Newsletter n°27 (avril 2018)

Sore desu~
« En avril ne te découvre pas d’un fil ».
Pourquoi ne peut-on pas trouver quelqu’un qui lit le japonais à chaque coin de rue ? Quoi qu’il en soit on accueille dans l’équipe Shasha en temps que check et traducteur !

Avant toute chose, je rappelle que nous avons un serveur Discord, donc si vous voulez venir échanger avec nous ou simplement d’autres lecteurs, n’hésitez pas à y faire un tour : https://discord.gg/PCP2W96

Comme toujours, commençons par un tour de l’équipe :

Soreyawari -> Sore / Wari
SamiHuunter -> Sami
Nekoyashiki-san -> Neko
[ ] -> … (†)
Kairos -> Weaver
Ilanor -> Faust
Endgel -> Yuki
Nightgale -> Nile
Sinei -> Doll
MissX -> Lucy
Vhail -> Styx
Teldryn -> … (†)
Harken -> … (†)
Llaurence -> …
Hina-sama -> …
JetonS -> …
Saulot -> …
Yurane -> …
Lux Lewin -> …
Shasha -> …
(Les jolis crucifixs c’est pour dire qu’on a pas ou peu de nouvelles :c )

Et sur ce, on enchaîne directement le PoPro (ou le Point sur les Projets) :


Le Popro (soit le moment où on sait qui tient le radeau) :

Comme toujours, si vous lisez le Japonais, le Chinois ou le Coréen, ou si vous voulez vous lancer dans la traduction d’anglais, rejoignez-nous !

  • Death March Commencent à présent les interludes, je vous préviens d’avance, il y en a 6. Je sais que tout le monde n’aime pas les interludes et certains préfèreraient qu’on les saute, mais il font partie de l’oeuvre donc soyez patients !
  • Réincarné en Oeuf de Dragon, reste toujours au gré de la motivation de Sami.
  • The New Gate, est en adapt.
  • Galactic Dark Net est en panne de traducteurs. Des volontaires ?
  • Dragon Maken War ralentit pour cause de manque de temps.
  • Concernant ma Réincarnation en Slime, continue son chemin~
  • Konjiki no Wordmaster reprend doucement !
  • Evil God Average, est toujours en adapt.

Quelques promesses ou annonces apparaîtront sur le chat de Discord, et si vous voulez savoir quand le prochain chapitre sortira, c’est là qu’il faudra demander.

Et je m’arrête là pour le Popro.

Si vous vous sentez l’âme d’un écrivain les portes de notre section oeuvres originales sont grandes ouvertes et celles de la trad aussi, n’oubliez pas ! Vous pourrez échanger avec nos auteurs, ceux qui sortent ce mois-ci, mais aussi d’autres qui préfèrent attendre plus tard~

Place aux petits mots de l’équipe !



Soreyawari est en état végétatif.



SamiHuunter a eu la flemme.



Nekoyashiki :

Et les chats font encore des siennes… Certains ne comprennent pas le concept de poisson d’avril. ^^’

Dans un salon décoré d’une table basse avec un napperon blanc et un sofa crème, une jeune femme aux cheveux d’ébène caressait un chat bleu cobalt sur ses genoux tandis qu’un autre tigré gris se prélassait à côté. Deux autres chats, un tigré gris et un angora noir jouaient tranquillement au sol pendant ce temps là.

« Vhail est vraiment affreux de t’enfermer comme ça Éléonore !
– Ouais ! Si on s’y connaissait pas en barrières, on aurait jamais pu aller te voir pour jouer !
– Vraiment ?
– Ouais ! Et Neko il est toujours sur notre dos à nous empêcher de nous amuser !
– Ouais, c’est scandaleux ! Si les anciens ne nous avaient pas attrapés pour nous mettre sous la garde de Neko, on pourrait s’amuser tout le temps !
– OUAIS !
– Ahahahahah ! Je ne pense pas qu’il soit si horrible que ça. »

Tout à coup, les chats se transformèrent en enfants d’une dizaine d’années avec des cheveux, des oreilles et une queue de la couleur de leur pelage d’origine. Le cobalt, Shire, serrant Éléonore dans ses bras en frottant sa tête contre elle, reprit la parole.

« De toute façon on vous préfère toi et Faust, vous êtes gentils !
– OUAIS !
– Et puis Faust, il est rigolo. Même si c’est une liche (mâle) il a de la peau et tout !
– Et même qu’il nous fait plein de calins quand il nous voit ! Il aime bien me tripoter le ventre et les pattes en me caressant. » compléta Circée en mimant des caresses comme si on enlaçait quelqu’un.

***

Pendant ce temps là dans un autre quartier, Nekoyashiki est à la recherche des shikigamis fuyards. Alors qu’il marmonnait, un tumulte se fit entendre accompagné de cris horribles et hurlements stridents. Entendant ces cris, Nekoyashiki les reconnut tout de suite et une veine se mit à battre à sa tempe.

« Oh les sales gosses ! Ils ont osé lâcher des créatures du cauchemar en enfer ! Et je vais devoir me bouffer ces créatures infectes pour nettoyer leur bordel ! Ils vont me le payer cher ! »

Se rapprochant des lieux avec une aura meurtrière, Nekoyashiki arriva face à des démons en fuite poursuivis par une dizaine de créatures noires informes immenses. Ces dernières le repérèrent immédiatement et se mirent à fuir en hurlant hideusement de terreur comme si leur pire cauchemar venait d’arriver.

Malheureusement pour elles, elles furent immédiatement enfermées dans des barrières sphériques qui rétrécirent jusqu’à les broyer avec un bruit sinistre sans laisser de traces.
Cela fait, il se dirigea vers sa prochaine destination sans un mot, une nouvelle veine apparut à sa tempe.

***

De retour dans le salon, une conversation joviale continuait.

« Dit Éléonore, tu veux pas te marier avec moi ? Demanda un jeune garçon aux yeux cobalts pétillants.
– Désolé mon petit mais j’ai déjà quelqu’un dans ma vie !
– Quoi ? Cette liche (mâle) qui va voir les s… »

Soudain un bruit de verre brisé retenti et quatre chenapans se mirent à pâlir. Un bruit de porte qui grince se fit entendre et les quatre paniqués tentèrent de fuir pour se voir arrêter par deux poignes de fer et deux barrières.

« L E S E N F A N T S~~~
– N-Neko… qu’est-ce que tu fais là ? Demanda Shire maintenant couvert de sueurs froides.
– Et bien, j’ai trouvé vos “cadeaux” et je me disais que je devrais venir vous remercier…
– Ahahahaha… prit d’un rire sec, Shire détourna le regard
– Q-Quelles créatures du cauchemar ? Je ne vois pas de quoi tu parles… répondit Clochette dans l’autre main qui se resserrait comme un étau.
– Idiote ! Tu…
– On est foutus… se lamentaient les deux autres prisonniers des barrières.
– Il semblerait que nous allons devoir avoir une lon~gue conversation… Si vous voulez bien m’excuser, j’emporte avec moi ces troubles-fêtes. J’espère qu’ils ne vous ont pas causé de soucis ?
– Non, ne vous inquiétez pas ! Ils me distrayaient en me racontant des histoires amusantes.
– Heureux de l’entendre, sur ce… »

Repartant par la même porte par laquelle il était venu avec une troisième veine à la tempe et des shikigamis ayant repris leur forme féline luttant désespérément, l’air tremblait autour de lui comme une vague de chaleur. La vampire riant doucement s’exclama :

« Faust s’est trouvé des compagnons vraiment amusants… tiens, les barrières ont disparues ! »

Passez un bon mois et de bonnes lectures ! ^^

Amicalement vôtre,
Nekoyashiki-san



[ ] a disparu à nouveau.



Keyleth est toujours disparu.



Kairos :

Journal de Weaver

8106e année du calendrier des Sorciers des Archives magiques
Mois 6
31e jour

(Ne cherchez pas les archives préliminaires à cette page de journal. Elles n’existent pas).

J’avais dû infiltrer un sous-marin il y a peu et voilà maintenant plusieurs mois que je travaille dans les archives de mes prédécesseurs alchimistes sur la demande d’un ancien professeur. Les Chasseurs de Mythes me manquent. Cet endroit est tellement loin de l’esprit d’aventure et tellement proche des IRL que le désespoir et la folie vous guettent à chaque recoin. Je me demande encore à l’heure actuelle ce qu’une tâche impliquant les dimensions a à voir avec un manipulateur de la matière. Laissons ces affaires aux sorciers, bon sang !

Le temps est précieux et pourtant, il commence à s’effilocher. En effet, je dois concilier l’inventoriat du jour avec la rédaction d’un mémoire sur un sujet obscur pendant la nuit. Il concerne une discipline obscure des enfers. Le nom issu des terres infernales est tellement guttural – mélange improbable entre cris, grattements et murmures de la nuit – qu’il est impossible à prononcer avec une gorge humaine. À moins de vous la trancher tout en mangeant un rat à moitié digéré par un slime des marais… Je passe également sur ce que c’est, elle tuerait littéralement par l’ennui si votre bouclier mental s’avère fragile.
Bref, les archives permettent également de m’aider à rédiger ce tome mais la motivation manque. Vous imaginez-vous travailler à la frontière de l’ennui incarné et de la réalité ? Abstraction envahissant le réel. Voilà ce dont il y est question et ce dont vous ne devriez pas vous mêler. À moins d’être de la même trempe qu’un chasseur de mythes, une légende vivante ou IRL. Même si pour eux, s’y aventurer demande déjà certaines… précautions.

De ce fait, je bataille encore entre la recherche d’information dans cette bibliothèque gigantesque et l’envie de voyager sur un autre plan dimensionnel. Je m’éclipse donc de temps en temps à Lordran [GG pour ceux qui ont saisi la référence, NDLR]. La promenade y est rude et nombreux sont ceux à tâter de mon épée : des morts-vivants à moitié nus, des démons géants, des rats empoisonnés, des slimes sournois… La liste des ennemis est longue. Mais le challenge ne me déplaît guère.

J’espère tout de même que ce mémoire avancera sans qu’un fichu démon abyssal ne se pointe. Ce serait une cata. Ce genre de déchiffrage suivi de rédaction est ponctué d’une prononciation à voix haute maladroite pour espérer mémoriser un bout bien souvent mineur. Et trop souvent cette prononciation maladroite correspond à une incantation d’invocation, pour le meilleur ou pour le pire…



Ilanor :

Aaaah ! Maintenant que Vhail est occupé là-bas, allons mettre le bazar autre-part… Pas chez les succubes, je pense que ça finirait trop mal… Neko… J’ai vraiment pas envie de le mettre en rogne, il pourrait essayer de m’exorciser, l’idiot. Oh, pourquoi se limiter ? Ça fait longtemps que je ne me suis pas lâché !

La liche (mâle) laissa échapper un petit rire innocent, et rassemblant ses forces, commença sa vieille incantation préférée. C’était pas mal de balancer des bombes nucléaires n’importe où, mais bon, ça manquait d’originalité. Après tout, on n’est jamais mieux servi que par soi-même, non ?

Les courants magiques se rassemblèrent autour de l’homme en costard mal ajusté, et la tension, palpable, fit léviter les pierres environnantes. Un pauvre démon qui passait par-là explosa purement et simplement à cause de la pression, sans parler du sort de la très pauvre âme en peine qu’il escortait.

Et puis, plus rien. Faust balaya son sort d’un revers de la main, le visage soudain illuminé d’une joie totale.

Haha ! Je ne sais pas qui a fait ça, mais il m’évite du travail ! Je n’ai jamais aimé les barrières, et si je n’ai plus besoin de m’en occuper, pas la peine de rajouter encore des problèmes à Vhail. Quoique…

La liche (mâle) agita la main, faisant apparaître une magnifique épée à la garde incrustée de rubis.

Je sais plus ce qu’elle fait celle-là… Bref, dans tous les cas, elle devrait occuper ce serpent quelques temps ~

Et sur ces mots, Faust jeta au loin la lame, qui se mit à fendre l’air d’elle-même à une vitesse faramineuse, oscillant de droite à gauche pour dire au revoir à son maître. Aussitôt après, la liche (mâle) entra dans un portail, qui l’amena juste devant une mignonne petite maisonnée. Un bouquet de roses apparut de nulle part, et il toqua à la porte avec un grand sourire.

Éléonore !

Quand il vit un chat sortir par la fenêtre, il hésita à partir à sa poursuite, mais son sens des priorités l’emporta. Mais en reconnaissant de quel chat il s’agissait, il commença à avoir quelques sueurs froides. Les shikigamis de Neko n’étaient jamais de bonnes nouvelles. Il hésita quelques instants à rebrousser chemin, un repli tactique pour mieux revenir plus tard, mais la porte qui s’ouvrit devant lui ôta toute alternative.

Il pâlit, et s’engagea dans la demeure qui semblait bien plus grande que ce qu’elle paraissait, et bien plus sombre. Un frisson glacé s’insinua le long de sa colonne vertébrale, et il poussa un juron.

Et merde, elle est énervée…



Endgel est toujours disparue.



Nightgale :

Si tu as souvent vu Sore ces derniers temps, tape dans tes mains.

Clap ! Clap !

Si tu as souvent vu Sore ces derniers temps, tape dans tes mains !

Clap ! Clap !

Si tu as souvent vu Sore ces derniers temps,
Si tu as souvent vu Sore ces derniers temps,
Si tu as souvent vu Sore ces derniers temps,

Tape dans tes mains !

Clap ! Clap !

Alors ? Je suppose que vous ne devez pas avoir très mal aux mains.

Ben, moi non plus.

À la revoyure.



Sinei se remet toujours de son indigestion.



MissX se remet toujours de son indigestion.



Vhail :

Vhail était en train de ramener dans son bureau personnel les copies des papiers qui avaient été volatilisés par l’explosion quelques instants plus tôt lorsqu’il ressentit un mouvement de mana étrange.

[Il semblerait que les barrières qui étaient autour de la maison d’Éléonore aient été brisées. Si je chope celui qui les a placé ici, il va passer un sale quart d’heure mais il y a quelque chose de plus urgent à faire maintenant. Faust ne va pas louper cette occasion de la récupérer.] se dit-il.

Avec un soupir, il attrapa le trident qui était accroché au mur de son bureau et ouvrit un portail de téléportation qui n’avait rien à voir avec ceux qu’il avait utilisés précédemment. Il se retrouva dans le couloir d’un château dont le sol était recouvert d’un tapis rouge. Par les fenêtres, Vhail pouvait voir l’extérieur du bâtiment qui était dominé par un ciel d’un noir profond. Aucune étoile n’était visible et la lumière qui baignait les lieux était des plus surnaturelles.

Il n’aimait pas venir dans ce genre d’endroit car l’espace entre les univers était un endroit hostile même pour les dieux les plus aguerris. Il s’avança pour se diriger vers la salle de réception dont il savait qu’elle était située au bout du couloir par lequel il était arrivé. Il ne s’était pas directement téléporté à l’intérieur à cause du sort qui couvrait la pièce et qui avaient été mis en place par la maîtresse des lieux.

Les doubles portes qui marquaient l’entrée de la salle s’ouvrirent d’elles-mêmes lorsqu’il ne fût plus qu’à quelques pas d’elles et il fût aussitôt assailli par l’atmosphère tendue qui provenait de l’intérieur. La salle était éclairée par de nombreux lustres en cristal qui émettaient une lumière tamisée supplantant la lumière provenant de l’extérieur absorbée par les rideaux de velours tendus devant les fenêtres. Deux femmes se tenaient au centre de la pièce et les éclairs qui se matérialisaient entre leurs regards attestaient de leur rivalité.

« Excusez-moi de vous déranger Mesdames mais pourriez-vous vous calmer que l’on puisse avoir une conversation civilisée ? » demanda Vhail en les interpellant.

Il leva son trident, bloquant les griffes de la première des deux qui visaient sa gorge à la seconde où il avait terminé sa phrase tandis que le bouclier de son dos absorbait l’attaque provenant de la seconde qui s’était téléportée derrière lui.

« Si vous voulez m’attaquer, ayez au moins l’obligeance de bien vouloir vous donner à fond. J’avais prévu de ne pas me retenir en venant ici donc respectez-moi un peu. » s’offusqua-t-il légèrement en constatant que ses deux adversaires retenaient leurs coups.

« C’est assez navrant de constater que même en connaissant mes capacités vous ne vous donniez pas à fond. Les humains qui me croisent mettent plus d’énergie à me combattre que vous » railla-t-il afin de les provoquer.

Son agression verbale sembla fonctionner puisque les deux combattantes l’attaquèrent plus vivement bien que leurs attaques n’eurent pas plus d’effet que les précédentes.

La suite le mois prochain.
Diaboliquement vôtre,
Vhail.



Teldryn est toujours disparu.



Harken est toujours disparu.



Llaurence se remet toujours de son indigestion.



Hina-sama se remet toujours de son indigestion.



JetonS se remet toujours de son indigestion.



Saulot se remet toujours de son indigestion.



Yurane :

Inari-sama m’avait littéralement jetée dehors. J’avais deux options : soit je restais sous la forme d’un renard pour parcourir le monde, soit je le faisais en humaine. Dans le premier cas, seuls les animaux et autres êtres surnaturels pourraient me voir, et dans le deuxième, je pourrais interagir avec les humains.

J’étais allée faire un tour dans la ville en bas du sanctuaire. Bizarrement, j’attirais l’attention des personnes avec mon accoutrement de prêtresse. Mais je ne le quitterai pour rien au monde, c’est Inari-sama qui m’avait offert cette tenue alors j’y tiens énormément.

J’avais visité pas mal de villes dans tout le Japon. Mais celle qui m’avait le plus marquée, c’est la ville de Kumamoto. Dans cette ville, les humains vouent un culte à un ours prénommé Kumamon. Il était partout. N’empêche que les humains sont ridicules. Un ours quoi ? C’est un terrible prédateur. Moi, face à un ours je décamperais fissa. Mais les hommes, eux, acclamaient leur congénère déguisé en ours. N’est-ce pas contre nature ? Je veux dire, c’est comme si un lapin décidait de se déguiser en renard et les autres… feraient quoi d’ailleurs ? Je n’arrive même pas à m’imaginer la scène.

C’était en fuyant cet endroit que j’avais atterri à Beppu, la ville des enfers. Enfin, elle ne s’appelle pas vraiment comme ça, c’est juste que son attraction principale, c’est le tour des enfers. Et par enfers, il est sous entendu sources chaudes, mais alors très très chaude, pouvant dépasser les 80°C.

C’était dans cette ville des plus étranges que j’avais senti la présence d’une aura différente des humains mais elle n’était pas non plus divine. Curieuse de savoir à qui elle appartenait, j’avais suivi les résidus de son aura et sans me rendre compte, j’avais atterri devant un bâtiment avec pour enseigne “Guilde des Chasseurs de Mythes”.

En m’approchant j’aperçus une pancarte qui disait : “En manque de personnel, recrute actuellement”. J’entrai dans le bâtiment, il n’y avait personne. Puis, une femme arriva par une porte au fond.

– Bienvenue, vous cherchez quelque chose ?
– Et bien…

J’avais franchi les portes juste par curiosité, puis je me rappelai de la pancarte. Je repris :

– J’ai vu que vous cherchiez du personnel. C’est pour quel travail ?
– Ici, on déchiffre des parchemins. Avez-vous les capacités ?
– J’ai l’habitude de lire des vieux textes.

Une autre porte s’ouvrit et un homme entra dans la salle.

– Qui est-ce ? demanda-t-il à la femme.
– Une recrue, répondit-elle.
– Oh dans quel domaine ?
– Et bien, je te laisse la tester.
– Eh, c’est toi la GM, je te rappelle.
– Justement, je te demande de la tester.

En ayant l’air exaspéré, il s’adressa à moi :

– Moi, c’est Faust. Je vais te faire passer un test, ça te va ?
– Heu.. oui. Moi, c’est Yurane. Enchantée.

Faust m’avait donc fait passer un test que je réussis et c’est ce jour là que je suis devenue membre de la guilde.

Yurane



Lux Lewin :

Tout d’abord, j’espère que vous profitez bien de ce week-end de trois jours, que ce soit en famille, entre amis, ou seul à se ressourcer un peu. De telles pauses ne sont malheureusement que très rares dans ce monde en activité constante…

Ceci fait, je vais comme à l’accoutumée faire un point sur Sîn : sachez que l’histoire avance à un rythme variable, je suis dans une période d’examens donc la sortie du chapitre 6 pourrait se trouver retardée . Comme vous vous en doutez si vous avez pu suivre la série, nous en avons terminé avec la phase d’introduction et Aleth entame un changement nécessaire de sa personnalité.
Elle en ressortira plus forte mais surtout prête à affronter tôt ce qui dressera face à elle.

Maintenant, parlons de mon rôle en tant que traducteur dans la Soreyawari. Si vous ne trouvez aucune œuvre traduite portant mon nom dans les crédits, c’est normal. Je travaille actuellement sur un projet qui devrait bientôt ajouter une nouvelle œuvre à votre liste de lecture. Je ne vous en pas dis pas plus…

Pour terminer j’aimerais vous offrir un point critique sur quelques œuvres que ’ai pu voir ce mois dernier :

Pacific Rim 2 tour d’abord (cinéma). L’absence du réalisateur à l’origine de l’histoire, Guillermo del Toro s’est quand même fait ressentir. Mais il y avait des idées et elles étaient plus ou moins bien exploitées. Ce qui fait que malgré ses lacunes, Pacific Rim reste une série à suivre.

Ensuite, un anime que j’ai découvert sur Netflix , B : The Beginning. J’avais du mal à accrocher au début tant je le trouvais à mi-chemin entre clichés et univers un peu trop mystérieux . Mais je ne regrette pas de ne pas m’être arrêté à mes premières impressions. Au final c’est un anime très bon dans lequel les séquences d’action et de réflexion sont assez bien dosées. Je le vous conseille donc, surtout de par sa durée (12 épisodes) .

Et pour terminer, les déceptions : elles furent nombreuses mais Justice League (DVD) trône au sommet de ces dernières. Le problème vient peut être de moi mais je ne pense pas que vous en sortirez satisfaits, je ne le conseille donc pas.

En espérant que vous profiterez bien de votre lundi si possible.

Votre dévoué serviteur démoniaque, Lux.



Shasha se présentera la prochaine fois~



Voilà qui conclut cette Newsletter n°27 !

Merci d’avoir lu jusqu’au bout et on vous souhaite comme toujours une bonne lecture !

La Guilde des Chasseurs de Mythes : Soreyawari & Co

Publicités

7 commentaires sur “Newsletter n°27 (avril 2018)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s