgaire objet sans même daigner vouloir me rendre au moins une forme humaine. Trois semaines que j’essaye de communiquer avec toi mais tu es plus fermé qu’une foutue huître, toutes mes tentatives de télépathie ont échoué. Et d’abord, pour qui tu te prends pour enfermer un être de ma stature dans une vulgaire arme ? Tu veux mourir ? Parce que si c’est le cas, je te file volontiers un coup de main. Au propre comme au figuré.

Enfin bon, je vais être magnanime pour cette fois et ne pas te tuer. Je vais aller retrouver mes subordonnés, de toute façon, j’ai eu ce que je voulais à l’académie. » dit-elle en se calmant un peu.

Et avant que Clément n’ait eu le temps de répondre, elle tourna les talons et s’enfonça dans la forêt.

[Il vient de se passer quoi là ? Ça c’est bien mieux passé que prévu.] se demanda Clément.

[Notification : …]

[Stop, pas de réponse. C’était rhétorique comme question.] dit-il et la voix de Faé-robot se tût. [Par contre elle change de caractère vachement rapidement et radicalement surtout.]

Laissant ces pensées de côté, il commença à fouiller les environs et finit par se trouver un abri pour la nuit qu’il aménagea rapidement. Il décida de se reposer pour récupérer du combat contre Camille et qu’il se mettrait en route le lendemain pour se diriger vers la ville.

Environ quatre heures après l’avoir laissé en plan, Etna réapparut de nulle part à côté de Clément.

« Qu’est-ce que… ? » commença-t-elle surprise. « Qu’est-ce que je fais là ? Qu’est-ce que tu m’as fait ? » hurla-t-elle sur Clément en l’attrapant par le col.

« C’est la sécurité. » répondit-il simplement.

« Quelle sécurité ? Exprime-toi clairement ou je t’arrache la tête ! » menaça-t-elle.

« Très mauvaise idée ça. Sauf si tu veux mourir aussi. Ça fait partie de la sécurité. Si je meurs, tu meurs. Enfin, surtout si c’est toi qui me tue volontairement ou involontairement. L’autre partie c’est que, pour la plupart de mes armes, si elles se trouvent à plus de 100 kilomètres de moi, elles reviennent automatiquement à moi. » expliqua-t-il. [Heureusement que j’ai pensé à le désactiver sur Alice.] se dit-il.

« Enlève-la ! » ordonna-t-elle. « Et sépare moi de cette foutue faux aussi. »

« Si je te sépare de l’arme, ton âme va juste se disperser et tu vas tout simplement cesser d’exister. En plus je ne peux même pas le faire. Et ensuite, ça ne sert à rien que j’enlève la sécurité, ça ne t’avancerait en rien. »

« Et pourquoi donc ? »

« Tu as un moyen pour rentrer dans notre univers ? » demanda-t-il pragmatique.

Sous l’effet de la surprise, elle le lâcha.

« Quoi ?? » dit-elle choquée.

« Ben oui. Parce que là, nous ne sommes plus dans notre univers. Tu trouves que ça ressemble beaucoup à la Terre ? » demanda-t-il en désignant les arbres entièrement noirs proches d’eux.

Il bloqua le coup de poing qu’elle lui envoyait directement dans le visage.

« Et pourquoi nous ne sommes plus dans le bon univers ? Tu as intérêt à avoir une bonne excuse sinon je te transforme en pâtée pour chat. » dit-elle en contenant tant bien que mal sa rage et en retirant son poing, prête à frapper de nouveau.

« Il se pourrait qu’à cause de notre combat le monde entier ait découvert l’existence de la magie et que de ce fait, je me sois fait exiler. Etrangement, le Conseil de la Magie ne voulait pas s’occuper de ton cas et donc ils t’ont laissée avec moi. Et comme je possède une magie multivers, j’ai décidé de changer d’univers pour éviter les ennuis pendant les cinq ans de mon bannissement. » répondit-il.

« Une magie multivers ? »

Clément lui donna les explications sans préciser la nature de la sienne.

« … » fut la seule réaction d’Etna à la fin de l’explication.

Elle mit quelques instants à reprendre ses esprits.

« Donc si je comprends bien, je suis piégée avec toi dans cet univers. » finit-elle par dire.

« Exact. »

« Pour les cinq prochaines années. »

« Complètement vrai. »

« Tu sais que tu ruine tous mes plans de vengeance contre les anges et les démons avec tes conneries. »

« Maintenant oui vu qu’avant, je n’avais pas eu vent de tels plans mais en même temps, c’est toi qui a attaqué l’académie. Juste pour savoir, tu comptais t’y prendre comment ? Parce que ça me semble plutôt compliqué à faire. »

« Avec ça ! » dit-elle en faisant apparaître dans sa main une boule émettant des reflets verts.

« Tu sors d’où ce truc ? »

« Bonne question. J’ai juste l’impression que c’est avec moi tout le temps. »

[Notification : le sixième fragment des huit artefacts d’Azenthot a fusionné avec l’arme en Soul Steal en même temps que l’âme de la dénommée Etna Crown. Les deux sont dorénavant indissociables.] expliqua Faé-robot dans sa tête.

« Quoi qu’il en soit, ramène-moi sur Terre que je puisses mener mon plan à bien. » ordonna-t-elle en faisant disparaître la boule.

« Dans tes rêves ma grande ! Je ne pense pas que tu sois en position de réclamer quoi que ce soit. » s’esclaffa-t-il

« Je vais te … » commença-t-elle en s’apprêtant à l’attaquer.

« Transformation. » clama Clément et le corps d’Etna se retransforma en faux avant de tomber mollement sur le sol.

Comme la nuit commençait à tomber, il installa une barrière autour de la zone afin de repousser les monstres qui seraient tentés de venir faire un tour dans le coin puis alluma magiquement un feu. Il sortit ensuite le peu de provisions qu’il lui restait de la mission précédente et commença à manger. Une fois fini, il rendit son apparence humanoïde à Etna.

« C’est bon tu es calmée ? Parce que sinon je te retransforme. »

Etna resta silencieuse sans donner de réponse. Elle s’assit à l’opposé de lui et se mit à fixer le feu qui dansait dans la nuit. Le silence n’était interrompu que par les bruits des animaux provenant de la forêt alentour.

« Pourquoi quelqu’un comme toi est venu défendre une académie de magie ? » finit-elle par demander en brisant le silence.

« Comment ça ? »

« Malgré ma rage, j’ai quand même des brides de souvenirs de la séance au Conseil de la Magie. Pourquoi quelqu’un qui s’efforce de rester à l’écart du monde de la magie décide soudainement d’intervenir dans un conflit qui le fera forcément remarquer. »

« J’avais des amies à protéger. »

« La loyauté. »

« Appelle ça comme tu veux. Ce n’est pas tant de la loyauté que de porter secours à des amis en détresse. »

« C’est une valeur très importante chez les dragons, comme l’honnêteté. Nous ne détestons pas grand-chose plus que les traîtres. »

« Tu as été élevée par les dragons ? »

« Oui, je ne me souviens pas de mon père. »

« Tu as eu moins de chance qu’Alice alors. »

« Qui ? »

« Une des personnes à qui j’ai apporté mon aide lors de ton attaque. Une Nephilim. »

« Je suppose que ça a mal fini pour ses parents. »

« Pas vraiment, j’ai réussi à les sauver avant qu’ils ne se fassent exécuter. »

« Tu as vraiment réussi à les sortir d’une exécution au Paradis ? »

« Oui, mais pourquoi forcément le Paradis ? »

« Parce que les démons sont plus mesurés, ils auraient juste emprisonné le parent démoniaque et laissé les anges se démerder avec l’autre et l’enfant. »
« D’ailleurs ça me fait penser, il y a un nom spécial pour les métis entre dragon et démon ? »

« On appelle ça un ou une Phylorène. »

« D’accord. Je tâcherai de m’en souvenir à l’avenir.»

Le silence retomba sur le campement improvisé.

« Néphariel m’a dit que les anges et les démons avaient exterminés les dragons. Il s’est passé quoi au juste ? » demanda finalement Clément en s’attendant à ne pas avoir de réponse.

À sa grande surprise Etna se mit à chanter d’une voix douce et empreinte de tristesse.

Nous étions grands, majestueux, forts et fiers.
Dans l’immensité du ciel, les maîtres
L’air et le feu nos alliés.
Mais notre attitude altière,
Et d’anciens Frères devenus traîtres
Notre race ont exterminée.

Enfants d’Inferno et d’Ether,
Nous avions alors deux Frères.
Les anges naquirent de la lumière
Des ténèbres, les démons germèrent.
Mais nos parents se disputèrent
Et nos chemins se séparèrent.

L’harmonie fût de bien courte durée
Et en trois, notre monde fût séparé.
Le domaine céleste, les anges se l’accaparèrent,
Dans les souterrains, les démons se réfugièrent,
Laissant à disposition de notre race
De la planète les étendues de surface.

Nous étions grands, majestueux, forts et fiers.
Dans l’immensité du ciel, les maîtres
L’air et le feu nos alliés.
Mais notre attitude altière,
Et d’anciens Frères devenus traîtres
Notre race ont exterminée.

Notre civilisation, à prospérer commença
Sur la terre, dans le ciel s’épanouit et progressa
De villes et de grands monuments le sol se tapissa
Une économie naquit, fleurit et se renforça
Et un échange symbolique avec nos Frères commença
Commercial et culturel, il se créa pas à pas

Avec le cours du temps, des siècles s’écoulèrent
Et petit à petit les choses évoluèrent
Notre civilisation devint plus avancée
Et nos Frères, en retard, derrière, furent abandonnés
À ce moment là notre orgueil naquit
Et ne fit que nous embrumer l’esprit

Nous étions grands, majestueux, forts et fiers.
Dans l’immensité du ciel, les maîtres
L’air et le feu nos alliés.
Mais notre attitude altière,
Et d’anciens Frères devenus traîtres
Notre race ont exterminée.

Malgré cela, pendant encore un temps
Nous ne nous montrâmes point arrogants
Partageant avec nos Frères autant
Commercialement que culturellement
Et ainsi nos peuples se rencontrant
Permit à mes parents de devenir amants

Une union au début tenue secrète
Mais un amour pur, limpide et honnête
Les relations inter raciales étant mal vues
S’ils étaient pris, un destin sans salut
À vie l’emprisonnement pour le démon
La mort, peine implacable chez les dragons

Nous étions grands, majestueux, forts et fiers.
Dans l’immensité du ciel, les maîtres
L’air et le feu nos alliés.
Mais notre attitude altière,
Et d’anciens Frères devenus traîtres
Notre race ont exterminée.

Mes parents réussissaient à se voir
Et ce en dépit des risques notoires
Ma naissance fut une douce lueur d’espoir
Étincelle de vie brillant dans le noir
Mais bientôt ragots et bruits de couloirs
Eurent raison de cette idylle illusoire

Les démons furent les premiers à découvrir
Cet amour et la progéniture en devenir
Mon père sans ménagement fût arrêté
Sans, des bras de ma mère, me retirer
Préférant laisser les dragons
Gérer le fruit de cet affront.

Nous étions grands, majestueux, forts et fiers.
Dans l’immensité du ciel, les maîtres
L’air et le feu nos alliés.
Mais notre attitude altière,
Et d’anciens Frères devenus traîtres
Notre race ont exterminée.

Mais seule ma famille réalisa
Lorsque je fis mes premiers pas
Qu’ils avaient une métis sur les bras.
Ma grand-mère pour ma mère arrangea
Un mariage avec un dragon qu’elle n’aimait pas
Et son silence acheta.

Mais ce dragon aimait ma mère tendrement
Et peu à peu au fil du temps
Elle finit par se laisser conquérir
Et cette union qui ne la faisait pas tant souffrir
Finit par m’engendrer un petit frère
Et dans ma vie s’ouvrit une nouvelle ère.

Soudain les choses changèrent brusquement
Les relations entre nos peuples se tendirent
Et les échanges se firent rares
Nous, dragons, étions arrogants
Les anges voulaient sur Terre un empire
Les démons, au conflit, ne voulaient prendre part.

Loin des conflits je menais ma vie
Grandissant et assouvissant mes envies
Le dragon m’élevait comme ça propre fille
Tous les quatre formant une famille
Mon frère je voulais protéger
Des dures choses de la réalité.

Après plusieurs décennies d’animosité,
Le conflit finit par éclater
Les anges et les dragons commençant à s’entretuer
Les démons restant de côté
Ces derniers ont même essayé
De stopper ce conflit meurtrier.

La vie est quelque chose de précieux
Qu’il faut chérir et vivre
Car en la subissant il ne reste
Que des regrets pernicieux
Lorsque se referme le livre
Et résonne l’oraison funèbre.

Les démons ont réussi à organiser
Une réunion entre les deux camps opposés
Négociant un cessez-le-feu
Grâce à un discours très verbeux
Réunissant autour d’une table les belligérants
Ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps.

Les négociations se faisaient chez les démons
Car ils n’avaient pas mené d’actions
À l’encontre des deux factions
Un représentant et un champion
De chaque race pour les discussions
Un espoir de paix pour nos nations.

La vie est quelque chose de précieux
Qu’il faut chérir et vivre
Car en la subissant il ne reste
Que des regrets pernicieux
Lorsque se referme le livre
Et résonne l’oraison funèbre.

Notre princesse fût envoyée en émissaire
Et choisit de se faire escorter par ma mère
Elle présenta à la princesse son refus
Craignant par les démons d’être reconnue
Mais sa requête fut refusée
Et elle a dû se résigner.

Toutes deux se rendirent aux négociations
Avec pour enjeux l’avenir de notre nation
Arrogants nous réclamions
Des anges la capitulation
Afin de mettre fin à la confrontation
Et protéger notre peuple de la destruction

La vie est quelque chose de précieux
Qu’il faut chérir et vivre
Car en la subissant il ne reste
Que des regrets pernicieux
Lorsque se referme le livre
Et résonne l’oraison funèbre.

Mais la réunion tourna mal
Lorsque se produisit quelque chose d’anormal
Les anges nous avaient tendu un piège
En commettant un sacrilège
Le champion des anges tuant les participants
Laissant ma mère comme seul survivant.

Il fit passer ma mère pour coupable
Avec des arguments implacables
Et des preuves irréfutables
Pointant son amour inavouable
Et une vengeance redoutable
Commettant deux crimes inexcusables

La vie est quelque chose de précieux
Qu’il faut chérir et vivre
Car en la subissant il ne reste
Que des regrets pernicieux
Lorsque se referme le livre
Et résonne l’oraison funèbre.

Les démons firent une alliance avec les anges
Croyant leur honneur traîné dans la fange
Ne voulant pas écouter ma mère,
Ils en firent leur prisonnière
Et commencèrent de notre peuple le massacre
Du sang se répandit l’odeur âcre.

Une partie de notre peuple survécut
Trop peu pour que notre territoire soit défendu
Alors sur Terre nous sommes descendus
Mais je ne m’avoue pas vaincue
Je me vengerai de ceux qui nous ont abattu
Redonnant à notre peuple son honneur perdu.

La vie est quelque chose de précieux
Qu’il faut chérir et vivre
Car en la subissant il ne reste
Que des regrets pernicieux
Lorsque se referme le livre
Et résonne l’oraison funèbre.

La dernière note de la chanson s’effaça dans le silence de la nuit.

« C’était très beau. » finit par dire Clément.

« Merci. C’est une tradition chez les dragons d’improviser un chant lorsque quelqu’un nous demande de raconter notre histoire. »

[Je commence à mieux cerner sa personnalité.] se dit Clément.

« Ça ne m’étonne même pas des anges. » lâcha-t-il avec un soupir.

« Quoi donc ? »

« D’avoir recours à n’importe quels moyens pour arriver à leurs fins. De ceux que j’ai croisés, seul Néphariel n’avait pas cette mentalité. »

« C’est vrai qu’il est gentil. »

« Vous vous connaissez si bien que ça ? Parce qu’il ne semblait pas spécialement te porter dans son cœur. »

« Pas vraiment mais il y a longtemps, j’ai attaqué une base des anges pour libérer des dragons sur qui ils menaient des expériences. J’ai réussi à faire sortir tous mes compagnons mais un bataillon d’anges m’est tombé dessus sur le chemin du retour. J’ai failli y rester. J’étais épuisée, couverte de blessures et Néphariel était le seul ange encore debout après le combat. Il n’avait aucune blessure et aurait pu m’achever sans aucun problème mais il est reparti sans rien faire. Il a juste dit qu’il n’achevait pas d’ennemi incapable de se défendre et que si mon destin était de mourir aujourd’hui alors ce serait le cas mais pas de sa main. »

« Principe honorable. »

« Effectivement, dommage que ce ne se soit pas le cas de tout le monde. »

« Je savais très bien que ça ne te tuerait pas. » se défendit Clément qui se savait visé par cette dernière remarque. « Juste pour savoir, qui était le champion des anges à la réunion ? »

« Un dénommé Gabriel. À la tête que tu fais, je dirais que tu le connais. »

« Oui, je l’ai croisé au Paradis, un vrai salopard. Enfin bon, je vais dormir, je suis claqué. »

À ces mots, il s’adossa confortablement contre un arbre et ferma les yeux.

« Tu ne me retransforme pas ? » demanda Etna inquisitrice.

« Non. »

« Pourquoi ? »

« Tu veux que je le fasse ? »

« Non. »

« Alors tais-toi et dors. »

« Merci. »

Le campement retrouva alors son silence nocturne habituel jusqu’au lendemain matin.

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

14 commentaires sur “JIM – Chapitre 34 : Phylorène

  1. Bonjour Vhail,

    Je suis tombé sur ce site par hasard après avoir fini mes lectures de novels chinois sur WW. Et la première histoire que j’ai lu est la tienne. Je profite de m’être mis à jour sur tes chapitres pour te laisser un petit commentaire. (Je me suis retenu tout le long xD). Histoire que j’ai eu tout de suite envie de lire grâce aux énormes possibilités d’écritures qu’offre ton univers ;). J’aime bien le Mc, même si on a toujours pas eu sa description (Tu as peut-être répondu à cette question maintes fois, même dans ton interview, faute de temps pour la regarder).

    Je me demandais si Clément étais catégorisé B-0 seuleument car il l’a fait exprès d’une manière ou d’une autre? En activant son « limiteur de pouvoir » par exemple. Ça me travail car je le pensais hyper cheater pour qu’il se retrouve avec le grade le plus nul c’est tout xD

    Sinon hâte de lire la suite! Dommage pour le rythme de parution ^^’. Mais je suis conscient du travail énorme qu’il y a derrière et merci également à Miss X pour les corrections.

    Cordialement,

    Toged

    J'aime

    1. Bonjour, tout d’abord merci pour ton message, il me fait extrêmement plaisir.

      Pour ce qui est de la description, c’est simplement parce que, pour écrire l’histoire, je m’imagine en temps que personnage principale et donc le décrire reviendrait à me décrire. Je t’avoue que ça me met un peu mal à l’aise. XD
      Je pense quand même que j’en ferais une pour la réécriture parce que l’histoire telle qu’elle est actuellement est améliorable et je pense qu’avec un peu plus de recul, je devrais arriver à faire une description à peu près potable du MC. (Btw, le MC porte mon prénom ^^)

      Pour le grade B-0, qui est effectivement le plus nul, c’est parce que le classement de la guilde se fait en fonction de la puissance et de la dangerosité des magies multivers. Le fait est que juste copier le pouvoir des autres n’est pas, en lui même très dangereux ni puissant au sens de destructeur. C’est l’usage qu’il fait des capacités copiées qui peut rendre sa magie dangereuse mais en aucun cas l’effet de la magie en elle-même.
      Si par exemple, sa magie avait été de volé les capacités plutôt que de simplement les copier, son niveau de dangerosité aurait été plus élevé. En fait, c’est juste que le classement de la guilde n’est pas adapté pour évaluer correctement ce genre de capacités. Je suis sûr qu’il y en a plein d’autres qui souffrent du même problème de classement.

      Si je n’ai pas été assez clair, n’hésite pas à me le signaler, j’essayerai de faire de mon mieux pour rendre ça compréhensible.
      Et si le coeur t’en dit, n’hésite pas non plus à rejoindre le discord de la guilde, c’est gratuit.

      Cordialement,

      Vhail

      J'aime

      1. Merci Clément pour toutes ces réponses à mes questions, c’est sympa de pouvoir discuter avec l’auteur directement sur son histoire ^^, c’est une dimension que j’aime bien.

        Pour la description du MC, je comprends parfaitement ce que tu ressens, ayant déjà tenté d’écrire un peu, on a tendance à ce mettre en MC, et donc s’il faut se décrire derrière c’est plus compliqué x)
        « Plutôt beau gosse, 1m85, hyper intelligent… »
        Tu peux toujours améliorer le début en le récrivant, mais prends le temps d’écrire la suite hein 😉

        D’acccord pour le B-0, c’est ce que je me suis dit au départ.

        Je verrai pour le discord de la guilde, merci pour l’info.

        Toged

        J'aime

        1. Pas de soucis. Si tu as d’autres questions à l’avenir, n’hésite pas à les poser. J’ai pour politique de toujours répondre au commentaires.^^ Et bien sûr, je ne manquerais pas décrire la suite.

          J'aime

          1. Et pour sur j’en suit témoin, je suit le premier a dire du n import nawak et il me répond toujour hehe^^

            a oui bienvenu Toged go voire aussi les LN et WN de la guilde tu aura une bonne surprise hehe

            J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s