Le Voyage de Moah – Chapitre 26 : Bombes

Auteur : Ben Ornau
Check : Yurane


Salut les ptits loups ! (Oui c’est ma mamie qui fait mes intros)
Les aventures de Moah continuent sur Soreyawari & Co. Je vais essayer durant le mois de février de réduire l’écart entre les chapitres sur mon site et ceux ici (y’a quand même 10 chapitres !).
Bref, bonne lecture et n’hésitez pas à me suivre sur Facebook ou Twitter pour les annonces de publications.


Bombes


Même avec tout la concentration du monde, il y avait trop de variables pour que je puisse atteindre parfaitement le centre du noyau de ma cible. La distance parcourue, la résistance de son corps, l’absorption d’énergie, ma vue limitée, etc … autant de choses qui rendaient l’exécution de mon plan bien plus dure que prévue. Une des choses que j’avais appris durant mes dernières années d’études était la différence énorme entre la théorie et la pratique.

C’est pour cela qu’il ne fallait jamais hésiter à expérimenter. D’ailleurs les résultats de cette première tentative n’étaient peut-être pas aussi mauvais que je l’avais d’abord cru.

Devant moi, le blob que j’avais touché s’agitait étrangement comme s’il était pris de convulsions et malgré ma vue limitée, je pouvais voir un accroc dans la forme parfaitement ronde de son noyau. Ma Fléchette d’énergie n’avait pas réussi à pulvériser son cœur comme je le voulais mais il ne s’en était pas tiré indemne pour autant. Comme quand mon noyau avait été fissuré par la boule de feu, le blob avait du mal à contrôler la partie de son corps en contact avec la partie abîmée. Mais plus important que ses tremblements et ses spasmes, c’était la fuite d’énergie provenant de son noyau qui m’interpellait. Ce n’était pas quelque chose qu’on pouvait voir à l’œil nu mais n’importe quel être doté de Sensibilité à l’énergie pouvait sentir l’instabilité venant du noyau du blob et son énergie se répandre dans l’air comme un animal blessé perdant du sang.

Évidemment, je n’étais pas le seul à l’avoir sentis. Les autres blobs qui étaient retournés à leurs occupations après que mon appât ait été absorbé par l’un d’entre eux, faisaient maintenant demi-tour et se dirigeaient vers celui qui convulsait. La scène qui suivit aurait pu être digne du plus gore des films de zombies, si le blob que j’avais blessé avait était fait de chaire et de sang. Les blobs ne s’étaient pas jeté d’un seul coup sur lui mais l’avaient grignoté petit à petit en tirant les parties tremblantes de son corps à l’intérieur du leur pour les absorber et les digérer. Le blob avait tenté de se défendre mais l’instabilité de son noyau le rendait incapable d’utiliser correctement le flash dont j’avais été témoin plus tôt. Petit à petit, tout ce qu’il resta du blob était un noyau fissuré pour lequel les autres blobs commencèrent à s’attaquer entre eux. La bataille ne fut pas féroce et finalement l’un d’entre eux réussit à gober le reste du blob blessé et après avoir repoussé les autres avec son flash, il se mit à le digérer lentement pendant que les autres retournaient à leurs affaires.

“C’était, hum … instructif …”

Je n’étais pas sûr de ce que je devais ressentir après avoir été témoin d’une telle scène et plusieurs fois je m’étais demandé si je n’aurais pas dû détourner le regard. Je n’éprouvais aucune pitié envers le blob qui avait failli mettre fin à ma propre vie mais le voir se faire étriper par ces congénères ne m’avait pas procuré un sentiment très agréable. Ce n’était pas la première fois que j’avais ce genre de pensée et le “prix à payer pour ma survie” résonnait toujours dans un coin de mon esprit quand je me retrouvais dans une situation de vie ou de mort.

Si je m’étais forcé à observer jusqu’au bout, c’était dans l’espoir de découvrir quelque chose de nouveau sur les blobs. A ma façon, je voulais faire en sorte que sa mort ne soit pas pour rien.

Je rassemblais mes pensées et essayais de faire le tour de ce que j’avais appris et de ce que je devais faire maintenant.

Quel était mon but? A me focaliser sur l’obstacle que représentaient les blobs je ne m’étais pas rendu compte qu’ils étaient peut-être la solution. J’avais besoin d’évoluer à un niveau supérieur et en sentant la quantité d’énergie que possédait le noyau du blob qui venait d’être vaincu, je me demandais si j’avais besoin d’aller chercher plus loin. Les blobs faisaient parasites à ma Détection d’énergie donc même perché à l’abri, je n’arrivais pas sentir vers où l’énergie était la plus dense et où je pourrais trouver les cristaux qui leurs ont permis d’atteindre cette taille. Je pourrais me glisser discrètement et tester les chemins un par un mais pour y trouver quoi ? Dans le meilleur des cas, une zone dégagé rempli de cristaux et dans le pire des cas, un nombre encore plus important d’adversaires sans la moindre chance de retraite.

Je voulais bien rester optimiste mais pas naïf. En voyant l’attitude vorace des blobs, il était difficile de croire qu’ils erraient ici si une zone plus sûr et débordante d’énergie leur était accessible. Peu importe pourquoi ils étaient là, je préférais me focaliser sur ma situation. Les blobs me barraient le chemin, c’est vrai mais la disposition de la pièce m’offrait un avantage que je n’étais pas sûr de retrouver ailleurs.

J’hésitais mais, au fond de moi, ma décision était déjà prise. J’allais dévorer les blobs qui avaient essayé de m’avoir.

Résolu, je retournais auprès de la flaque d’eau. Je n’arrivais pas à dire combien de litre de flotte il y avait mais j’étais sûr qu’il y’en aurait assez pour plus d’une vingtaine de “bombe à eau”. Cette partie là du plan était couverte mais le reste allait être plus compliqué. Grâce aux combos bombe/fléchette, je pouvais attaquer les blobs sans me mettre en danger mais mon but n’était pas juste de les vaincre mais aussi de me procurer leurs noyaux, la source de leur énergie. Sans ça, pas d’évolution.

“D’abord, éliminer la concurrence.”

A moins que je fabrique un énorme bras articulé pour faire une version géante des jeux qu’on trouve dans les fêtes foraines, j’allais devoir descendre au premier étage pour récupérer les noyaux. Cette perspective ne m’enchantait pas des masses mais j’allais devoir m’y résoudre.

“Si je dois me jeter dans la gueule du loup, vaut mieux lui péter quelques dents avant.”

Je plongeai les deux bras dans la flaque et commençai à aspirer l’eau à l’intérieur de mon corps. J’avais pris le coup de main mais mon problème majeur c’était le timing. Créer une bombe à eau prenait du temps, pas beaucoup mais suffisamment pour que pendant la création de la troisième bombe, la membrane de la première se perçait après avoir perdu une grosse partie de son énergie. Pour l’instant, deux feraient l’affaire.

L’eau commença à monter dans mes bras et à remplir une poche sous mon noyau. Au bout d’un moment la poche finit par se remplir et en me tortillant un peu, je formais une boule compact comme si je gonflais mon ventre.

[SÉPARATION]

La boule se détacha de mon corps en parfait état.

“Yes !”

[RENOUVELLEMENT D’ÉNERGIE]

C’était toujours le moment le plus critique dans la création des bombes à eau, si la Séparation n’était pas faite de manière harmonieuse, la poche se perçait et je devais tout recommencer depuis le début.

Je me remis tout de suite à la création d’une seconde bombe à eau et une fois que celle-ci fut complétée avec succès, je les fis toutes les deux rouler avec précaution vers la rambarde.

Je choisie une cible proche et la bombarda avant d’utiliser une Fléchette d’énergie bien placée.

***

J’avais passé la journée à mener des attaques pour réduire le nombre de blobs mais je luttais toujours pour trouver une stratégie valable. Ce n’était pas pour rien en tout cas, j’avais maintenant une meilleure idée de la vitesse de leurs déplacements, de l’étendue de leur champs de perception et j’avais aussi l’impression d’avoir compris ce qu’était le flash qu’ils utilisaient pour se défendre.

Au début, j’avais cru que c’était un bouclier qu’ils activaient ou même une sorte d’onde de choc mais après observation j’avais conclu que ce n’était pas un système de défense mais d’attaque. Je ne savais pas pourquoi mais un blob était immunisé à sa propre énergie, donc en projetant des vagues de cette même énergie, il pulvérisait tout corps étranger à l’intérieur de son rayon d’action sans faire de dégâts à sa propre chair. Pulvériser n’était peut-être pas le bon mot parce que ce n’était pas immédiat. Pour être honnête, je n’avais jamais rien vu de tel mais cela m’évoquais comment un acide peut dissoudre la matière sans être capable de s’attaquer au PVC.

C’était une faculté intéressante mais elle était limitée à l’intérieur de leurs corps contrairement à mes projectiles qui étaient formés à l’extérieur de mon corps et donc qui pouvaient être “lancés”. Mais j’avais tout de même vu un blob couper une partie d’un des “tentaculeux” qui voulait absorber son énergie avec cette attaque.

A force d’observer, j’avais aussi compris pourquoi ils n’avaient pas utilisé ce pouvoir sur moi, leur but était d’absorber toute énergie et pas de la détruire.

“Si je veux avoir une chance, il va falloir descendre.”

Première chose à faire : isoler une cible.
Deuxième : vaincre la cible en un coup.
Troisième : récupérer son noyau.
Quatrième : fuir avant de se faire gober par les autres.

Cela allait être serré mais j’avais peut-être une idée. A force d’utiliser la Séparation, j’avais pris le coup et en étant capable de créer des morceaux chargés d’énergie, j’allais pouvoir manipuler les blobs sans me mettre en danger. Quand ils ne s’attaquaient pas, les blobs se tenaient toujours près de certains endroits où le sol était fissuré. J’avais compris pourquoi pendant qu’ils se jetaient les uns sur les autres et que j’avais pu sentir de l’énergie s’échapper des fissures. Ils me rappelaient comment les gens qui attendaient leurs trains se regroupaient autour des radiateurs mis dans la gare de ma ville pour l’hiver. Il y avait surement une comparaison plus juste mais évoquer un détail insignifiant de ma vie humaine me procurait un certain plaisir. En tout cas, il y avait plus de fissures que de blobs maintenant et en utilisant la Séparation, j’allais pouvoir les guider vers les zones éloignés de l’éboulement.

En me plaçant à des endroits stratégiques, je commençais à appâter un des blobs proche de moi en lui lançant des petits morceaux de moi-même assaisonnés à l’énergie. Je continuais à peaufiner la suite de mon plan pour être sûr de ne rien rater. Quand j’ai commencé à attaquer les blobs, j’avais pensé à les monter les uns contre les autres jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un ou deux mais lors de ma dernière attaque quelque chose m’avait fait changé d’avis. L’un des blobs avait réussi à gober une grosse partie du noyau de celui que j’avais attaqué et alors qu’il absorbait l’énergie à l’intérieur, j’ai senti que sa propre condition changeait. Son énergie était plus grande qu’avant et si je continuais comme ça, j’allais me retrouver avec un “super blob” sur les bras ! Leur nombre était un problème mais ce n’était pas ce qui les rendait dangereux. Même en les isolants, la différence de puissance entre eux et moi était énorme et leur donnait le moyen devenir encore plus fort ce qui transformerait mon “plan complétement dingue” en “plan complètement suicidaire”.

Moi a obtenu le don Leurre

“Oh yeah !”


Chapitre précédent <~~  Sommaire  ~~> Chapitre suivant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s