JIM – Chapitre 37 : Toucher les cieux

Auteur : Vhail
Check : Kama-chan


Salut à tous. Voici un nouveau chapitre de JIM. Qu’est ce qui se trouve en bas des escaliers ? Je vous propose de le découvrir tout de suite.


 

Le bruit de leurs pas, combinés sur les marches de métal, résonnait dans le tunnel qui s’enfonçait au cœur de la terre. Ici, rien ne semblait avoir été remplacé, comme l’attestaient les anciennes marches, usées par le temps et l’humidité, visibles en dessous de l’escalier en métal.

Tout le long de l’escalier couraient de nombreux câbles qui reliaient ce qui se trouvait en bas au reste du complex. Au bout de cinq minutes, ils arrivèrent en bas de l’escalier et se retrouvèrent devant une double porte en pierre, en partie dégradée par le passage des années. Les câbles passaient à travers un trou fait dans le mur, juste à côté de la porte.

« J’estime que nous sommes environ à 150 mètres sous la surface du sol. » Dit Etna.

« Et comment as-tu évalué ça ? »

« L’intervalle entre chaque marche de l’escalier est d’à peu près 10 centimètres, et il comporte 1000 marches, ça fait 100 mètres. Ajoute ça à la taille de la couveuse au-dessus, plus une marge de sécurité, et ça donne approximativement cette valeur. »

« Tu t’es bien amusée à compter les marches ? »

« C’est un réflexe. Dès que je prends un escalier, mon cerveau compte automatiquement le nombre de marches. »

« Remarque, ça peut être utile, parfois. »

Clément s’approcha de la porte et examina les gravures dont elle était recouverte. Certaines étaient trop altérées pour être compréhensibles, mais l’idée générale était présente.

« Ça décrit comment un des dieux de ce monde a créé la vie animale et végétale. Comment la guerre entre eux a séparé les différentes tribus Xénoriennes pendant plusieurs millénaires. Ça décrit aussi que la forêt a prospéré grâce au culte que lui vouait la tribu qui s’était installée dans cette zone. »

« Donc, par déduction, ce Xivar est le Dieu de la nature et de la vie pour les Xénoriens. »

« Il semblerait que oui. Je me demande ce qui a bien pu se produire pour que la forêt devienne ce qu’elle est aujourd’hui. »

« On va le découvrir tout de suite. » Supposa Etna en poussant les deux battants de la porte.

« Tu fais ça proprement, cette fois ? »

« Le mur de tout à l’heure était nu, pas celui-là. »

Alors que les battants s’écartaient, une lumière verdâtre maladive commença à filtrer à travers la fente qui s’agrandissait. L’intérieur de la pièce était un carré d’une cinquantaine de mètres de côté. En son centre se tenait un homme dont la lumière émanait.

Son corps était relié à un moniteur par de nombreux câbles, et il était suspendu à quelques centimètres du sol par un système de chaînes. Clément et Etna commencèrent à avancer prudemment dans la salle, mais furent vite interrompus.

« Intrus détectés, protocole de sécurité engagé. » Résonna une voix métallique provenant de la console.

Aussitôt, les câbles se détachèrent du corps du malheureux et les chaînes s’abaissèrent, le laissant prostré sur le sol. Après quelques instants, il se releva en s’aidant de ses bras, et fixa les deux intrus de ses yeux vides.

« Qui ose venir troubler mon repos ? » Demanda-t-il d’une voix profonde, faisant vibrer les murs de la salle.

« Il vaudrait mieux qu’on s’en aille en vitesse. » Suggéra Clément.

« Pour une fois, je partage ton avis. » Acquiesça Etna.

« Vous n’irez nulle part sans avoir payé le prix de vos actes, misérables. » Continua l’homme.

La lumière émise par son corps commença à se faire de plus en plus intense. Clément réagit instantanément en désactivant son limiteur, et en incantant plusieurs couches de boucliers pour les protéger tous les deux. La lumière fut bientôt insoutenable et il ferma les yeux.

Après quelques secondes, la luminosité diminua subitement, et il rouvrit lentement les paupières. Le spectacle sous ses yeux le laissa sans voix. Tous ses boucliers avaient été réduits à néant, et tout le complex avait été désintégré. Ils se trouvaient maintenant dans un cratère extrêmement large, aux bords parfaitement lisses avec le ciel parfaitement visible au-dessus d’eux.

« Misérables insectes, vous êtes toujours en vie ? Comment osez-vous me défier, moi le grand Xivar, Dieu de la Vie ? » Éructa l’être, et son corps commença à grandir et grossir pour atteindre les 5 mètres de haut.

« C’est comme ça qu’il crée la vie, lui ? J’aurais plutôt parié sur le Dieu de la Destruction, moi. » Dit Etna.

« Tu crois que c’est le bon moment pour faire du sarcasme ? » Demanda Clément.

« Je n’accepte pas cette critique venant de ta part. »

« Et sinon, on fait comment pour battre un dieu ? »

« Grande question. »

Leur discussion fut interrompue par le poing de Xivar qui s’abattait dans leur direction. Ils sautèrent sur le côté pour esquiver, et l’attaque fit trembler la terre en touchant le sol.

[Notification : il ne s’agit pas du Dieu Xivar à proprement parler, il est sous l’effet du sortilège de corruption.] Intervint la voix de Faé-robot dans la tête de Clément.

[Et ça change quoi ? Je ne pense pas que ça l’affaiblisse.]

[Au contraire, ça le rend plus fort.]

« Tempête de foudre. » Incanta Clément.

Une pluie d’éclairs s’abattit sur le dieu, le frappant de toute part, mais ne lui infligeant aucun dégât. Son attention se porta immédiatement sur Clément qui venait de l’attaquer.

« Meurt, misérable vermine. » Tonna sa voix.

Le poing s’abattit une nouvelle fois, et Clément effectua une roulade pour esquiver. Xivar continua de s’acharner sur son ennemi, et Clément dut utiliser son transfert pour éviter une partie des coups.

L’assaut s’arrêta lorsque le corps de Xivar fut pris dans une douche de feu, crachée par Etna qui s’était transformée en dragon, et qu’il dû se protéger. Elle avait profité du fait que l’attention du dieu soit entièrement dirigée vers Clément pour lancer son attaque.

Lorsque la douche de flammes s’arrêta, ils purent constater que certaines parties du corps avaient brûlées, même si ces blessures étaient déjà en cours de guérison.

[Donc il est faible contre le feu. Bonne nouvelle.] Songea Clément.

[Notification : simulation terminée.] Dit Faé-robot.

[Quelle simulation ?]

[Notification : la forme de Nephilim a été simulée grâce aux paramètres copiés de la forme de Phylorène. Capacités des Nephilims débloquées.]

[Comme si ça pouvait m’être utile en ce moment. Tu n’as pas autre chose à faire que ça.]

[Notification : Simulation en cours, échec. Nouvel essai, échec. Nouvel essai, …]

Clément fit le vide dans sa tête afin de passer outre les innombrables notifications que donnait Faé. Pendant ce temps, Xivar s’était tourné vers son nouvel agresseur volant, et essayait temps bien que mal de l’attraper.

Etna volait dans le ciel et, tout en esquivant les attaques, lançait un jet de flammes sur le dieu de temps à autre. Clément profita de ce temps de répit pour commencer une incantation.

« Je suis celui qui commande le brasier universel. Feu de la création, réponds à mon appel et aide-moi à anéantir mon ennemi. Flammes éternelles. »

À ces mots, trois flammes d’un blanc pur se matérialisèrent à ses côtés.

[Trois tirs, c’est mieux que rien.] Pensa-t-il.

Xivar commençait sérieusement à perdre patience à cause des assauts répétés d’Etna, et du fait qu’il n’arrivait pas à l’atteindre. Il fit alors pousser deux arbres qui emprisonnèrent la dragonne en grandissant. À son ordre, leurs tailles diminuèrent, amenant son ennemi à portée de ses coups, et il arma son poing pour la frapper.

Etna prit alors sa forme de démone. Le changement de taille lui permit de se libérer de l’étreinte des arbres. Le poing du dieu frappa le vide à l’endroit où elle se trouvait juste avant. La démone déploya ses ailes et continua à harasser son ennemi avec la magie du feu, tout en volant à grande vitesse autour de lui.

Soudain, complètement par réflexe, le géant fit un pas sur le côté. Il évita de justesse de se faire frapper par le rayon de flammes blanches que Clément venait de tirer, mais il ne put empêcher son bras gauche d’être réduit en cendres par le torrent de flammes. Une gerbe de liquide vert fut projetée de la blessure, alors que les flammes s’y accrochaient, combattant férocement la régénération du dieu.

Enivré par sa rage, le dieu corrompu activa sa propre magie, se mit à l’éviter et à recouvrir le sol de ronces hautes de plusieurs mètres. Etna monta à la verticale dans le ciel pour éviter les plantes qui cherchaient à l’attraper. Clément modifia une de ses deux flammes restantes qui s’aplatit pour couvrir la zone autour de lui, et carbonisa les ronces qui menaçaient à l’empaler.

Pendant que tous deux luttaient contre les ronces, Xivar s’approcha de l’un des deux arbres qu’il avait fait pousser. Il se pencha vers lui, et le végétal se mit à changer de forme. Il prit l’apparence d’un bras qui vint se greffer à l’emplacement du membre sectionné. Les flammes blanches rugissaient toujours le long de la blessure mais n’attaquèrent pas l’arbre.

Une fois qu’il fut sûr que les ronces ne le menaçaient plus, Clément attaqua avec la dernière flamme restante et carbonisa l’arbre encore debout afin que le dieu ne se régénère pas plus. Il utilisa ensuite la magie qu’il avait copiée d’Etna, et deux ailes de dragon poussèrent dans son dos, lui permettant de s’élever dans les airs à hauteur de leur ennemi.

Tout en volant, Etna et lui tournèrent autour du dieu corrompu en libérant un barrage de sort de feu. La forme démoniaque d’Etna lui permettait de produire des flammes noires bien plus corrosives que des flammes normales. Les blessures commençaient à s’accumuler sur le corps de Xivar et, ivre de rage, il commença à faire de grands gestes avec ses bras, dans l’espoir de toucher l’un de ses deux assaillants.

De temps à autres, un trait de magie partait de son corps, mais aucun n’arrivait à toucher les cibles qui continuaient de voler dans le ciel en esquivant. Finalement, l’un des bras du dieu finit par frapper Etna au vol, l’envoyant s’écraser au sol, dans la zone dégarnie de ronces. Sans perdre une seconde, Xivar utilisa sa magie et transforma toutes les plantes de la zone en animaux divers se ruant sur la Phylorène.

Pour la troisième fois du combat, le corps d’Etna se transforma. Son apparence de démone ne changea que peu, mais sa peau se transforma en écailles et ses mains, ainsi que ses pieds, se munirent de griffes de dragon effilées. Les monstres s’arrêtèrent net dans leur élan en ressentant l’aura meurtrière que la Phylorène dégageait.

[Je ne vois pas ce qu’elle a de mal cette forme. Je pense que je vais m’y mettre aussi.] Pensa Clément.

Il rassembla sa magie et se transforma lui aussi pour prendre la même apparence que celle d’Etna, sauf que contrairement à elle, les écailles qui recouvraient son corps n’étaient pas rouges mais argentées.

[On se sent vachement plus puissant comme ça, mais ça ne va pas suffire si je veux en finir avec lui. Il faut que je fasse vite, parce que sans entraînement, je ne vais pas pouvoir tenir cette forme longtemps.]

Il réfléchissait tout en évitant les coups rageurs du dieu, lorsque son regard se posa sur la substance verte qui s’échappait du bras sectionné de la divinité corrompue. Un sourire se dessina alors sur son visage. Il porta sa main à son katana et le tira d’un geste net et précis.

« Hiirotsuki, libération totale. » Dit-il.

La lame se mit à luire d’un éclat rouge malsain, et le sang du dieu qui avait coulé commença à se rassembler de lui-même autour de l’arme. Celle-ci l’absorba entièrement, et passa du rouge au vert. Clément fit un grand mouvement de bas en haut, et la lame s’allongea d’elle-même pour se ruer vers sa cible. Xivar recula précipitamment mais la pointe de l’arme laissa quand même une traînée sanglante sur sa peau.

[Donc elle s’allonge cette fois.] Songea Clément.

Le dieu tendit sa main en l’air et le pommeau d’une épée y apparut. L’arme était une épée à double tranchant, mesurant environ 4 mètres. Il prit l’épée à deux mains et l’abattit de toutes ses forces en direction de Clément. Celui-ci s’écarta et riposta en projetant son katana en avant. L’arme s’allongea de nouveau et la pointe s’enfonça dans l’épaule du géant, sectionnant plusieurs nerfs.

Il hurla de douleur, son bras gauche pendant inutilement à côté de lui. Ses attaques devinrent plus hasardeuses et Clément les esquiva sans mal, tout en ripostant de temps à autre, infligeant de nouvelles blessures qui ne guérissaient pas. Il finit par réussir à sectionner le deuxième bras du dieu, et l’arme tomba en chute libre, écrasant au passage les derniers monstres qu’Etna n’avait pas massacrés.

« Il est temps d’en finir. » Dit Clément.

Il invoqua sa magie et, grâce à un sort de vent, il fit s’écraser le dieu au sol à la suite de son arme. Il atterrit à côté du corps au niveau du cou et s’apprêta à le décapiter lorsqu’il se ravisa. Il rengaina son katana prestement, tendit la main vers Etna, la transformant de force en faux qui vint se loger dans sa main, et sépara la tête du dieu du reste de son corps.

Il libéra Etna en reposant l’arme à côté de lui, lui rendant sa forme humaine.

« Qu’est-ce que … » Commença à dire Etna, visiblement énervée.

Avant qu’elle n’ait pu finir sa phrase, le corps du dieu commença à émettre une lumière très vive et à disparaître en même temps que son arme. À la place, se trouvait une forme humanoïde translucide de leur taille. La forme s’approcha d’Etna et commença à parler.

« Chère demoiselle, je vous suis infiniment reconnaissant de m’avoir libéré de la corruption qui avait envahi mon cœur. Malheureusement, cela signifie aussi que mon temps sur cette terre est terminé. Cette forêt devrait retrouver son aspect originel d’ici quelques années. Je sais que vous avez déjà fait beaucoup pour moi, mais j’aimerais vous faire une dernière requête. Acceptez mes pouvoirs, et vengez-moi de celui qui a fait cela. Son acte est impardonnable et ne saurait rester impuni. Puissiez-vous accomplir cette tâche. »

Alors qu’il parlait, un fin filin vert était sorti de son corps pour entrer dans celui d’Etna. Lorsque la connexion entre eux s’interrompit, Xivar eut un dernier sourire bienveillant et s’effaça.

« Il s’est passé quoi, là ? » Demanda Etna, lorsqu’elle fut remise du choc.

Pendant ce temps, Clément s’était retransformé pour retrouver son apparence humaine. Il avança pour commencer à sortir du cratère. Lorsqu’il passa à côté de la Phylorène, il lui mit la main sur l’épaule et lui dit :

« Bien joué, je te félicite pour ta promotion en tant que nouvelle Déesse de la Vie des Xénoriens. »

Sur ces mots, il continua son chemin, la laissant encore plus sous le choc que précédemment.

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

2 commentaires sur “JIM – Chapitre 37 : Toucher les cieux

  1. Nooooooooooooooooooooooon pourquoi !!
    Pourquoi il n’a pas copier les pouvoir du Dieu T_T
    Et du coup juste Etna reçoit un power-up ?
    J’ai laisser la musique pendant je lisais sa faisait bizarre de lire le combat contre le dieu avec la chanson « Fall Out Boy – Twin Skeleton’s » mais pas dérangeant non plus.
    Ce qui fait plus bizarre c’est quand je suis 1er au lieu dernier, alors sa traine ? pour commenter

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s