PC#1 – Chapitre 3 : La Marque du Papillon

Pelagia se réveilla en sursaut, le coeur battant à tout rompre. Ses yeux aux iris améthyste parcoururent l’obscurité du donjon à la recherche du bruit qui l’avait extirpé de sa somnolence.

Elle se rendit vite compte qu’il ne s’agissait juste que du son émis par les gouttes d’eau tombant du stalactite placé devant elle.

La jeune démone poussa un soupir de soulagement. Depuis qu’elle était tombé dans la faille, elle n’avait que très peu dormi. La faute aux terrifiants gardiens des lieux, des démons qui se nourrissaient de tout ce qui avait le malheur de passer par la faille, humain comme démon.

Elle pouvait sentir leur présence à chaque instant, et si elle n’avait pas eu la bonne idée de se servir de la prêtresse guerrière tombée avec elle, elle serait sûrement déjà morte.

Un gémissement se fit entendre. Pelagia se détourna des démons pour observer sa prisonnière. La jeune femme à l’armure blanc étincelante se débattait faiblement afin d’échapper au sort d’entrave de la princesse.

Au niveau de son cou, des marques en forme de papillon brillaient d’une lueur violette. La corruption semblait avancer, même si sa progression se retrouvait fortement ralentie par l’attribut sacré de la jeune femme.

Une fois le sort complété, la jeune femme serait totalement sous le contrôle de la démone. Elle pourrait alors s’en servir comme d’un bouclier afin d’assurer son avancée vers le cinquième district.

La marque du papillon était la signature de sa famille, il s’agissait d’un puissant sort capable d’assujettir tout ce qui était doué de conscience. Pelagia était malheureusement encore jeune et l’utiliser lui coûtait beaucoup.

Un rugissement guttural déchira le silence du donjon. Pelagia jeta un regard apeuré en direction du bruit. Une ombre écarlate glissait à travers l’obscurité, différentes têtes aux visages de terreur jaillissaient de cette dernière.

Pelagia l’avait surnommé Cauchemar. De toutes les créatures dont elle avait pu sentir la présence, celle ci était de loin la plus à craindre. Elle était la deuxième raison pour laquelle les démons n’osaient pas approcher d’elle.

Elle avait pu observer durant ces trois derniers jours à attendre ce qui arrivait à ceux qui osaient voler la proie de cette abomination. Le cri de douleur qu’elle arrachait à ses victimes en les absorbant résonnait en permanence avec terreur dans l’esprit de la princesse.

Cauchemar s’approchait de plus en plus au fur et à mesure de ses assauts, il semblait être de moins en mois effrayé par l’attribut sacré de la prêtresse. Craignant qu’il ne se décide d’attaquer, elle utilisa ses pouvoirs afin d’insuffler du mana dans la prêtresse.

De chatoyantes flammes blanches entourèrent la prêtresse et Cauchemar finit par s’éloigner progressivement, effrayé par les propriétés purificatrices des flammes.

Pelagia se sentit prise de vertiges, la faim et la fatigue commençaient à se faire grandement ressentir dans son corps en pleine croissance.

Elle devait sortir de là au plus vite, mais cela dépendait uniquement de son emprise sur la prêtresse.

La princesse démone utilisa ses pouvoirs afin d’établir le lien avec la prêtresse marquée par son pouvoir. Elle constata avec joie qu’il ne restait plus qu’une barrière mentale à briser. Sondant son esprit, elle essaya de s’en occuper d’elle même.

C’était un exercice particulièrement difficile pour quelqu’un d’inexpérimentée comme elle. Elle essaya de se souvenir des différentes leçons que lui avaient apprises son père, mais elle ne pouvait s’empêcher de faillir à l’évocation de ce dernier.

Je ne te laisserais pas m’avoir !

La prêtresse mobilisa ses dernières ressources afin de résister aux assauts de la démone. Cela brisa instantanément la connexion entre elles.

Le rire d’un groupe de démon se fit entendre à proximité.

Pelagia était sur le point de craquer, des larmes lui montaient aux yeux. Elle avait envie de rentrer, que Reinah la serre fort dans ses bras et qu’elle lui raconte une histoire comme toujours. Mais il n’y avait personne, elle était seule. Juste une petite princesse perdue dans un donjon.

Tu es destinée à régner, Pelagia,  je ne permettrais pas une telle faiblesse !

La voix de son père résonnait dans sa tête. Elle se mit alors à regarder la prêtresse avec un regard plein de haine.

Elle qui était respectée et crainte dans son monde se retrouvait bloquée par une simple humaine, c’était inacceptable pour une membre de la famille royale d’Atmos. Elle allait la briser, la détruire, jusqu’à ce qu’elle se plie à ses moindres désirs.

Pelagia rétablit la connexion et entreprit une série d’attaques violentes sur l’esprit de la jeune femme, elle n’avait que faire de qu’elle détruisait, souvenirs,convictions, désirs elle n’avait besoin que d’un bouclier et rien d’autre.

Elle sentit l’esprit de la jeune femme se briser comme un verre que l’on aurait laissé tomber. Le sort d’entrave se dissipa immédiatement devant l’effort considérable que la princesse venait de fournir.

Elle avait réussi, cette maudite humaine était désormais sa marionnette. Le souffle haletant, elle ordonna mentalement à la prêtresse de la protéger et de la conduire au cinquième district.

Cette dernière acquiesça sans broncher et brandit son épée et son bouclier, parée à éliminer tous les démons qui oseraient les attaquer.

Le duo contre nature se mit enfin à avancer. Pelagia pouvait sentir les démons reculer au fur et à mesure de leur avancée. Exténuée par les efforts qu’elle venait de fournir, sa progression était lente.

Mais elle n’avait pas le temps de se reposer, si elle attendait trop Cauchemar allait revenir, et elle n’avait sûrement pas assez de force pour insuffler du mana dans la prêtresse pour qu’elle puisse la protéger.

Un petit groupe de démon se mit alors à les encercler, il s’agissait de Yerzoges, de faibles lutins. Ils étaient jeunes et arrogants, autrement ils n’auraient pas osé s’attaquer à une prêtresse guerrière.

C’était une occasion inespérée pour la démone de reprendre des forces. Ses yeux améthyste scintillèrent et une nuée de papillons violets jaillit de son corps pour se diriger vers les lutins.

Les lutins tentèrent de faire de grand gestes afin d’éloigner ses papillons mais c’était inutile. Ils se posèrent rapidement sur eux et injectèrent leur poison létal.

Les malheureux s’effondrèrent rapidement et leurs cadavres furent recouvert de toutes parts par la nuée lâchée par la démone. Les papillons se mirent alors à absorber la moindre parcelle de vie et de mana restant chez eux

Les insectes luminescent rejoignirent ensuite le corps de la princesse afin de lui transmettre leur précieux butin. Elle concentra ensuite son mana dans son main et des éclairs violets jaillirent. Cela signifiait que l’intégralité de son mana avait été rechargé.

Elle avait maintenant une chance de survivre à une rencontre avec Cauchemar. Et c’est d’un pas assuré qu’elle entreprit de continuer son périple à travers le donjon.


Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s