JIM – Chapitre 48 : Accords presque à l’amiable

Auteur : Vhail
Check : Miss X


Salut à tous. J’espère que ces deux chapitres avec le point de vue d’Exrine vous ont plus. J’ai pensé que ça pourrait être sympa d’avoir le point de vue de l’un des personnages et je me suis dit que quitte à le faire, autant que ce soit avec celui étant le plus susceptible d’être affecté par les évènements. Si vous avez apprécié, n’hésitez pas à me le faire savoir, il se peut que je refasse des chapitres avec ce même point de vue pour la suite de l’histoire ou sinon, je les ferai du point de vue d’Etna. Je me suis rendu compte qu’en comptant ce chapitre, cet arc était aussi long que le précédent sans prendre en compte les sides stories. Il ne reste normalement plus qu’un chapitre dans cet arc, plus 3 sides stories donc changement d’univers bientôt. Sur ce, à la prochaine et mangez de la fondue, c’est la saison et c’est bon. Bonne lecture.


 

« Mais qu’est-ce qui se passe ? » murmura Dame Etna pour elle-même.

Elle ne semblait pas avoir remarqué que tout le monde autour d’elle ainsi que dans le reste de la salle s’était calmé dès que mon père avait élevé la voix.

« Mes écailles ne devraient pas être de cette couleur. » continua-t-elle comme si de rien était.

Elle avait porté sa main griffue à hauteur de ses yeux et je pouvais, de ce fait, la distinguer plus clairement. De son coude au bout de ses doigts, son avant-bras s’était recouvert de multiples écailles comme celles de certains lézards, écailles prenant différentes teintes de vert.

Je comprenais un peu mieux à présent comment elle avait réussi à survivre dans un combat contre un dieu et comment elle avait pu récupérer autant de pouvoir sans que son corps n’en souffre. Son apparence humaine ne devait être qu’un corps d’emprunt temporaire ou alors pour cacher sa véritable apparence à de potentiels ennemis.

Je me demandais cependant quelle pouvait être sa véritable apparence. Était-elle si terrifiante qu’elle la cachait ? En tout cas, ces mystères m’intriguaient fortement mais je n’osais pas trop m’immiscer dans sa vie privée.

« De quelle couleur devraient-elles être ? » demandais-je néanmoins prudemment, oubliant moi aussi par la même occasion la présence de mon père.

« Elles étaient rouges à la base, mes écailles. Ça me fait très bizarre de les voir comme ça. » me répondit-elle de manière franche.

Je pouvais bien imaginer ça. Ce serait comme avoir une couleur de peau toute sa vie et qu’elle change du jour au lendemain, bien que je ne connaisse pas l’âge de Dame Etna et que je n’oserais jamais lui demander.

« C’est peut-être dû à votre nouveau statut par rapport à la Vie. » avançais-je en guise d’explication.

Dame Etna continua de fixer sa main, perplexe, avant de faire disparaître sa transformation et que sa main ne reprenne une apparence humaine comme le reste de son corps.

« Ça me parait être l’explication la plus probable. Mais je suis surprise que tu ne me pose pas plus de question à ce sujet après avoir vu cette transformation. » dit-elle.

« Je ne suis que votre simple suivante. Je ne me permettrais pas de vous questionner sur votre vie privée et votre passé ma Dame. » répondis-je en tout honnêteté même si plusieurs questions me brûlaient les lèvres.

« Comme tu veux. De toute façon, je pense que tu auras une partie des informations assez rapidement. » constata-t-elle en voyant la foule de gens présents dans la guilde s’écarter afin de laisser passer mon père.

Cette remarque me fit redescendre sur terre et mon cœur accéléra de nouveau follement à cause de l’appréhension qui m’envahissait.

Mon père s’approcha de nous d’une démarche nonchalante et s’adressa à ma sœur sans même me jeter un regard. C’est comme si je n’existais pas pour lui.

« Alors quelle est la raison de tout ce raffut ? » demanda-t-il.

« Père, je … » commença Chloé avant d’être interrompue brusquement.

« Tututu … » fit-il. « Je t’ai déjà dit de ne pas m’appeler comme ça dans l’enceinte de la guilde afin qu’il n’y ait pas de sentiment de favoritisme. Alors reprenons. Quelle est la cause de ce raffut inhabituel ? » redemanda-t-il.

« Cette personne souhaite inscrire Exrine en tant que mage multivers. » répondit-elle en désignant Dame Etna.

« Pas du tout. La vraie cause de ce raffut est que les trois abrutis qui sont au tapis ont insulté mon amie et ont voulu commencer une bagarre. » se défendit-elle.

« Le fait est que c’est, dans les deux cas, la présence de votre ‘amie’ qui a déclenché ces évènements. » constata mon père avec une pointe de mépris clairement perceptible lorsqu’il avait prononcé le mot ‘amie’.

« Seriez-vous en train de sous-entendre qu’Exrine est la responsable de la stupidité de ces hommes ? » demanda Dame Etna dont le ton s’était refroidi considérablement.

« Non, je sous-entends juste qu’elle n’a aucun droit de se trouver ici puisqu’elle est censée être en exil. » rétorqua-t-il.

Dame Etna sortit alors un papier de sa poche et le lui tendit.

« Et une autorisation signée de la main du maire de la ville d’Arnos pour se rendre à la guilde, ça vous suffit comme passe-droit ? » questionna-t-elle.

Mon père lui prit le papier des mains et l’examina avec attention.

« En effet c’est suffisant mais ça ne la protègera pas très longtemps. A la seconde où elle posera un pied hors de ce bâtiment, les gardes vont lui sauter dessus et elle sera ramenée de force en dehors de la zone qui lui est interdite. » rétorqua mon père.

« Sauf si elle est un mage multivers, auquel cas je pense que sa condamnation n’a plus lieu d’être. En plus, je ne pense pas qu’elle soit coupable dans un premier temps puisqu’elle a été accusée et déclarée coupable sans preuves formelles. » continua à argumenter Dame Etna.

Elle tentait du mieux qu’elle pouvait de faire en sorte que je sois de nouveau acceptée en tant que membre à part entière de la société.

« C’est impossible qu’elle soit une mage multivers. Aucun Xénorien n’en a jamais été un. » affirma mon père. « C’est une règle immuable. »

« Justement, être mage multivers signifie outrepasser les lois d’un univers, y compris celle-ci donc je ne vois pas où est le problème. En plus, qu’est-ce que ça vous coûte de lui faire utiliser votre détecteur de magie multivers. Comme ça, on sera fixé. » répondit Dame Etna toujours dans sa logique.

Il est vrai que me faire passer sur la machine pouvant détecter les magies multivers serait le meilleur moyen d’être fixé définitivement. Le problème étant que mon père pouvait refuser afin de ne pas prendre le risque que la vérité soit dévoilée.

A sa place, je pense que j’aurais le même raisonnement. Faire passer le test et risquer de découvrir qu’une Xénorienne, exilée de surcroît, était une mage multivers ou alors refuser catégoriquement en se cachant derrière la règle faisant qu’aucun Xénorien ne pouvait devenir mage multivers.

Si ce que Dame Etna avait dit était la vérité, ce dont je ne doutais pas, alors Clément avait découvert que je possédais une magie multivers. Cet homme était étrange, je n’arrivais pas à cerner sa personnalité. Il m’avait aidé alors que j’avais failli le tuer et sans que je lui demande.

« Très bien, faisons-lui passer le test même si le résultat est couru d’avance. » finit par dire mon père en faisant un signe de tête à Chloé.

Celle-ci sortit une plaquette métallique de son bureau et me demanda de poser ma main à plat dessus. Je m’exécutais et après quelques secondes, les résultats apparurent sur la plaquette.

⌠Univers : 0.0
Classe de magie multivers : Noire 4
Niveau de dangerosité de la magie multivers : 6⌡

Mon père et ma sœur pâlirent d’un bel ensemble en voyant le résultat affiché alors que Dame Etna émettait un sifflement admiratif.

« Pas mal, pas mal. Très intéressant. » s’esclaffa-t-elle en me donnant une tape sur l’épaule.

« C’est … c’est impossible !! » murmura mon père.

Il mit sa main à la place de la mienne sur la plaquette qui afficha son univers d’origine et la mention ‘Pas de magie multivers détectée’.

Je n’en revenais pas non plus. Certes, j’étais différente des autres Xénoriens mais maintenant, ils ne pourraient plus se servir de cette différence afin de me rabaisser. Ma couleur de peau était due à ma magie multivers et je n’avais plus à en avoir honte comme lorsque j’étais enfant.

« Bon alors, qui avait raison ? » clama Dame Etna, remuant le couteau dans la plaie.

« Tout ceci ne règle tout de même pas la question de son exil. » répondit mon père en retrouvant un semblant de dignité.

Je soupirais en entendant ces mots alors qu’une scène vieille de quatorze ans se rejouait dans ma tête.

« Père, arrêtez de vous mentir à vous-même. Nous savons très bien tous les deux que je ne suis pas coupable de ces crimes il y a 14 ans et que l’exil n’était pas une peine adaptée même si j’avais été coupable. » intervins-je.

Mon père tourna un regard noir vers moi.

« Je t’interdis de m’appeler comme ça. Tu n’es plus ma fille depuis le jour où tu as été exilée et les preuves étaient contre toi. » cracha-t-il.

Je sentis monter en moi une colère que je croyais refoulée depuis longtemps.

« Et vous n’êtes plus mon père depuis ce soir-là. Ce soir où j’ai surpris une de vos conversations avec notre mère. Ce soir où elle vous a avoué avoir commis ces crimes et laisser des preuves m’accusant parce qu’elle avait honte de moi. Qu’elle ne supportait plus le jugement des gens chaque fois qu’elle allait quelque part avec moi. Ce soir où elle vous a convaincu que pour garder votre poste en tant que chef de la guilde, vous deviez vous débarrasser de moi car vos adversaires pourraient se servir de moi pour remettre en cause votre légitimité.

Ce soir où, par facilité, vous avez décidé de vous mentir à vous-même, qu’il valait aussi mieux mentir à ma sœur et au reste de notre famille. Me faire passer pour une criminelle afin que notre famille prospère. Ce soir où j’ai compris que vous n’aviez jamais voulu de moi, que vous ne m’aviez jamais aimé et que l’exil serait plus doux que de vivre au sein d’une famille comme celle-ci. »

Tout au long de ma tirade, des larmes avaient commencé à rouler le long de mes joues. Tout ce que je gardais emprisonné en moi depuis des années ressortait enfin dans un flot libérateur.

« Est-ce … est-ce que ce qu’elle vient de dire est vrai ? » entendis-je ma sœur demander à mon père.

Celui-ci ne répondit pas à la question confirmant ses craintes.

« Vous m’avez menti pendant toutes ses années ? Vous m’avez fait détester ma sœur pour des crimes qu’elle n’avait pas commis ? » s’insurgea-t-elle.

« N’as-tu pas été plus heureuse !? » éructa mon père hors de lui. « Nous t’avons donné tout notre amour, avons tout fait pour rendre ta vie meilleure, exiler ta sœur en faisait partie. »

« J’aurais préféré avoir un peu moins d’amour mais toute ma famille. Vous m’écœurez. Ne me considérez plus comme votre fille. » dit-elle froidement en essayant de contenir ses larmes.

Elle sortit de derrière son bureau et se dirigea à grands pas vers la sortie.

« Et considérez que je démissionne. » ajouta-t-elle avant de s’enfuir du bâtiment de la guilde.

« Tu vois Exrine, » commença mon père en soupirant et en m’appelant par mon prénom pour la première fois depuis son entrée en scène. « Tu aurais mieux fait de ne jamais revenir mais je dois dire que tu avais raison en disant que l’exil n’était pas adapté pour ton cas. »

Il avait mis sa main à plat, paume vers le haut, tout en parlant et une boule de feu était apparue au creux de celle-ci.

« Vous êtes … » commençais-je choquée.

« La peine de mort m’aurait semblée plus appropriée. » continua-t-il avant de lancer la boule de feu directement sur mon visage.

Avant que le projectile ne m’atteigne, une main recouverte d’écailles vertes s’interposa et intercepta la menace.

« Intéressant. On va de surprise en surprise. Il me semblait que les Xénoriens ne savaient pas faire usage de la magie. » intervint Dame Etna.

« Seul l’envoyé d’un dieu peut en faire usage. » répondis-je sous le choc. « Et pour maîtriser le feu, il doit avoir reçu ses pouvoirs du dieu Corna. »

« En même temps, je me demandais comment un simple Xénorien aurait pu rester aussi longtemps à la tête d’une guilde de mages multivers sans se faire éjecter mais avec des pouvoirs offerts par un dieu, c’est compréhensible. » constata-t-elle.

« Laissez-moi la tuer tranquillement. Peu de mages multivers arrivent à rivaliser avec moi donc je ne vous parle même pas d’une simple Phylorène comme vous. » dit mon père en s’adressant à Dame Etna.

« Oh, vous savez ce que je suis ? » demanda celle-ci sincèrement étonnée.

« Allons allons, ce n’est pas souvent qu’un hybride entre un démon et un dragon arrive ici. Et nous avons des renseignements sur toutes les personnes qui passent par cette station. » répondit mon père.

Dame Etna fit disparaître les écailles de sa main.

« Alors il semblerait que vos informations ne soient pas à jour mais avant ça je vais vous laisser une chance. Vous souhaitez vraiment la tuer ? » demanda-t-elle.

« Et vous avec, si vous ne me laissez pas faire. » répondit mon père avec détermination.

« On ne pourra pas dire que je ne vous ai pas prévenu. » conclu Dame Etna.
Je m’étais reculée de quelque pas sachant très bien ce qui allait suivre. Les autres personnes présentes dans la guilde avaient fait de même mais plus dans le but de laisser le chef de la guilde écraser son adversaire selon moi.

Les cheveux d’Etna passèrent du blond au vert tandis que l’éclat émeraude de ses yeux augmentait. Sa puissance de déesse fut perceptible par tous les Xénoriens présents, les autres ressentant sa puissance magique mais ne l’associant pas à une divinité.

« Un combat contre un envoyé d’un dieu, ça peut être intéressant. » dit-elle avec un sourire peu rassurant.

Des gouttes de sueurs étaient clairement perceptibles alors qu’elles coulaient le long du front de mon père. Il avait parfaitement compris qui se trouvait en face de lui et devait regretter d’avoir engagé ce combat.

Des plantes poussèrent soudainement tout autour de lui, l’enfermant dans un cocon végétal avant même qu’il n’ait eu le temps de réagir et Dame Etna s’approcha lentement de lui.

« Alors alors, monsieur le chef de la guilde soi-disant très fort. Est-ce que vous refusez toujours que mon amie Exrine soit inscrite en tant que mage multivers ? Ne soyez pas étonné, il n’y a rien de choquant qu’un mage multivers soit ami avec une déesse. Je pense que nous sommes sur un pied d’égalité. Mais vous par contre, même en étant un envoyé d’un dieu, je ne vous considère pas et ne vous considèrerai jamais comme mon égal. Donc, je ne le demanderai qu’une seule fois poliment, veuillez je vous prie inscrire mon amie Exrine Sarel ici présente en tant que mage multivers de cette guilde et annuler sa condamnation. »

Mon père devenait de plus en plus rouge à mesure qu’il essayait de se libérer des liens qui l’enserraient. Il finit cependant par abandonner après avoir essayé, dans une tentative infructueuse, de les brûler.

« Il y a un petit détail indépendant de ma volonté pour pouvoir l’inscrire. » dit-il.

« Et quel est-il ? » demanda Dame Etna en le fixant avec un regard signifiant que la raison devait être bonne s’il tenait à la vie.

« Tous les mages multivers passent par une tour où ils sont testés avant de pénétrer dans cet univers mais comme elle est originaire d’ici, elle ne pourra pas passer ce test. » expliqua-t-il.

« Et que proposez-vous ? »

« Je vous propose de faire une exception et de vous donner une mission à réaliser. Si elle la réussit, nous pourrons considérer qu’elle a passé le test et nous pourrons l’inscrire dans le registre de la guilde. »

Dame Etna resta pensive quelques instants avant de relâcher les liens qui bloquaient mon père.

« Et à quel type de mission pensez-vous ? » demanda-t-elle.

Elle semblait encline à entendre la proposition de mon père et mon coeur devenait plus léger à l’idée de pouvoir de nouveau vivre au grand jour sans honte.

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

8 commentaires sur “JIM – Chapitre 48 : Accords presque à l’amiable

    1. je sais moi aussi, j’ai juste un peu de mal à écrire le dernier chapitre de l’arc pour faire quelque chose de propre. D’ailleurs j’en suis le premier désolé. Normalement je devrais reprendre une parution régulière bientôt

      J'aime

  1. pas de soucis prend ton temps j’étais seulement trop gourmand car l’histoire me plait xD

    je préfère attendre et avoir une histoire bien écrite ;D

    et je lis pars période j’avais attendu que 15 chapitre paraisse pour continuer x) merci pour ton travaille 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s