PC#1 – Chapitre 1 : Enter the Dungeon

Hello, c’est Sami, qui vous présente les pertes de temps chez les auteurs (et lecteurs) !

J’introduis les Projets Communautaires parce que c’est marrant de les faire, et que la finalité c’est quand même de les partager, alors les voilà !

Peut-être n’êtes-vous pas assez au jus et vous ignorez ce qu’est un PC ? Et bien, comme son nom l’indique, il s’agit d’un projet d’écriture qui se réalise à plusieurs. Des règles sont définis et les auteurs sont libres de faire ce qu’ils veulent (tant qu’ils respectent les règles). Je vous met en lien la page ICI (que vous allez pouvoir trouver également dans la liste des œuvres originales). C’est sur celle-ci que vous trouverez la liste des règles qui ont été établis avant le début de l’écriture.

Pour ce projet, je trouve intéressant de ne pas mentionner le nom des auteurs et essayer de vous faire deviner par vous-même.

Sur ce, bonne lecture !


La péninsule au sud-ouest du continent d’Oulm, à quelques kilomètres de la frontière entre le royaume humain d’Archonte et le cinquième district démon de Sharot. Une terre désertique, craquelée par la chaleur des deux soleils baignant la planète de leur lumière. En ces lieux, une troupe de démons avançaient en ordre de marche encadrant de leur protection le convoi de chariots tirés par des Ouargs.

Ces animaux bipèdes à grandes trompes étaient particulièrement bien adaptés pour évoluer dans les conditions climatiques extrêmes de cet environnement et faisaient des animaux de traits très efficace. Leurs poils fins et clairsemés leurs permettaient de ne pas conserver la chaleur et leur clarté réfléchissait une partie du rayonnement lumineux, augmentant les performances de cet effet.

Les gardes qui encadraient le convoi étaient aux aguets même si, dans ce désert aride et morne, aucune couverture n’était naturellement offerte pour une éventuelle embuscade. Le chariot situé au centre du convoi semblait être le plus protégé de tous et les voix qui provenaient de l’intérieur indiquaient que, contrairement aux autres chariots, il ne transportait pas de vivres.

La conversation entre les personnes à l’intérieur fut interrompue brutalement lorsqu’une explosion annihila la moitié arrière du convoi, envoyant voler des morceaux de chair et de bois qui retombèrent en pluie sur les terres désolées alentour.

Des soldats humains apparurent alors de nulle part comme ayant annulé un sort d’invisibilité et commencèrent à attaquer les gardes du convoi. Ceux-ci sortirent immédiatement leurs armes et se mirent en position pour affronter les assaillants. Si quelqu’un avait pu assister à la scène de loin, il aurait probablement supposé que cette bataille se jouait entre membres d’une même espèce du fait des ondulations de l’air brouillant la vue, générée par la chaleur accablante du désert.

Les démons ne différaient physiquement que très peu des humains. Seul leurs oreilles pointues telles celles des elfes et leurs yeux fendus comme ceux des chats permettaient de de les différencier, du moins pour ceux ayant une forme humanoïde. Un magicien expérimenté aurait pu remarquer que le flux de magie parcourant le corps des démons était plus intense que chez les humains et ainsi pu différencier les membres des deux espèces.

Parmi les assaillants, quatre se détachaient des autres par leur force ou leur magie particulièrement puissante. Les héros humains, des êtres exceptionnels dotés de capacités hors-normes défiant toute logique. Vouant leur vie à la protection de la race humaine, ils formaient une équipe soudée ayant effectué de nombreuses missions ensemble et au travail d’équipe irréprochable.

Si entraînés soient-ils, les soldats démons ne faisaient pas le poids face au clerc, à la magicienne, à la prêtresse-guerrière et au shaman. Deux hommes et deux femmes réduisant à néant les défenses des démons sans la moindre pitié. Peu de temps après le début de l’attaque éclair menée contre le convoi, les seules âmes encore en vie du côté démon étaient les deux personnes dans le chariot central.

Les assaillants l’encerclèrent promptement après s’être assuré que toutes autres formes de vie autre que celle de leur troupe avaient été réduites au silence définitivement. Bien que l’attaque éclair s’était déroulée sans accrocs selon le plan établit au préalable, une nervosité grandissante se faisait ressentir dans les rangs des soldats. Le clerc et la magicienne se tenaient en retrait des premières lignes, prêts à intervenir si les choses tournaient au vinaigre.

Le shaman quant à lui, bien que désavantagé par la nature du terrain, avait pris le contrôle des derniers Ouargs encore en vie et supervisait les opérations de soins des quelques rares blessés légers de leur troupe. Un silence de mort régnait sur le champ de bataille, seulement interrompu par les cris des charognards planant dans le ciel, attendant que les vivants se dispersent afin de festoyer.

Après de longues minutes de cette attente interminable pendant laquelle personne n’avait osé élever la voix et qui n’avait contribué qu’à augmenter la tension déjà palpable chez les assaillants, la prêtresse-guerrière osa s’approcher pas à pas du chariot, son bouclier bien devant elle et son épée prête à pourfendre qui que ce soit se trouvant à l’intérieur.

Arrivée à quelques enjambées du véhicule, elle repéra un léger frémissement dans l’air différent de celui généré par la chaleur étouffante de l’endroit. Elle n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche pour prévenir ses compagnons qu’une vague de magie puissante la cueillait pour l’envoyer valser en arrière après avoir réduit le chariot à néant. Son bouclier tint le choc mais les gardes de la première ligne n’eurent pas la même chance et leur vie fût fauchée comme les blés en période de moisson.

Ni le clerc, ni le chaman n’eurent le temps de réagir pour sauver les pauvres bougres de leur funeste sort et ils ne purent que constater les dégâts. La magicienne quant à elle intervint avec un temps de retard et sa boule de feu ne fit que carboniser le morceau restant du chariot sans toucher l’auteur de l’attaque magique. Un autre soldat perdit la vie à sa droite lorsqu’une forme floue lui ouvrit la gorge. Le soldat s’effondra en émettant un gargouillis indistinct tout en portant sa main à sa blessure avec un regard de stupéfaction figé sur le visage.

Le champ de bataille était devenu un tableau sauvage et sanglant sur le sol duquel des arcs rouges écarlates venaient se rejoindre avant d’être absorbés par le sol sec du désert. Le nombre d’assaillants diminuait à une vitesse hallucinante alors que la forme floue semblait danser parmi eux. Alors qu’elle essayait de suivre ses mouvements des yeux, le regard de la magicienne fut attiré par une forme circulaire dans le sol à l’emplacement de ce qui restait du chariot.

Un léger flux magique émanait du trou et percevant cela, elle incanta précipitamment un sort, faisant trembler le sol et jaillir une jeune démone dans les airs depuis l’intérieur du trou. Témoin de la scène, la prêtresse-guerrière estima rapidement le point de chute de celle qui était leur cible et se précipita dans cette direction. Un cri d’alerte du prêtre arriva à ses oreilles et elle se tourna instinctivement en plaçant son bouclier devant elle sauf que l’attaque ne vint pas. La forme floue qui les décimait depuis quelques minutes se servit du bouclier comme point d’appui pour s’élever dans les airs et rattraper la jeune démone en vol.

Leur atterrissage s’effectua en douceur et sans perdre l’élan gagné lors de la chute, elle se mit à courir afin de distancer les assaillants humains. Les quatre héros réagirent cette fois ci plus rapidement et, en chevauchant des Ouargs que le chaman avait apprivoisés à l’aide de magie et détaché des chariots, ils se mirent à la poursuite de leur cible.

La démone qui portait sa protégée savait que contre ses animaux, elle ne pourrait pas tenir la distance, sa réserve de magie diminuant de manière significative pour maintenir sa vitesse optimale. En même temps qu’elle courait, elle cherchait un moyen d’échapper à leurs poursuivants mais elle doutait de pouvoir réussir sans sacrifier sa vie. Après avoir envisagé toutes les options possibles, elle se résolu à se sacrifier car cette solution était celle qui garantissait le plus haut taux de réussite dans le sauvetage de la princesse mais pour cela, elle devait au moins atteindre la Faille.

Le donjon le plus dangereux au monde qui formait la frontière naturelle entre le royaume humain et le cinquième district des démons au-dessus duquel était suspendue une arche de pierre servant d’unique point de passage entre les deux nations. La Faille n’était pas à proprement parlé le donjon mais plutôt le pont d’entrée de celui-ci. Un portail s’étendait horizontalement sur toute la longueur de la Faille et aspirait tout ce qui avait le malheur de tomber dans ses profondeurs. Si elle ne pouvait pas tuer les héros, alors elle allait les entraîner avec elle dans les profondeurs du donjon.

Elles arrivèrent au niveau de l’arche alors que les quatre héros ne se trouvaient plus qu’à quelques mètres d’elles. Cette arche était assez large pour laisser passer deux chariots de front et au bout de ce pont long d’un kilomètre se trouvait le poste frontière de Sharot. Si elle arrivait à le rejoindre, toutes deux seraient en sécurité mais elle doutait de pouvoir le faire.

Après avoir parcouru un tiers de la distance au-dessus de la Faille, elles furent rejointes par les quatre cavaliers. La démone déposa sa protégée à terre et se plaça entre elle et les humains tandis que ces derniers mettaient le pied à terre. Maintenant qu’elles avaient été rattrapées, elles ne pourraient plus s’en sortir sans combattre. La prêtresse-guerrière attaqua sans attendre afin de ne pas laisser le temps à la démone de prendre l’avantage avec sa vitesse et bloqua ses mouvement en l’engageant dans un combat au corps à corps.

Les trois autres héros se tenaient en retrait afin de ne pas gêner les mouvements de leur combattante mais n’en étaient pas pour autant inactifs. Le clerc s’assurait que les blessures de son amie se referment à l’instant où elle les subissait, le shaman lui incantait des sorts de défense tandis que la magicienne observait le combat avec la plus grande attention afin de trouver une ouverture pour lancer sa magie. Ils étaient plutôt confiants car cette course poursuite avait plus émoussée les capacités de leur adversaire que les leurs.

Puissante dans ses dernières ressources, la démone cherchait à repousser la prêtresse-guerrière afin de se rapprocher de ses alliés. Sa démarche était compréhensible car tant qu’elle ne se serait pas débarrassée du clerc et du chaman, elle ne pourrait pas gagner ce combat et, même si elle réussissait à venir à bout de son opposant, la magicienne restait une menace qu’elle ne pouvait négliger. De ce fait, elle parvenait peu à peu à faire reculer la prêtresse-guerrière malgré son état de fatigue et les efforts combinés des quatre héros.

Le sourire qui se dessina sur son visage lorsqu’elle ne fût plus qu’à quelques pas des trois autres n’augura rien de bon à la prêtresse-guerrière. Le cercle magique qui se dessina sous leurs pieds confirma ses soupçons et alors que le sol disparaissait, la magicienne lança un sort de vent le propulsant en arrière afin de les mettre à l’abri. La démone ne fût pas du même avis et si elle ne pouvait pas entraîner les quatre avec elle, elle emporterait au moins son adversaire direct.

Alors qu’elles tombaient toutes les deux, elle poussa un soupir de soulagement. Sa princesse était en sécurité, les trois héros restant ne pourraient plus l’atteindre à présent et elle ferait en sorte que la quatrième ne sorte jamais de leur futur prison. L’explosion avait coupé le pont en deux, le seul moyen de passer désormais étant d’utiliser une magie de vol mais elle ne doutait pas que le bruit engendré avait alerté les gardes frontière qui ne manquerait pas de venir voir ce qu’il en retournait.

Le choc contre la pierre qu’elle ressenti juste après, la laissa hébétée pendant un court instant puis, reprenant ses esprits, elle se précipita au bord de l’arche pour voir la princesse démone tomber en compagnie de la prêtresse-guerrière avant que toutes deux ne soient engloutie par le portail de la Faille sous son regard impuissant. Elle avait choisit de se sacrifier pour sauver sa protégée mais celle-ci en avait décidé autrement en échangeant leurs places avec un sort de téléportation au dernier moment.

Comment vais-je expliquer ça à son père ? fût la seule pensée qui lui traversa l’esprit alors qu’elle fixait le fond du gouffre avec un regard vide.


Sommaire | Chapitre Suivant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s