Le Héros et la Fille du Marais 3

Traducteur: TraducteurFou
Check: Keyleth


Note du Traducteur Anglais : L’héroïne utilise Kansai-ben ici, plus spécifiquement, Osaka-ben. Je ne sais pas si quelqu’un a déjà entendu le Kansai-ben avant mais c’est super adorable : Dans tous les cas, avant que je m’éloigne du sujet, les Japonais ont pour habitude d’utiliser le Kansai-ben pour montre le choc ou la surprise d’un personnage pour l’humour. Donc, elle fait essentiellement une réaction super exagérée. Un peu comme une parfaite dame/gentleman parlant dans un langage de racaille, je pense ? (Désolé c’était la seule comparaison qui m’était venu à l’esprit). Je n’ai pas pu sortir Osaka-ben en anglais donc je l’ai traduit en anglais normal. (TFR : Et moi en français normal)


 

« ……. Horrible. »

Le matin suivant, ce fut la première chose que j’ai dite en me levant de mon lit.

Qu’est-ce qui est ‘horrible’, vous vous demandez ?

La réponse était bien sûr le fait que je m’étais fait voler mon plaisir quotidien, mon coin de pêche. Si possible, j’aimerais que tout ça soit juste un mauvais cauchemar mais, maintenant que j’étais réveillé, je réalisais que ce n’était sûrement pas un cauchemar. Même si la ville était d’humeur “Bravo Héros !”, moi j’étais plutôt “Maudis Héros !”.

En entrant dans ma cuisine, je me remplis un verre d’eau et le but, satisfaisant ma gorge asséchée tout en faisant une pause.

-Je sais.
-En vérité, j’évacuais juste ma colère sur lui.

Le Groupe du Héros, par chance, s’était probablement arrêté dans la ville et y avait été accueilli, et après avoir entendu les ennuis du maire et des habitants, avaient offert de détruire le marais à cause de la gentillesse qui les habite ou un truc du genre. Après tout, c’était considéré comme un marais effrayant depuis toujours. C’est pourquoi c’était une colère complètement non méritée.

« Comme si je m’en préoccupais que vous pêchiez dans cette sorte de marais ! »
« Si tu as la moindre plainte, va les dire au maire ! »

À l’origine, cela n’aurait pas été étrange pour le Héros de me balancer ce genre de phrase mais, à la place, il a agi avec maturité et simplement supporté mes insultes. Non seulement ça, mais il s’était aussi excusé du fond de son cœur. Si je me basais seulement sur ça, le Héros Rufus était juste comme les rumeurs le disaient. Un gentleman.

Mais, pour le moi avec un petit cœur, si possible, je ne veux vraiment plus jamais le rencontrer.
Et, juste comme ça, je suis sortie de chez moi. Ma destination était le lieu habituel. Mais contrairement à d’habitude, je ne portais pas ma canne à pêche cette fois.

★☆

« …Comme je le pensais, ça ne servait à rien… »

Incapable de cacher ma déception, je devins déprimée. J’étais à l’endroit où le marais…se trouvait, dans les profondeurs de la forêt. Maintenant, c’était un large trou.

J’avais gardé l’espoir optimiste que peut-être, après avoir dormi pour une nuit, le marais aurait pu revivre. D’où le fait que j’étais venue le vérifier mais le monde n’était pas aussi généreux. Le trou était grand ouvert comme s’il n’y avait jamais eu de marais. Tandis que mon cœur ressentait le sentiment de perte comme si un vide s’était ouvert en lui, je ressentis la soudaine présence d’une personne se faufilant derrière moi. En me retournant, je vis que c’était le Héros Rufus d’hier.

Pou-pourquoi ?

Tandis que j’étais en train de paniquer, le Héros m’approcha avec un visage soulagé.

« Dieu merci, nous nous revoyons à nouveau. »

« Huh… ? Haah… ? »

Contrairement au Héros qui se rapprochait pas à pas, je m’éloignais de lui.

« Après ça, tu t’es enfui donc… »

Maintenant que j’y pense, la veille, je m’étais enfuie dès que j’eus fini de l’insulter sans lui laisser le temps de répondre. Sans oublier que la dernière ligne que j’avais balancé était « Le nombril de ta mère dépasse »….Quelle phrase gamine.

« J’aurai dû immédiatement te poursuivre mais… à cause du choc… »

Puis, devant moi, le Héros s’agenouilla sur une jambe et me regarda en levant les yeux. Ses yeux d’un vert naturel brillaient. J’eus le sentiment que ses yeux étincelaient de joie de vivre, complètement opposé à la sombre forêt. (ndt : Kyaaa ?:u)

« Tu l’a dit hier, non ? ‘Sécurises et assures ma vie future à partir de maintenant – !’ Après ça, j’ai sérieusement creusé la question. »

S’il te plaît, oublies ça ! C’était complètement une colère sans fond. Ce n’était rien qu’un héros comme toi, un rang SS, devrait prendre sérieusement ! Oublie immédiatement et dépêche-toi d’aller vers la prochaine ville s’il te plaît !

« Je vais prendre la responsabilité et assurer ta vie future. Je te promets une vie sans soucis. C’est pourquoi…. »

Je restais là, ébahie, tandis qu’il me saisit la main droite. Au même moment qu’il attrapait ma main, il dit :

« À partir de maintenant, s’il te plaît abuse… non, je veux dire, torture mon incompétente personne ! »

Quoi ?!

….C’est quoi ce délire —- !?

Même si tu dis ça avec des yeux aussi brillants et ce ton fiévreux, ça reste effrayant ! Je ne sais pas— !

« ….écœurant ! »

Effrayée, je ne pus que lâcher mes vrais sentiments. À cause de la soudaineté, je n’avais pas eu le temps de répondre avec plus de tact. Oh non, au moment où je l’ai réalisé, c’était déjà trop tard.

….C’est pourquoi, je ne t’ai complimenté pas ! Peu importe comment tu y réfléchis, ce n’était pas un compliment juste là ! C’est pourquoi, peux-tu arrêter de rougir et d’éviter de me regarder tout en souriant et en te dandinant ?

« Aussi… Comment le sais-tu ? »

« Sa-savoir quoi ? »

« Le fait que ma mère, la Reine Gran, a le nombril qui dépasse. »

« ………… »

Non, bon ben, en réalité c’était une phrase clichée dite par les enfants dans les disputes et qui était utilisée depuis bien bien longtemps.
Donc, je ne savais pas du tout que c’était en fait vrai.
Je ne savais vraiment pas quoi faire de ce héros qui me regardait avec vénération.

« ….Au passage, j’ai aussi un nombril qui dépasse. »

« Comme si je m’en souciais ! »

« ….J’ai ressenti que c’était le destin d’être avec toi quand tu mis au jour tout mon être au premier regard…. »

À l’opposé total du moi troublé, le Héros était calme et dirigeait son regard brûlant à moi. Son regard était si enfiévré que j’ai presque commencé à m’inquiéter du fait qu’il avait peut-être de la fièvre, et que cette fièvre avait atteint son cerveau, y faisant éclore des fleurs. Tandis que je pensais ça, le Héros déposa un baiser sur ma main droite capturée.

« Ma princesse…. » Murmura t’il doucement.

GYAAA ! Qui est la princesse !?
Sans y réfléchir, je piétinai le visage étincelant du héros.

Ah.

Oh non.

À cause de mon impulsion soudaine, j’ai piétiné son visage mais, bien qu’il soit comme ça, il avait tout de même assez de pouvoir pour annihiler un large marais en un instant. Si le Héros était suffisamment sérieux, il pourrait probablement, en un instant, tourner quelqu’un comme moi en poussières et cendres.
Sentant un danger certain pour ma personne, je bougeai lentement~ mon pied de lui.
Sur son visage, l’empreinte de mon pied demeurait. Avec des yeux larmoyants et un sourire, pour une certaine raison, le Héros semblait heureux.

Plutôt qu’être un rang SS, ce Héros n’était-il pas actuellement un rang M ? (ndc: pour ceux dans le fond qui n’auraient pas compris, M comme Masochiste. Allez voir wikipédia.)

Non ! Un tel rang n’existe pas !
Mais, c’est juste devant mes yeux là maintenant. Pourquoi je dois vivre ça ?

 

Chapitre Précédent <~~ Sommaire ~~> Chapitre Suivant

Publicités

Un commentaire sur “Le Héros et la Fille du Marais 3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s